Récit de la course : Marathon de La Rochelle 2007, par steflebreton

L'auteur : steflebreton

La course : Marathon de La Rochelle

Date : 25/11/2007

Lieu : La Rochelle (Charente-Maritime)

Affichage : 890 vues

Distance : 42.195km

Objectif : Terminer

1 commentaire

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

60 autres récits :

Le récit

Ce CR pour raconter mon épopée sur le marathon de La Rochelle 2007, pour ceux qui aime se faire plaisir en course à pied sans sCe CR pour raconter mon épopée sur le marathon de La Rochelle 2007, pour ceux qui aime se faire plaisir en course à pied sans se prendre trop la tête.
 d'entraînement réalisé sur 10 semaines : 4 sorties par semaine pour un total de 6h00 hebdomadaire.
Objectif visé : 
finir et si possible sous 4h00

Arrivée vendredi soir vers minuit , je file à l'hôtel histoire de me reposer.

Samedi matin : direction l'espace marathon pour récupérer mon dossard et visiter les différents stands des partenaires.e prendre trop la tête.

Plan d'entraînement réalisé sur 10 semaines : 4 sorties par semaine pour un total de 6h00 hebdomadaire.
Objectif visé : 
finir et si possible sous 4h00

Arrivée vendredi soir vers minuit , je file à l'hôtel histoire de me reposer.

Samedi matin : direction l'espace marathon pour récupérer mon dossard et visiter les différents stands des partenaires.
IMG-0845-copie-1.JPG
Dehors, certains participent au chauffe gambette : une course de 4km a petite allure pour se mettre en jambe : je n'ai pas participer afin de garder le maximum de force pour le lendemain. Depuis quelques jours j'ai quelques contractures dans la jambe gauche, je n'ai pas envie de regretter par la suite.Dommage il y avait un t-shirt sympa et une casquette offert pour les participants...pas grave demain sera meilleur.
A l'intérieur je récupère le dvd de la course "Les gendarmes et les voleurs de temps", aprés l'avoir visionner je suis bien convaincu que cette course est vraiment sympa, elle deviendra certainement un de mes objectifs pour l'année prochaine.
Je rentre dans le stand pour récupérer mon dossard : le 7921 et la puce pour mon temps... je prends conscience que je ne suis plus dans le virtuel.

Samedi après midi, je trouve un petit resto qui propose pour les (futurs) marathoniens des pâtes XXL : c'est parti pour une bonne plâtrée : les pâtes je commence à saturation depuis 3 jours (midi et soir), c'est sûr il faut plus m'en parler avant quelques semaines.
Photo de la préparation de la zone d'arrivée :
IMG-0840.JPG
Photo de la préparation des motos (presse et organisation)

Par la suite : balade en ville, cinéma en fin d'après midi pour ce détendre et repas le soir dans une superbe brasserie (celle où allait le romancier Simenon) avec en repas : des lasagnes ;o(  , retour à l'hôtel ,TV et je vais dormir demain matin sera LE JOUR.

Pour ceux que cela intéresse, voici la vidéo du marathon (source runinlive VO2) :

 

http://webtv.runinlive.com/videos1.php4?v=64

Dimanche réveil à 5h45 : je vais prendre mon petit déjeuner : je suis le premier dans la salle , au menu : 3 tranches de pain au noix, un oeuf dur, un jus d'orange, 2 verre d'eau, un café et un yogourt. Retour dans la chambre : douche, début de l'habillage, exercices pour se décontracter et s'étirer (merci Serge).

Départ de l'hôtel à 8h10, j'arrive dans l'aire de départ vers 8h30 tranquillement et j'attends. A l'intérieur bonne ambiance. Le temps est un peu frais, un crachin commence à tomber, j'espère que cela ne vas pas continuer toute la course mais bon personnellement pour le moment je me sens bien.
J'ai choisi de partir avec un short, un t-shirt technique manche longue et une polaire (t° prévue entre 3 et 11°, du vent), j'ai opté pour partir vraiment tranquillement jusqu'au 1er semi afin de conserver des forces et ne pas trop m'user et pourquoi pas faire un deuxième semi plus rapide : j'ai fais un rêve un peu fou : finir pas trop fatigué et ne pas connaître le mur... c'est la que tout se complique.
Photos du départ
5541417.jpg
5541416.jpg

Je n'aurais pas du faire le choix de partir avec la polaire, elle était agréable dans le sas d'attente et sur les premiers km mais au 10km j'ai chaud, je n'ai pas pris conscience tout de suite que la polaire me faisait particulièrement transpirer, lors des premiers ravitaillements j'ai opté pour un gobelet d'eau et 2 sucres. Résultat je n'absorbe pas suffisamment d'eau par rapport à ce que j'en perds.

21,1 km (semi) :  j'ai froid et je me dis que cela n'est pas bon signe.Je sais déja que cela va être trés dur pour moi par la suite, je suis en début d'hypothermie.
5547920.jpg

24 km : coup d'arrêt brutal : mes jambes ne veulent plus me porter, j'ai des contractures terribles et des début de crampes. je tente quelques étirements mais c'est déjà trop tard...je suis en plein doute...je me demande si je serais capable d'arriver, il me reste 18km à parcourir et je suis cuit comme je ne l'ai jamais été.
Je décide d'aller jusqu'au prochain ravitaillement en marchant et en soufflant afin de voir si je peux récupérer et j'aviserais. A aucun moment je ne me suis dit j'abandonne, je n'ai pas enduré toute la préparation pour arrêter mais la c'est vraiment dur.

25 km : je suis "royal au bar" : un gobelet d'eau puis un gobelet de glucose overstim puis 2 sucres puis de nouveau 2 gobelets d'eau.
Je repars en marchant sur 500m puis je tente de me remettre à courir: cela tire de partout, j'ai l'impression que les muscles vont sortir de ma jambe tellement ils sont tendus. Allez courage, la prochaine échéance est au 30km.

30km : je me mets à philosopher : le mur du 30 je ne risque pas de le voir vu que je l'ai eu au 24 et qu'il n'a pas voulu me lâcher, au moins je me suis habitué à la douleur.
Plus que 12km195, j'alterne marche et course (marche en début d'après ravitaillement et dans les passages en côtes et course au milieu : je pense avoir un mix de 80% course pour 20% marche)
Dans mon calvaire je croise des coureurs sympa qui m'encourage et me disent "vas y accroche toi", à mes côtés je ne suis pas seul, beaucoup d'autres coureurs souffrent.

35 km : je croise un couple de coureurs belges, aussi cuits que moi, ils me disent " plus que 7km, on peu finir en marchant on sera dans les cordes par rapport au temps maximum de 5h30.
Pour ma part je décide de continuer mon alternance marche/course, je veux boucler le dernier km en courant.
Arrive une grande arche , je demande à un coureur si c'est celle du dernier km, il me répond "non, à cet endroit il doit rester 1km400", bon pas grave de toute façon je ne suis pas à ça prés.

41 km : l'arche du dernier km, mes jambes me font mal, et j'ai l'impression qu'elles ont décidé d'avancer toutes seules.

42,195 km : à ce moment je sens l'émotion des derniers centaines de mètres: les entraînements même quand on est fatigué et qu'on a pas vraiment envie de sortir, plusieurs fois j'ai essayé de me projeter pour savoir les sensations que serait de boucler cette épreuve ; les photographes sont présents, je franchis la ligne : 4h47mn41s
5570548.jpg
5559352.jpg

Je n'ai jamais autant souffert de ma vie, je récupère ma médaille, mon coupe vent (que j'exposerais fièrement sur le retour), le ravitaillement.
Direction l'hôtel, environ à 800m en côtes j'ai mal mais c'est sûr je rentre je me douche, et je vais manger et cette fois pas des pâtes, j'irais dans une crêperie...

Voici mes temps de passages , on remarque que la deuxième partie est très dure pour moi, je suis parti plutôt cool : 2h06 au 1er semi pour un record perso à 1h48

Temps 5km
00:30:32

Temps 10km
01:00:02
 
Temps 15km
01:29:37

Temps semi
02:06:41

Temps 25km
02:30:23

Tps 30km
03:11:13

Tps 35km
03:49:46
 
Tps final(42,195km)
04:47:41

Les + du marathon de La Rochelle :
- l'organisation vraiment au top (retrait des dossard, parcours)
- les bénévoles : vraiment sympa, toujours un mot réconfortant, vraiment pas de marathon sans eux
- les spectateurs : trés chaleureux, nous encourage en nous appellant par nos prénoms. La ville est vraiment à l'heure du marathon ce 25 novembre.

Les - du marathon de La Rochelle :
- le ravitaillement en eau : servi au gobelet et donc pas trés pratique,ceci dit je comprends l'intérêt en terme de coût financier et d'apport écologique.
- certains hôtels qui en profitent pour imposer 3 nuitées quand on ne pourrait que se contenter d'une.

Ce que je modifierais pour le prochain (Paris 2008) avec un objectif sous 4h00 :

- rallonger certaines sorties longues des plans de Serge avec 1 ou 2 sorties sur la préparation à 2h30 pour un max à 2h00 sur le plan suivi
- ne pas trop me couvrir : je partirais en t-shirt et je me couvrirais avec un sac poubelle sur le sas de départ et pendant les 2 premiers km.
je m'hydraterais un peu plus dès le départ et non plus me contenter d'un gobelet d'eau.

1 commentaire

Commentaire de francois 91410 posté le 27-12-2008 à 13:04:00

bravo pour ce récit, très vivant
j'y étais également en 2007, le crachin était finalement le bienvenu, pas eu trop froid perso.

on attend le CR du MDP !

Et 2009 ?

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.24 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !