Récit de la course : Marathon de La Rochelle 2008, par francois 91410

L'auteur : francois 91410

La course : Marathon de La Rochelle

Date : 30/11/2008

Lieu : La Rochelle (Charente-Maritime)

Affichage : 1356 vues

Distance : 42.195km

Objectif : Pas d'objectif

12 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

59 autres récits :

Record battu !! Oui, mais .....

Record battu !!      … oui, mais … 

 

Après un MDP frustrant pour cause de préparation tronquée, je me tournai vers mon véritable objectif de l’année, le marathon de La Rochelle, pour la troisième année consécutive.

L’objectif est simple : après 4:01:20 en 2006, 3:53:15 en 2007, cap vers les 3h50 ou moins…

Y a plus qu’à !!

 

 

Une préparation dans les règles

Spécialiste désormais des avant-courses mouvementée (voir récit MDP), ma (seule) grande peur fut deux semaines avant d’entamer mon plan d’entraînement, où je fis un vol plané en forêt en cueillant un pourtant très beau cèpe  ; résultat : entorse sévère de la cheville droite … J’ai cru sur le moment à un sort jeté par quelque Lutin facétieux venu d’Ecouves ou d’ailleurs … mais j’ai pu finalement avec quelques précautions entamer ce plan. Un plan sur 10 semaines, suivi scrupuleusement, quitte à démarrer certaines séances d’entraînement tard le soir …

      Bon, j’ai survécu .

 

Et deux semaines avant le jour J, j’étais bien satisfait de ne pas m‘être blessé ; toujours des douleurs chroniques au genou ou ailleurs … mais on finit par vivre avec.Les séances des deux dernières semaines dites de récupération furent, réflexion faite a posteriori, laborieuses. Je me suis bien traîné pour mes derniers kilos de prépa, alors que j’aurais dû ressentir une grande envie de foncer. La faute certainement à un emploi du temps trop bien chargé par ailleurs …

 

 

Le jour J

Bon ben faut y aller.

Je suis raisonnablement confiant au matin de ce 30 novembre. Je me dis que les 3h50 sont vraiment accessibles, et j’espère même pouvoir m’approcher des 3h45… (faut bien rêver aussi).

Je suis hébergé sur l’Ile de Ré avec Christophe, qui lui vise les 3h30. Lui aussi est assez confiant. Pour preuve, les conversations de la veille ont surtout tourné autour de la météo, annoncée catastrophique : vent, pluie et froid (4°C)… De quoi donc retrouver un peu d’humilité face à nos objectifs !!

Le réveil à 6h15 ne nous impressionne pas.

Un coup d’œil dehors nous indique que le vent a bien baissé, et que le ciel n’est pas si couvert. Départ de la maison à 7h ; nous passons à l’hôtel tout proche pour co-voiturer Hervé, concurrent croisé sur le forum du site du marathon.

Jusqu’au dernier moment (au pied du camion vestiaire), nous hésiterons sur la tenue à adopter, avant de choisir fuseau et coupe vent au dessus du maillot (j’ajouterai une couche pour ma part, l’occasion d’arborer pour la première fois ma kikouresque marque d’appartenance à ce forum).

 

  

Hervé partira en short … no comment .

Nous sommes quasiment les premiers à nous positionner dans notre sas (le dernier) Quai Maubec. Il nous reste 45’ à attendre, sans trop nous refroidir. La bise n’est pas très sympathique. Ce temps d’attente permet à plusieurs kikoureurs de me repérer, maillot et buff obligent : j’ai donc désormais le plaisir de connaître Obéron, Shadock et L’Ourson. 

 

Premier semi

Le canon a retenti, libérant les 7500 coureurs. Déjà pas mal de monde sur les trottoirs du Vieux Port. Le premier kilo est passé au ralenti, densité oblige, en 6’05. J’accélère sensiblement pour essayer de prendre un rythme plus adapté à mon objectif. C’est là que je me rends compte que j’ai perdu le papier avec mes temps de passage … Pas bien grave me dis-je sur le moment, je vais le faire au feeling (??).

Les 10 km sont avalés en 52’37’’ ; je me sens bien et me dis que je vais essayer de maintenir ce tempo le plus longtemps possible. Le temps annoncé au final sur ce tempo est de 3h45-3h46. Au 12/13e, je commence à ressentir mes vieilles douleurs, genou en tête. Le 15e c’est le mollet puis au 17e la hanche de l’autre côté… Je n’y prête même pas attention. J’attends le semi, mais je suis la fatigue monter … déjà.

 

  

 

Deuxième semi

Le semi arrive en 1h51’45’’ ; je suis dans ma fourchette basse de prévisions (ça c’est bien), et je sens que j’ai déjà bien tapé dans mes réserves (ça c’est pas bien). Mon cardio ne s’y trompe pas, il commence à monter et je n’arrive pas à me raisonner pour modérer mon allure.

Le 25e arrive comme une libération : le ravitaillement me permet de marcher. Pas glorieux comme perspective. Je prends soin de prendre un gobelet de glucose et un morceau de banane comme sur chaque ravito.

Le 30e, je ne m’en souviens pas, sauf toujours des bénévoles adorables et un public attentif, admiratif de nos efforts, voire de nos souffrances.

La fin de la dernière grande boucle me parait interminable, j’ai vraiment hâte de revenir sur le Vieux Port (34e). Là, la petite famille est fidèle au poste pour m’encourager ; j’esquisse un sourire pour la photo et poursuit ma route.

 

Le ravito du 35e n’y fera rien : je suis scotché sur la route ; chaque pas est effectué avec une douleur généralisée. Je suis en 3h11 au 35e, et suis désormais sur les bases de 3h51… Ce qui me fais réagir car je comprends que je risque de ne pas atteindre mon objectif, voire de ne pas battre mon record … un comble ! Je m’en veux déjà d’être parti sans plus de précaution, de ne pas avoir suffisamment suivi mon cardio sur le premier semi.

Jusqu’au 40e c’est le paroxysme, avec certainement la partie du parcours la plus difficile, car exposée au vent et relativement délaissée du public.

Un combat avec soi-même. Obligatoirement .

Puis on retrouve du public, puis le dernier ravito. Je m’arrête avec difficulté, les jambes raides, grimaçant, et ai beaucoup de difficulté à repartir, tout aussi grimaçant. Le speaker annonce les coureurs en 3h45 à l’arrivée… Un coup au moral …

 

L’arrivée

Je repars au mieux de ce que je peux livrer, le 41e puis le dernier kilo arrive. J’aperçois à nouveau la petite famille à 700m de la ligne. Pas de sourire cette fois, à peine un regard.

La foule est considérable, trois à quatre rangs de spectateurs depuis le 41! Les larmes montent dans les 300 derniers mètres j’entends mon prénom comme à plusieurs reprises depuis le début de la course. Je ne me risque pas à accélérer, c’est le tapis bleu, puis le bip final.

Le chrono officiel indique 3h53’16’’, soit 3h51’58’’ en temps réel RECORD BATTU !!

J’ai battu mon record c’est bien, mais je suis bien déçu car j’aurai dû faire mieux en gérant ma course proprement. Quel gâchis …Je mets 2 à 3 min, exténué, appuyé sur un véhicule de l’organisation, avant de pouvoir aller récupérer ma médaille, le coupe-vent le ravito et les huîtres (NB : c’est pas pour moi, c’est pour mes filles !). Je récupère mon sac et me change tranquillement sous la tente en dissertant avec mes voisins, arrivés aux alentours des 3h30.Je rejoins ensuite mes supportrices, je suis passé sur la ligne il y a 50’, Christophe est parti prendre sa douche.

 

Le récit pourrait s’arrêter là banalement mais j’ai prévu un épilogue inédit que j’ose vous raconter…

 

Epilogue

Plutôt que d’attendre le retour de Christophe, nous décidons d’aller déjeuner dans un des restaurants du Vieux Port. J’ai besoin de m’asseoir mine de rien, et j’ai un peu la nausée ; plutôt classique.Le serveur nous invite à monter à l’étage. La bouffée de chaleur à l’entrée du resto et l’idée de monter un étage associées, je me suis arrêté à la quatrième marche … avant de me réveiller une petite minute plus tard, allongé sur le sol au pied de l’escalier.

Malaise vagal pronostique un coureur médecin ou pompier je ne sais plus. Merci à lui et au personnel du resto, très pros.

Puis les pompiers arrivent. Je reprends petit à petit mes esprits. Le médecin des pompiers m’épargnera juste l’hôpital ; merci à eux aussi.

Ca suffit comme ça . J’étais donc bien fatigué.

 

Et cette alerte me sert de leçon à plusieurs titres.

Mais ça, c’est une autre histoire. 

François - Dossard 6346

12 commentaires

Commentaire de chris78 posté le 04-12-2008 à 10:12:00

Super je suis la première à écrire le commentaire !!!
Génial ton récit, bravo pour ton chrono. Beaucoup de souffrance et quel final !!!!
Te souhaite une bonne récup, passe de bonnes fêtes
A bientot
Christine

Commentaire de titi14 posté le 04-12-2008 à 10:38:00

chez toi je ressens une certaine passion,ce qui fait un grand kikoureur,felicitation pour ton record mais c'est pas fini,a quand le prochain marathon?bravo pour ton recit, recupere bien a bientot...

Commentaire de canard49 posté le 04-12-2008 à 11:05:00

Et bien que de souffrance et d'auto flagellation... Tu peux être fier d'être allé au bout dans ses conditions, tu bats ton record à la Rochelle, marathon plus difficile que Paris selon moi alors tu peux prétendre faire mieux (et peut-être sans malaise) ailleurs.
Je te souhaite une bonne récupération physique et mentale...
Alexandre

Commentaire de Fibre posté le 04-12-2008 à 13:07:00

Chapeau François,
Bravo et récupère bien.
Fibre

Commentaire de co14 posté le 04-12-2008 à 13:34:00

bravo pour le chrono!!! bonne récup, et merci pour le récit qui me rappelle combien c'était dur!!

Commentaire de hellaumax posté le 04-12-2008 à 13:44:00

Bravo François. Supporter à distance, je suis vraiment fier de toi. Tu as eu énormément de courage. bravo.
A bientôt

Commentaire de Mustang posté le 04-12-2008 à 20:40:00

Bravo!! un très beau marathon que celui de La Rochelle!! quand je l'ai fait, il y avait 5000 participants, maintenant 7500! ça laisse rêveur!!

Tu as bien géré!!! un parcours pas si évident: la montée des pompiers, les quais bien ventés!!

Allez, au prochain, ça sera encore mieux!

Commentaire de l'ourson posté le 05-12-2008 à 11:01:00

Félicitations pour ce record battu ! C'est déjà ça de pris :-) Pour les 3H45.. embauche 1 ou 2 lièvres et tu verras que ça passe tout seul ! ou presque... ;-))

L'Ourson_au_plaisir_de_te_saluer_à_nouveau_:-)

Commentaire de la panthère posté le 06-12-2008 à 14:42:00

un grand bravo!....
alors....tu fais une petite frayeur à tes amis avant le restau? donc pas de regrets, t'as tout donné!

Commentaire de Obéron posté le 06-12-2008 à 19:15:00

Bravo pour ta course!!
Content de t'avoir vu au départ, à une prochaine peut-être...

Commentaire de agnès78 posté le 08-12-2008 à 13:03:00

un grand BRAVo pour ta course et merci de nous l'avoir faite partager à travers ce beau récit; j'espère que tu as bien récupéré.
Bises
agnès

Commentaire de Le CAGOU posté le 16-12-2008 à 17:42:00

Bonsoir François 91410,
J'espère que tu récupères, grand merci pour ta course et ton cr. Longin de longine ton chrono est superbe. Bonnes fêtes et à l'année prochaine de te lire pour tes chronos. SPORTIVEMENT LE CAGOU

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.18 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !