Récit de la course : Les Templiers 2006, par tot

L'auteur : tot

La course : Les Templiers

Date : 29/10/2006

Lieu : Nant (Aveyron)

Affichage : 2728 vues

Distance : 66km

Objectif : Pas d'objectif

4 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

247 autres récits :

Les Templiers : Honneur aux Dames....

Les Templiers : Honneur aux Dames.

Les Templiers, mais qu’est-ce donc que cette course…. ?? Un trail en Aveyron mais pas n’importe lequel des trails. Un des premiers en France…Alors comme souvent je lance l’idée. J’en parle avec MissTot. Je sais qu’elle préfère la nature au bitume mais elle n’a jamais parcouru autant de distance, le challenge devrait être dur à relever mais pas impossible. J’en parle à mon beauf (L’Deus) qui lui projette d’aller faire un tour au cent de St Estève avec Steph ma petite sœur.
Moi j’argumente que dans le cadre de notre prépa UTMB 2007 ce test pourra me servir de base pour savoir ce que je vaux, ce que je suis capable de faire, de supporter, d’encaisser.
Je propose à MissTot de l’accompagner, je ne vais pas la laisser seul partir ainsi à l’aventure dans les grands Causses. L’Deus a du réflêchir de son côté car il nous annonce qu’ils se joignent à nous. C’est super, on va faire une balade à 4. Le but est très clair, ne pas se faire attraper par les barrières horaires, conseiller les filles qui vont tenter un bel exploit.

Nous avons espéré jusqu’au bout que L’Pirate serait de la fête mais un genou récalcitrant nous privera de sa présence. Dommage, nous regrettons son absence.

Voilà le décor est planté. Nous n’avons pas de préparation particulière pour la Totfamilly car nous avons fait Millau 5 semaines plutôt (MissTot marathon + 58 kms VTT et moi le 100 bornes).

On réserve la même chambre d’hôte qu’en septembre, L’Deus et Steph profiteront de l’autre chambre. C’est cool.. On se fixe RDV le samedi à Nant pour le retrait des dossards. Il y a beaucoup de monde, nous profitons des stands pour regarder un peu ce qui pourrait bien nous tenter pour l’année prochaine. MissTot a déjà choisi, pour elle, le rêve s’appelle TGM (tour du golf du Morbihan). Moi je regarde je vais discuter sur le stand de l’UTMB, avec les époux Poletti, avec un mec qui m’explique pourquoi ils ont changé les conditions d’inscriptions, que c’est ainsi qu’il n’avait plus le choix, qu’ils veulent revenir à une version plus proche de la tradition trail (autonomie, autosuffisance, la gestion de l’effort…) Donc je sais donc maintenant que me faut finir les Templiers et la Saintélyon pour espérer participer… J’aurai une autre surprise en entendant L’Deus féliciter le mec pour le GRR, et oui, moi je discutais « sec » avec Mr Delabarre en personne… Bien joué Tot…
Tout le monde a son dossard, son buff donc direction Millau pour manger une bonne pizza et essayer de se coucher assez tôt. Nous rigolerons bien dans les chambres, de vrais gossses trentenaires, on essaie les buffs et ce n’est pas triste, chacun y va de sa technique. On décide de ce que l’on va emporter dans son sac. Je m’aperçois vite que je fais figure de St Bernard, ou plutôt de mulet voire bourriquot car je n’arrive pas à déterminer ce qu’il me faudra et j’ai rempli mon sac de gel, compote à boire, barre de céréales en quantité impressionnante. Bref, je refais le point et décide de me restreindre un peu sachant que j’ai une poche de 2l et 2 bidons de 750 ml… un vrai bourriquot je vous dis…

Réveil à 3h30 toilette, petit déj : thé + gatosport maison et en route pour Nant. Il y a 27 kms mais dites-moi on n’est pas seul sur les routes de l’Aveyron en cette heure matinale. Bizarre non ???? Nous sommes quelques 2500 coureurs, plus les suiveurs…
Chacun vérifie son sac, visse sa frontale sur son front et en route pour le départ. Il ne fait pas chaud mais entourer des autres il fait « bon ».. les vedettes sont interviewées, ils nous donnent quelques conseils et la maître mot est « plaisir » et « payasage »..
Le décompte commence, la musique d’Era raisonne dans le village, c’est la première fois que j’ai une telle émotion… je dois vieillir et apprécier la vie… Les feux de Bengale rougissent le la nuit noir.. et le coup de pistolet retenti.
Cà y est s’est parti… tout de suite les filles sont dans le rythme mais un peu vite. Il faut dire qu’on leur a parlé d’un goulet qui pourrait nous faire perdre du temps, alors Steph donne la cadence… on remonte. Toute cette partie sur le bitume se fera a un bon rythme, la nuit est étoilée c’est agréable de courir ainsi tous les 4 parmi tous les autres. L’ambiance est chaleureuse et très conviviale. Tiens Salue à toi l’accordéoniste dans ton arrêt de bus…
Il est sympa de serpent de frontales dans la nuit. On ne voit pas réellement la difficulté, on monte tranquillement mais sûrement. Je sens vite qu’il y a quelque chose de pas clair au niveau de l’estomac. Je ne dis rien je me contente de suivre mais je crains pour la suite. C’est un premier mur de 150 à 200 m et encore qui confirmera ces mauvaises sensations. J’ai envie de vomir, j’ai des haut-le-cœur au bout d’une heure de course… Chouette, je me mets en retrait mais MissTot a entendu… Elle vient aux nouvelles. Je dis lui que cela va passer. J’ai du trop forcer en montant en voulant l’aider mais que ce n’est rien de grave…. Je serre les dents et surtout j’espère que cela va se calmer… la file des coureurs est toujours aussi dense. On décide de placer les filles en tête pour qu’elles puissent choisir leur cadence sans subir la nôtre… Je pense que c’était la meilleure solution pour les préserver et leur apprendre à se gérer. Les kilomètres défilent mais comme nous n’avons aucun repère impossible de savoir où nous en sommes. On se laisse guider, on attend que le soleil se lève… cela va être superbe car il fait beau. Marmotton me l’avait dit : Tu verrras Tot c’est super joli. Elle avait raison notre Bêbête des Alpes. Au bout de 3h de course, j’ai de nouveau un coup de mou, mais vraiment mou. Je suis péniblement les filles.. Je ne dis rien mais une pensée subite traverse mon esprit. L’UTMB mon pauvre Tot ce n’est pas pour toi… à peine 3h de courses et déjà à la peine.. Laisse tomber et oublie ce projet qui ne sera qu’un rêve…. Pour l’instant le parcours est assez roulant et assez large, il y a du monde de partout. Nous arrivons à Sauclière pour le ravito en eau. On fait le point de force en présence. Tout le monde est bien, soi disant car j’apprendrai un peu plus tard que L’Deus aura lui aussi connu un coup de moins bien … On boit, on rempli les poches à chameau et on repart… là le parcours devient plus étroit.. et un peu humide. Nous rencontrerons à ce moment le seul et unique « Con » de la course… Il pousse, double et éclabousse tout le monde en se foutant royalement de nous… Un bûcheron lui expliquera peu après les bonnes règles en matière d’éducation… Il faisait moins le malin…Là allez savoir pourquoi, on fait du sur-place… on se croirait chez Mickey. On est bloqué mais qu’est-ce qui bloque… rien si ce n’est une belle marche qui oblige à mettre les mains… Les coureurs sont patients, on en profite pour bien s’alimenter, il faut toujours bonifier ces moments de repos relatifs… la journée va être longue, très longue… Je commence à me refaire la cerise… On approche du St Guiral, après une montée bien rude pleine pente…Je m’applique personnellement à poser mon talon à plat et non pas marcher sur la pointe des pieds. C’est Marmotton et le Soul qui m’ont soufflé le truc. Il faut dire que j’ai une légère tendance à me prendre pour un africain sur un piste d’athlé et donc tout sur la pointe et bonjour les mollets par la suite… Les filles peine un peu… donc on décide pas d’affolo…chacun sa cadence on s’attend en haut … MissTot s’aperçoit qu’elle a les mains qui gonflent.. pareille que le bonhomme Michelin… tiens on monte vraiment… On laisse le temps aux filles de souffler après chaque montée mais pas d’arrêt…on marche… il faut absolument que l’on avance en permanence en dehors des ravitos… On profite aussi du paysage… C’est superbe… la météo est des plus clémentes… les couleurs automnales, cette alternance dans les essences d’arbres est magnifique… nous sommes sur notre sommet du monde à nous… une légère brume ne fait que rajouter à la beauté du spectacle… Par contre pas facile de tout voir.. il faut regarder où l’on met les pieds.. Puis on bascule, les descentes sont étroites par endroit, Steph fera souvent le chef de file, Alex en second et nous derrière…On ne veut pas leur mettre la pression donc on se tient un peu en retrait… On veut absolument qu’elle écoute leur corps et leurs sensations. On vérifie surtout l’alimentation et l’hydratation. Pour le reste la consigne est simple, pas d’effort inutile, donc dès que cela monte trop on marche d’un bon train et puis dès que l’on peut reprendre la course on y va. Les heures de courses commencent à faire leur effet sur les filles… Elles ne parlent presque plus, on les pense en plein concentration, le mental rivé sur l’objectif. Pour moi, c’est tout bon je sens que les sensations sont là… on a bientôt 4h30 de courses et je me sens bien… Les filles s’impatientent… mais c’est encore loin Dourbie ??? Non non regardez c’est là-bas juste derrière… Il nous faut donc descendre ce près bien pentu et remonter celui d’en face… et encore redescendre… Tout le monde a hâte d’y être car c’est un bon signe, on va pouvoir manger, se bâfrer pour certaines (hein MissTot), faire le plein des bidons et autres poches car cela fait 5H que l’on est parti maintenant.. Je déciderai de faire un brin de descente un peu plus rythmé, superbe idée… je me suis gauffré mon pied ayant buté sur une feuille.. Oui une jolie feuille… un peu dure et bien plantée dans le sol… Résultat, quelques écorchures mais surtout j’ai un doigt qui s’est retourné… un allé retour et hop il est de nouveau à sa place mais j’ai mal…Je ne dis rien et attends les autres… Le ravito de Dourbie se mérite, je vous le dis car il faut monter des marches, on nous avait annoncé 300 mètres… Mon œil… pourquoi les gens mentent-ils ainsi ? Ils n’ont pas le compas dans l’œil ou bien sommes nous fatigués à ce point que l’on trouve cela long… Mais on y arrive, les spectateurs nous encouragent mais ce sont les filles qui suscitent l’admiration des spectatrices… nous autres pauvres St Bernard ne comptons pour rien, passons inaperçus…


MissTot va se bâfrer, ce n’est pas son habitude… Chacun fait le plein et se recharge en liquide. Fatalement on pose la question : Alors les filles c’est nickel on a quasiment 1 heure d’avance, c’est tout bon, tout roule. ? Le verdict tombe, unanime elles en ont marre, elles sont nazes quand elles pensent qu’elles ne viennent que de faire la moitié, elles ne se voient pas faire la suivante. Steph en prime souffre de la hanche depuis un bon moment. Elle a pris des efferalgan mais la douleur est tenace. Bon alors écoutez.. On va jusqu’à ravito suivant, on avisera là-bas. MissTot sait que pour moi les Templiers je dois absolument les finir, si je veux espèrer pouvoir participer à l’UTMB. Donc on décide de faire le point à Trèves, à partir de ce moment-là la course prendra une autre tournure pour moi… je suis plus attentif et plus concentré sur l’effort des filles… je scrute les visage, je félicite, j’encourage peut-être trop… en brin protecteur…
Je ne saurai vous décrire les différents endroits avec beaucoup de précision car à partir de cet instant nous entrons dans notre bulle à 4… Pour sortir de Dourbie rien de plus encourageant qu’une longue montée où l’on aperçoit au loin les autres, ceux qui nous devancent là-haut tout là-haut… Avec L’Deus, on ne parle plus du relief et ce qui nous attend devant les filles… seulement des gestes, des signes de tête… Steph donne les premiers signes de moins bien en haut de la bosse, fameuse la bosse… Mais elle ne dit rien… on bascule, elle passe devant comme d’hab… vous savez connaissez tous le dicton : « Têtu comme un breton. » et bien c’est un mensonge… il faut dire : « Têtue comme une bretonne »… Je suis impressionné par leur courage… les visages sont marqués, les cheveux un peu en vrac coller sur le visage… ce n’est pas le summum de la beauté mais qu’est-ce qu’on les aime dans ces moments-là… on ne parle quasiment plus… l’ambiance n’est plus à la fête… il faut dire qu’elles n’ont jamais atteint un temps d’effort aussi long… Nous sommes dans l’inconnu total… Alors on gère, on gère et on gère, pas d’effort inutile. Tout doit se faire à l’économie. On sait que l’on va pouvoir être ravitailler plus rapidement cette fois… Paradoxalement même si les filles ne sont pas au top, on double.. très peu de gens nous reprennent… Ayant quelques expériences en ultra j’y vois là quelques signes encourageant… Je me dis que si on double, on ne doit pas craindre pour les barrières horaires sinon cela risque d’être la grande lessive par l’arrière…
Par contre je ferai constater aux filles la fierté masculine…quasiment à chaque fois que l’on double des mecs, ces derniers se relancent, s’accrochent à l’arrière ou nous ouvrent le chemin si bien que par moment notre groupe est composé d’une dizaine d’éléments voire plus…
Bien sûr c’est plutôt le silence radio qui s’impose… chacun souffre en silence, chacun traite sa misère… moi je profite de ces instants pour observer le paysage car je suis bien… j’ai même la pêche… Je m’oblige à ne pas passer devant ni rester à la hauteur de Steph notre poisson pilote, car je sens bien que j’accelère inconsciemment … Donc je me mets délibérément en retrait… On enchaîne ainsi les montées et les descentes…Ah mon bon Pirate comme tu as bien fait de ne pas venir sur ce toboggan aveyronais, ton pauvre genou n’y aurait pas résisté. On y a pensé et même parlé durant la course. Son enthousiasme, sa bonne humeur et sa ténacité nous aurons manqué mais tu étais un peu avec nous quand même. on nous annonce 41 kms… déjà… non… il doit se tromper ce gentil monsieur.. peut importe on n’en tient pas compte… Puis une charmante dame nous annonce plus que 3 kms… et c’est tout en descente cela ne devrait pas être long… mon œil… on arrête pas de rebondir dans les arbres, ce n’est pas roulant du tout, les jambes sont lourdes, les quadri sont sollicités… mais on avance toujours… on se rapproche de Trèves… on va pouvoir faire de nouveau le point…


Je n’ai pas l’impression que l’on perde beaucoup de temps et pourtant un mauvais calcul me fait croire que nous avons 1h30 d’avance.. il n’en est rien… nous avons perdu du temps, nous n’avons plus qu’1/2 h d’avance… Je le sens mal… mais je dis tout de même que c’est jouable… les filles se ravitaillent vite… on ne parle pas ou peu… elles veulent partir devant… on laisse faire avec L’Deus… c’est bon signe, elles ont du se refaire une petite cerise…Moi je suis un peu inquiet pour mon UTMB… mais on s’était dit on part à 4 on arrive à 4… On repart avec L’Deus qui m’annonce qu’il n’est pas au mieux et il me donne RDV en haut de cette bosse… Il faut le savoir une nouvelle fois c’est une belle bosse qui nous attend directement au sortir du ravito…Une nouvelle fois une pensée pour Marmotton et le Soul. Tot pose ton pied, tu vas le mettre ce talon sur le sol, oui ou M…. on double et on essaie d’apercevoir les filles… mais non… elles avancent bien nos petites têtues de bretonnes… Je ne sais pas si elle court pour elle, pour nous, pour les deux. Mais j’ai une certitude, elles ne lâcheront rien et si elles doivent abandonner ce sera les armes à la main… Chapeau les filles… c’est super ce que vous faîtes… vous m’impressionnez… Allez continuez… vous êtes si belles dans l’effort…
On peinera à doubler sur ces « single track ».. certains se rangent de bon gré, d’autres sont moins lucides, plonger dans leur bulle et ne n’ouvrent pas beaucoup de portes… On aura souvent été bloqués durant cette course… un bien et un mal.. avec L’Deus qui pour un mec un peu naze me mène la vie dure dans la montée nous ne rattraperons les filles qu’en fin de montée…Nous avons encore doublé du monde… Nous discutons tout en marchant… Il nous faut courir le plus possible car maintenant avec seulement 25’ de marge il ne faut rien lâcher car une fois à St Sulpice c’est tout bon… on est tranquille… Allez les filles un dernier effort et après promis on pourra relâcher un peu… on profitera d’une partie plus large et plus roulante pour reprendre une cadence qui me surprendra agréablement. On fait le bilan des bobos de chacun… Steph : genou douloureux, L’Deus : talon et genou douloureux, MissTot : le bas du dos est douloureux, Tot : légère douleur au genou. Les filles sont courageuses, elles ne se plaignent pas, elles endurent leurs souffrances en silence même si on sent qu’elles souffrent… Bravo Mesdames… Encore une belle leçon… et là c’est la surprise… nous sommes sur les hauteurs… on voit le village de St Sulpice en contre bas, surplombe le village… on voit même ceux qui en repartent… mais on tourne à droite, bizarre le village étaient plutôt sur la gauche… et là c’est la surprise… la descente est technique et pentue… l’apparition des cordes n’est pas fait pour rassurer MissTot. La descente pour elle est synonyme de crainte et de peur… Elle n’est pas à l’aise du tout dans ce genre d’exercice. Peut importe ma Chérie… tu veux faire le circuit à l’envers… ?? Alors on y va… je passe devant et j’essaie de la rassurer… ce passage ne sera pas trop long sauf pour MissTot… la descente se poursuit un peu moins technique, pas très large avec quelques marches… Attention, on lève bien les pieds car avec la fatigue on tape facilement dans la moindre aspérité…l’ambiance est subitement plus détendue. On ne progresse pas vite et impossible de doubler qui que ce soit donc on patiente on est plus loquasse n’est-ce pas Minou…??
On aperçoit de nouveau le village…il se rapproche on est presque à sa hauteur mais sur le mauvais versant … Tiens on continue de descendre et là le village est maintenant au dessus de nous… c’est un comble… je vous promets que psychologiquement ce n’est pas la meilleur option… enfin on traverse un cours d’eau.. et hop il nous faut remonter encore .. pour atteindre le ravito de St Sulpice..

on est au kilo 56… nous avons 1h30 d’avance…Bravo les filles c’est tout bon… on prend son temps pour se ravitailler… L’Deus m’annonce que Steph préfère poursuivre et ne pas trainer car son genou est douloureux…Ok pas de problème on vous rattrape… Je presse un peu MissTot… c’est dingue… toujours cette obsession du chrono.. On a fait le plein mais pas trop… il ne sert plus à rien de traîner trop de victuailles il nous reste 11 kms…pour une fois la sortie du ravito se fait sur un long faux plat ce n’est pas plus mal… je pense que l’on va pouvoir emballer et prendre un petit rythme sympa…Re-bonjour monsieur l'accordéoniste... c'est un diatonique non ??? Mais tiens c’est Steph et L’Deus….Ils sont arrêtés. Steph fait la grimace, L’Deus m’annonce qu’elle ne peut plus marcher et encore moins courir, le genou est bloqué… Aïe.. p… de M…. ah non le destin ne peut pas lui faire cela… on part 4 on arrive 4.. c’est la règle…
Allez prend ton temps… on est parti de St Sulpice on ne craint plus que la nuit… Elle a le masque de la douleur… mais personne ne prononce le mot interdit… on cherche le biofreeze… et oui …mais non… personne ne l’a pris… tant pis on va s’en passer… Steph ne dit rien, c’est elle qui fera les premiers pas… elle boite bas mais ne veut abdiquer… alors on décide de marcher on la suit.. on discute de tout de rien mais surtout pas de la course et seulement du côté positif… et puis mais je rêve sans rien dire, elle se met à courir… elle doit avoir mal mais ne dit rien… elle est devant, personne ne voit son visage…on lui emboîte le pas… un coureur nous suivait, il rigolait de nos blagues mais il ne pourra repartir…dommage pour lui…la piste est large très roulante alors on avance, Steph nous annonce que tant qu’elle pourra courir elle le fera… Mais Steph c’est déjà super bien ce que tu nous fais… tu es dure au mal, costaud dans ta tête… tu es le digne croisement d’une pierre et d’un granite… n’est-ce pas ??? Et MissTot dans tout cela … elle ne dit rien.. elle est de plus en plus souvent intercallée entre Steph et moi.. Tiens tu es fatiguée ??? Non, elle souffre du dos, mais la douleur est beaucoup plus importante maintenant et la moindre descente la fait souffrir… Vas-y passe devant et c’est toi qui donne la cadence… Elle refuse et préfère s’accrocher plutôt que de mener. De toute façon la descente roulante ne va pas durer… on se retrouve sur un surplomb et on nous annonce une descente technique. Tiens donc on va encore goûter de la corde… MissTot va beaucoup souffrir dans cette partie car les chocs n’arrangent rien… Steph est juste un peu au dessus de nous et ne dit rien non plus… tout le monde veut terminer car la fatigue commence à se faire ressentir même pour les garçons… cela fait plus de 10H que nous sommes partis…. Au sortir de la descente c’est un nouveau terrain jeu de nous attend… et oui c’est la remontée de cours d’eau à sec avec escalade légère de quelques marches… Le paradoxe dans tout cela, c’est que malgré nos misères, nos douleurs on continue toujours à doubler des gens. Bien sûr quelques « avions » nous doublerons, mais d’où sortent-ils… ???
Un virage à droite et on sort du cours d’eau pour attaquer une montée serpentant à travers les bois. Nous doublerons les pompiers de Nant dans cette partie, ils nous coifferons sur la ligne..
MissTot est au plus mal…je lui tends la main pour l’aider mais c’est dur.. je sais qu’elle souffre mais qu’elle ne lâchera rien… Je vous l’ai dit : « Têtue qu’elles sont nos bourriques adorées.. » Elles le tiennent leur exploit, le leur… leur Evrest… Et Soudain on entend la musique… La musique d’Era, la même qu’au départ à 5h30 du matin… ce n’est pas bien fort mais c’est déjà un signe.. une bonne… une très bonne nouvelle….les sourires reviennent.. cela faisait longtemps, trop longtemps que les filles n’avaient pas souri. Allez les filles c’est tout bon.. une dernière descente et c’est la délivrance. Cette dernière sera à l’image des précédentes : technique, étroite et truffée de pierre.. Une nouvelle fois nous serons bloqués. Certains aussi auront connu des galères, ils boitent bas. Ce n’est pas facile de doubler alors c’est un véritable bouchon qui se forme au fur et à mesure que l’on se rapproche de l’arrivée.. L’Deus et la Steph sont passés devant mais nous sommes bloqués… peu importe ils vont nous attendre pour le final… C’est fini, on retrouve le bitume. Que c’est bon le bitume vous pouvez me croire après plus de 11H30 de course… je prends la main d’Alex pour l’aider dans la dernière bosse de nos Templiers… On retrouve Steph et L’Deus, la foule est tout autour de nous, c’est une véritable ovation quand nous arrivons tous les 4 main dans la main… Nous laisserons les filles passées la ligne… Nous sommes heureux, très fiers de nos chéries… On est parti à 4, on est arrivé à 4… peu importe le temps, l’essentiel est ailleurs.
Nous leur avions promis une ballade en famille… je pense qu’elles ont été servies… Elles ne sont pas dégoutées loin delà…Elles ont été au bout d’elles même. Elles ne n’ont fait que confirmer tout le bien que l’on pensait d’elle et le bonheur que l’on avait à partager notre passion pour la CAP en couple, en famille…

Sur la route du retour en haut de Millau précisément, un coup de fil. Tiens qui est-ce ???
C’est notre Patate National, il parait que des gens un peu partout en France réunis par un lien virtuel sur un forum et un chat, s’inquiètent pour nous et veulent de nos nouvelles.
Merci à vous de vous préoccuper de nos petites personnes… Cela touche beaucoup…C’est donc cela la famille ADDM…

Ce fut une vraie journée de bonheur pas toujours de plaisir il est vrai.. Pour ma part, il fut tout autant agréable de courir pour les autres que pour moi… Cette journée était placée sous le signe de la famille, de l’esprit d’équipe, du partage et de la solidarité… on a retrouvé toutes ces valeurs plus le courage, la dépassement de soi…
Bravo Steph, Bravo MissTot… Chapeau à vous deux nos Templières adorées…

TOT



4 commentaires

Commentaire de taz28 posté le 05-11-2006 à 10:46:00

Superbe CR tot, rempli d'amour et d'émotions comme on les aime !!!
Vous avez vaincu les Templiers, quelle grande victoire !!!
Bravo à toi, Alex, Steph, et le 4e....
Bisous
Taz

Commentaire de grelots posté le 05-11-2006 à 18:27:00

Bravo mon ami, et bravo à vous 4, c'est pas un parcours facile......superbe récit, alors l'Ultra Trail du Mont Blanc.... Oui ou non?

Grelots

Commentaire de aie mac posté le 06-11-2006 à 23:04:00

bravo pour votre belle course d'équipe :)

Commentaire de eric41 posté le 10-11-2006 à 13:35:00

Magnifique Fred cette course en famille.
Ton petit coup de moins bien en début ce course est peut-être du à un départ trop lent pour toi.
Allez t'inquiète pas c'est tout bon pour l'UTMB.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.27 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !