Récit de la course : Marseille-Cassis 2010, par BOUK honte-du-sport

L'auteur : BOUK honte-du-sport

La course : Marseille-Cassis

Date : 31/10/2010

Lieu : Marseille 01 (Bouches-du-Rhône)

Affichage : 1147 vues

Distance : 20.308km

Objectif : Pas d'objectif

11 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

67 autres récits :

Mémorable !

Marseille-Cassis 2010… Une édition… mémorable…  

 

Le 1er Mars 2010 nous avons réussi l’impossible… Obtenir 15 dossards pour les 15 grenoblois/meylanais du club qui souhaitaient participer à cette course mythique… Le plus dur était (à notre avis) fait !  Et c’était sans compter sur la météo… Inéluctable… Ca fait une semaine qu’on nous promettait l’enfer… Le jeudi on y croit encore… Le samedi on se dit allez, il y aura une accalmie… Juste deux heures s’il vous plait mon Dieu…  

 

Et nous voici dimanche 31 octobre… 9h28… au milieu des 13 358 courageux du jour… Et une PLUIE BATTANTE se met en route, deux minutes AVANT le départ… C’était écrit, on serait maudit !!     

 

…Pas tellement d’objectif personnel aujourd’hui, si ce n’est faire profiter Mme Bouckette de la course et la voir arriver au Port de Cassis. Une pauvrette stressée par la course, le monde, et les conditions météo. Au moins pas de quoi tortiller du c** en ligne droite, nous arrivons à 20 minutes du départ, placés dans le dernier tiers des participants.  

 

Le top est donné, et nous voici en route, après avoir évité les nombreux projectiles tant dans les airs que par terre !! Petite foulée, et point de côté d’entrée, à peine le panneau « 20 kil restants » dépassé. Pas de remède à ça, hormis respirer fort, calmement, et se caler un semblant de rythme. Ca dépasse de tous les côtés, ça change de voir la course de l’arrière, on profite mieux des bénévoles, des spectateurs et des coureurs déguisés !  

 

On passe l’obélisque, le drapeau « 2h15 » nous dépasse, on continue le faux plat, la pluie redouble de plus belle… Et ce sera ainsi toute la course, on se dit « c’est bon, il ne peut pas pleuvoir plus », et pourtant il pleut à chaque fois ENCORE PLUS !! Le seul avantage est que l’ensemble poncho lafuma+capuche+casquette fonctionne à merveille, je suis vraiment bien.  

 

Nous arrivons dans le vallon avec le lacet, Do m’annonce avoir « trouvé un rythme », que « son diesel est chaud », ce fameux rythme, conjugué à l’ascension proprement dite fait que c’est nous qui remontons désormais les concurrents !! J’en profite pour monter sur le parapet et admirer ce vallon que nous gravissons, avec une pensée pour les derniers qui souffrent ! Et j’entends enfin de la bouche de Do (et de celles des autres plus tard) que j’avais raison raison raison quand je disais (passage pas très modeste, attention) que pour nous cette ascension relève plus du faux plat que de la montée !!  

 

Do s’accroche de temps en temps à moi, je la pousse mais c’est soit trop fort, soit pas le moment, soit pas la bonne trajectoire ! Au moins ça nous vaut les moqueries des autres concurrents !! Nous parvenons au sommet en 1h17. Ouf. Le plus dur est fait. Et si l’on s’en tient aux dires entendus la veille, nous devrions terminer en 2h34.  

 

Et finalement… Ben en fait… Le pire commence… Le temps s’aggrave encore… Certes, les kilomètres défilent, mais Do est de plus en plus mal et évoque l’abandon. En mon for intérieur, je ne dis rien, et garde un semblant de réaction au cas où / s’il le faut à 3 kil de l’arrivée car ce serait trop c**. Elle me demande la vitesse, je mens intentionnellement en lui indiquant 10.5 km/h !  

 

On arrive aux chars d’assaut, c’est génial !! Voir ces mastodontes d’aussi près dans des conditions rappelant MEDAL OF HONOUR, wahou !! G-é-a-n-t. Un grand moment pour moi !  On entame la grosse descente, et au loin des flash crépitent, j’ouvre mon ventre histoire qu’on repère mon dossard et on fait le smile de rigueur !! Des supportrices sont au mégaphone, je leur souffle un « elle s’appelle Dorothée », ça c’est fait !  

 

Enfin nous voici en bas de la descente… Là où normalement… S’agglutinent des milliers de spectateurs durant 3 kilomètres… On ne leur en voudra pas d’être absents, c’est un dé-lu-ge ici, des torrents se sont formés !  

 

La montée des pompiers arrive, ni une, ni deux je pousse Do pendant ces 400 derniers mètres de difficulté et lui parle déjà de l’après-course pour la détourner de l’abandon éventuel. Je balance même un « on sera largement en avance » ! Et d’ailleurs, sentant le port arriver elle balance une accélération qui nous vaudra un beau dernier kilomètre à fond, sur ce beau port de Cassis, et une arrivée en 2h26 (2h31 officiel). 

 

 

 

Exténuée, certes, mais elle l’a fait. Finisheur comme on dit ! Finisher de Marseille-Cassis, mais surtout finisheur de l’édition 2010 qui restera dans les annales ! Quelle course ! Je l’adore ! 

11 commentaires

Commentaire de fk_isere posté le 02-11-2010 à 17:27:00

eh bé! Le Bouc ment à sa Bouckette! Le reste du GLAB l'aura à l'oeil désormais. Encore une course très rafraichissante. Celui qui passe à travers les gouttes en ce moment, il est fort, très fort ^^ Bravo à Miss Do, toi t'as l'habitude ;)

Commentaire de foxtrot posté le 02-11-2010 à 20:00:00

Bravo a toi et la boukette,j'etais au meme moment sur nice dans les inondations,ça n'a pas du etre simple de courir dans ces conditions
Bravo encore

Commentaire de the dude posté le 02-11-2010 à 20:56:00

Quel romantique ce Bouc; il n'hésite pas à se jeter à l'eau pour soutenir sa belle et il a bien compris que parfois on se doit de mentir aux femmes pour leur bonheur.
Bon je te laisse Mme Dude a mis la main sur le rouleau à patisserie AIEUU.

Commentaire de CROCS-MAN posté le 02-11-2010 à 23:21:00

YES, BRAVO et merci pour ton CR

Commentaire de Pat'jambes posté le 02-11-2010 à 23:33:00

Ils y étaient, il raconte. Merci pour le CR.
Et bonne récup' (dans le sèche-linge?).

Commentaire de l ignoble posté le 03-11-2010 à 09:02:00

la bouckette était donc toute mouillée si j'ai tout suivi?

Commentaire de le_kéké posté le 03-11-2010 à 22:14:00

Bien joué le bouck, je vois qu'un peu moins de testostérone et on passe de moine soldat à chevalier servant. Bravo surtout à la miss qui a réussi à aller au bout malgré le mauvais temps et surtout 2h25 à écouter tes encouragements, moi j'aurais pas pu ;-)

Commentaire de les machine-gônes posté le 28-10-2011 à 09:33:12

Donc, même si on en parle jamais, il y a bien aussi de vaillantes femelles dans ce zoo ! Par contre on note que si celle du bouc c'est la boukette, fatalement celle de le_kéké, ...

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 28-10-2011 à 10:04:25

Hé les machines-gônes on fait du détérrage de post ?!!

Commentaire de les machine-gônes posté le 28-10-2011 à 22:59:16

En même temps, Marseille-Cassis c'est demain... Et puis vous croyez quoi ? Qu'on vous espionne pour chercher vos failles ? pfffffffft pas du tout notre style : nous, on court sans se préoccuper des autres ! Non, mais !
Bon, allez, on espère même qu'il ne neigera pas dimanche du côté des calanques.

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 28-10-2011 à 23:10:52

Bien entendu Marseille-Cassis n'est qu'une mise en jambe avant de croquer de la musaraigne à Montagnole !

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.18 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !