Récit de la course : Trail du Pic Saint-Michel 2007, par thunder

L'auteur : thunder

La course : Trail du Pic Saint-Michel

Date : 3/6/2007

Lieu : Lans En Vercors (Isère)

Affichage : 1630 vues

Distance : 15km

Matos : Casquette kikourou, sac quechua 10l avec poche à eau lafu, deux trois bricoles, débardeur puma et short long nike, manchette kalenji et manchon bv sport, lafu active trail et chaussettes xsocks

Objectif : Se dépenser

16 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

90 autres récits :

Le récit

Le trail du pic St Michel

ou

un formidable WE d'amitié



Un soir de décembre 2006 quelques lançois lancent une invitation pour un trail au milieu d'une AAB. Et voilà le point de bifurcation qui nous a conduit, ce 2 juin au soir à Lans en Vercors.


L'entraînement


Mode gros touriste de base : 2 rando de 12 km, 1 rando course de 12 km, quelques kilomètres à vélo sans forcer, un footing à jeun et une petite séance de fractionné où je me fais mal et accessoirement une sortie longue de 19h et 4800 m de D+ en endurance. Bref tout ça sur 3 semaines, autant annoncer la couleur CE TRAIL c'est l'objectif de la saison, que dis-je d'une vie.


Le WE


La vie c'est comme une chanson de bénabar, ça commence par :

« J'veux pas y'aller à ce dîner, j'ai pas l'moral, j'suis fatigué, ils nous en voudront pas, allez on n'y va pas. En plus faut que je fasse un régime ma chemise me boudine, j'ai l'air d'une chipolata, je peux pas sortir comme ça. Ça n'a rien à voir je les aime bien tes amis, mais je veux pas les voir parce que j'ai pas envie. » 1


Puis quand même plus de 20 kikoureurs annoncés 2 AAB de prévu ça commence à faire envie.


Samedi


Le rendez vous avec nono est à 15h.

15h15 la belle arrive enfin.

Nous chargeons le foutoir de chacun dans le coffre pas si grand que ça du X-Trail . Et c'est parti maintenant ça ressemble à :


« A quatre sur la banquette arrière
A six dans une petite voiture
On tourne maintenant depuis deux heures
Cette fête elle est bien quelque part
L'itinéraire est formel
On aurait dû depuis longtemps
Quitter la Nationale

[...]

Quoi ? J'arrête pas de me plaindre
C'est complètement faux
J'aimerais étendre mes jambes
J'crois qu' je fais de la rétention d'eau
Si on reconnaît quelqu'un à ses copains
J'espère que les miens sont très très bien
J'espère surtout qu'ils savent où on va
Parce que moi vraiment, les gars, je sais pas

[...]

Serrés à six dans une petite voiture
J'échangerais pas ma place
Même si on va dans l' mur. »
2


On arrive malgré quelques frayeurs et de nombreux fous rires à trouver le gîte.

La verticalité des environs m'apaise. La ligne d'horizon est à porté de jambe ici.

On arrive chez Jacqueline, ça maison est un vrai havre de paix.

On s'installe, une vraie colonie de vacances avec comme chef de bande un vieux raideur.


18h

Il paraît qu'il y a une AAB pas loin il va peut être falloir se déplacer.


Petites courses à Villard.

On arrive presque à déprimer Nono avec nos courses de petit déj. (pour Marie c'est déjà fait depuis longtemps )


Bon il faudrait quand même penser à trouver le resto.

Coup de fil de patate à Serge l'échange est courtois.

Tiens mon tel sonne :

« - Allo sale gosse

- Ha patate

- Alors toujours aussi con

- ...

- Bon t'arrives quand? »

Enfin je vous passe les gentillesse mais ce soir tite patate elle a pas intérêt à broncher.



On arrive tant bien que la mal au resto mais entre le guide et le chauffeur forcément...


Retrouvailles entre kikoureurs alors forcément c'est pas très sérieux tout en parlant de choses sérieuses.


Juste heureux de retrouver la bande.

On passe à table.


Encore de grands moments d'amitiés et de rire. Ben finalement j'ai bien fait de venir. Je ne reviendrais pas sur le menu mais une pasta party avec une dose de pâtes pour les enfants ça va pas le faire. Enfin j'ai évité le dessert et j'ai fait le plein de sucres lents avec un yabon semoule et chocolat. (ça fait moins de fibres)


Un petit deal sur un parking dans le fond du coffre du Xtrail, on recharge le coffre et direction le gite. Encore une fois on trouve le moyen de se perdre grâce à notre super guide : « c'était à cette intersection qu'il fallait tourner »


Petit passage dans les hauteurs, la faune s'offre à nous. Nono escargot aux dents de tigre doit freiner (enfin limiter ses accélérations) pour éviter de ramener trop de barbac à la maison.

00h30 fin de journée extinction des feux



Dimanche


5h24 j'ouvre un oeil oula c'est tôt

5h30 si j'essayais de dormir mais c'est que je suis bien accompagné ce matin au réveil

5h45 j'avais dit réveil 6h mais on va aller faire chauffer l'eau.

Petit déj un peu différent à d'habitude :


1 tranche de blanc de volaille, un carbo cake ou presque et du thé + une gourmandise pas terrible.


6h45 on va essayer de redormir un peu. C'est sans compter que dans le groupe il y a deux gonzesses qui papotent. Grrrrrrrrffffffffffflllllllllllllllll


7h il paraît que j'ai une course aujourd'hui bon on va se préparer en plus il ne pleut pas.

Préparatifs dans le calme aujourd'hui je vais me balader et fumer du Rapace alors pas besoin de refaire 12 fois le sac, en plus y'a même pas de matos obligatoire.


8h30 on est fin prêt sauf les deux gonzesses du groupe : Raideur et Nicnic on avait dit 8h30 pour le départ.


8h30 et des grosses poussières nous voilà parti pour la grande fête au son d'un rock bien violent.


Nous reprenons la route avec ces magnifiques gorges.

Tiens, Rapace a raison le Vercors c'est encore un autre pays on ne capte ni orange Fr, ni Orange 74 ni orange Ch mais un opérateur tout bizarre.


Villard de Lans, petit coup de fil à ma maman et oui aujourd'hui c'est la fête des mères et je suis absent, on m'apprend que la Maman d'un petit bonhomme que j'aime très fort ne fêtera pas la fête des mères l'année prochaine. Son esprit part doucement sans douleur

. Merci Maman pour ces infos je t'aime fort et maintenant show must go on.


On sort le plus beau sourire et il paraît qu'il y a une colline à gravir dans le coin.



Coup de fil de patate :

« - allo gamin alors ta connerie est en forme?

- Salut mon patate, à fond ce matin, on arrive »


Nous voilà à Lans. On se dirige vers le parking. Il fait déjà chaud dans ma tenue de randonneur. Retrait des dossards, ça se passe bien. Petit détail technique le dossard est trop petit pour mon porte dossard.

Kika des épingles dans le coin? Heureusement la super équipe d'orga a tout ce qu'il faut pour les jeunes cons de mon espèce.


Retour à la voiture pour mettre mon bel habit de lumière. Il fait chaud dans le coin, le Tshirt dégage au profit du débardeur. Mon accompagnatrice m'encourage fortement à ne pas mettre les lunettes de soleil vu que j'ai déjà les manchettes en lycra, la kéké touch doit être dosé avec goût.


On se retourne vers le départ pour un petit footing d'échauffement et pour voir le départ. Après quelques centaines de mètres ça tire sur le devant du tibia gauche. J'ADOORRRRE.


Sur le départ on me met en garde car j'ai des chaussures neuves, il paraît que je risque d'avoir des ampoules. Sur 15 km on peut se faire des ampoules? Pourtant j'ai dormi avec et j'ai pas de soucis.


En plus dans le sac j'ai des nouveaux gels, ce matin j'ai testé nouveau un gateau sport, le sac est neuf. D'ailleurs dès l'échauffement j'ai viré le bidon sur l'épaule. Bref aujourd'hui je fais tout pour passer à coté de ma course, mais aujourd'hui je ne suis pas là pour une course mais juste pour passer du temps en cadence et voir si tout marche bien. Le 21 au soir ça sera pas la même blague mais aujourd'hui c'est coolos comme journée.


On assiste au départ des féminine et je reprend le maintien en température.

On se retrouve sur la ligne, c'est une des premières fois que je suis aussi devant, mais bon personne n'a de pointes de cross alors le passage du peloton ne va pas faire trop mal.



Je suis à coté du castor, pas loin de Matthias et encore tout plein de bons mais qu'est ce que je fais ici. Heureusement qu'on se marre avec le castor qui nous parle de sa dernière course courte, le mdp, mékiléconceluila.


La course


C'est parti on allume le cardio au vol. On va se marrer.


Petite parenthèse tactique de course

12 km de course c'est à bloc à bloc et encore à bloc donc je vais avoir l'impression de mourir tout du long.


Reprise du CR


Banzai c'est parti, je vais mourir avant la fin, ça part vite, trop vite, pas grave il suffit de s'accrocher, voilà Cyril on discute un peu entre djeuns puis la pente se fait raide et je lève le pied (on avait dit on se fout minable )

Bon petit délire façon nordic walking c'est rigolo mais fatiguant alors coolos (non on a dit fout toi minable ).

Bon alors on va forcer un peu le rythme et s'accrocher un peu (mais pas trop ). On monte c'est rigolo, ça tire dans les jambes et aussi dans le tibia c'est moins glop. Je m'accroche vaguement derrière un jeune blond. Tient un plat, bon on va allonger un peu vu que c'est de la course à pied, je suis presque au taquet, presque...


Tient un endroit un peu moins raide et goudronné, en plus y a ma fan préférée. Alors on va faire une petite pause câlins et gels.


Je marche sur cette section roulante et j'avale un gel, miam cassis c'est bon ces trucs là et puis ça coule bien, c'est pas écoeurant . Matthieu tu es sur une course va peut être falloir penser à courir. Bon c'est bien parce que c'est une course.


Allez on va essayer d'accélérer le rythme. Pfff c'est dur, c'est quand le sommet? Tient voilà le refuge et puis voilà Nono ouufffffffffffff enfin une excuse pour marcher. Quel joie de te voir ma chère Noelle et surtout de pouvoir enfin respirer normalement.


Bon la pause est agréable mais il s'agit quand même d'une course alors on va repartir.


Pffffff mais c'est toujours raide.


Tient un ravito de l'eau sur la tête car j'ai chaud, une ou deux pâtes de fruits par gourmandise. Et nous revoilà parti, on s'amuse dans les champs, on allonge un peu, on saute de bosse en bosse.

Zut le chemin se ressert, une branche dans le visage et une branche mais où sont mes lunettes?



Bon maintenant on joue à cours et saute dans les cailloux. C'est bien rigolo le trail à béné. Enfin rigolo tant qu'on glisse pas. Et aujourd'hui j'ai des chaussures qui accrochent alors je m'amuse comme un petit fou.


Voilà le raidillon qui apparaît, c'est tellement beau, c'est le genre d'instant magique dans l'effort au milieu de la nature, j'ai une chance d'être là alors que certains sont sous morphine à l'entrée d'un autre monde, pendant quelques éphémères instants mon sang coule plus fort, de cette force tout simplement vivante. Maintenant je vais savourer chaque fichu centimètre de ce trail.


On monte, Rapace me rejoins dans le pierrier. Ça fait plaisir de faire quelques mètre avec toi manu, en plus tu me donnes la vitesse ascensionnelle. D'après les chiffres c'est un objectif psy que je voulais atteindre. Par contre confronté à la réalité du terrain c'est pas ça surtout que tu montes plus vite que moi.


Nous voilà dans les nuages, fait pas chaud dans le coin, alors on remonte les manchettes, je te colle manu, tu vas pas m'avoir aujourd'hui.



On croise des randonneurs que je me sens bien à leur contact , je suis tellement plus proches d'eux avec mon sac et mes bâtons que tous ces mecs qui courent.


Tient un ravito dans le brouillard, petite pause boisson, cet enfoiré de manu ne prend même pas de pause. Vu comme il est difficile de boire au camel en plein effort, je préfère boire un coup. C'est pas que je regrette mon bidon mais il me fait furieusement défaut . En plein effort respirer ou boire au camel il faut choisir. Respirer semblant à l'instant présent plus vital que boire. L'hydratation passe à la trappe.


Après la parenthèse matérielle il paraît qu'aujourd'hui il y a une course. Mon ego sur dimensionné en prend un coup par ce dépassement par Rapace, j'ai beau jurer, l'enfoiré grimpe toujours et j'arrive pas à me foutre la race pour revenir sur lui.


On perce la couche et là c'est plein les yeux.


À droite dans une trouée au dessus de la mer du nuage, une superbe chaine de montagne, Marie n'est pas là mais j'aimerais bien partager cet instant avec elle. Mais dans l'effort cet instant ne dure que quelques secondes, ça sera juste un des clichés de la course. Puis nous voilà sur une plaque de neige avec la réverbération du soleil c'est encore magique. Pas étonnant que j'ai le souffle court les traceurs choisissent des visuels à couper le souffle. C'est plus facile une course bitume, on cours et c'est tout. Là on s'en prend plein les mirettes.


Bon le ravito, Rapace est fier comme Artaban. Victoire du Rapace. Il paraît qu'il me met 2 minutes. Denise nous offre le panache mais elle est où ma grenadine pour mettre dedans ????. J'avale quelques gorgées pour le fun, je décline la chartreuse d'autant plus que Rapace me met en garde pour la descente. Un grand verre d'eau et on descend.


Effectivement c'est un poil raide et en plus maintenant ça glisse. Pour reprendre Patate c'est pas tellement « la montée qui pique les yeux » mais la bascule après le ravito.


Concentration et en avant.

Repérer une trace et envoyer, ça passe. Zou maintenant on recommence. Ça passe encore. Tient un sifflement sur la droite, des randonneurs nous signalent des marmottes. Désolé mais là c'est pas le moment de lever la tête et tant pis pour le paysage.


Maintenant on peut envoyer un peu entre deux rochers.


Tient mais c'est Manu?


On discute un peu, il me demande si j'ai pas de la sportéine. Tu t'es chopé des crampes gros? Oui et je me suis cassé la gueule. Aïe ça c'est moins glop et j'ai rien pour t'aider.

Pendant un instant l'idée de finir avec toi m'effleure l'esprit.


On papote un peu une concurrente nous redépasse je lui dit que je la rattraperai d'ici une quinzaine de kilomètres, elle m'avoue que d'ici 15 kilomètres elle sera déjà arrivée. Quoi c'est pas deux boucles de 15???


Rapace a l'air de pas être trop amoché la preuve il parle encore. Matthieu tu es sur une course quand même pas dans un salon. Quelques remords ...



Et puis et puis merde on va continuer la balade tu m'as pas fait de cadeau dans la montée, tu t'es mal hydraté alors chacun sa merde . On relance. Ça passe encore, les quadris suivent alors tout va bien.


Quelques branches dans la tronche plus loin(mais où sont mes lunettes). On se laisse aller et ça descend, chouette un pierriers alors là on enfonce les talons et on se marre. Sa roule encore.

On rentre dans la foret, c'est super roulant alors on en profite.

Voilà le ravito au niveau du refuge, on refait le plein. Madame super steph et la tribu sont là. Bon on va pas trainer, du coin de l'oeil le manu revient. M'en fout il est cassé mais bon je vais le casser encore un peu.



C'est presque roulant. Voilà les fameuses bosses décrites par Samontetro effectivement c'est des beaux ralentisseurs.


Je lache un : «  pfffffffffff c'est long 15 km » S'en suit un dialogue avec un concurrent :

  • le traceur est un poil vicieux.

  • c'est dans sa nature déjà a la fin de l'ultra 100 dromois il était bien vicieux.

  • Tu l'as fait

  • oui

  • petit con et tu oses dire que c'est long, je te l'interdis

  • mais si c'est long j'en ai plein les jambes »


On rejoint la souris qui est dans sa bulle musicale. Bon on va essayer d'avancer histoire de mettre un peu d'écart avec le vieux manu à bout de souffle.

Maintenant ça redescend, on dirait une piste de VTT avec des sauts, c'est si ludique que pour peu j'essayerais de placer un 360. D'ailleurs j'envoie au dessus des bosses et tout d'un coup je pense à un truc très con . Elle est comment la réception? Pleine de cailloux et meeeeeerrrrrrrdddddddde surtout ne pas se bloquer et ça passe.


Des signaleurs nous signalent un raidillons un peu casse gueule. Petite pause, analyse du terrain et daille on saute sur le chemin. Maintenant on se donne, aller Matthieu à bloc. Effectivement ça descend bien quand on lève les pieds. On pourrait croire que c'est casse gueule mais j'ai déjà fait pire de nuit après 80 kilomètres avec des crampes alors aujourd'hui c'est du pipi de chat j'ai qu'à allonger un peu.


Je rejoins même un jeune et on se tire la bourre, sauf que comme un con dans la dernière bosse au lieu de raccourcir je cherche à allonger. Mais quel boulet ce gosse ça grimpe pas comme ça . Je vois mon adversaire s'éloigner en plus il n'a pas de sac.


Puis qu'on parle de sac, j'avalerais bien un peu de liquide, alors je me reprend une petite pause et là tout le troupeau que j'avais passé dans la descente me reprend. Bon on va essayer de lécher une roue dans le tas. Enfin sans grande conviction je m'accroche. Ça passe tranquillou billou. On monte encore un peu on est un petit peloton de 3 ou 4 gus. Maintenant on attaque la descente vers l'arrivée, deux gars lachent. Je m'accroche derrière un autre, je le garde en visuel, un coup de froid, pas grave je ferais mon hypo après la ligne.


On tourne dans le village pour descendre vers la ligne, je m'accroche, la ligne au bout, on saute par dessus le talus


Maintenant c'est parti pour le sprint, c'est quoi ça???? nan pas la crampe au mollet et merddddeeeeeeeeeeeeeeeee ça fait mal manquerait plus que je tombe. C'est qu'une crampe Matthieu tu connais, tu arrives à avancer avec alors fonce, j'arrive juste derrière mon partenaire de fin de course, accolade, merci pour cette fin de course rythmée.



L'après course


A peine arrivé, on me refait courir. Merci coach, j'ai pas vraiment envie . Bon on va quand même faire quelques pas. Je pars finalement marcher sur le chemin de la course, on croise Mathias mais pas de castor. Pourtant c'est un rapide celui là. On remonte vers le téleski. Tranquillou on marche comme ça le cardio ne monte pas trop. Puis on se dirige à nouveau vers la ligne. Fin du décrassage après une vingtaine de minutes, je n'ai vu ni Nono ni la castor.


Maintenant on peut enfin savourer l'après course. Je grignote un peu. Au buffet tite patate fait un bordel monstre. Mais faites le taire ce chien . Où sont mes bâtons je vais m'en charger s'il le faut.



On continue de voir les potos arriver.


On va voir les résultats provisoire. Je suis 5 eme espoir à cet instant. Pas de cerise sur le gâteau mais celui ci est tellement bon que ce n'est pas nécessaire. Il a un tel goût de vie et d'amitié qu'une victoire est bien fade par rapport à la vie. Je suis vivant et ça c'est le plus beau des podiums. On papote encore avec les kikoureurs et on savoure ces moments d'échanges et puis retrouver Alain est un grand plaisir.

Nono arrive, grand moment d'émotion. Elle qui balisait, est arrivée au bout grâce à l'aide du blueb. Il est vraiment sympa le lieut.


Cérémonie protocolaire. Il semblerait que soit récompensé les 6 premiers de chaque catégorie et comme par hasard je suis 6 eme espoir. Béné tu m'avais promis un podium mais là ça frise la malhonnêteté intellectuelle

et puis mon bonheur n'est pas d'être devant mais juste en vie avec les gens que j'apprécie.


Après le protocole, il y a encore le tirage au sort. C'est long mais bien marrant, je croise les doigts pour ne pas gagner une invitation au WE de Jack. (m'en fout j'en ai déjà une ) Par contre ça fait envie au castor.


Fin du tirage au sort.



On sort enfin les victuailles, c'est parti pour la deuxième AAB du WE. Miam on se gave (petite pensée pour une délicieuse tarte aux amandes et bien sur la traditionnelle brioche aux pralines), après l'effort le réconfort. Merci encore les copains pour ces instants si agréables, une bonne table et une bonne dose de bonne humeur. C'est du bonheur en barre. Je me gave à votre contact. Merci pour toute cette joie de vivre. La vie est tellement belle.

Après l'AAB raideur et patate s'isolent pour me préparer encore des choses bien sympa.

Finalement on reprendra la route vers Lyon. C'est la fin d'un beau WE.


« Puisque c'est ailleurs
Qu'ira mieux battre ton cœur
Et puisque nous t'aimons trop pour te retenir
Puisque tu pars
Que les vents te mènent où d'autres âmes plus belles
Sauront t'aimer mieux que nous puisque
L'on ne peut t'aimer plus

[...]

Garde cette chance
Que nous t'envions en silence
Cette force de penser que le plus beau reste à venir
Et loin de nos villes
Comme octobre l'est d'avril
Sache qu'ici reste de toi comme une empreinte Indélébile
Sans drame, sans larme
Pauvres et dérisoires armes
Parce qu'il est des douleurs qui ne pleurent qu'à l'intérieur
Puisque ta maison
Aujourd'hui c'est l'horizon

[...]

Puisque tu pars »3


Thunder_show_must_go_on,_simplement vivant et c'est tellement bon.

16 commentaires

Commentaire de Marie69 posté le 11-06-2007 à 18:20:00

Avec une si grande force intérieure et une si belle joie de vivre tu iras loin et réaliseras l'impossible ! Reste comme tu es !
Marie, tellement heureuse de mettre un pied devant l'autre à tes côtés...

Commentaire de l'ourson posté le 11-06-2007 à 19:14:00

Merci Thunder pour ce CR bien sympathoche et déconnant ;-) Au plaisir de te croiser encore !

Commentaire de béné38 posté le 11-06-2007 à 19:59:00

Et ben ça valait le coup de l'attendre ce récit !
Bravo Thunder et merci pour toutes ces émotions...
Et bravo pour ta perf (je ne pensais pas qu'il y aurait autant d'espoir, désolée pour toi, mais heureuse pour la course).
A bientôt
Béné

Commentaire de titifb posté le 11-06-2007 à 21:05:00

Salut mon ami Thunder !
Je suis touchée par ton récit entre humour et humeur, entre rire...et larmes même si tu les as retenues.
Oui, Thunder tu es vivant, NOUS sommes vivants et mortels. Nous l'oublions, merci de nous le rappeler. Quelquefois c'est bien d'y penser. Ton récit a un côté Clown triste. Tu délires grave, et puis d'un coup tu es sérieux, profond. Humain. Tu es un homme, Mathieu. Un vrai. Tu caches beaucoup de sentiments et d'émotions que tu essayes de tourner en dérision, sous des dehors de "sale gosse"! C'est pour ça qu'on t'aime. Merci pour ce CR émouvant.

Commentaire de akunamatata posté le 11-06-2007 à 21:31:00

rafraichissant comme recit!

Commentaire de L'Castor Junior posté le 11-06-2007 à 22:03:00

Eh, mais c'est qu'il sait faire des CRs le gamin :p
Merci thnder pour tous ces souvenirs, qui s'échappaient déjà de ma mémoire (ah, le réseau bizarre, et les courses courtes, et...).
Vivement la prochaine !
à+
L'Castor Junior

Commentaire de totote01 posté le 11-06-2007 à 22:05:00

continue à nous régaler..
merci matthieu.
bises michèle

Commentaire de taz28 posté le 11-06-2007 à 22:15:00

Moi je suis touchée par ton récit Mathieu, j'y glisserais plus des larmes d'émotion que des rires, tu es un vrai narrateur et j'adore !!
Merci
Bisous
Taz

Commentaire de LtBlueb posté le 12-06-2007 à 00:01:00

bravo le gosse,
j'aurais bien aimé faire des CRs pareils il y a ouaouhhhhhh beaucoup trop longtemps ... du Thunder, c'est rafraichissant, vivifiant, émouvant... merci

L'Blueb

Commentaire de patate posté le 12-06-2007 à 06:03:00

Matthieu
Merci pour ton compte rendu et je me demande toujours comment tu peux avoir autant de mémoire (je sais je suis vieux). Belle course en tout cas et comme je te l'ai déja dit, tes CR sont vraiment des monuments plein d'humour mais aussi de l'émotion.
Restes comme tu es, sale gosse
Noël et tite patate

Commentaire de rapace74 posté le 12-06-2007 à 08:15:00

bravo mat pour m'avoir battu encore une fois
tu va devenir un grd champion a ce rythme....
j'ais de nouveau été tres heureux de courir avec toi!! merci pour ta joie de vivre et ta bonne humeur de sale gosse!!
excuse moi pour la semaine derniere mais ce n'est que partie remise

a bientôt

manu

Commentaire de NoNo l'esc@rgot posté le 12-06-2007 à 09:34:00

Thunder, habitant d'une autre planète, tu m'étonneras toujours...
J'ai détesté ton Gatosport, mais j'ai adoré ce week end avec toi !
Continue avec tes manchons, tes bas-de-bras (!) et ton sac de 20 kg,
à nous régaler à chaque compte-rendu et chaque fois que je te croise.
...'Spèce de sale gosse, va !

NoNo_fan_de...

Commentaire de nicnic38 posté le 12-06-2007 à 10:35:00

ça c'est du CR...

Chapeau bas, maitre conteur!

Rendez vous sur les sentiers de France et de Navarre

Commentaire de Tortue géniale posté le 12-06-2007 à 11:39:00

L'année prochaine, je vais te piler ! Joli récit ma poule !

Commentaire de Khanardô posté le 12-06-2007 à 23:13:00

Un CR que je me suis réservé pour le lire chez moi, tranquille et tard le soir.
Pas déçu !
Bravo et merci pour ce récit, tu as effectivement une mémoire d'éléphant !

Un récit un peu plus introspectif que d'habitude, les circonstances sans doute, ce qui te donne ce côté "clown triste", ou en tout cas plus fragile.

A peluche !

Commentaire de samontetro posté le 11-07-2007 à 15:43:00

Très joli CR Mathieu, très touchant. J'ai vécu cette course avec beaucoup de plaisir entre tes lignes.
Et puis, je suis content que tu ais aimé mes petites bosses ;-)...

Hé! Hé!

Le "traceur vicieux"!

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.23 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !