Récit de la course : Les Templiers 2007, par nicointrepide

L'auteur : nicointrepide

La course : Les Templiers

Date : 28/10/2007

Lieu : Nant (Aveyron)

Affichage : 1890 vues

Distance : 67km

Objectif : Terminer

4 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

243 autres récits :

Le récit

Compte rendu du Trail des Templiers par un novice sur la distance…

 

  
Dimanche 28 octobre, 14h35, l’arche d’arrivée…Et voilà, c’est fait… C’était quoi au juste les templiers ? Simplement un Trail 2 fois plus long en distance et dénivelé que le Trail de Vulcain (le + long pour moi jusqu’à présent)  fait il y a 2 ans soit 67km et 3000m+. Dit comme ça on dirait que c’est insurmontable mais en prenant une bande d’ « intrépides », des baroudeurs (Manu et Michel), des p’tits nouveaux motivés (Julien et moi-même), et en dosant savamment les entraînements seul ou en groupe (merci les sorties longues dans le layon !), j’ai fini dans les objectifs fixés sans trop de fatigue mis à part le mal aux jambes.

 

 Petit retour sur la course, Nant 5h30 du mat’, on est tous en tenue sur la place du village à côté de 2996 autres coureurs, frontale allumée, musique d’Era, feux de Bengale et c’est le départ. Longue montée par la seule portion de route avant d’atteindre le Causse par une première montée assez courte où il faut passer en file indienne. En attendant que le jour se lève, on court sur une ancienne voie de chemin de fer, on passe sous 2 tunnels et on se dirige vers Sauclières au Km14 où on est accueilli par tout le village pour un ravitaillement en eau… je ne m’arrête pas car j’ai rempli mon Camel bag au départ. Il est 6h55 et l’ascension vers le  Saint Guiral commence juste après un passage au col de la Guéritte. Le soleil se lève et c’est une mer de nuages qui s’étend tout autour de nous. Une petite descente sur piste forestière puis on entre dans une vieille forêt avec feuilles glissantes, pierres, ajoncs, grands arbres, racines et  genets. On progresse doucement vers le point culminant de la course (1366 m). On passe en fait à proximité du sommet au pied d’un gros bloc de granit et on plonge tout de suite dans la descente (-500m) avec une première partie en forêt puis une seconde où je me lâche un peu, un « presque » tout droit vers Dourbies qu’on aperçoit en bas avec une descente technique où on peut s’autoriser à prendre de la vitesse en slalomant à travers les pierres et les genets. Courte remontée encouragé par des spectateurs avec une cloche et c’est le premier gros ravito à Dourbies (km 36) que j’atteints en 4h04 de course. Je refais le plein de mon Camel, mange quelques bouts de banane (de toute façon il n’y a que ça qui passe !), petit bonjour aux accompagnatrices des intrépides et c’est reparti direction la crête de Suquet avec une montée type col de montagne, sentier en terre et pierres où on passe de lacets en lacets en regardant les autres monter vers le sommet. On arrive en haut, on relance et on attaque presque de suite la descente vers Trèves (km 45), la descente est très sauvage mais  super technique, le sentier a dû être ouvert juste pour la course : dévers, blocs, passages assurés par des cordes, ajoncs… On voit Trèves d’assez loin : ce qui permet de voir la distance à parcourir pour atteindre ce 2nd ravito (atteints en 5h20). Toujours les mêmes rituels, les spectateurs qui vous encouragent, les bananes dans le sac. Il commence à faire chaud et je change de tenue pour aborder la montée sur le Causse et la partie que je redoute le plus, 7 km sur ce grand Causse du Larzac où il faudrait pouvoir relancer et courir comme au début mais déjà 50 km et les jambes ne répondent plus très bien. Pas grave, on discute avec d’autres coureurs, on trottine quand on peut dans la lande, les parties en sous bois. Je suis plus à l’aise dès que le sentier redescend et question descente, celle vers Saint Sulpice (le dernier ravito du km 57)  est plutôt cassante : pente abrupte, cordes, racines, tout qui glisse, marches en pierre (je tombe d’ailleurs pour la seconde fois dans cette descente mais sans gravité). Comme dans quasiment toutes les descentes, je double des coureurs qui n’avancent plus à cause de leurs cuisses trop douloureuses mais ils se mettent sur le côté. Je leur rendrais la pareille dans les dernières montées vers le roc Nantais où certains trottineront pendant que je marcherais… J’atteints le dernier ravito de Saint Sulpice à 12h25 après quasiment 7h00 de course. Les jambes me font mal mais je sais maintenant que je vais finir. Petite blague aux accompagnatrices présentes sur le talus au soleil et je « fonce » (2h10 pour les 13 derniers km) vers le roc Nantais que j’atteints après environ 2h00 de « marche-course » à l’arrach’. 

 

A partir de là, une descente mais pas n’importe laquelle LA Descente du Roc Nantais qui nous ramène vers Nant et l’arrivée. Je ne pense plus à mes jambes, je réussis à doubler quelques coureurs pendant la descente encore très technique. On entend la sono, rentrée dans le village en passant le pont, des encouragements pour finir, je suis tout seul sur la ligne, je tape dans les mains des gamins présents sur le bord de la route, je vois Manu et Michel assis sur un banc proche de l’arrivée (et oui, les baroudeurs ont fini devant), Virginie (ma compagne et  accompagnatrice…) est là aussi. Une pensée pour le p’tit bout de choux resté à la maison,  je serre le poing, l’arche de buis, ça y est, c’est fait, il est 14h34…. Je me dirige vers le banc,  je m’assois, julien ne tardera pas à arriver. On est tous Finisher !!!  Nico, Finisher en 9h04

4 commentaires

Commentaire de nicou2000 posté le 31-10-2007 à 19:18:00

et bah ça si c'est pas une course bien gérée? bravo à toi! comme quoi quand on a la motivation...

Commentaire de JLW posté le 31-10-2007 à 23:12:00

Ben vu et décrit comme ca, ca a l'air facile !! Bravo, 9h04 c'est pas mal du tout et j'ai l'impression que tu peux encore nettement progresser.

Commentaire de frankek posté le 01-11-2007 à 08:53:00

bravo pour ta course! avec un départ plus prudent tu aurais fais mieux!! mais l'éssentiel n'est pas là!!! se faire plaisir!!! ça c'est bon!!! encore bravo

Commentaire de vial posté le 02-11-2007 à 11:21:00

un sacré chrono si tu n'avais pas d'autres expériences de grand trail comme celui-ci
bravo

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.16 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !