Récit de la course : Marseille-Cassis 2009, par Sebornard

L'auteur : Sebornard

La course : Marseille-Cassis

Date : 25/10/2009

Lieu : Marseille 01 (Bouches-du-Rhône)

Affichage : 566 vues

Distance : 20.308km

Objectif : Pas d'objectif

1 commentaire

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

67 autres récits :

Le récit

Depuis quelques semaines les entrainements se font plus rapide, plus durs aussi avec de bonnes sensations et de bonnes courbatures.

Les cotes dans Bibémus ou les accélérations dans la voie Bonnet ont eu un effet positif sur ma préparation qui a démarré un peu tard.

 

Malgré tout, je sens bien que cette course va être une belle course, je me hasarde à faire un pronostique, entre 1h20 et 1h22 ; mais de toutes façon devant Fabrice J

 

Dimanche matin, je retrouve tous les gars dont Fabrice, Benoit et Antoine. Comme à mon habitude je chambre, mais c’est maintenant ou jamais, car Benoit et Antoine sont de toute façon au dessus.

 

Le départ, tranquille, avec Fabrice dans la roue, mais il n’est pas serein, a vrai dire il est stressé comme jamais. Il a gardé en mémoire sa mésaventure de l’an dernier, mais les entrainements que nous avons faits ensemble ne doivent pas lui laisser croire qu’il est moins fort. Il a du foncier et a montré qu’il était fort, reste le mental, mais la je crois avoir un wagon d’avance J

 

Les trois premiers kilos se passent bien, même si j’ai l’impression que nous sommes vite, puis Fabrice me dit qu’il est mal.

Je continu seul, je passe le 5eme (5.3) en 21’06.

J’aborde une partie plus pentue, mais la vraie cote démarre au virage. Je suis bien, je prends le ravitaillement, puis j’attaque la cote.

Les kilo défilent relativement facilement. Nous sommes plusieurs a courir sous les couleurs du club pour le challenge par équipe.

Je suis le boulet de l’équipe mais au cas ou l’un d’entre eux lâcherait, je suis la. Je rattrape Didier Roux, qui marche et qui court pour une autre équipe, et d’un J

 

Je passe au sommet en 41’15, soit quasiment mon meilleur chrono. Le club s’est déplacé en groupe et au sommet une folle équipe de joyeux lurons m’encouragent, on entend que « Sébastien, Sébastien… ». C’est plaisant.

Richard est la, il part avec moi pour la descente, il me dit que Benoit n’est pas loin, mais a vrai dire pas loin n’est pas vraiment précis.

Au 12.3, je passe en 51’25, je suis dans la souffrance et il reste encore 8kilos, je compte 4’ au kilo ce qui m’emmène en 1h23, pas bon pour le moral, mais Richard et la je m’accroche.

Il prendra tous les ravitaillements pour moi, sue le plateau de Carpienne, je vois au loin un ASPTT et peut être deux avec Benoit, mais n’est ce pas un rêve. Ce qu’il y a de sur c’est que cela contribue a ma motivation et malgré la souffrance je ne lâche pas, de plus après Carpienne, et cette petite cote je me dit qu’il n’y a que de la descente, il ne faut pas lâcher.

Je n’ai fait que doublé depuis le début (en tout cas plus que ce que l’on m’a doublé).

Nous arrivons dans les deux kilos avant l’entré dans Cassis, les photographes, Richard et moi sommes à coté, mais il reste encore 4 kilo environs et rien n’est gagné.

 

L’entrée dans cassis, c’est du plat, mais après le dernier kilo de descente, j’ai vraiment l’impression que c’est un mur. Ce sera le seul kilo depuis le sommet en 4’.

Apres le virage et le ravitaillement du Camping, je peux apercevoir Jean Christophe, et la même si c’est de plus en plus dur, je cours à la limite de l’explosion, mais Jean Christophe n’est pas n’importe qui et l’accrocher à son tableau de chasse n’est pas rien.

La descente vers le virage qui ouvre cette superbe vu sur cette cote des pompiers réputée difficile.

Et bien depuis deux ans je peux dire que j’ai doublé dans cette cote des noms prestigieux enfin n’exagérons rien, disons qu’au départ ils sont plus fort que moi).

Bref JC est à la ramasse et je le dépose sans aucun problème, sans oublier un petit encouragement.

Au sommet, j’entends une toute petite voix « allé Seb ». Céline aura quelques sueurs froides en attendant que Fabrice passe, environs 4 minutes plus tard.

Richard me conduit jusqu'à l’entré du port, l’enfilade de virage pour y arriver auront étaient très difficile mais l’espoir de faire moins d’1h21 est présent.

Je m’arrache dans le port, le sprint finale sur cette dernière ligne droite et je déclenche le chrono, 1h21’00.

Mais pas déçu car j’ai tout donné.

Le classement final sera 1’20’59 sec, je suis d’autant plus content que je n’aurai pas parié en septembre faire 1h20.

Fabrice finira en 1h25, Benoit et Antoine sont respectivement à 28 secondes et 33 secondes devant moi autant dire qu’ils ont eu chaud.

Christophe, le troisième larron qui a fait tous les entrainements sur piste avec Fabrice et moi finira en 1h22, un bug au départ lui aura laissé espérer qu’il avait fait 1h21.

 

Nous finissons 2eme au challenge entreprise, mais je ne suis pas dans le classement, il y en a 6 devant.

 

Stephane grand vainqueur fini en 1h10, c’est fort, très fort.

 

A bientot.

 

Seb, agitateur d'orteil depuis 1997

1 commentaire

Commentaire de CROCS-MAN posté le 23-03-2010 à 13:52:00

Un super chrono, BRAVO.
A l'année prochaine.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.17 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !