Récit de la course : La Course des Terrils - Les Allumés 2008, par taz28

L'auteur : taz28

La course : La Course des Terrils - Les Allumés

Date : 27/9/2008

Lieu : Raismes (Nord)

Affichage : 4521 vues

Distance : 9.2km

Objectif : Pas d'objectif

47 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Entre ombres et lumières...

 

 Entre ombres et lumières...

 

 

Pas facile de faire un récit à la hauteur de ce week end chez nos Chtis… 

Alors j’ai voulu essayer….

Essayer de mêler l’euphorie de nos retrouvailles, la joie de notre amitié, la folie de cette course, à la réalité de cet environnement des Terrils. 

Ne pas oublier où nous allions poser les pieds, rendre hommage à ces centaines d’hommes ou d’enfants, ayant durement travaillé à la mine… J’ai donc navigué sur les sites, découvert des auteurs, lu des anecdotes… Je suis tombée un peu par hasard sur Henri Raimbaut…Il aurait pu s’appeler Arthur et se nommer Raimbaud…Leur plume les a orientés tous deux vers  la poésie. Ce Raimbaut là a été mineur, et  a travaillé à la fosse Sabatier de Raismes.

La mine lui a inspiré son talent, et fait valser son crayon…Il est actuellement alité, silicosé, il vous lira, car je lui ai demandé l’autorisation de publier quelques uns de ses poèmes sur la mine.Avec une grande gentillesse, il m’a autorisée cette démarche, en me demandant évidemment de lui envoyer le lien dès que j’aurais fini ce récit…. 

http://pagesperso-orange.fr/henri.raimbaut/

Passé ou avenir, Mélancolie ou allégresse,Paradis ou enfer,

Je vais donc tenter de vous faire un amalgame de toutes ces émotions…. Je ne veux en aucun cas provoquer en vous tristesse ou nostalgie, mais simplement partager cette terre du Nord qui nous a accueillis si humblement !!

 

 

     

               Aujourd'hui ...27 septembre 2008…

 

 

      

 

Le gîte du Luron …

Dans la superbe forêt de Raismes Les  CHTIS, Grincheux, et Vincent,  hôtes de ces bois nous attendent… 

 

Arrivés sous un superbe soleil , c’est Phiphi, et Thierry qui nous accueillent…

 

Thierry … Le Lutin, pas le Luron !! 

Les retrouvailles sont toujours aussi heureuses ! Objectif à la main, il mitraille les derniers retardataires… Le fanion Kikourou est accroché fièrement à l’entrée de ce superbe lieu forestier.

 Ils sont venus, ils sont tous là :

Vetchar, Lydie, Grandware, Jihem, Astrawally, Ldingo,Le Lutin, Benos, Olycos, Baroudeuse, Arnaud59, HayDavid, L’Ourson, Céd c bien, le Castor, le Bagnard, Riah, Bashiboozook, Pégase, Bernard le Pirate, Vivien, , nos fistons Kévin et Maxime, et évidemment Chtigrincheux, chtigrincheuse, Aurore et Anais,  ChtiVincent, Chtisabelle et Marion !!

 Le ton est donné, la bonne humeur est de mise !!  Après une partie de pétanque âprement disputée entre Marion, le Castor, Chtigrincheux, Monstertruck et moi même, l’heure est à la préparation… 

Nous partons à l’assaut des Terrils dans peu de temps…

 

C’est le branle bas de combat dans les dortoirs, casques, frontales, bleus de travail, nous avons tous décidé à notre façon, de rendre hommage aux mineurs de cette région du Nord.

 

 Un peu de suie sur les fronts et les joues de chacun,, que Marion s’amuse à bien étaler, et nous sommes prêts à partir fouler les terres charbonneuses !! 

      La photo de groupe, et en avant !!!   

 

Le cortège de voitures nous amène tous dans le centre ville de Raismes…

 Notre colonie de Kikous fait son effet, le Bagnard traine son boulet, Astra Wally s’octroie une pause à la caisse d’Epar…Chti Grincheux rêve de se préserver avec sa Fanfan …Nous sommes un peu bruyants, mais l’euphorie de la course nous a tous contaminés !!  Le Château de la Princesse, le départ se fera ici,Nous y rencontrons Hellaumax avec sa petite famille (Baptiste découvre avec bonheur nos bâtons lumineux !!)

 

 La nuit tombe doucement sur Raismes, la lumière se fait douce, notre groupe se resserre sur la ligne de départ… Le départ est donné. Nous avons décidé de courir tous ensemble ou presque, le chrono ne nous intéresse pas sur cette course des allumés !!

Nous allons profiter de la course et de son ambiance unique….

             

Nous quittons très vite le bitume pour entamer le sentier en forêt, le premier terril arrive rapidement !! Waouhhhh toutes ces frontales qui grimpent !!!  

La vision est extraordinaire, les coureurs escaladent ce mont noir charbon, la verticalité est impressionnante, nous nous lançons à l’assaut de ce pic !!

  

Je commence debout, mais la difficulté m’incite à faire comme tous les autres : poser les mains, et me mettre en position de quatre pattes !!

 Domi me met quelques mains aux fesses pour m’aider !! A moins que ce ne soit pas lui ???

 Ça grimpe vraiment, c’est peu dire…Parfois les pied dérapent, et l’on redescend sans l’avoir voulu…

Les personnes nous précédant glissent aussi et écrasent mes pauvres mains !!  Je lève la tête et constate que je n’ai fait qu’une petite moitié de cette montée infernale !!  

Je ne sais plus où passer pour faciliter la grimpée, les gens ont fait quelques marches naturelles, mais tout le monde passe par là, et cela bouchonne un peu ..

Domi m’indique d’aller plus à droite, mais c’est beaucoup plus lisse, et les pieds accrochent moins bien  !

 Le souffle est court, les mollets sont durs, mais je viens à bout de cette ascension !!! Notre groupe attend là haut, les encouragements fusent, nous les rejoignons….

Allez, juste le temps de reprendre la respiration, et nous dévalons déjà de l’autre côté, la pente est heureusement moins raide à descendre que ce que nous venons de monter … !! Un spectacle grandiose nous attend, un feu d’artifice explose ses couleurs sous nos yeux ravis, je ne sais plus si je dois courir, ou bien regarder où je mets les pieds pour ne pas tomber…

 

 Les fusées percent la nuit noire et lui donnent des couleurs de fête…. Le chevalement est en vue, illuminé de toutes parts ,il dresse fièrement sa carcasse de métal…

Un grondement sourd nous parvient, le bruit lancinant de la mine, si bien reproduit,  nous arrive aux oreilles…Tous nos sens sont mis à l’épreuve…Des frissons me parcourent de toutes parts…. 

Nous regardons, nous écoutons, nous courons…Des spectateurs sont amassés ici et là pour nous applaudir, certains sont déguisés,  ils sont nombreux à avoir affronter cette obscurité,  pour voir passer nos frontales.

  

Des flambeaux indiquent le chemin, des feux de camp sont à chaque intersection ou virage….   

Il nous reste maintenant le deuxième terril à conquérir. Il nous faut monter quelques marches, puis monter encore et encore, celui ci est moins pentu, je ne cours pas, je marche vite, mais j’avance…

Isabelle et Marion ne sont jamais loin de moi, j’adore voir cette gamine s’éclater avec nous !!!  Max commence à fatiguer, c’est sa première course et il se débrouille comme un chef, Kévin est parti devant, je ne le reverrai qu’à l’arrivée … 

Ma combinaison trop longue entrave mes foulées, elle me descend au bas des pieds, heureusement, mes chevaliers servants essaient tous de me trouver une ceinture pour la tenir, Le Dingo me dégotera une ficelle qui va ma faciliter la tâche !!  

Arrivés en haut du second terril, une chorale improvisée près d’une mini brasserie nous surprend : Le Castor, main sur le cœur, entonne des chansons populaires !!! Quel organe ce Cédric !!!  

J’aime moins la descente qui s’annonce, de toutes manières, j’aime pas les descentes en course !! J’ai peur, je freine des 4 fers…toujours cette peur idiote de tomber !! Décidément je ne changerai pas… 

Notre colonie est toujours groupée, les kilomètres défilent, un orchestre nous invite même à danser un rock avec Didier !!  

La fin du parcours se dessine, une longue ligne droite en forêt, Chti Vincent use ses derniers pétards en les allumant aux flammes des flambeaux du parcours… 

Nous attendons que le groupe de Kikous soit au complet pour terminer en beauté les derniers 500 mètres… Max retrouve sa pêche et prend la tête avec Marion  de la colo…

Les kikous font du bruit, beaucoup de bruit !!! On nous voit et on nous entend de loin…Cette arrivée est extraordinaire !!!  

1 h 20 de bonheur sur cette course des Terrils  prennent fin sous cette arche d’arrivée !!

Ce chrono indique à quel point nous avons su profiter de l’ambiance et de cette course mémorable !

Les yeux brillent de plaisir.. Nous décidons de ne pas rester trop longtemps au château, afin de profiter de la soirée prévue au gîte par nos Chtis Grincheux et ChtiVincent… 

Vont s’ensuivre alors des moments assez pénibles à raconter : 

Des hommes torses nus, attendant leur tour pour la douche

Des tartes au Maroilles à déguster sans aucune modération

Un fût de bière à liquider à volonté

Une tombola dirigée par un animateur hors pair,( le casting avait dû être sévère …)

Des cadeaux de rêve comblant les heureux gagnants (le pompon revenant à notre Lutin et ses strings XXS…)

 Des strip-teaseurs nous offrant un spectacle débordant de sensualité…Un DJ fou nous permettant de nous défouler sur le dance floor… 

Tous ces trucs pénibles nous ramènent tout de même à 4 h du matin vers nos couchettes et dortoirs respectifs !! Sachant que les portes claqueront, et que des rires fuseront encore une bonne heure,  avant que les yeux de chacun ne se referment pour une légère récupération !!  

Après deux ou trois bonnes heures de sommeil..Le réveil est évidemment le moment tant attendu ! 

Les visages sont frais et reposés…Les corps prêts à repartir pour la course des 4 terrils !!!

 Le petit déjeuner est gargantuesque, les Alsaciens nous ont même apporté du gâteau de Noël …mais même pas périmé, attention !!

 L’heure est arrivée de se rendre sur la course, j’y serai supportrice avec Fanfan et Marion, porte voix à la main, appareil photo et Camescope confié par Arnaud pour filmer les doux dingues … Le soleil a combattu durement le brouillard, et c’est sous un ciel azur, que nous laissons  nos Kikous sur la ligne de départ.  

Nous avons décidé d’aller encourager vers le chevalement, ce sera un emplacement idéal, nous voyons de loin arriver les concurrents et les buffs rouges ne se rateront pas.

 

      

  Je découvre le paysage de jour, le chevalement n’a rien perdu de sa hauteur, il est l’unique  vestige matérialisé  de ce passé,  la mémoire de tous ces hommes, de tous ces mineurs qui venaient travailler si durement sous les entrailles de cette terre.

Le bruit de la mine refait son entrée, on pourrait presque s’attendre à voir des wagons remonter de la surface, j’imagine les conditions très difficiles de ces exploitations minières.

 

 Je m‘arrache à mes pensées, les premiers arrivent, notre petit trio de supportrices hurle ses encouragements..

Nous guettons avec passion nos copains Kikous, et  nous n’avons pas à attendre longtemps,  le premier sera Taroc, puis Jihem, (il court bien le bougre !!) suivi de notre Astrawally et notre Pirate !!  

Les autres nous arrivent un par un, ou deux par deux, et à chaque fois, c’est une véritable ovation que nous leur offrons..

Le porte voix m’aide à ne pas perdre mes cordes vocales !!!  Domi court vers moi, il est radieux, tout a l’air de bien aller… 

Le Bagnard nous fait un véritable spectacle, il nous prend en photo, traîne son boulet devant des gens médusés et hilares !! 

Nous attendons les derniers….Et repartons vers la ligne d’arrivée. 

J’y retrouve Hellaumax, Hélène, Maxime et petit Baptiste (qui m’apprend comment se toucher le nez avec la langue !! ) 

                 

Les premiers concurrents en terminent avec ces 24 km, et ces 4 terrils….Nous attendons impatiemment nos Kikous. 

L’ordre des arrivées ne changera pas, notre trio de tête de  est resté le même, nous les félicitons tour à tour de leurs performances !!!  

Notre  groupe de supporters au rouge dominant, n’en finit plus de s’élargir au fur et à mesure des arrivants, et c’est une douce folie qui s’empare de nous à chaque copain ou copine que nous voyons arriver. 

Domi arrive avec Pégase, ils ne peuvent rater notre accueil… !! Les derniers approchent, le Bagnard toujours showman,  précède les Dunes d’Espoir, leur arrivée est toujours aussi belle et aussi touchante !!!  

Tout le monde est bien présent, il n’en manque pas un à l’appel, tous sont ravis de cette course, le parcours leur a offert des paysages variés et merveilleux, Domi a même réussi à se croire sur la Plaine des Sables à La Réunion !! (il chauffe dur le soleil dans l’Nord !!) 

Nous pouvons donc  aller nous repaître d’un couscous bien mérité (surtout après 20 mn d’attente …) 

Notre tablée est la plus grande de toutes, une table rouge de convives !!!  

La journée, le week-end se terminent …. 

Retour au gîte pour les douches, un goûter à la tarte au sucre (faites avec amour par Fanfan…) et le départ est imminent. 

Il faut se dire aurevoir, se promettre de nous retrouver très vite. 

Nous ne pouvons que remercier de tout notre cœur Françoise, Philippe, Aurore, Anais,  Isabelle, Vincent, Marion… Quel merveilleux week-end vous venez de nous faire vivre !!!  

MERCI !!!!  

         

Hier ....

  

 

A l`origine, une immense forêt s`étendait des limites de la Somme et de l`Aisne jusqu`au-delà des rives de l`Escaut. Cette forêt impénétrable servit longtemps d`asile aux Nerviens, puis à des bandes de pillards. 

Resté longtemps village forestier et agricole, Raismes passe au stade de bourgade industrielle avec la découverte de gisements de houille. 


En 1754, le Marquis de Cernay, Seigneur de Raismes, crée la première compagnie minière. En 1841, la concession de Vicoigne voit le jour.

Très vite avec le charbon à proximité, la métallurgie s`installe. De nombreuses usines naissent : clouteries, fonderies, boulonneries, sucreries, constructions mécaniques, la plus importante étant la Société Franco Belge de matériel de chemin de fer créée en 1881. Longtemps florissante, la ville de Raismes ne sera pas épargnée par la crise économique qui touchera le Nord Pas de Calais et le Valenciennois en particulier   

Emile Zola - Extrait de Germinal 

« Pas une parole n'était échangée. Ils tapaient tous, on n'entendait que ces coups irréguliers, voilés et comme lointains. Les bruits prenaient une sonorité rauque, sans un écho dans l'air mort.

Et il semblait que les ténèbres fussent d'un noir inconnu, épaissi par les poussières volantes du charbon, alourdi par des gaz qui pesaient sur les yeux. Les mèches des lampes, sous leurs chapeaux de toile métallique, n'y mettaient que des points rougeâtres. On ne distinguait rien, la taille s'ouvrait, montait ainsi qu'une large cheminée, plate et oblique, où la suie de dix hivers aurait amassé une nuit profonde.

Des formes spectrales s'y agitaient, les lueurs perdues laissaient entrevoir une rondeur de hanche, un bras noueux, une tête violente, barbouillée comme pour un crime.

Parfois, en se détachant, luisaient des blocs de houille, des pans et des arêtes, brusquement allumés d'un reflet de cristal. Puis, tout retombait au noir, les rivelaines tapaient à grands coups sourds, il n'y avait plus que le halètement des poitrines, le grognement de gêne et de fatigue, sous la pesanteur de l'air et la pluie des sources. » 

 

                                Henri Rimbaut 

Il est là dans l'obscurité

Dans la chaleur et la poussière

Lampe chapeau comme seule clarté

Angoisse à cinq cents mètres sous terre 

 

La sueur perle sur son front

Le torse qui luit tout noir

Il frappe la veine de charbon

Gagner sa croûte est son espoir 

 

L'homme est très vigoureux

Ses muscles durs sont saillants

Les coups de piqueur sont nerveux

Le charbon dur et résistant 

 

Il sue partout et la poussière

Finit par changer le visage

"La gueule noire" nom vulgaire

Pour cet homme plein de courage 

 

L'homme est actif et le hasard

Fait que certaines positions

Nous font penser à l'objet d'art

Que l'on trouve dans les salons 

 

Dans l'ambiance insupportable

Pendant des heures il va ramper

Eboulements, bruits, toit instable

Il va contourner les dangers 

 

Aussi jeune rappelle –toi

Quand tu lui diras sans raison

Comme vieux mineurs d'autrefois

                  Allez on y va "Au charbon"                      

    

 De ta structure de fer

Qui domine la fosse

Et ton allure si fière

Où les regards se posent 

 

 

Tu es le point d'ancrage

Au centre du carreau

Où s'activent les deux cages

Produits et matériaux 

 

 

Tournent, tournent molettes

La mine est au travail

Si l'ensemble s'arrête

C'est "holà" dans les tailles 

 

 

Quand tu tournes au rendement

Aux terres et au charbon

C'est le "trait" incessant

Que l'on voit des corons 

 

 

Quand une cage est au fond

La seconde est au jour

Une descente pour les fronts

L'autre remonte à son tour 

 

 

Rotation ralentie

C'est "hue" au personnel

Pour descendre dans la nuit

Abandonnant le ciel 

 

C'est l'heure de la remonte

Quand le poste est fini

Les mineurs qui décomptent

Leur devoir accompli 

 

Ascenseur du mineur

Tu les descends en terre

A quelle profondeur ?

Voyage du prolétaire

 

 

                  

Merci Henri       

   

 

 

 

 

 

 

 

 

                    Les Kikous un peu jaunis ....

 

      

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

        

 

 

 

 

 

 

47 commentaires

Commentaire de laurent05 posté le 01-10-2008 à 19:02:00

merci sandrine de nous faire partager ce fabuleux weekend qu'elle ambiance
les absents ont toujours tords
bises
laurent

Commentaire de frankek posté le 01-10-2008 à 20:05:00

wouah !!! super réçit ! merçi de nous faire partager cette course !!!

Commentaire de Khanardô posté le 01-10-2008 à 21:21:00

Merci Sandrine, un récit qui fait plaisir !
Je suis loin de ce Ch'Nord qui est si chaleureux, dommage...

Votre bonheur à tous fait plaisir à voir, et tu le racontes bien !

Bises

Alain

Commentaire de JLW posté le 01-10-2008 à 21:51:00

Quel weekend fabuleux, et dire qu'on raté tout ca ! Merci Taz pour ces belles illustrations.

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 01-10-2008 à 22:24:00

Super idée de mettre la poésie et les docus en regard du CR! Sinon, la main au derrière, c'est peut-être moi, il faisait noir et j'ai pas bien vu.

Commentaire de Jihem posté le 01-10-2008 à 23:04:00

Sandrine, le (bon ?) (et réservé) bougre est vraiment touché lorsqu'il lit tes phrases. Tu as une main (et un coeur) en or.
Le problème, c'est qu'après ça, j'ai plus envie d'écrire.
Et il faut que je pense à interdise la lecture à Shunga. Ca pourrait lui faire du mal.
Continue à nous faire plein de récits. Et un livre ?

Commentaire de L'Castor Junior posté le 02-10-2008 à 01:14:00

Merci Sandrine, pour Henri.
Et merci Henri, pour nous tous.

Commentaire de chtigrincheux posté le 02-10-2008 à 04:53:00

Je suis fils et petit fils de mineur …… Nous te remercions d’avoir retranscrit avec justesse et dignité l’essence même de ce qui nous caractérise …….
Le dicton c’est avéré exact une fois de plus

Quant tu viens dans le nord tu pleure deux fois ………..

Commentaire de la panthère posté le 02-10-2008 à 08:34:00

toujours un réel plaisir de te retrouver, ainsi que Domi, bravo à Maxime!!!!!
désolée pour la danse, j'ai pas assuré, sortant juste d'une bonne grosse angine, j'ai piqué du nez à 3h30 du matin..........à la prochaine! biz

Commentaire de hellaumax posté le 02-10-2008 à 09:39:00

C'est vraiment une superbe idée que tu as eue de mettre en parallèle ton récit et les poèmes.
Bravo sandrine

Commentaire de shunga posté le 02-10-2008 à 09:48:00

Bon tu as de la chance que tu as un invité. Même si ce ne fut pas bien lourd j'ai tout de même reçu un minimum d'éducation. Mais tu ne perds rien pour attendre Taz. Hum.
Merci à vous deux.

Commentaire de NoNo l'esc@rgot posté le 02-10-2008 à 10:16:00

Qu'il est beau ce récit...
Evidemment, la désagréable sensation d'avoir râté un truc énorme
vient tout gâcher. Snif... Franchement Sandrine, c'est pas sympa
de retranscrire aussi bien ce fa-bu-leux week end, et les photos,
j'en cause même pô... Pfff, tiens je me déconnecte pour pleurer
dans mon coin et promettre de ne pas râter la fête la prochaine fois !

Bises - No-Twin

Commentaire de l'ourson posté le 02-10-2008 à 10:41:00

Ton CR est plus délicieux encore qu'un pot de miel ;-) Merci ma belle et RV au raid28 :-)

Chl'ourchon_clap_clap_le_CR_Taz_:-)

Commentaire de fanfan59 posté le 02-10-2008 à 13:30:00

Quel bel hommage aux mineurs et à Monsieur Rimbaut. Tu as vraiment saisi toute la souffrance qu'ont eu ces hommes, ces femmes et ces enfants au trou. ton cr est plein d'émotion ma Sandrine. Merci d'avoir si bien raconté ce week-end de folie qui restera à jamais gravé dans ma mémoire et, probablement, dans beaucoup d'autres. Je vous embrasse bien affectueusement. Fanfan

Commentaire de Tamiou posté le 02-10-2008 à 13:37:00

Magique...

Commentaire de HervéB posté le 02-10-2008 à 14:10:00

Sandrine et sa plume magique !
Merci

Commentaire de agnès78 posté le 02-10-2008 à 15:07:00

merci pour ce beau récit!
bisous

Commentaire de ch'ti vincent posté le 02-10-2008 à 16:39:00

Quel beau weekend, on l'a tous vécu a 200%.
Merci pour ton excellent CR.
Et @ bientôt pour de nouvelles aventures Kikouresques j'espère !

Commentaire de gdraid posté le 02-10-2008 à 17:15:00

Merci Sandrine,
ton récit est beau et touchant.

Ton ami Henri Raimbaut peut être fier de lui, d'avoir travailler dur, et pouvoir aujourd'hui, nous transmettre avec toi, ce message en poême, qui semble signifier,
Ô mon Terril je t'aime !
JC

Commentaire de domdom g posté le 02-10-2008 à 17:36:00

et bien ca fait rever les week end entre kikou ,en regardant ce super recit et les belle photos, bravo a toi et tous les autres.

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 02-10-2008 à 17:49:00

C'est encore mieux avec les rajouts !

Commentaire de Françoise 84 posté le 02-10-2008 à 17:55:00

Vraiment sympa ton récit!! Ah, si la France était moins grande...!

Commentaire de nono_la_robote07 posté le 02-10-2008 à 18:08:00

Super Sandrine les recherches sur la région. Merci de rendre hommage ainsi aux mineurs. Originaire de Lens, la mine fait partie de mon histoire et un jour j'irai moi aussi gravir ces terrils qui ont marqué mon enfance.
Bravo pour votre douce folie kikouresque, elle fait plaisir à lire et donne envie d'être au prochain rendez vous.
bizzz
caro

Commentaire de jepipote posté le 02-10-2008 à 18:43:00

les absents ont toujours tord..... j'y été pas rrrrrrr

super récit.

Commentaire de marion posté le 02-10-2008 à 19:15:00

Super week end passé a tes cotés et aux cotés des autres kikou ...
A bientot j'espere .
Bisoux

Commentaire de redpanda posté le 02-10-2008 à 19:17:00

tip top comme d'hab!!!

Commentaire de Le Bagnard posté le 02-10-2008 à 19:21:00

Après avoir lu ton Cr, j'ai l'impression d'avoir moi mémé vécu ce week-end ça donne la chaire de poule.
Merci pour tout et à bientôt 8-)

Commentaire de jerome_I posté le 02-10-2008 à 20:10:00

MERCI à TOI...

A bientot

Jérome

Commentaire de calimero posté le 02-10-2008 à 21:03:00

Quel talent!! Géantissime ce récit et toute cette folie que tu nous décrit là!!
Les anciens peuvent être fiers, ils ont de dignes héritiers!!!

Commentaire de Hay-David posté le 02-10-2008 à 23:38:00

Très belle démarche de ta part d'avoir associer un ancien mineur reconverti poète pour illustrer en parallèle ton récit (excellent au demeurant) de ce week-end extraordinaire.

J'ai été surpris de cette démarche, originale et intelligente, content de t'avoir connu en chair et en os, a une prochaine fois (sans doute à la STL).

Commentaire de titifb posté le 03-10-2008 à 03:49:00

Beh, Taz, j'aurais eu bonne mine de rater un CR pareil !!! Fanstatique...La course, le parallèle avec les anciens mineurs, l'ambiance, l'amitié. Bref, un week end de bonheur que tu nous retranscris si bien, avec tant de talent. Franchement, ça me donne l'envie d'y participer...juste pour avoir la joie de partager tout ça avec vous, et surtout...avec toi !

Commentaire de soul94 posté le 03-10-2008 à 09:31:00

Encore un bien dur week-end à lutter contre l'adversité et cette tendance naturelle à faire la fête...
Avec du recul, j'aurai du écouter Domi et venir...
Bises à la vanille ;o)

Commentaire de co14 posté le 03-10-2008 à 15:48:00

ton récit était grandiose, merci de m'avoir fait partager deux sentiments : celui de n'avoir pu faire une course pareil à grand regret et celui d'un retour d'une trentaine d'années en arrière, ou se mélange pleins de souvenirs de mon enfance,dans une sité minière de NORMANDIE ...ton récit m'a donné "la chaire de poule". J'avais tellement oublié de souvenirs,...MERCI TAZ...BISOUS

Commentaire de Manu posté le 03-10-2008 à 16:08:00

Salut Taz,

Encore un bien beau récit, et un bel hommage aux mineurs.

Merci de nous avoir fait prendre un bol d'air du Nord

Commentaire de Zorg59 posté le 03-10-2008 à 17:58:00

Salut TAZ
Super Recit
Le parallele entre les deux récit est EXCELLENT

Au plaisir
Franck

Commentaire de moumie posté le 03-10-2008 à 19:26:00

Salut Sandrine,

Rien à dire sur ton récit, merci pour ce magnifique reportage avant/après.

A bientôt j'espère
Fabienne

Commentaire de Aiaccinu posté le 04-10-2008 à 18:57:00

Merci Henri,
Merci Sandrine,
Quand deux mondes se rencontrent sur leur point commun : la poésie

Commentaire de LtBlueb posté le 04-10-2008 à 22:48:00

Ben alors ca c'est du CR , Sandrine ! A chaque fois, je me fais la réflexion qu'il n'est pas possible de faire mieux , et pourtant à chaque fois c'est mieux !! Génial dans la forme, splendide dans l'émotion !

Merci et Bisous !

Commentaire de Mustang posté le 05-10-2008 à 15:03:00

super récit Sandrine, bravo! un vrai we magique!

Commentaire de Pegase posté le 06-10-2008 à 09:04:00

Enoooorme Sandrine. Que de délicatesse et de sensibilité mesuré à sa juste valeur.
Merci beaucoup Tazounette.

Commentaire de rapace74 posté le 06-10-2008 à 10:54:00

merci pour ce magnifique recit grande soeur

en plus je suis rassuré de voir que tu n'a pas perdu tes zorteil ;-)))))))

bises

manu

Commentaire de astra wally posté le 07-10-2008 à 00:26:00

pour un écureuil je suis pas très rapide pour faire des commentaires ! ton récit est tout bonnement merveilleux. En plus de relater notre grand week-end tu rend également un très grand hommage aux gueules noires. Je suis très fan du sépia et sur ces photos nos chtis sont encore plus beau . Merci de t'être entrainé assidument pour notre sautage au cou traditionnel, j'attendais ce moment depuis longtemps et je n'ai pas été déçu ! le retour sur terre a vraiment été difficile. Je crois bien qu'on ne se remet pas d'un week-end pareil. Ca fait tout bonnement chaud au coeur de passer 2 jours avec des personnes qui n'ont qu'une envie : s'amuser comme des gamins. Nos chti ont placé la barre de l'hospitalité et de la chaleur humaine vraiment très très haut.
Bisous à toi et Domi

Commentaire de yayoun posté le 08-10-2008 à 20:51:00

magnifique...superbe hommage aux mineurs, très beau compte rendu de la course...moment magique où le loisir se transforme en symbole, en histoire...

Commentaire de Lolarun posté le 13-10-2008 à 01:41:00

La mine est là sous nos yeux, ton récit l’incarne, elle l’habite, tant ce texte documentaire est à lui seul un gisement de matériaux précieux que l’on te voit extraire au fil des lignes, au cœur des mots, chacun d’entre eux pesant comme à l’habitude avec toi son poids de sensibilité à fleur de peau, de générosité sans calcul, de cette pierre précieuse entre toute qu’est l’humour mariée à l’humilité. Mariage avec le passé, avec notre histoire, la leur, dont seront à jamais exclu ceux qui n’ont pas vécu cet enfer humain qui les lia si forts entre eux, exclus que nous sommes et à la fois, même si c’est parcellaire, de tout cœur avec toi dans le leur. Dans celui du mineur choisi, presqu’élu dirais je ! C’est monumental Sandrine, à la mesure du monument de respect qu’on leur doit. Quant à la course, l’esprit kikou, ze big famille complètement folle, ce fut fumant une fois de plus ! merci pour tout ce partage là, du futile à l’histoire, de nos vies à la leur. Montertruck est revenu de là haut avec une pépite d’or ai-je entendu dire.. c’était toi !
Grosses Bises. lola

Commentaire de mikesurlenet posté le 16-10-2008 à 11:43:00

bravo pour votre course et ton compte rendu il est magnifique. fait avec le coeur.
merci pour le témoignage et l'hommage fait à nos anciens.

mikesurlenet

Commentaire de Céd C' Bien posté le 28-10-2008 à 19:16:00

Bon allez, il est tant que je me réveil pour enfin te féliciter de ce magnifique témoignage en faveur des mineurs, c'était vraiment un Week-end de pur folie. Bravo à toi pour ce Récit, c'est pour quand ton premier livre ?

Bisous

Céd

Commentaire de Francois dArras posté le 28-09-2009 à 22:25:00

Je cherchais un récit à lire pour tenter ma chance au jeu des 1000 commentaires et voilà que je trouve pack complet récit + note historique + poésie choisie + reportage photo, tout ça pour le même prix avec le sourire de l'auteur en plus.
J'ai plus besoin de gagner, j'ai déjà eu mon cadeau.
L'émotion sincère pour le bassin minier que tu transcrit avec tes mots me touche aussi bien que je n'en soit que (très proche) voisin.
Je ne t'es croisé que quelques secondes au milieu du marathon de Paris 2009 mais ta gentillesse a eu le temps de me marquer.
Tes milliers de lecture et de commentaires sont amplement mérité.
Merci d'avoir eu le culot d'attirer l'attention dessus pour me donner l'occasion d'exhumer ce récit que je n'avais pas encore lu.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.18 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !