Récit de la course : Les Templiers 2007, par fastoch

L'auteur : fastoch

La course : Les Templiers

Date : 28/10/2007

Lieu : Nant (Aveyron)

Affichage : 2465 vues

Distance : 67km

Objectif : Se défoncer

4 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

247 autres récits :

Les Templiers 2007

Sans être un acharné, je connais un peu les Templiers : je cours ici pour la 3ème fois en 6 ans : première fois en 2003 puis en 2005. Donc finalement tous les 2 ans

Avec cette année un « petit » objectif de faire au alentour de 8h.

En 2005 j’avais fait 8h01 (91 ème) en courant  au feeling. Je n’ai pas de temps intermédiaire donc ce sera également à la sensation.

Par contre je sais que sur cette course un départ assez rapide est nécessaire pour ne pas être trop ralenti par le monde sur les premiers chemins.

Déjà 20 minutes avant le départ une foule de coureurs se presse sur la petite place du village de nant. Certains plaisantent un peu mais on sent un certaine tension… Boum ! coup de fusil

C’est parti … musique/fumigène ça fait toujours son petit effet mais rapidement faut se caller sur la bonne foulée. Pas trop lentement, pas trop vite …  

Après 5 ou 6 km, sur les premières courtes descentes le brouillard nous accompagne. La Tikka est un peu juste dans ce cas… m’enfin j’ai pourtant fait deux nuits à l’utmb2004 avec ce petit bout de lampe ; on s’habitue au luxe des frontales plus performantes…

Ensuite parties roulantes sur ancienne voie de chemin de fer : facile techniquement mais … difficile du point de vue de la stratégie de course : faut-il en profiter pour faire une petite pointe de vitesse ou garder du jus pour la suite ? … en tout cas ne pas s’emballer ! il faut s’efforcer de garder une bonne foulée mais rester « souple »

Sauclières : je m’arrête pour refaire le plein d’eau car j’ai pas mal entamé ma réserve.

Il faut dire, commencer un trail à plus de 11.5 km/h de moyenne, je n’ai pas trop l’habitude.

Je m’attends à pouvoir un peu marcher sur la montée du saint Guiral : en fait la modification du parcours rend cette ascension légèrement plus facile : du coup ça file encore à bonne allure

On sort des nuages et le panorama est superbe : j’en profite vraiment surtout que maintenant ça monte donc en marchant, on se « repose » … enfin !

Première indication un  peu avant le Saint Guiral : je suis 270 ème : correct je me dis mais il y a du monde à rattraper si je veux me rapprocher des 100 premiers.

Descente sur Dourbies : même si la première partie est assez roulante, je continue à gérer pour ne pas trop me griller


A Dourbies, je regarde le GPS, je suis tout juste à 9.9km/h de moyenne sur cette première partie (environ 35km) : plutôt rapide !

Je suis 200ème à la sortie du ravitaillement.

Enfin cette belle montée vers la crête du Suquet où on peut marcher un bon rythme en digérant tranquillement. Je double yoyo avec qui j’avais fini l’utmb, un peu moins en forme que d’habitude. Sur le haut, j’arrive à bien relancer sur les replats et puis on s’oriente vers Trèves, je m’amuse bien dans cette descente : peu de monde, de la fraîcheur à l’ombre, c’est vraiment agréable

 

A Trèves, juste le plein d’eau, morceaux de fromages, deux verres de coca et je repars

Dans la montée suivante, je vois un groupe de 5 coureurs 300 mètres plus loin, je m’attends à les rattraper mais… finalement la distance qui me sépare d’eux ne diminue pas ! Arrivé à ce niveau de la course à part quelques défaillances il devient plus difficile de doubler des concurrents.

 

Arrivé sur le causse avant la Roquarie, ça se remet à courir : pas mal de faux plats… qui se font encore à la course mais avec 50km dans les pattes, je n’arrive pas à me remettre à 11 km/h comme le font certains !

Pour moi la course est encore bien plaisante : les paysages sont sympas, les jambes sont fatiguées mais répondent encore.

Quelques passages techniques (assez courts) dans la descente sur Saint Sulpice : je profite bien de ces passages : avec les mitaines vélo autour de la corde, je penche un peu vers l’avant et descend à grande vitesse !

Et surtout je sais que je suis privilégié car quasiment personne dans ce passage … J’avais fais la course en 2003 plus tranquillement (en 9h) et j’avais du subir les bouchons à certains endroits et beaucoup de monde tout le long (jusqu’à être bloqué dans la dernière descente à 1km de l’arrivée)

J’apprendrais plus tard que certains ont attendu sur place  de 10 à 45 minutes à cet endroit !

 

Enfin le dernier ravitaillement …je me méfie  car la dernière partie est toujours pleine de surprises. Je me souviens d’un énorme coup de bambou en 2005 dans la dernière montée donc je me ravitaille correctement et pars du ravito en courant mais 50 m après … début de crampes dans les cuisses … bon faut temporiser un peu le temps que la boisson fasse de l’effet, je rajoute un sporténine en espérant un mieux.

J’arrive quand même à courir sur les parties plates, par contre je dois réduire la vitesse (dans les 8 km/h) car sinon les crampes se déclenchent.

 

Cette dernière partie a été changé par rapport aux années précédentes : c’est plutôt sympa de découvrir de nouveau tracé … sauf que là ça corse pas mal les choses et ça rallonge légèrement la distance. Je rattrape un groupe de 3 coureurs un peu à l’agonie, un coureur est même très énervé par ces kilomètres supplémentaires (et la fatigue ?) : ‘je suis  venu pour 67 km, si il y a plus fallait le dire avant’ s’écrit-il (sérieusement !)

Je souris intérieurement car quand on vient sur un Trail on ne va pas calculer au mètre prés la distance, il faut toujours s’attendre à des « petits rebondissements » de ce type !

La marche sur les parties techniques suivantes m’a permis de remettre tout ça en place et je me retrouve dans la dernière descente avec des jambes presque vaillantes : je dégringole à grande vitesse et double une bonne dizaine de personnes dans cette descente et enfin le retour au village : dernier virage …

Ma montre s’est arrêté pendant un moment donc je ne sais pas bien où j’en suis : je découvre mon temps au dernier virage 8h15.

Bien content mais pas beaucoup de temps pour récupérer il faut assurer l’après course : accueillir les suivants, attendre les collègues et avaler tartines de roquefort, bières, aligot-saucisse, vin … 

Ouf, l’estomac a tenu le coup !

 

Pour conclure, les Templiers ça va vite … Par rapport aux Trails alpins (du style TGV, Annecimes, Grand Duc) la vitesse moyenne est plus importante.

Certains disent que c’est un trail technique, en fait il y a quelques passages techniques qui m’ont paru assez courts (faut dire j’ai pas attendu 45mn…)  et globalement il y a beaucoup plus de parties roulantes avec « rythme rapide ».

trace gps: http://www.kikourou.net/entrainement/ficheseance.php?id=64661

 

 

4 commentaires

Commentaire de oufti posté le 03-11-2007 à 08:51:00

Bravo pour ta course!!! Je suis d'accord avec toi que le parcours est quand-même assez roulant.

Commentaire de vial posté le 03-11-2007 à 17:44:00

beau chrono et très belle gestion de ta course.
mais les longs trails tu sembles connaitre!

Commentaire de L'Castor Junior posté le 03-11-2007 à 21:50:00

Bien joué, comme d'hab' ;-))
Il va falloir que je réaprenne à courir si je veux me lancer dans ce "sprint" ;-))
à+

Commentaire de tounik posté le 07-11-2007 à 15:02:00

8h15 fastoch !!!

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.19 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !