Récit de la course : Marathon de La Rochelle 2008, par Bacil14

L'auteur : Bacil14

La course : Marathon de La Rochelle

Date : 30/11/2008

Lieu : La Rochelle (Charente-Maritime)

Affichage : 889 vues

Distance : 42.195km

Objectif : Pas d'objectif

7 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

60 autres récits :

premier marathon...bien long comme le récit!!!

 

 Après une bonne semaine de récup me voici prête à faire le récit de cette aventure!!!

Tout commence il y a un peu plus de 4 mois où ma cop Co14 me lance ça ne te dirait pas de faire le Marathon de la Rochelle?? Je me dis pourquoi pas, d'autant plus que le club s'orientait sur un autre marathon plus tôt dans la saison et avec ma cheville en vrac le timing de préparation était trop juste...quand à Co14 je n'en parle même pas avec sa méchante douleur de pied récurrente c'était cuit aussi pour un objectif en octobre. Et puis l'idée de faire mon premier marathon dans une ville que je ne connaissais pas au milieu de plus de 7000 coureurs (ambiance garantie) ça me tentait pas mal!!. En bref il n'a pas fallut beaucoup insister pour que je sois partante. Cerise sur le gâteau mon petit homme se propose de le faire avec moi.

Je passe sur les 3 mois de préparation "un peu" hâchés entre les contraintes du boulot, la météo pas toujours clémente et le changement d'horaire obligeant à quelques sorties by night. Du côté de Co14 c'est pas vraiment mieux la faute surtout à ce fichu pied qui la relance régulièrement. Bref une préparation plutôt régulière mais certainement pas aussi intense que nécessaire. D'ailleurs les 2 dernières semaines avec Co14 on a pris l'option de "faire du jus" (la recette est simple manger beaucoup de pâtes, dormir au max et très peu courir !!) Et ça j'avoue qu'on l'a maîtrisé à la perfection. L'objectif c'était au moins d'arriver fraîches et avec une sacrée en vie de courir des bornes et des bornes.

Nous voilà donc le 29 novembre au village marathon de la Rochelle pour récupérer nos dossards. Petit détail qui a son importance nos noms et surtout prénoms sont écrits en gros caractère sur le précieux sésame et ça en jette. Yannick avec son dernier temps sur le semi de Paris à même le droit à un dossard préférentiel pour partir avec les grands (malheureusement en me suivant le lendemeain il n'aura certainement plus cette faveur sur sa prochaine gosse course, quelle dévotion c'est pas beau l'amour??!! Contrairement à ce que je pensais je ne suis pas vraiment stressée, mais plutôt super contente de partager un week-end entre amis loin du boulot et dans un environnement sympa. Seul petit bémol, la météo n'est pas au RDV (froid, pluie ...) malgré celà j'y crois à mes éclaircies pour le lendemain!! La journée défile à toute allure et nous voilà déjà tous réunis autour d'un plat de pâtes et d'un délicieux...magret de canrd cuisinné par Brigitte la soeur de Co14 ..et oui peut-être pas très diététique mais à tomber. C'est ce que j'ai aimé dans ce marathon au delà de l'évènement sportif c'est aussi un vrai bon moment de convivialité.

Une bonne nuit légèrement écourtée (réveil à 6 heures oblige) et quelque peu inquiétante sur la météo (c'est pas le train qu'on a entendu siffler mais le vent annoncé à plus de 100 KM/h et la pluie qui tambourinaitcontre les volets...ça promet!!).

Mais bon l'ambiance y est, le petit déjeuner est placé sous le signe du fou rire . Quelques temps plus tard nous voici chacun dans notre air de départ (le départ des hommes seniors et V1 étant différent de celui des femmes et des hommes V2 à V4). Commme on est un peu entassé comme des sardines en fait vite connaissance et je me rends comte qu'on est plein à se lancer sur notre premier marathon, plutôt rassurant!!. Le coup de pistolet retenti enfin mais on reste immobile un bon moment avant de pouvoir marcher un peu puis progressivement trottiner en passant la ligne. Dès le début l'ambiance est au RDV, les "Allez Sandrine" fusent, et au début naïve je me retourne pour savoir si je connais ce supporter et puis ça me fait tilt mon prénom est juste écrit en énorme sur mon dossard!!. Mais même si ce sont des inconnus qu'est-ce que c'est sympa de se faire encourager et plus les Kms vont défiler et plus je vais les aimés ces supporters de l'ombre!! Au passage un grand merci à eux, également à Brigitte et Eric ,et surtout à Fab notre supporter officiel qui a, pour nous, patienté de longues heures dans le froid !! Arrive déjà le Km 3 où je retrouve mon plus fidèle et dévoué supporter (j'ai nommé ma moitié Yanncik, Yaya pour les intimes). Sérieusement jusqu'au semi marathon tout va assez vite, bonnes sensations, avance sur le chrono espéré (3h45), et météo inespérée avec les éclaircies tant attendues (au point de quitter les gants) bref le rêve.

Mais alors qu'on s'éloigne un peu plus du centre ville et qu'on attaque la partie la moins sympa du parcours avec de longs et méchants faut-plats une espèce d'engourdissement des muscles de mes petites gambettes commence à méchamment se faire sentir.. au 27ième KM ça devient vraiment pesant et à partir du 30ième c'est officiel je douille vraiment et je dois me mettre dans le crâne que cette douleur ne va  plus me quitter avant la fin. Et là d'un coup, le film commence à passer au ralenti, ces fichus panneaux kilométriques mettent un temps fou à arriver, la moindre petite côte ou autre passage de trottoir est un Everest. Je me sens alors proche d'un : Je me déplace lentement et j'en bave!! Il ne me reste plus qu'à serrer les dents. On commence d'ailleurs à voir les premières victimes sur les bas côtés en train d'essayer de faire passer leurs crampes, ou essayant de repartir en clodiquant et devant quelques mètres plus loin renoncer. Ce n'est pas fait pour remonter le moral!!. A ce moment je pense fort à Co14 en priant pour que son pied ne la lâche pas!! J'essaie alors de mettre en place une stratégie, à chaque kilomètre je pense à une personne qui m'est chère, qui m'a encouragée....De Lud et sa petite Marion en passant par Virgow, Carnicero, et puis ma mère, mon père, mes frères et mes soeurs héhé héhéhé (je fais la fierotte aujourd'hui mais sur le coup je n'avais pas envie de chantonner). Et pendant ce temps, le marqueur d'allure 3h45 minutes s'envole, mais le compteur continue à tourner et enfin le tant attendu 40 KM pointe le bout de son nez!!  Je suis rassurée déjà au moins même si je doit marcher pour finir je vais pouvoir aller au bout. C'est fou comme à ce moment de la journée ces deux petits chiffres peuvent te changer la vie , comme dirait certains dans mon métier ça sent l'écurie, c'est déjà le dernier ravito et on entend déjà la foule des supporters à l'arrivée. La porte du dernier kms pointe à l'horizon et là je ne sais pas d'où vient cette énergie mais je retrouve une foulée digne des premiers km...mais qui soyons claire ne peut durer plus d'un km. Derniers 500 mètres (pas très sympa car sur les pavés et inutile de vous dire que courir sur un sol quelque peu irrégulier à 42 bornes c'est pas génial génial) mais heureusement le tapis bleu tant espéré ce déploie et la ligne d'arrivée n'est plus qu'à quelques foulées!!!Immense bonheur en passant cette ligne avec Yaya, un moment très fort partagé tous les deux qu'on pourra je l'espère raconter dans quelques décénnies à nos petits enfants en leur montrant la fameuse médaille au lien bleu. En plus le chrono n'est pas si loin de nos espoirs, c'est donc que du bonheur!!! Mais cette euphorie sera de courte durée car j'ai la mauvaise idée de m'arrêter et même de m'allonger un peu le temps d'un petit massage par Yaya, mais là grosse grosse erreur car au redémarrage la douleur au niveau des jambes est décuplée à en pleurer je ne sais plus comment me tenir, heureusement après 5 minutes de marche ça s'estompe pas mal. Donc petit conseil aux novices comme moi, c'est effectivement du bon sens mais après 42 bornes on a plus toujours les idées claires pensez après la ligne à marcher et à ne surtout pas vous assoir de suite !!!

Seul petit hic des grandes courses c'est que c'est pas facile de se retrouver dans cette marée de coupe-vents blancs et on ne verra donc pas arriver Co14. Mais heureusement quelques temps plus tard on a des nouvelles le pied à tenu et le chrono commme nous proche des espoirs. Conclusion pour un premier marathon le contrat est bien rempli. Il ne nous reste plus qu'à partager nos huîtres chèrement gagnées (C014 a compté ça fait environ une huître pour 2 km..avouez que c'est pas donné!!) accompagné de son foie gras et d'un bon cidre en compagnie de nos fidèles supporters!!! Encore une fois pas très conforme à la diététique sportive mais tellement convivial et savoureux!!

Après 48 heures transformée en Robocop (comme dirait Co14), on finit par oublier le pire et on commence à se dire que ce ne sera peut être pas le dernier 42.195Km!!

Au final j'espère malgré la longueur du récit que je ne vous aurais pas trop ennuyés et que j'aurais réussi à donner envie de faire son premier marathon et pourquoi pas sur la Rochelle 2009.

Bises à tous

7 commentaires

Commentaire de co14 posté le 09-12-2008 à 17:11:00

merci pour ce récit plein d'humour. Bravo à tous les deux, et merci d'avoir partagé ce merveilleux week-end avec nous....chose promise chose due : un délicieux cassoulet vous attend prochainement..

Commentaire de la panthère posté le 09-12-2008 à 17:32:00

bravo Sandrine! premier marathon bouclé et de belle manière, il a l'air vraiment sympa ce marathon!et le coupe-vent: une vrai merveille, t'as pas intérêt à l'oublier dans les vestiaires du stade! bisous....

Commentaire de calimero posté le 09-12-2008 à 20:09:00

Je me suis RE-GA-LE à te lire et à voir que tu as bien réussi ta grande première, bravo!!!

Commentaire de vivi14 posté le 09-12-2008 à 20:26:00

super sympa ton "petit" récit SANDRINE.encore bravo a toi et à ton fiancé !!!!en plus avec un chrono pil poil dans l'objectif prévu !!! c'est super.

Commentaire de wil14 posté le 09-12-2008 à 21:26:00

Bravo pour cette perf plus qu'honorable pour un premier marathon. Le contrat est rempli, presk trop facile avec un meneur d'allure comme Yannick!!

Commentaire de francois 91410 posté le 09-12-2008 à 22:29:00

merci pour ce récit très sympa qui nous permet de revivre de l'intérieur ce marathon, ses joies et ses douleurs.

bravo pour cette première réussie,
François

Commentaire de l'ourson posté le 11-12-2008 à 14:57:00

Bien sûr que ce n'est pas le dernier... Félicitations et bienvenue au club des marathoniens :-)

L'Ourson_on_a_dû_se_suivre_de_près_sur_le_parcours_;-)

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.18 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !