Récit de la course : Intégrale des Causses 2017, par Galaté57

L'auteur : Galaté57

La course : Intégrale des Causses

Date : 20/10/2017

Lieu : Mostuejouls (Aveyron)

Affichage : 790 vues

Distance : 64km

Matos : TS Kalenji + ML
Baggy cuissard KALENJI
Chaussettes Kalenji strap
XT7

Objectif : Terminer

6 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

243 autres récits :

ENFIN !

Et voilà
MERCREDI 18 octobre : 09H00 soleil
Jamais deux sans trois...
Cette année pas de rhume ni de blessure, un été « tranquille » un kilométrage vélo plus faible aussi, et l'Urban Tran de Briey pour faire le point, j'ai retenu les leçons 2015 et 2016.
J'arrive à MILLAU après avoir passé 4H00 avec une passagère ostéopathe qui ne s'est pas cachée de me dire que nous les «marathoniens et autres ultras » étions de très « bons clients » pour sa profession et qu'elle s'était « faite la main » sur les stands » dans des épreuves comme les TEMPLIERS :) ....et agréable surprise juste à coté de l'auberge( (25mn du départ) une excellente boulangerie et pizzeria à la fois...

JEUDI 20 octobre : 11H00 pluie ….
C'est bien le bruit de l'eau tambourinant sur les volets qui me réveille.. et le ciel noir ne laisse place à aucune amélioration dans l'immédiat. Le temps de finir la pizza, essayer de me connecter (le seul bémol de ce séjour) et direction le village TEMPLIERS sous une pluie fine, juste de temps de m'abriter avant que des trombes arrivent à nouveau.
Retrait rapide du dossier, même sur l'Intégrale des Causses la dotation est plus que correcte, un superbe TS avec TEMPLIERS floqué dans le dos et un 3ème buff. Je m'attarde pas, profitant d'une accalmie pour retourner à l'auberge préparer mes affaires, selon la proprio, demain la météo serait plus clémente et vu la sécheresse ; le tracé devrait être correcte.
18H00 : sms d'un Kikou, je les invite à me rejoindre à l'auberge, au lieu de se chercher un resto en ville, la proprio propose un repas « trailer » soupe/pâtesi/blanc de poulet/fromage/tarte aux noisette... pourquoi s'en priver. On se retrouve à 6 autour d'une table à discuter tranquillement de nos expériences diverses avant que chacun reparte glaner quelques heures de sommeil
22H00 : une dernière check list : ML Technic + TS Kalenji Kapteren/ /cuissard baggy Kapteren/Manchon Kalenji/Chaussettes Kalenji intense/ XT7
Dans le sac, plus léger que 2016, un TS sans manche une frontale supplémentaire, ( j'ai bien l'intention de terminer !) un veste pocket pluie Kalenji.
Buff KIKOUROU en tour de tête.

VENDREDI 21 octobre : 04H00 ciel dégagé
La patronne s'est levée pour nous préparer le petit déjeuner ! Café à volonté et tartine de confiture maison me comblent... j'aurai dû lui apporter un pot de ma production.
5H00, il fait doux, je me dirige tranquillement vers la navette prévue pour 5H45.
Je ne suis pas seul !! Les bus pour le marathon des Causses sont aussi présents 30 mn de transport et deux participants réalisent qu'ils se sont trompés de bus malgré les affiches sur le devant et le rappel de destination juste avant le départ.....
Me voici sur les lieux de fin 2016, je retrouve même le commissaire de l'année dernière qui m'avait arrêté....
6H50 : départ sans musique, nous sommes juste 500, pas de ralentissement ou bouchon l'idéal. J'ai mon « road book » perso, difficile de lire ceux proposés sur le site sans lunettes....Je sais que les 6 premiers km sont tranquilles juste avant le ravito de ROZIER.
De bonnes sensation, pas la pression des barrières, le rythme est bon, mais c'est pas une randonnée...Première montée, le roche de FRONBOUTEILLE, le jour se lève (sans soleil) l'occasion d'immortaliser ces sublimes horizons, ces premiers km sont bien techniques, les descentes sont sur de la roche en appuis.
Point eau à LE TRUEL,je m'oblige à boire et manger régulièrement, moi aussi je veux passer sur ces lieux décrits pas tous comme SAINT ANDRE DE VEZINES, LA ROQUE STE MARGUERITE, PIERREFICHE......
Et je passe !!!!! l'appareil photo à bout de bras, c'est que du bonheur, un début de crampe sur le haut du genou avant d'arrivée à PIERREFICHE , à la lecture du tracé je sais que les 17 prochains km sont « roulant » mais pas « monotones » comme décrit par un participant, les points de vue valent le détour. Au 36ème km, la moitié étant bouclée, je m'autorise un arrêt de 30mn et m'offrir roquefort + salami.. j'ai pas osé la bière sans alcool.
Les bâtons sont devenus un handicap sur ces monotrace à flan de falaise, impossible de les positionner correctement, du coup, je les ai plus souvent en mode portage. Il est vrai aussi que le tracé jusqu'à MASSEBIAU semble long.
Agréable surprise avec les XT7, j'avais pensé un moment les remplacer avec les XT6, il m'a suffit de resserrer le laçage (vaseline et talc sur la plante des pieds nécessitent un meilleur maintien) pour retrouver d'excellente sensation, oublié cette « contrainte », même dans la traversée du lit de rivière avant MASSEBIAU, elle ne me décevront pas. Pas de douleur de talon sur la longueur, bon maintien de la cheville vu toutes les difficultés rencontrées, surtout sur la descente de l'arrivée.
19h00 Point eau MASSEBIAU, déjà 11H00 d'effort il reste 10km avec au « menu » la montée du CADE et la descente sur MILLAU...
De nouveau , je m'autorise ½ heure de pose, des participants de l'Endurance Trail nous ont rejoints, eux totalisent 90km à ce niveau et c'est visible chez certains ; Un banc, avaler 1 gel + une barre céréale prise sur le dernier ravito (je réalise encore une fois que j'en avais de trop sur moi), j'en profite pour recharger la montre histoire d'avoir la totalité du tracé, maintenant je peux penser à l'arrivée:)
Mauvaise manip, la montre se bloque, suis obligé de réinitialiser pour démarrer... En fin de compte je n'aurais que ces 10 derniers km soit 9,5km avec un D+ de 895m..
J'attaque la montée sans l'aide des bâtons, le pied bien à plat, sans appuyer sur les mollets, rythme régulier et me retrouve même à doubler des participants... 1,5km abrupt avant d'allumer la frontale, le fait d'avoir visualiser la pente, aide beaucoup, j'imagine facilement la perspective de ceux qui arrivent ici directement de nuit. A l'horizon, couché de soleil sur le pont (PHOTO!!!) une lumière rouge au loin, de la musique, c'est la FERME DU CADE, celle que tout trailer veut connaître. Ravito gargantuesque, la soupe est un pur délice, avec une tranche de pain d'épice et un rouleau de salami (si, si, j'ai vu une bénévole rouler manuellement les rondelles de salami et les déposer sur un plat!!!) un feu de bois, un accordéoniste.... limite on veut plus continuer...:)
Mais le plus technique reste, une méchante descente que j'avais abordé en reco l'année dernière, et je n'avais vu que 2km, il y en à 6 du même style... de la descente glissante, avec des pierres et des racines, par espalier, ici les bâtons sont de rigueur, surtout de nuit, histoire d'avoir des appuis,
Passage à la grotte du hibou, encore 3 petits km.... Je traverse la route, tranquille, ce n'est plus le moment de se faire mal, enfin je vais le passer ce p... de portique !!!
J'entends la sono, suis rejoins par les participants du 18km by night, un bip de contrôle, un dernier lacet, la foule que l'on imagine mais avec les spots on ne voit que le portique, chacun court, c'est que du bonheur, même à l'écrire ici, j'en ai encore des frissons..
Direction le stand, superbe médaille et veste sans manche FINISHER, je zappe le repas, emprunte une bouteille de VOLVIC pour descendre au stand podologue et ostéopathe où je me fais remettre à niveau..

22H00 : la nuit est douce, je retourne tranquillement et sans difficulté à l'auberge pour une bonne douche
En résumé :
Préparation adaptée
Bonne gestion de l'épreuve
Les XT7 étaient sur leur terrain
Revoir utilisation des bâton

REVENIR faire l'endurance trail dans son intégralité ?

6 commentaires

Commentaire de L'Dingo posté le 24-10-2017 à 14:20:19

[quote]... perso, difficile de lire ceux proposés sur le site sans lunettes..[/quote]

Voilà ce que je retiens sur l'instant de ce récit sportif :-).
Un CR qui manquerait pas d'air , si justement la mise en page était plus aérée :-))

j'ai également fait une tentative de visualisation de la photo de l'horizon au coucher du soleil : éblouissant ! :-))

Tout cela pour te remercier avant tout de partager ici tes agapes culinaires car en Aveyron, tout est bon !


nota: pas croisé de loup ou de sanglier ? :-))

Commentaire de razyek posté le 24-10-2017 à 20:43:07

Ah ce coucher de soleil sur le viaduc ! J'y suis passé à ce moment là aussi,j"ai d'ailleurs touché 2 ou 3 mots à 2 types qui prenaient une photo, peut être étais ce toi ?
Bravo pour cette course et ce récit, je te conseille l'endurance trail pour l'an prochain, la première partie est sympa également ; )

Commentaire de razyek posté le 24-10-2017 à 20:44:40

ÉtaiT ce toi, avec un T c'est mieux : )

Commentaire de razyek posté le 24-10-2017 à 22:06:31

ÉtaiT ce toi, avec un T c'est mieux : )

Commentaire de Galaté57 posté le 24-10-2017 à 21:38:28

Merci pour ces remarques mêmes celles peut constructives,
"La critique est toujours plus facile que la pratique" (Georges SAND*)
* Inutile de chercher, elle n'est pas titrée ITRA :)

Effectivement j'ai dit 2-3 mots, mais la nuit tombée, nous nous ressemblons tous.
Endurance Trail pour 2018 et mes 55 ans peut être..

Commentaire de Shoto posté le 04-11-2017 à 09:45:05

Moi j'ai bien aimé ton CR.
Merci à toi et bravo pour ta course :-)

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.16 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !