Récit de la course : Marathon de La Rochelle 2012, par francois 91410

L'auteur : francois 91410

La course : Marathon de La Rochelle

Date : 25/11/2012

Lieu : La Rochelle (Charente-Maritime)

Affichage : 849 vues

Distance : 42.195km

Objectif : Pas d'objectif

24 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

59 autres récits :

Hors-Série

Un marathon Hors-Série

 25 novembre 2012

 

 

Pour la première fois depuis ma première course en 2005, j’ai réussi à m’inscrire à une course sans aucune intention de faire un score, un record, une perf … Victoire !

Pour expliquer cet état d’esprit inhabituel, je vous invite à (re?)découvir l'histoire. A la clé un programme d’entrainement spécifique : une seule sortie (7 à 15km) par semaine depuis le marathon Seine-Eure !

Pour tout dire, Muriel et moi avons choisi de profiter à fond de cette course façon ballade au bord de la mer en s’accordant un week-end prolongé sur notre lieu de villégiature rétais habituel.

Arrivée tranquilou donc dès le vendredi dans la cité rochelaise. Le passage au village marathon est une évidence, je peux une nouvelle fois constater que l’organisation est au top. Je peux d’ailleurs, comme prévu, faire changer la couleur de mon sas de départ pour pouvoir partir avec Roland et Mara dimanche.

  

Dans la série des bons plans aussi, le forfait parking Encan à 2€ pour le jour de la course. Bref, on est chouchoutés ici ! Au micro, Gérard anime le village, il présente la course et évoque, bien entendu, le doyen de la course : Roland.

Gérard, speaker bien connu dans le grand ouest.

 

Comme le dit Baboune59, « on est là pour profiter de la fête à fond » et je décide donc de revenir le samedi matin au célébrissime « Chauffe-Gambettes ». La première fois pour moi, malgré 3 participations déjà à ce marathon ! Il faut souligner que la participation est libre, gratuite, que les sponsors offrent un T-shirt technique au départ et le ravito à l’arrivée : somptueux, non ?

Résultat : 1500 coureurs partent trottiner en famille pour découvrir quelques sites remarquables du centre-ville. Avec Baboune et Mme Baboune, on est à fond … 4,5 km en 34’. Mais très bon enfant, c’est ça le principal bien sûr.

 

 

  

 

Samedi après-midi, de retour sur Ré, Muriel et moi avons prévu de faire une ballade entre l’abbaye des Châteliers (XIIe siècle) et La Flotte. Deux bonnes heures aller-retour. Idéal pour s’oxygéner … et se cramer avant la course si j’avais eu un objectif chrono … ouf ! Mais les points de vue en valent la peine, on ne s’en lasse pas. La météo est très clémente, 15°C environ. Le ciel se découvrira même en fin de ballade, exhibant un soleil presque couchant et une lumière dorée mettant en valeur les reliefs du paysage.

 

Dimanche matin, jour de course. 7h40, grâce au ticket magique, on se gare à précisément 12 mètres de l’arche de départ Quai Louis Prunier. Quel luxe ! Le temps de faire un crochet par le hall de l’hôtel pour récupérer Roland et Nadine son accompagnatrice, nous devons gagner notre sas de départ. Mara m’a repéré dans la foule grâce au maillot Kikouroù qui va bien et me rejoint. Consciente de son manque d’entrainement, elle annonce un objectif assez pointu : entre 4 et 5h. Compatible en tout cas avec notre allure prévue, dite « de sénateur ». On tente de gagner quelques mètres dans le sas, Roland n’aime pas partir (ni arriver) dans les derniers ! Il reste 15 minutes à patienter, Roland nous raconte l’histoire du perroquet (*) pour meubler … Ca commence fort !

 

Le moment tant attendu est arrivé, la musique prenante de la Walkyrie retentit. Beaucoup d’émotion et de joie dans et hors du sas.

 

Tout du long, je vais tâcher de toujours suivre Roland, pour me caler sur son rythme. Je suis assez bluffé du 06:15 tenu sur les premiers km. Il m’a aussi prévenu : « Faudra me rattraper après les ravitaillements car je ne m’arrête qu’à partir de celui du 20e ( !) C’est mon côté chameau ! ».

Un collègue de Mara l’a rejointe au niveau du Mail, ils prendront peu à peu du terrain sur nous, l’occasion de faire un pari avec Roland : « Tu verras, on va les doubler au 30e » …

J’ai emmené l’appareil photo pour immortaliser ces moments et ces kilomètres partagés. L’occasion également d’avoir un œil différent sur la course, de mieux regarder ce qui se passe autour.

 

 

Km 11 : premier point de rencontre avec Muriel et Nadine :

Les kilomètres défilent au rythme des souvenirs d’étudiant, de prof, de course … Difficile d’en extraire un plutôt qu’un autre. La bonne humeur préside à notre avancée. Nous interpelons coureurs et spectateurs à la moindre occasion, dans tous les cas le respect (et le silence parfois !) s’impose dès qu’ils savent qu’ils s’adressent au doyen de la course…

 

Mon pseudo dans le dos amène souvent des coureurs à nous demander d’où nous venons. J’échange aussi avec plusieurs connaissances, coureurs de Dourdan et ses environs … le monde est petit. Grande convivialité en cette dernière partie de peloton donc.

 

On évoque notre Route du Louvre 2008 où nous avions fait – le même jour et au même endroit sans le savoir à l’époque – nos pires chronos sur marathon. Ce jour-là, vexé comme beaucoup, il avait déclaré : « Soit je cours en moins de 5h la prochaine fois, soit j’arrête le marathon ». Et c’est devenu sa règle pour décider, un jour, d’arrêter : tant qu’il fera moins de 5h et qu’il ne sera pas le dernier, il continuera … 

 

Km14, quai Maubec :

Déjà

Roland évoque le marathon de Caen en juin prochain … Pour marquer le coup, je lui propose de venir courir déguisé pour son 80e anniversaire. Et lui d’avancer : « Tu viendras dîner à la maison après la course ».

Le 28e puis le 30e kilomètre sont dépassés. Malgré les apparences, les genoux couinent de plus en plus, les jambes sont lourdes. La faute peut-être à ce faux rythme que je m’impose, même si je lance quelques accélérations pour me dégourdir les jambes et marque quelques stops pour les photos souvenir.

Comme prévu on double Mara tout en l’encourageant à ne rien lâcher ; elle a un peu la langue qui traine par terre mais je sens que ça va le faire avec son collègue : à deux c’est plus facile… enfin moins dur…

Retour sur le port avant d’affronter les 7 derniers, de plus en plus j’ai tendance à marcher entre deux. Roland continue, imperturbable, d’un naturel inoxydable. Hormis deux ou trois ravitos (et encore) il n’aura jamais marché !

Son allure a un peu baissé tout de même, aux environs de 06:50 / km. Les échanges et les blagues entre nous se font de moins en moins fréquents. La dernière boucle est toujours aussi difficile, en particulier autour de l’université… La tête de course nous double dans un souffle aérien au 38e environ :

 

Ca m’a reboosté. Quelques minutes après Roland s’exclame :

-      « Quelle tristesse ! »

Je regarde tout autour : point de drame en vue, point de coureur à l’agonie ou de chien écrasé … je ne comprends pas.

-      « C’est déjà fini … »

... nous venons de passe à côté du panneau Km39.

 

L’arche « dernier km » est en vue : je prends une dernière fois de l’avance pour immortaliser l’instant pourtant déjà vécu 73 fois par Roland :

 

Je préviens Muriel et Nadine de notre arrivée imminente. Comme à chaque fois, une haie de spectateurs nous accompagne pour les derniers hectomètres. Au moment de s’engager dans la dernière ligne droite je lance à Roland :

-      « On refait un troisième tour ? »

-      « Pas de problème pour moi ! »

-      « … (silence) … Désolé pour moi ça ne sera pas possible ! »

Puis c’est la délivrance sur le tapis bleu.

Je signale au speaker qu’il peut féliciter le doyen de la course. 

Le prof et l’élève, frais comme au premier jour, sont allés au bout de leur promesse, en 04:45.

Avant Les Courants de la Liberté à Caen en juin, nous prolongerons déjà le plaisir en dinant ensemble. Le restaurant est au premier étage.

Roland n’a pu s’empêcher de monter les marches en courant.

 

François

Dossard 3100

 

 *****************************************

(*) Bonus : l'histoire du perroquet pour ceux qui ne connaissent pas :

Un jour, une femme décide d'acheter un perroquet à ses filles. Elle se rend donc au magasin d'animaux le plus proche.

Arrivée là, elle voit une aubaine pas croyable : 200 euros pour un magnifique perroquet parlant. Etonnée, elle va voir le vendeur : Monsieur, pourquoi un perroquet d'une aussi grande valeur est si peu cher ?

Et bien, ma petite dame, c'est qu'il vient d'un bordel et son langage n'est pas correct du tout.

Mais mon bon monsieur, ce n'est pas grave cela se corrige. Je vous le prends.

Le vendeur lui vend le perroquet et lui offre une cage. Arrivé chez elle, la cage installée dans le salon, le perroquet dit alors : Nouvelle maison, nouveau bordel !!

La femme se dit que ce n'est pas grave et qu'il va se corriger.

Les deux petites filles arrivent donc au salon et le perroquet de dire : 2 petites nouvelles putes ! 2 petites nouvelles putes !!

La mère explique, toute confuse à ses filles que le perroquet vient d'un bordel et que son langage va se corriger au jour le jour.

Sur ce Roger, le mari arrive et le perroquet de lancer à tue-tête : nouveau bordel, nouvelles p'tites putes, mais toujours ce bon vieux Roger !!!!!!

24 commentaires

Commentaire de baboune59 posté le 28-11-2012 à 22:08:39

Très chouette CR sur cette belle rencontre tant attendue.... :-)

Commentaire de francois 91410 posté le 28-11-2012 à 22:15:28

Comme quoi tout vient à qui sait attendre ...

Commentaire de Arclusaz posté le 28-11-2012 à 23:07:01

Perroquet, ça se dit comment en allemand ?

En tout cas, aufrichtige Glückwünsche und Danke Schön.

Commentaire de francois 91410 posté le 29-11-2012 à 07:31:45

Ein schöner Papagei für 200€ !? Vielen Dank Herr Laurent !

Commentaire de Bacchus posté le 29-11-2012 à 00:01:15

Magnifique CR, merci pour cet échange
Très friguant pour son âge, j'espère bien lui ressembler

Commentaire de francois 91410 posté le 29-11-2012 à 07:26:45

Je crois que nous pouvons tous espérer lui ressembler qd nous aurons son âge...

Commentaire de Mustang posté le 29-11-2012 à 00:32:02

Tout ça pour ça! Magnifique. Quelle belle aventure humaine; j'en suis tout ému!!

Commentaire de francois 91410 posté le 29-11-2012 à 07:28:51

ému ? ... ça confirme que les chevaux ont des émotions ?!! merci pour ton com

Commentaire de domi81 posté le 29-11-2012 à 04:35:04

merci d'avoir partagé cet instant de bonheur.
bonne continuation à vous deux. ;)

Commentaire de francois 91410 posté le 29-11-2012 à 07:33:02

oui en effet après des moments comme cela on aimerait être dans "eine endlose Geschichte"
(une histoire sans fin)

Commentaire de co14 posté le 29-11-2012 à 09:21:51

vous voici enfin réuni pour ce moment tant attendu !! bravo à vous deux pour ce marathon, à ce récit qui m'a fait revivre quelques moments fort de cette course...Préservez vous ces 7 prochains mois afin de revivre une aussi belle aventure...Bonne récup à vous deux

Commentaire de francois 91410 posté le 29-11-2012 à 09:28:44

merci pour le com et le conseil ... On se verra peut-être là bas ?

Commentaire de co14 posté le 29-11-2012 à 09:58:28

la date est retenue, comme chaque année ;) au plaisir

Commentaire de francois 91410 posté le 29-11-2012 à 13:58:39

yes !

Commentaire de chris78 posté le 29-11-2012 à 13:06:56

Ah ca y est, ce moment tant attendu est arrivé !! Magnifique course, magnifique CR !!
Un grand bravo à Roland, quelle pêche, c'est incroyable !!
Au plaisir de lire vos futures aventures

Commentaire de francois 91410 posté le 29-11-2012 à 13:58:27

Eh oui Christine... la patience ... D'ailleurs tu peux réserver ton dossard pour faire La Rochelle avec moi dans ... 35 ans ?!

Commentaire de Jean-Phi posté le 29-11-2012 à 17:42:03

J'aime bien la blague du perroquet..; et ton CR ! Et bravo à Roland pour son 73° marathon. Puissions-nous arriver aussi jeune à cet âge là !

Commentaire de francois 91410 posté le 29-11-2012 à 18:35:25

Plus que 35 ans à attendre ...

Commentaire de freddo90 posté le 30-11-2012 à 01:08:34

Merci pour ce récit, et si je suis à nouveau sur l'Ile de Ré en juillet prochain, je ferai mon possible pour ne pas louper le rendez-vous sur les 15 km ;-)

Commentaire de francois 91410 posté le 30-11-2012 à 21:11:09

Tu fais bien de me rappeler que je dois te prendre 30 pauvres secondes pour te poutrer à la prochaine édition... rdv le 20 juillet alors ;-)

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 30-11-2012 à 19:05:58

Belle histoire comme on les aime... même quand on est un vilain Lutin. Cette fois-ci, je n'étais pas à la Rochelle, on se verra l'année prochaine, peut-être...

Super, l'histoire du perroquet !

Commentaire de francois 91410 posté le 30-11-2012 à 21:14:43

C'est devenu un grand classique l'histoire du perroquet, mais ça marche toujours ! A croire qu'il y en a beaucoup qui ont Roger comme deuxième prénom ?!

Commentaire de caro.s91 posté le 03-12-2012 à 17:47:13

J'ai un peu (beaucoup) de retard dans mes lectures !!! Très belle histoire, superbe récit, belles illustrations, tu veux concourir pour le 2ème tome !!! ;-)

Commentaire de francois 91410 posté le 04-12-2012 à 07:59:17

Dire que tu as failli louper Roland ... depuis le temps ... Pour le 2e tome, on a encore le temps de voir : on va déjà soigner cette tendinite du long fléchisseur de l'hallux, après on verra !

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.14 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !