Récit de la course : Ultra Trail du Mont Blanc 2013, par kelek

L'auteur : kelek

La course : Ultra Trail du Mont Blanc

Date : 30/8/2013

Lieu : Chamonix Mont Blanc (Haute-Savoie)

Affichage : 730 vues

Distance : 166km

Objectif : Pas d'objectif

6 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

238 autres récits :

inoubliable

Avant d’attaquer le récit, revenons un peu sur ma préparation pour mon premier 160k. Je commence vraiment celle-ci après les coursières du lyonnais (103km) en mai. j'y vais un peu en touriste sans réelle préparation spécifique. Résultat j'en baverai les 20 derniers kilomètres et ferai 13h40 environ, mon plus mauvais temps (sur 3 participations).

 

bon là je me dis que ça va pas le faire et qu'il faudrait peut-être prendre cet UTMB au sérieux ! il faut dire que je suis moyennement motivé, je suis inscrit car prioritaire cette année mais le côté gros barnum avec tout ce monde ne m'enchante pas trop. Mais voilà c'est l'UTMB, il faut bien le faire au moins une fois alors...

 

Bref, je commence ma préparation. Une seule course prévue après les coursières: le trail du bout du monde en juillet. 60km plutôt roulants. En juin, je rentrerai tout de même 2 fois de mon boulot en courant... petite balade de 55km à chaque fois! entre temps je m'affûte (- 2 kilos) et fait au moins une séance de natation par semaine.

Fin juillet, encore un retour de mon boulot, rebelote 55km. Et ce sera tout. Le reste du temps entrainement classique, sorties longues dans le Pilat, mon terrain de jeu.

En aout, je commence à rentrer dans ma course. Pas un seul jour où je ne pense pas à cet UTMB ! je calcule grosso modo que je devrais pouvoir faire 35h… mais bon au cas où, je fais mon tableau de marche pour 30h, 32h30, 35h, 37h30 et 40h, ouf ! bref je ne sais pas trop ce que je suis capable de faire. Finir reste mon principal objectif et aussi faire moins de 40h quand même. Je suis serein, j’ai confiance en moi et n’envisage pas un seul instant que je ne terminerai pas, d’ailleurs je me le répète tous les jours ! Ça a l’air con peut-être mais cette auto-suggestion marche bien pour moi et mon mental.

J’arrive sur Chamonix le mercredi avec ma femme et ma belle-sœur qui seront mon assistance tout au long de la course. Le jeudi, on arrive à cham. Que de monde ! on est bien à la capitale du Trail ! partout les gens arborent le tee-shirt de tel course ou la polaire de telle autre, une vrai carte des trails à travers le monde !

Vers 11h on va chercher le dossard… argh ! mais c’est quoi cette queue ! bon ben on reviendra… vers 15h toujours autant de monde… ma (gentille) belle sœur se dévoue à faire la queue tandis que je vais faire un tour au salon. 1h plus tard et quelques emplettes, je retourne terminer la queue et prendre mon dossard. Les bénévoles sont ravis d’avoir enfin un français ! il faut dire qu’il y a énormément de coureurs étrangers. Le retrait des dossards est pourtant bien organisé avec plusieurs étapes, il y a juste trop de monde avec UTMB + CCC ensemble.

On rentre à notre studio sur St gervais. Le soir c’est bouclage des différents sacs et revue du topo pour mes accompagnatrices.

Vendredi, c’est le grand jour !! on se prépare tranquillement et direction chamonix. Arrivés vers 14h, la dépose du sac pour courmayeur prend 5min. des coureurs sont déjà assis devant la ligne de départ, en plein soleil… nous on se pose tranquillement à l’ombre à la terrasse d’un café à 20m de la ligne de départ. Le temps passe lentement, l’attente est longue et l’appréhension du départ commence à poindre…

16h20, bon faudrait quand même y aller ! je vais dans la masse des coureurs à 30m environ de la ligne. Il faut dire qu’il n’y a pas vraiment de zone de départ. Les coureurs et les accompagnants sont simplement massés comme ils peuvent !

16h30, Vangélis résonne et les fauves sont libérés ! on piétine un peu durant 200m dans les rues piétonnes puis le peloton prend son rythme.


Chamonix –  Delevret : arrivée 18h21 626e

Je pars rythme tranquille. Ne nous affolons pas, on a 168k à faire. Aux Houches, Kilian Jornet est sur le bord de la route comme le supporter moyen, cool ! La montée au col de la Voza est bien raide mais comme c’est la première ça passe bien.


Delevret – Contamines : arrivée 20h50 526e

La descente sur St Gervais est rapide, j’essaie de dérouler un peu histoire de ne pas trop bloquer et solliciter mes quadris. L’ambiance est incroyable, du monde nous encourage tout le long. Aux contamines, je retrouve ma femme et en profite pour changer de chaussures.

Je suis sur des bases de 30h, mais je sais que je ne tiendrai pas toute la course à ce rythme.


Contamines - Croix du Bonhomme: arrivée 23h39 484e

je monte tranquille. je me fais doubler mais je n'y prête pas attention, je sais que je ne suis pas un gros grimpeur alors je continue a mon rythme.

 

Croix du Bonhomme - Col de la Seigne: arrivée 02h44 512e

la descente sur les chapieux se passe bien. ma femme et ma belle sœur m'y attendent. ça fait du bien de voir des visages connus. je les quitte pour le reste de la nuit, rendez vous a Courmayeur. Dans la montée du col de la Seigne, j'aurai ma première défaillance: j'ai du mal à m'alimenter, rien ne passe. je commence a me dire que 160k ça va être long...

 

Col de la Seigne - arête Mont-Favre : arrivée 4h39 505e

je m'accroche et ralentis un peu le rythme. je sais que cela va passer, l'ultra c'est savoir gérer ses défaillances...

Je suis sur des bases de 35-36h à présent, rien n'est perdu.

 

Col de la Seigne - Courmayeur : arrivée 6h03 475e

on descend enfin sur Courmayeur. j'ai lu des choses terribles sur cette descente alors je suis curieux de voir ça. j’aperçois enfin Courmayeur! la vue de la ville et la pensée que je vais revoir mes assistantes et faire une bonne pause me rebooste ! le moral remonte en flèche et je file dans ce petit chemin fait de virages serrés, pleins de poussière. je coupe les virages, double a tour de bras !

j'arrive a Courmayeur, récupère mon sac en un instant (efficaces les bénévoles) et puis c'est changement de chaussures, tee-shirt, nok sur les pieds. je dois dire que le ravitaillement de Courmayeur était très mal organisé: au rez de chaussée un petit espace pour l'assistance et à l'étage un immense espace. les toilettes sont mixtes et pas de verrou sur les portes... super pour les dames !

je mange quelques pâtes et un peu de soupe mais ce n'est pas encore ça...

 

Courmayeur - Bertone : arrivée 8h15 488e

 après 40min de pause, je repars tranquillement. la montée n'est clairement pas mon fort, je me fais doubler dans la longue montée. j'arrive à Bertone avec le levé de soleil sur le mont blanc, grandiose !

 le lever du jour me requinque un peu et le moral remonte. je prend un café et de la soupe et pars pour Bonatti.

 

Bertone - Arnuva : arrivée 10h24 437e

je repars donc en bien meilleur forme, tout le long du sentier la vue sur le mont blanc est incroyable !

et là je connaitrai ce moment rare... le shoot d'endorphines ! je suis transporté sur mon petit nuage, il fait beau, les paysages sont grandioses, les jambes vont bien. je pleurerais presque tellement ce moment est juste parfait ! petite pause à bonatti, j'en profite pour appeler mes parents et prendre des nouvelles de mes enfants puis je repars rapidement.

j'arrive à arnuva surboosté. j'ai filé dans la descente et j'arrive en pleine forme et surtout affamé! tout me fait envie, je mange avec bon appétit soupe, pain, saucisson, gâteaux. Quel bonheur de manger avec plaisir après m’être forcé à m'alimenter durant la nuit.

 

Arnuva - grand col Ferret: arrivée 11h53 422e

je repars le moral au beau fixe pour cette ascension. je prend le train d'une espagnol, d'un italien et d'un japonais qui montent d'un bon pas sans aller trop vite non plus. il commence à faire chaud, je pense à bien m'hydrater.

 

grand col Ferret - la Fouly : arrivée 13h26 415e

arrivé au col, je repars directement dans la descente non sans profiter un bref instant de la vue grandiose qui nous est offerte. la descente est longue et usante. je commets l'erreur de ne pas remplir mes bidons  à proximité d'un refuge croyant le ravito proche. bien mal m'en a pris! le ravito se fait attendre, cette descente est vraiment interminable ! je suis obligé d’économiser mon eau et commence à avoir un peu soif... je diminue un peu le rythme et marche dans la descente. heureusement une fontaine me permet enfin de faire le plein d'eau. j'arrive a la Fouly en pas trop mauvais état. je m'alimente bien, fais une pause technique et repars au bout de 20min.

 

la Fouly - Champex: arrivée 16h03 387e

je mets la musique pour garder le rythme et repars en trottinant. pas de problème particulier sur cette partie, le moral est bon et les jambes courent toujours ! j'aborde tranquillement la montée sur champex et j'arrive au ravito où je retrouve ma femme. je fais les niveaux et je repars au bout de 20min.

 

Champex - Trient : arrivée 19h30 329e

je repars pour le redouté bovine dont j'ai tant entendu parlé. la montée est raide, très raide ! je sers les dents, me fait un peu doubler mais pas trop. enfin on arrive au point de contrôle et je peux me remettre à courir dans la descente pour trient. les jambes vont toujours bien, pas de bobo majeur ou de baisse de forme. j'en suis le premier étonné!

A trient, je retrouve ma femme, change de chaussures, Nok sur mes pieds et je me prépare pour la nuit.  Je repars au bout de 30min.

J'ai rattrapé mon retard sur mes prévisions. les 35h me paraissent possible à ce moment de la course, cela me surmotive !

 

Trient - Vallorcine: arrivée 22h24 319e

même scenario : montée raide, on sert les dents, descente en trottinant et arrivée à Vallorcine. je retrouve une dernière fois ma femme, la prochaine fois ce sera à Chamonix ! Je reste tout de même 15min à ce ravito, je prends bien le temps de m'alimenter. J'ai trouvé mon rythme depuis champex: je mange bien au ravito et prend un gel entre.

 

Vallorcine - Tête aux vents: arrivée 0h56 319e

Voici donc la fameuse montée de la tête aux vents. et il faut dire qu'elle est impressionnante: du col des montets, les frontales montent haut, très haut dans le ciel ! je monte tranquillement, préférant réserver mes jambes pour la descente qui suivra. Sur la fin je me fais doubler par un train de coureurs mais réussit à le prendre en route.

 

Tête aux Vents - Chamonix : arrivée 2h37 292e

On bascule enfin sur du plat. Dès que le chemin commence à descendre, je file en trottinant. Aucun des coureurs qui m'avaient doublé dans la montée ne me suivra. Je m'arrête 5min à la Flégère le temps d'une soupe et repars rapidement, pressé d'en finir et d'accrocher les 35h.

Je fais toute la descente en courant, double quelques coureurs trop cramés pour courir. Je suis sur un petit nuage, mes jambes vont bien, c'est le bonheur !

J'arrive enfin dans chamonix, les rues sont désertes mais qu'importe je suis finisher !! Un peu plus de 34h au final, c'est inespéré !

Etrange sensation à l'arrivée, un mélange de satisfaction d'avoir terminer mais aussi un peu de tristesse que ce soit fini.

 

Voilà, une semaine après, ma tête est encore un peu sur les chemins du mont-blanc. Je n'en reviens toujours pas de mon excellent état de forme durant la course: pas de crampes ou de douleurs, une seule petite ampoule, pas d'envie de dormir ou de gros coups de fatigue.

Au-delà d'avoir fini et d'avoir la fameuse polaire, ma plus grande satisfaction est le déroulement de ma course qui fut juste parfait. Ce fut pour moi un week-end inoubliable.

 

 

6 commentaires

Commentaire de sapi74 posté le 09-09-2013 à 15:27:32

bravo, belle course ca donne envie, je pense que le fait d'arriver frais sur cet course comme tu la faite est une des clefs de la réussite.

Commentaire de kelek posté le 10-09-2013 à 21:51:47

c'est vrai, j'en ai pas trop fait en aout. au final je pense que cela m'a été plus bénéfique que de bouffer du dénivelé...

Commentaire de jpoggio posté le 09-09-2013 à 22:26:14

Ouais bof, deux trois p'tits trucs anecdotiques, même pas de gros coup de bambou, du déroulé de partition sur papier musique 100% velin, pfff.
Tu vas te faire des ennemis à faire des courses impeccables comme ça !
D'ailleurs c'est décidé, je te déteste.
;)

Commentaire de kelek posté le 10-09-2013 à 21:47:45

merci ! ah! malheureusement toutes mes courses ne se passent comme ça !

Commentaire de Natou posté le 27-09-2013 à 21:17:29

Et bien félicitations !!!! C'est un super chrono !
Tu t'es fait méga plaisir et c'est là bien l'essentiel !!
Bonne continuation

Commentaire de Arclusaz posté le 27-09-2013 à 22:44:09

c'est vrai qu'elle est super.......... ta belle soeur !

bon, ta course aussi, elle est pas mal. Le genre de CR qui donne envie d'aller courir : ça tombe bien, on court ensemble demain !

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.16 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !