Récit de la course : Les Templiers 2009, par @lex_38

L'auteur : @lex_38

La course : Les Templiers

Date : 25/10/2009

Lieu : Nant (Aveyron)

Affichage : 2034 vues

Distance : 72km

Objectif : Pas d'objectif

8 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

247 autres récits :

La grande course des Templiers 2009 par l'Otarie

Maintenant je peux le dire: Je l’ai fait ! 

C’était l’objectif de l’année et ce fut une formidable aventure ! 

Arrivé dans le petit village de Nant le samedi après-midi, accompagné de mon porc-epic de frangin et de sa supportrice de choc de copine, nous avons commencé à nous mettre dans l’ambiance en allant encourager les coureuses de la templière et les participants du marathon et du VO2 Trail. Le public est nombreux, rien que pour ça, ça donne envie de finir demain ! 

Petit tour dans le village afin d’acheter les produits locaux, puis au salon du trail (où nous rencontrerons plusieurs kikous forts sympathiques !)
 

Le dossard n°546 en main, la pasta party dans le ventre et le sac à dos bien plein, nous voilà prêt !

 

 

Nant (km0) – Sauclières (km 15)

 

  Sur la ligne de départ, je retrouve alors Cyril (marmotparano, qui finira 2e espoir !) ainsi que papillon. Il fait plutôt doux en cette fin octobre, une quinzaine de degré à 5h !

 

 

 

 

 

 

Sous le son d’Era, l’ambiance est énorme, ça donne envie de verser sa larme, puis les fumigènes s’allument et c’est parti ! Un peu collé au départ, j’arrive enfin à avancer un peu. Denis réussi à me voir et à m’encourager depuis le bord de la route.


On commence alors par une portion sur route, qui permet au peloton de s’étirer. Il y a tellement de monde, que je n’allume même pas ma frontale ! Après plusieurs kilomètres de montée, c’est alors magique de se retourner et d’observer cette file continue de frontale au loin. Magique. Moi, je n’ai toujours pas allumé la mienne ! Avec tout ce monde, on n’y voit comme en plein jour ! 

Premier raidillon et mini bouchon puisqu’il faut marcher pour le franchir.

La suite est un peu plus ennuyeuse puisque l’on rejoint une voie ferrée que l’on va suivre jusqu’à Sauclières, c’est un peu monotone, mais il ne faut pas se laisser aller à courir trop vite car la course est longue. Au passage des tunnels, l’ambiance monte avec les coureurs qui chantent !

Puis le village est là, premier point d’eau atteint en 1h41. J’y retrouve Natacha et la maman de Yorick. Mais je ne prends pas le temps de m’arrêter trop longtemps…

 

 

Sauclières (km 15) – Dourbies (km 39)

 

Le soleil pointant le bout de son nez, on assiste alors à un superbe lever de soleil. Les paysages sont magnifiques ! Il y a 15 kilomètres à faire pour atteindre le Saint Guiral, point culminant de la course.

 

  Mais sur les diverses montées, on a malheureusement parfois un peu de brouillard et beaucoup de vent !  Il me suffit de mettre les manchettes, il ne fait pas assez froid pour sortir le coupe-vent. En tout cas, les passages en crêtes sont sublimes !

Je cours sur les portions plates, marche dans les montée, mais sans jamais me mettre dans le rouge. Pour moi, la course commencera à Dourbies !

 

Le sommet passé (inaperçu d’ailleurs…), on entame une première descente. Comme dirait le frangin, c’est « raspe » dans le coin !


S’en suit une légère remontée, dans laquelle je verrai des coureurs de Blois, venu en spectateur, et avec qui nous avons sympathisé la veille ! Petite photo souvenir, l’esprit trail se fait bien sentir, c’est génial ! Puis la descente sur Dourbies ! Mais le ravito est dans le village, et il faut y monter ! Et le long des marches qui y mènent, ce sont des dizaines de spectateurs qui clament mon nom (merci le dossard !).


C’est absolument génial ! Je croise alors Laurence, de Sommières, venu spécialement pour nous voir, Natacha, les parents de Yo, puis dans la zone de ravito, je vois Eric, qui vient d’arriver !

Je laisse alors ma frontale à la famille porc-épic, fait le plein d’eau et grignote un peu et repart du ravito après 4h41 de course.

 

 

 

Dourbies (km 39) – Trèves (km 48.5) 

 

La suite de la course, c’est tout simplement une magnifique montée sur la crête du Suquet ! Une longue montée, en plein soleil, mais qui offre comme d’habitude de magnifique point de vue.

 

Comme depuis le début de la cours, je me contente de dérouler gentiment, sans me faire mal, mais je double toujours des coureurs.

Arrivé au sommet, un single track au milieu des bruyères. Je sens que sur le plat, c’est déjà un peu plus dur de relancer, mais je cours quand même.


Puis derrière, il y a la longue descente sur Trèves. Plutôt roulante, la descente se passe bien. Je cours alors avec un autre participant. Sur la portion en goudron qui termine, on ne relance pas spécialement, inutile de se faire mal !


Puis juste avant le ravito, le Pierre est là pour m’encourager ! Cela fait maintenant 5h59 que je suis parti. Je discute rapidement avec quelques kikous, puis je me lance vers la suite. 

 

Trèves (km 48.5) – Cantobre (km 61.6) 

 

C’est la portion que je crains le plus.

Dès la sortie du ravitaillement, c’est une montée vers le Causse. Petit coucou à mic31 ! La montée se passe vraiment bien, mais arrivé en haut, je sais que c’est longues portions roulantes qui m’attendent.

 

Je commence un peu à sentir les heures d’effort, et il est très dur de relancer. Mais finalement, je ne me fais presque pas doubler, c’est pour tout le monde pareil ! Et même pire pour certains d’ailleurs. Je double plusieurs fois des coureurs, assis ou allongé dans l’herbe, dans un état second ! Eux ils sont complètement vidés (au sens propre du terme pour certains…) !

On doit alors descendre dans le vallon de Saint Sulpice, puis remonter à nouveau sur le Causse. Mais par rapport au profil, la descente est beaucoup plus longue ! Taillé à la machette à travers les buis, elle n’est pas du tout rapide ! Et vu qu’on descend très bas, il faut alors tout remonter ! Mais on forme un groupe de 6 coureurs et on se suit, on discute. Tellement, qu’un bénévole nous lancera « c’est un vrai salon de thé ici ! ». Ambiance !

 

 

Quelques kilomètres de plats suivent, et cette fois, je me sens beaucoup mieux pour courir. Je vais devancer petit à petit les coureurs qui m’accompagnaient, puis entamer la  descente sur Cantobre.

 

 

Très technique, avec des marches asse  z ha  utes, il est dur de courir. Mais ça ne me gène pas, on s’économise plutôt que de sauter les marches et de risquer les crampes !

Un peu de plat, franchissement très prudent d’un gué (c’est pas le moment de tomber !!!) puis je vois Sébastien, un copain, qui a malheureusement abandonné avant.

Je rentre dans le ravito après 8h10 de course ! Je prends le temps de refaire le plein et de me manger un bout, et c’est parti pour le final !


 

 

Cantobre (km 61.6) – Nant (km 70)

 

Je quitte alors le ravito avec Gauthier, un raideur qui n’a pas vraiment l’habitude du trail. « Allez, on se motive, on reste ensemble et on donne tout » ! Le programme me convient, alors c’est parti ! Direction le Roc Nantais!

On commence la montée sur un très bon rythme, on double. Puis au passage d’un pont, il y a des spectateurs partout le long de la falaise ! Tel le tour de France, ils nous forment un couloir ! L’ambiance est indescriptible ! Il faut le vivre ! En tout cas, une chose est sûr, dans ces moments là, je n’ai pas du tout mal aux jambes !!!

Mais la montée continue pour nous, on ne fait que doubler ! Un seul coureur, Jean-Philippe, nous accroche. On continue alors la montée à 3, puis on relance même doucement sur le plateau. La portion paraît longue, on a hâte d’en découdre !

  Un marquage au sol annonce alors 3,8kms restants ! Ce n’est pas le moment de relâcher !

Puis la descente commence, Gauthier décroche, mais on continue notre belle descente avec Jean-Philippe, tout en se parlant pour se motiver à garder notre bon rythme !

Et en bas, je reconnais alors le final de la course. J’y suis ! Pierre et Laurence sont là, avec la cloche pour m’encourager. On continue à courir et à relancer sur le goudron, ensemble. Seul Pierre nous doublera… pour nous prendre en photo plus loin !

 

Dernière montée sur le bitume, petit tour dans le parc où les enfants réclament une petite tape dans la main et la ligne est là ! Que du bonheur ! Je l’ai fait !

 

 

Après 9h20 de course, j’ai bouclé ces 70kms et 3300m de d+, à la 289e place sur 1925 classés (et au moins 2600 partants !).


Que dire à part que je suis tellement content de ma course ! Je l’ai parfaitement géré et je pense que je l’avais bien préparé ! Je suis prêt pour de nouvelles aventures !

 

Un immense merci à tous ceux qui m’ont encouragé sur le bord du parcours ou fait des photos : Nat, Marc et Dominique, Pierre, Laurence, Denis, Alex et Seb, les kikous… ainsi qu’à ceux qui m’ont envoyé des SMS pour me souhaiter bonne chance !

Et surtout un grand bravo à mon porc-épic, car les 2 frères-fun sont finishers!

 

Egalement à découvrir ici une petite vidéo de ma course, vu de l'intérieur: y clic ici  ;-)

 Et tout pleins de photos sur le blog: http://freres-fun.over-blog.com

 

8 commentaires

Commentaire de canoecl posté le 30-10-2009 à 21:31:00

belle perf...tu iras loin...et de trés belle photos

Commentaire de pcm66 posté le 30-10-2009 à 22:05:00

Bravo!
On a du faire toute la première portion ensemble (je passe en 1h42 à Sauclieres) mais pas facile d'identifier les kikou de nuit!

Commentaire de claude41 posté le 30-10-2009 à 22:14:00

Belle perf, beau récit. On s'y croirait!
En tout cas, à te lire on a l'impression que ça n'a été qu'une promenade de santé!!!
Je t'envoie la photo ce soir (dans le raidillon avant Dourbies)
A+

Commentaire de Davidou le minou posté le 31-10-2009 à 12:00:00

Un énorme bravo !!!

encore une jolie perf, et sur du très long !! Bravo :-D

Et puis en plus devant Cyril ;-)

Je suis vraiment impressionné.

Commentaire de heidi posté le 02-11-2009 à 15:38:00

Magnifique course bravo à toi. On sent que tu as géré ça comme un chef. Le seul gros défaut, c'est que ça fait très envie...
Heidi

Commentaire de lulu posté le 03-11-2009 à 22:39:00

Un grand bravo !!
Belle course...et comment ça on laisse une partie (la frontale) de son matériel obligatoire à un ravito !?
Vilain, va !!!
Bon, je prendrais ma revanche plus tard..là, j'étais surement trop loin sur la ligne !!!
A +

Commentaire de mic31 posté le 10-11-2009 à 13:53:00

Belle gestion de course, tranquille d un bout à l'autre (du moins c est l impression que ça donne)
Au plaisir de te recroiser,
Michel

Commentaire de joy posté le 19-11-2009 à 15:11:00

Trop dla balle poto, au plaisir!!!
Stevi

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.18 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !