Récit de la course : Marathon de La Rochelle 2014, par Le Lutin d'Ecouves

L'auteur : Le Lutin d'Ecouves

La course : Marathon de La Rochelle

Date : 30/11/2014

Lieu : La Rochelle (Charente-Maritime)

Affichage : 862 vues

Distance : 42.195km

Objectif : Pas d'objectif

36 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

59 autres récits :

FORT MUSTANG

 
Nan, c'est pas vrai ! On s'est bien croisé en 1978 sur la base d'Evreux mais ce n'était pas sous la douche. Si je raconte cela, c'est pour l'énerver. J'aime bien l'énerver un peu mon Mustang comme la fois où j'ai collé sa tête sur le corps d'un canasson et que ça ne lui a pas plu. Nan, on s'est juste croisé et pis c'est tout...
 

Ça faisait quatorze ans que Mustang n'était pas venu courir à la Rochelle. Moi, c'est ma huitième participation, je ne sais plus quoi faire des coupe-vent bariolés. Comme en 2000, nous sommes descendus en compagnie de ma Josette chez ma chère Mimi. Aliam vitam, alio mores, nous échangeons maintenant les photos de nos petits-enfants.
 
C'était un soir d'anniversaire chez un collègue... En fait, je m'ennuyais et, pour ne pas participer aux jeux organisés par la maîtresse de maison qui avait pris en charge l'assistance comme elle le faisait avec sa classe maternelle, je faisais semblant d'être trop chargé pour aller faire le zouave avec les autres, zonant à côté du fût de pinard. J'avais échangé quelques mots avec Philippe qui se souvenait d'Evreux et réussi à faire passer l'essentiel : je faisais partie d'un groupe de coureurs et il était le bienvenu quand il le voulait.
 
 
Je suis un peu inquiet pour Katia que j'ai laissée toute seule au milieu du sas loin devant nous. J'ai tort, bien sûr, elle n'a plus besoin de coach et va exploser son record en passant de 3h56 à 3h47.
 
Nous sommes dans le dernier sas ; le chrono n'est pas une préoccupation ce jour, le défi ne se situe pas à ce niveau. Avec le temps, la montagne devient plus haute et le héros plus grand mais aussi plus modeste. Voilà des années que le Mustang n'a pas pratiqué le bitume à ce niveau et un bon moment qu'il n'a pas couru longtemps en compétition. Je l'ai entraîné et nous avons convenu d'un rythme adapté à l’état de son tendon d'Achille. Est-il raisonnable, sommes-nous sérieux ?
 
A 44 et 45 ans, nous n'avions peur de rien et venions de courir ensemble quelques mois auparavant notre premier marathon en 3h23min au Mont St Michel. Ça m'avait vraiment paru facile et rééditer l'exploit à la Rochelle cinq mois plus tard ne me faisait pas peur. Las, le Mustang s'était envolé dès le départ et j'avais bouffé des briques au 35ème kilomètre. 3h37 et douze minutes derrière le Cheval. Ce ne serait pas la dernière fois.
 
 
 "Philippe, tu vas trop vite..." Le Mustang cheval au long cours, après avoir galopé autour du Mont-Blanc, du Golfe du Morbihan ou de Liège, a oublié les pièges du marathon et je suis là pour les lui rappeler. Nous sommes là pour arriver dans un délai raisonnable et dans un état compatible avec le statut d'un dirigeant et néanmoins jury d'un club FFA. Dans la dignité, quoi ! Les cinq premiers kilomètres sont toujours euphoriques. Je connais trop cette discipline pour ne pas me méfier. Freinons donc les ardeurs chevalines.

Il a toujours eu un tempérament d'organisateur. J'aimais suivre. Grand découvreur d'épreuves, il nous embringuait souvent dans des courses surprenantes aux noms exotiques. Il me reste des images de gîtes improbables, de montagnes bleues à force d'être blanches, de mers giflant le granit comme on battait jadis le blé, de routes aléatoires et de retours en bout de nuit. De la joie et de l'amitié surtout, de parenthèses colorées ponctuées de rires. A cette époque, on nous appelait "les Cinglés".


Un peu rapide, ce premier semi. Sans vraiment s'emballer, l'animal mâche le mors. Vingt et un marathons au compteur, je sais d'expérience que les cadavres vont apparaître. Ces cadavres, ce sont ces pauvres hères qui marchent, zigzaguent et parfois s'effondrent. J'en fus un à Paris en 2008 et le souvenir m'en chauffe encore le bas du dos.

Philippe a toujours été le plus robuste et j'ai toujours été le plus agressif. Cela m'a parfois coûté très cher comme lors de ce trail de Guerlédan dont j'avais pris un départ canon, bien décidé à poutrer tous les copains. Après 25 km exemplaires, je m'étais dégonflé comme un soufflé au fromage et avais vu les amis me passer un par un. Après 42 km, j'avais jeté l'éponge et avais été rapatrié par l'organisation. Retrouvé à l'arrivée, Philippe, fier de sa performance et blanc comme un linge, n'avait pu cacher sa fatigue mais avait eu le bon goût de ne pas s'évanouir.
 

Un vrai marathon ne commence qu'après le semi. La fatigue s'installe chez Mustang, obligé qu'il est de compenser d'une jambe les faiblesses de l'autre. Pourtant, notre allure reste régulière durant 30 km : Un trot bien réglé sur 5 km puis 40 secondes de marche à chaque ravitaillement. Plusieurs fois par tour, nous sommes encouragés par notre fan-club. "Allez Philippe", reprends-je en chœur, "Allez Philippe" reprennent les spectateurs qui lisent nos dossards. 

J'ai presque toujours été plus rapide que lui en cross. J'en profitais pour le dauber d'importance, le ridiculisant pour de rire, ironisant sur son tempérament de Percheron. A un moment, j'avais fait de nos challenges amicaux une série bouffonne de récits où je me donnais le rôle du petit nerveux méchant et hargneux, une sorte de Satanas mâtiné d'un peu de de Funès. J'ai adoré cette période.
 

Les  douze derniers kilomètres sont vraiment difficiles. La machine est grippée et le visage de mon ami devient peu à peu paysage de souffrance. Allant contre ma nature, je me fais taiseux et cherche juste à l'encourager discrètement. "C'est dur mais regarde tous ces gars qui marchent, ils sont tous plus jeunes que toi et toi, tu ne marches pas..." En fait, je crains que s'il marche plus d'une minute, la machine se dérègle, lui imposant une fin peu glorieuse comme moi à Paris. Douze km de marche seraient un échec.  

Il a toujours été ébahi par ma façon de conduire qui lui procurait parfois des sueurs froides. Ce n'est pas que je sois imprudent mais je suis atypique au volant, respectant les limitations de vitesse mais oubliant fréquemment l'usage du frein. Souffrant de surcroît du mal des transports, je prenais le volant plus qu'à mon tour lors de nos virées sportives, ce qui ne laissait pas de tarabuster ce grand angoissé. C'est pourtant dans des conditions extrêmes que je fis preuve de mon talent particulier de conducteur, reliant la Normandie au Massif Central un jour de fort enneigement. Seul sur l'autoroute, ne croisant que des véhicules échoués dans les fossés, je fis une démonstration de ma conduite sur neige à plus de 60 km/h à un Mustang et un Loulou réfugiés sous les banquettes. Ils n'en revenaient pas, mais furent conquis quand je terminai mon périple en grimpant une pente verglacée en sous-régime alors que les autres repartaient à reculons et dans le désordre.
 
 
Toutes nos anecdotes de courses ne sont pas racontables... par exemple, ce ne serait pas correct de ma part de raconter pourquoi nous sommes allergiques aux éponges. Certaines prenaient parfois des allures inquiétantes quand Philippe tournait spectaculairement de l’œil après un effort particulièrement intense. Il faut dire qu'il préférait toujours aller au bout du bout là où je me contentais d'abandonner sans vergogne. Renoncer était toujours une douleur pour ce fier camarade, un déchirement ; là où pour moi, ce n'était qu'une péripétie. C'est pourquoi ce marathon de la Rochelle devait être une réussite. Forcément.
 
Premier marathon en commun couru dans l'insouciance ; quatorze ans après, au seuil des soixante ans, Philippe a encore gravi un sommet. Au dernier ravitaillement, sentant le feu du rasoir, je lui ai dit de boire vite sans marcher. L'arrivée s'est faite dans la douleur et la fierté. Il n'a pas failli, il n'a pas marché et ne s'est pas effondré sur la ligne. Demain, nous sommes le 1er décembre mais présentement, le soleil nous inonde comme en ce jour de juin 2000 au pied du Mont St Michel. Nous avons la quarantaine à nouveau et la vie nous appartient.
 
 

36 commentaires

Commentaire de blob posté le 03-12-2014 à 16:07:31

Bravo les pépés !

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 05-12-2014 à 18:10:44

Deux P, hein, c'est bien ça ?

Commentaire de Jean-Phi posté le 03-12-2014 à 16:28:23

Bravo !
Bel hommage à l'amitié. Elle se fait rare par ces temps et ça fait du bien à lire. 'tain faut être si vieux que ça pour que ça arrive encore ?

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 05-12-2014 à 18:11:31

Qui est vieux ?????

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 03-12-2014 à 17:13:23

Bien joué les quadras !!!!!!!!!!!
La photo avec le mec qui marche sur le bas-côté est juste d'anthologie !

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 05-12-2014 à 18:12:06

Yes, et il n'était pas seul !

Commentaire de Françoise 84 posté le 03-12-2014 à 17:22:47

Bien contente d'avoir de vos nouvelles par ce récit! Super équipe tous les deux, une belle amitié qui fait envie! Je vous embrasse bien fort, sans oublier vos "moitiés"!

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 05-12-2014 à 18:12:38

Merci et grosses bises.

Commentaire de Free Wheelin' Nat posté le 03-12-2014 à 17:44:59

Pouvez être fiers de vous...MagnifiqueS

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 05-12-2014 à 18:13:30

Magnifiques...euh, je préfèrerais que tu dises qu'on est sexy !!!

Commentaire de Mathias posté le 03-12-2014 à 17:52:00

ils sont jeunes, ils sont chauds, ils sentent bon le sable chaud, ouiiii !

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 05-12-2014 à 18:14:01

J'te fais cet effet ?

Commentaire de laurent05 posté le 03-12-2014 à 19:29:59

ça fait un moment que je n’étais pas passé lire un récit sur kikourou
mais un récit du lutin ça ne se loupe pas
votre amitié fait plaisir à voir
encore bravo à vous deux
au plaisir de vous revoir

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 05-12-2014 à 18:14:39

Merci Laurent, pour ton com' et ta fidélité.

Commentaire de philtraverses posté le 03-12-2014 à 19:35:12

Beau récit d'amitié et de vie, avec lequel je me sens en complète empathie. Une telle amitié, sportive, est un trésor inestimable. Comme la quarantaine, une fois à l'aube de la soixantaine, parait une adolescence éternelle et insouciante..

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 05-12-2014 à 18:15:28

Yes, ados puis gamins et enfin gâteux ! Quel bel avenir !

Commentaire de Mustang posté le 03-12-2014 à 19:42:46

Bouk!!! on est dans la soixantaine!!
Très ému à la lecture de ce récit, vraiment ému... toute une histoire ... entre Thierry et moi.. 'tain, je suis fier d'être allé jusqu'au bout de ces 42,195 km avec un coach exemplaire. Vous pouvez pas savoir ! je vais vous racontez ça bientôt!
MERCI Thierry !
merci en capitales, en très grandes capitales.

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 05-12-2014 à 18:16:23

Oui mais tu me remercieras moins quand je t'aurai envoyé la facture...

Commentaire de brague spirit posté le 03-12-2014 à 20:42:18

Une belle amitié qui dure.

En mode "guignol",le Lutin a changé.Il ne poutre plus Mustang.

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 05-12-2014 à 18:17:03

En mode Guignol, je brandis toujours mon bâton !

Commentaire de Eric Kb posté le 03-12-2014 à 20:56:01

Chouette ! L'ému s'tend et l'élu tient ;-)

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 05-12-2014 à 18:18:56

Il m'amuse tant, et il lutte, hein !

Commentaire de Berty09 posté le 03-12-2014 à 23:14:47

De très belles histoires qui font plaisir à lire. Bravo à vous pour votre marathon.

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 05-12-2014 à 18:19:40

Merci le plaisir est pour nous... après une ou deux bières.

Commentaire de Benman posté le 04-12-2014 à 00:47:20

Bravo et merci pour ce récital.

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 05-12-2014 à 18:20:05

J'ai fait le récit tôt.

Commentaire de Arclusaz posté le 04-12-2014 à 08:37:35

Voilà exactement le genre de récit que j'adooooooore lire. L'amitié transpire à chaque mot.

Et bravo pour le raccord de couleur de ton pull sur la 1ere photo, c'est du grand art !

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 05-12-2014 à 18:20:27

Mais moi aussi je t'adoooore !

Commentaire de freddo90 posté le 04-12-2014 à 09:36:16

Bravo, au Lutin pour ce récit et toute l'amitié qu'il y a derrière, et au Mustang pour ce marathon et la volonté qui va avec !

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 05-12-2014 à 18:21:01

Merci, et il lui en fallut de la volonté pour me supporter !

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 05-12-2014 à 18:22:05

En résumé, merci à tous pour vos commentaires. J'essaierai d’être plus méchant à l'avenir.

Commentaire de robin posté le 05-12-2014 à 21:37:02

Le 61 n'est pas fini !
bravo à vous deux !

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 06-12-2014 à 09:30:08

Et huit de plus aussi.

Commentaire de La Tortue posté le 07-12-2014 à 23:50:30

respect !

Commentaire de 2ni_57 posté le 08-12-2014 à 13:13:31

Et même en coach pour son vieux pote (et non pour son pote vieux, je précise)... ça le fait ! Bravo pour cette reconversion réussie, et cette façon, très personnelle, de nous raconter tout ça, après...
Trop fort, le Mustang... Mais le Lutin, aussi !

Commentaire de Jihem posté le 06-01-2015 à 22:57:29

Belles et émouvantes victoires

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil de kikouroù - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.15 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !