Récit de la course : Marseille-Cassis 2007, par riri51

L'auteur : riri51

La course : Marseille-Cassis

Date : 28/10/2007

Lieu : Marseille 01 (Bouches-du-Rhône)

Affichage : 1858 vues

Distance : 20.308km

Objectif : Se dépenser

7 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

66 autres récits :

Le récit

Dimanche 28 octobre 2007, réveil 6h00 du mat. Je récupère Samos vers 7h devant chez lui, puis direction la polyclinique RAMBOT d’Aix-en-Provence pour prendre le bus direction Marseille.

 

Cette année, je n’avais pas prévu de participer à Marseille / Cassis, mais, par l’intermédiaire d’un collègue de Samuel (Merci Fabien !!!), j’ai eu l’opportunité, il y a une quinzaine de jours,  d’avoir : un dossard + le transport en bus  + le repas du midi dans une  pizzeria sur le port de Cassis, pour zéro euro. Cela ne se refuse pas !

 

Donc, après une petite séance photo devant le parvis de la polyclinique, la trentaine de coureurs représentant cet établissement embarque dans la navette.

 

Arrivée 8h25’ au « camion vestiaire » (timing parfait, puisqu’il ferme à 8h30’). Ensuite direction la ligne de départ. Je cherche désespérément les buffs, casquettes kikourou… « Ah, ça y est, là, sur ma gauche ! ». Petit slalom, puis je tape sur l’épaule d’un inconnu, et la magie kikourou s’opère ! Il s’agit de Xav04. Il m’informe de la présence d’autres kikous, mais avec la foule, impossible de partir à leur rencontre. On se donne rendez-vous sur la plage vers 12h.

 

Ensuite, il ne reste plus qu’à patienter environ 45’. Perso, je choisis de m’asseoir jusqu’à 9h15 sans me préoccuper des coureurs qui se resserrent de plus en plus autour de moi ! 9h15, non seulement il est l’heure pour moi de me relever, mais il s’agit d’une obligation si je ne veux pas finir piétiné !

 

9h20, un dernier pipi, puis je me débarrasse de mes habits, que j’accroche sur le fil juste au dessus de ma tête. Celui-ci est bien garni, à tel point que dans les instants qui suivent, il cède ! Fabien, Samuel et moi, nous nous retrouvons enfouis sous une montagne d’habits !

 

9h30’, le départ est donné, nous piétinons un long moment (1’, 2’, 4’ ?) avant de franchir la ligne. Au passage de celle-ci je déclenche mon chrono. Du mode « trotting », nous passons en mode « footing », puis en mode « footing rapide ». Je rattrape Hakim, un collègue de Marseille Passion, avec qui j’échange quelques mots.

 

A l’approche de la passerelle, en discutant avec Samuel, nous constatons que Fabien nous a laissé filer. J’informe Samuel que je ne compte rien prendre au premier ravito. Au rond-point de Luminy, nous doublons les ballons 1h45’. Puis arrive le premier ravitaillement, où finalement j’attrape une bouteille d’eau.

 

Ensuite, j’attaque la montée de la Gineste, mais à présent je suis seul, mon changement de stratégie m’ayant fait perdre de vue Samuel (devant ? derrière ?). Dès le début de « l’ascension » je dépasse le reporter de France 3 ; il m’a l’air d’être  à la peine !

 

La montée de la Gineste me parait plus facile que l’année dernière. Etant parti plus cool, depuis le départ je ne fais que doubler (l’année dernière, le scénario était inversé !). Par contre je trouve l’ambiance sur cette partie du parcours plus tristounette (il n’y a même pas de danseuses sur le podium nike !).

 

Heureusement les allers / retours de l’hélico m’offrent de petites distractions (je m’escrime à faire de grands gestes, histoire d’obtenir un hypothétique passage à la télévision en prime time !)

 

Au ravito après le sommet de la Gineste, je prends une nouvelle bouteille d’eau, puis attaque la descente vers Carpiagne. Contrairement à l’édition 2006 où j’avais couru dans le rouge toute la course, cette année je suis capable à tout moment de discuter. D’ailleurs, un coureur portant les couleurs du club de Sarreguemines me demande le profil du parcours jusqu’à l’arrivée. La discussion s’engage…

     

Depuis le passage en haut de la Gineste, je guette le bord de la route à la recherche de Figatelli 13, mais sans réussite pour l’instant. Arrive le ravito de Carpiagne, cette fois-ci je tente un verre de boisson énergétique (pour varier les plaisirs !). Je suis toujours en compagnie de « Sarreguemines »,   et je double toujours (c’est bon pour le moral ! c’est bon, bon….).

 

La zone des photographes approche, je fais un petit écart pour passer dans un des couloirs photo, et je sens un début de crampe au mollet droit (Ah non ! le scénario catastrophe de 2006 va-t-il se reproduire ?voir cr 2006).

 

Je calme l’allure, « Sarreguemines » s’échappe. A présent, je suis dans les derniers hectomètres de la descente vers Cassis. Pour l’instant la mécanique à l’air de tenir, et au niveau du souffle je suis rando.

 

Je rattrape et dépasse « Sarreguemines » qui se lance dans un « show avec le public ». Ce coureur est vraiment surprenant, il est sur des bases d’1h30’ et il balaie la route de gauche à droite pour aller taper dans les mains des spectateurs, échanger quelques mots, etc…

 

Bon, revenons à la course, à présent je suis dans la côte des pompiers, que je passe en trottinant (histoire d’assurer !), puis je m’engage dans les dernières descentes. Une dame crie sur le bord « dernier kilo, vous êtes sur les bases d’1h30’ ». J’hallucine, je vais le faire !!!

 

Mais le problème, c’est que je me vois déjà en train de franchir la ligne ! Et là PATATRAQUE…une énorme crampe au mollet droit me jette à terre ! (environ 3 virages avant l’arrivée sur le port !).

 

Deux « nenettes » sur le bord me regardent sans comprendre, je suis allongé sur le goudron et j’essaie désespérément d’étirer mon mollet. Et là, devinez qui arrive à mon secours ? « Mr Sarreguemines » qui attrape ma jambe et m’aide à m’étirer.

 

Une dame s’approche, je lui ordonne (OUPS !) de remplacer « Sarreguemines » car je pense à son chrono ! Mais lui, toujours aussi cool, me dit qu’il n’est pas pressé. Je le remercie et le chasse presque !

 

Le temps tourne et cette pu…. de crampe ne passe pas. Samos arrive (il était donc derrière !). Je lui dis de filer, cela ne sert à rien de m’attendre (il finira en 1 h 31’ 47’’).

 

Puis enfin, j’arrive à me relever, je repars d’abord sur la chaussette, puis je « rechausse » quelques mètres avant de rentrer sur le port. C’est en trottinant que je termine les derniers mètres. Mon mollet me titille, mais finalement cela tient. Le chrono officiel indique 1 h 34’05’’ (et 1h32’22’’ à ma montre). Je pulvérise mon temps de l’année dernière, je suis super content (bon, d’accord pour les crampes, il me manque encore 800m, mais, par rapport à 2006 j’ai progressé de 2200m !!!).

   

Ensuite je retrouve Samos, puis Fabien (1h45’) et enfin plein de kikoureurs sur la plage, pour une petite séance photo bien sympa (voir les Crs de Nono, béné, etc….).

 

PS : Mon seul regret, c’est de ne pas avoir retrouver le coureur de Sarreguemines après la course, afin de le remercier une nouvelle fois. Si jamais, par un heureux hasard, il venait à lire ce CR : MERCI !

 

 

7 commentaires

Commentaire de akunamatata posté le 07-11-2007 à 17:07:00

récit très vivant, 2200 m de gagner avant "d'étirer" la crampe ! Je ris mais ça doit être pas drole, n'empeche que tu as pris une belle revanche à la ronde des vignes. Tu finis avec des gars en 1h25', alors voilà l'objectif de l'an prochain tout trouvé.

Commentaire de laurent05 posté le 08-11-2007 à 16:06:00

bravo riri pour ta course
super sympa de te croiser âpres sur le plage
à cassis
a+
laurent

Commentaire de NoNo l'esc@rgot posté le 08-11-2007 à 17:19:00

J'crois qu'on a tous levé les bras comme des fous au passage de
l'hélico, mais, j'ai visionné le film en entier : on y est pô !!!
Ravie de t'avoir enfin rencontré, en plus dans ce si beau cadre !
Promis, l'an prochain, je ne trainerai pas autant pour ne pas vous
faire attendre tous sur la plage ! ;-)) RV sur la 30° édition...

Bises - L'esc@rgot

Commentaire de Moicélolo posté le 08-11-2007 à 23:54:00

Bravo pour ta course Richard, enchantée d'avoir fait ta connaissance, à bientôt j'espère pour une course dans le Sud... j'aime bien le sud, ça grimpe pas trop mais c'est bô ....

Commentaire de Yannael posté le 10-11-2007 à 12:37:00

Bravo, belle course. Et l'an prochain, la crampe, ce sera après l'arrivée !!

Commentaire de joy posté le 29-11-2007 à 10:27:00

B R A V O C O A C H !!!@+

Commentaire de CROCS-MAN posté le 17-09-2008 à 11:30:00

SAlut RIRI, j'essaierai de te suivre pour 2008 vu que tu connais le parcours.Bravo.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.21 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !