Récit de la course : Marseille-Cassis 2008, par Belet

L'auteur : Belet

La course : Marseille-Cassis

Date : 26/10/2008

Lieu : Marseille 01 (Bouches-du-Rhône)

Affichage : 922 vues

Distance : 20.308km

Matos : Short Kalengi strech
T-Shirt Adidas "Polar" manche courte
Chaussettes Kanlengi Run900
Chaussures Nike Air Zoom Elite
Casquette Kikourou
Polar RS800SD

Objectif : Se dépenser

4 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

67 autres récits :

Le récit

    Quand je me suis inscrit à Marseille-Cassis en Mars, je n'avais aucune idée de mon emploi du temps au moment de la course. Course mythique, grosse participation, l'occasion de voir des potes dans le coin, une course comme je les aime.

 

    Depuis le mois de Juin il se trouve que je j'accumule les déplacements professionnels, Monaco, Paris, et depuis 3 mois l'Inde, même si je trimballe toujours mes chaussures et mon Polar, pas facile de maintenir un entrainement digne de ce nom.

 

    Mais puisque je réussi à faire coïncider un retour d'Inde avec la course, je fais fi du petit décalage horaire et des nuits raccourcies, des heures d'avion, de l'entrainement en dent de scie et sur tapis de salle de sport, j'suis inscrit donc on part à Marseille. Et puis ma miss -  qui elle est en pleine forme - à l'occasion de récupérer le dossard d'un pote avec un genou capricieux, ca serait bête de rater ça.

 

    Dimanche matin nous voilà donc aux alentours du Vélodrome. On pose notre sac dans un camion, repartons boire un café qui nous sera offert (sur promesse de revenir payer plus tard, le barman n'ayant pas la monnaie sur notre billet), puis on s'approche de la ligne de départ. Deux choses sont difficilement conciliables dans ce genre de course: l'échauffement, et le placement sur la ligne de départ. Bon nous on fera 25/75, un échauffement de 5mn, et comme j'en ai vite marre et que je veux pas me retrouver trop loin, on se place, presque 1H à attendre. On est quand même assez loin, le ballon "2h" se faufile un peu devant nous, j'arrive à peine à identifier le "1h45" qui est beaucoup plus loin.

 

    D'ailleurs je n'entends pas le bang du départ mais on commence à avancer. En marchant, puis par petit pas, et c'est après plus de 3mn que je passe sous la ligne de départ. Objectifs? Indécis. Mon entrainement des dernières semaines me fait penser que je n'aurai pas trop de mal à tenir la distance, mais je sais que je n'ai plus de vitesse et que j'ai pas fait de côte depuis 3 mois. D'un autre côté j'aimerai bien faire dans les 1h45, comme ça pour le chiffre, même si c'est secondaire.

 

    En total absence de repère et de feeling, je décide donc de faire ma course au cardio à 170-175 puls, ne pas dépasser les 180 avant la fin de course. Un peu de plat, puis ca monte doucement jusqu'à l'obélisque, je prend la contre-allée pour éviter d'avoir à zigzaguer, je passe énormément de gens, un œil régulier sur la montre pour éviter de me faire emballer, c'est toujours un peu grisant.

 

    Mon rythme n'est pas exceptionnel, moins de 12km/h, mais de toute façon j'ai fait une croix sur une vraie "perf". Deuxième kil, je passe facilement le ballon des 2h, au quatrième je passe doucement celui des 1h45. Cool, je maintien mon rythme, on attaque la Gineste. Mon manque de côte se fait ressentir, c'est normalement "facile" pour mon poids plume, et là j'avance pas. Qu'importe, l'œil rivé sur le cardio, je monte doucement mais je monte, sans trop forcer, histoire de garder des jambes pour la descente.

 

    Je profite quand même un max de l'instant. Moi qui déteste courir en solo (et n'ai fait que ca depuis 3 mois), j'adore ces énormes évènements, le nombre incalculable de spectateurs auxquels j'essaye de répondre le plus souvent possible, les gogo-danseuses sur techno quand t'es en train d'en baver, la vue sur Marseille, la mer, le soleil, c'est le pied.

 

    Je suis  également bluffé par le niveau moyen des concurrents. Je pensais qu'ils seraient nombreux à se griller au départ, voire sur le début de la côte. J'arrive en haut de la gineste et il y en a finalement très très peu qui sont en train de marcher, preuve d'une bonne gestion de cette longue côte.

 

    Ravitaillement, je passe sous la bannière "10kils" en pile 1h, début de descente, le ballon des 1h45 est toujours derrière moi. Là encore je me rends compte de mon manque d'entrainement. J'ai beau allonger, impossible de tenir un rythme digne de ce nom. C'est un peu rageant, malgré la descente je tourne moins vite que pour mes semi de Bourg et 10km de Lyon, sur du plat, 6 mois plus tôt :).

 

    Ma patience dans la Gineste est quand même payante, je repasse nombre de concurrents, ne me fait plus doubler que rarement. 15ème kil, j'ai eu du mal dans les 2 petits faux plats mais ca va toujours, on attaque la partie ardue de la descente. On sent que ca devient dur pour certains concurrents, moi je déroule un max mais ca me tape fort dans les guiboles, j'essaye d'amortir au maximum, pas facile avec une pente à 7%.

 

    Entrée dans cassis, ca y est, j'ai les mollets en beton. Dernier ravitaillement. Je sais bien qu'il ne me servira à rien mais psychologiquement, je m'y arrête quand même rapidement, histoire de finir les 3 derniers kils à fond. Encore une bonne descente qui me détruit un peu plus les mollets, et la fameuse côte des pompiers. Ca fait mal, mais finalement elle n'est pas très longue, par orgueil je la passe sans marcher, en fait ca soulagerai presque des descentes.

 

    Moins de 2km, les derniers raidillons (9%) nous amènent sur le port, je lâche ce qui reste mais n'ai plus les jambes, ca tape un max, quelques amorcent de crampe m'arrachent des râles de douleurs, mais ca tient. Derniers virages je n'en peux plus, passe la ligne en trottinant. 1h53 au compteur, 1H50 à ma montre, finalement assez content, je ne pouvais pas faire beaucoup mieux. Miss termine à peine 4mn derrière moi, je suis à la fois bluffé et en même temps je lui avais prédit moins de 2h au départ, chapeau.   

 

    Le retour sur Marseille sera épique. On a mis 2h pour venir du Prado, il nous en faudra 4 pour y retourner. Le monde dans Cassis fait qu'il est assez difficile de s'y retrouver quand on n'est jamais venu, prévoir une bonne demi-heure pour rejoindre les navettes, plus d'1heure d'attente pour y monter, encore pas loin d'un heure pour rejoindre Marseille, et finalement il aurait été presque aussi rapide qu'on reparte en courant dans l'autre sens. A quand un marathon Marseille-Cassis A/R J

 

    Enfin après 2 jours à gérer mes courbatures, j'ai repris un avion pour l'Inde et repris l'entrainement sur tapis, en essayant de faire travailler un peu plus la VMA et les côtes.

4 commentaires

Commentaire de CROCS-MAN posté le 02-11-2008 à 15:36:00

Merci pour ton com et bravo pour votre course.

Commentaire de lulu posté le 02-11-2008 à 22:55:00

Bravo pour ta course !!!!!!!!

Commentaire de Gibus posté le 03-11-2008 à 20:04:00

Bravo
t'as bien gérer la Gineste
bon repos

Commentaire de MC 21 posté le 07-11-2008 à 23:26:00

Bravo pour ta course et ton CR

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.17 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !