Récit de la course : Ultra Trail du Mont-Blanc 2017, par Trimoreo

L'auteur : Trimoreo

La course : Ultra Trail du Mont-Blanc

Date : 1/9/2017

Lieu : Chamonix Mont Blanc (Haute-Savoie)

Affichage : 357 vues

Distance : 168km

Objectif : Pas d'objectif

5 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

238 autres récits :

Retour à chaud !!!

Après être passé par toutes les émotions, le passage de la ligne était forcément magique. C'est même un coup pour prendre la grosse tête 😋 avec tous les soutiens sur place et par message. Je n'arrive pas à redescendre sur terre, c'est vraiment trop 😳.

Après 50 km de pur bonheur (trop rapide sûrement), à rêver de friser les moins de 36h, je m'éclate malgré le brouillard le froid et la tempête de neige en haut du col de Seigne. Tous les voyants sont au vert, j'ai commencé à gèrer à partir de Saint Gervais. 

La nuit passe et d'un coup ma cage thoracique se bloque comme en Corse il y a 3 ans. Je n'arrive plus à respirer convenablement en montée ce qui me verrouille les jambes (début de crampes) et plafonnera ma vitesse ascensionnelle a 300-350 m/h jusqu'à l'arrivée (au lieu des 500 m/h que je tiens d'habitude à ce moment de la course). Je prend mon mal en patience et commence alors un samedi cauchemardesques avec des douleurs à la pointrine, des montée qui ,du coup ,n'avance pas, des ravitos que je gère comme un pieds et un parcours qui m'achève entre la Foulie et Champex. J'ai beau ralentir les sensations ne reviennent pas. J'ai le moral dans les chaussettes et me demande dans quel état je vais finir Les 65 km restant et surtout les 3500 m de D+. C'est là que mon assistance de choc joue un rôle primordiale et m'inonde de pensées positives (pourtant j'étais pas beau à voir) même ma femme a eu à une moment peur de me laisser repartir. Je pose la situation et décide de passer en mode finisher.

Arrive alors la troisième phase dans cette course où il faut reconstruire ce qui peut l'être en passant presque 2 h à Champex : douche, kiné, podologue (rien à signaler) et sieste de 30 Minutes. Je revois toute ma stratégie de course : accepter que les montée vont être longues et douloureuses, me faire plaisir sur les descentes, oublier le chronos. Et c'est un homme surmotivé par sa team, les messages et ce pit stop qui ressort de la base de vie. Il reste 3 cols que je passerai finalement comme prévu : très doucement à la montée et un peu plus vite à la descente. Après quelque micros siestes, je suis étonné de bien limité la casse et ferais l'essentiel pour finir sous les 40h.

Beaucoup d'émotions en passant l'arche d'arrivée avec ceux qui étaient présents et tout ceux qui m'ont vu en direct devant leurs PC ( énorme !!!) un gros gros Merci à tous

Concernant les stats : 700ième/2537 (853 abandons) en 39h38min35. 5 dodos pour 1h10 au total et environ 6 heures passés au ravitos.

 

Les moins :

- Le parcours, hors vue, qui est franchement pas terrible. Je m'attendais pas à grand chose mais j'ai quand même été décu. Je plains vraiment les randonneurs qui se font le TMB en rando. 30/40 km de chemin sympas environ.

- Ma gestion des ravitaillements avant Champex. Il faut vraiment travailler le truc avec son assitance avec les différentes zones (zone bouffe où l'assistance ne peut pas venir, zone assistance ou il est compliqué de se mettre à nu au milieu de tout le monde et où on ne peut pas mangé, les différents sanitaires et zones pour dormir). J'ai perdu 30 minutes à tourner en rond à Courmayeur. Ptit point noir anecdotique sur l'espace dodo de champex : 5°C sous tente avec des lits très humide. Je pense que c'est une course où il faut avoir 1 assistant mais pas forcément de grosse team car c'est très frustrant de les laisser dehors.

- Ma gestion de la boisson et de la bouffe sur les 80 premiers km. J'ai beaucoup trop mangé et trop bu (il faisait froid et j'ai bien moins transpiré). Trop de pauses techniques et une cause possible à mes problèmes.

- Pas de sacs qui suivent à Champex pour ceux qui sont seuls (ce n'était pas mon cas sinon je n'aurai peut être pas fini).

- Ma douleur à la poitrine dès que je respirais trop fort (dès que je forcais du coup) à partir du 50ieme km et mes difficultés à respirer qui me coupait les jambes. 2 jours après je sens que ce n'est pas totalement parti. Si quelqu'un sais d'où ca peut venir, je suis preneur (Depart trop rapide? forme d'asthme? Coup de froid? trop bu/mangé?..)

- Les déchets sur le sol comme je n'ai jamais vu sur des courses en France. Est ce dû à la présence de certains coureurs internationnaux moins sensibilisés sur ce point ??? 

- Le salon du trail qui ferme devant mes yeux à 14h le vendredi.

 

les plus :

- L'ambiance à Chamonix et particulièrement le départ et l'arrivée : A vivre, je laisse les futurs partants en prendre plein les yeux.

- La notoriété de la course qui parle plus aux gens que L'Echappée Belle ou l'UT4M. Mais aussi le fait de prendre le départ au coté des plus grands de la discipline, ça chatouille l'EGO ;). A noter aussi le super suivi des bouzineurs sur Kikourou.

- Le suivi live et l'organisation en général : sécurité, ravitos, Base de vie et surtout bénévoles. Gestion du monde un peu militaire mais necessaire.

- Les 3 toilettes très propres avec du papier que j'ai pu trouver sur le parcours. Les douches chaudes à CHAMPEX.

- La cohabitation avec les coureurs qui au final s'est super bien passé. Pourtant je n'avais pas le même rythme que les autres. Je laissais passer dans les montées et on me le rendait bien dans les descentes. J'ai pris un départ rapide mais je n'ai jamais vraiment bouchonné. Et puis l'échange avec toutes les nations était top.

- Ma sieste au bord du feu à Tseppes (sans Chococaro qui devait se reposer)

- La météo qui était au final moins pire que prévu et qui nous a préservé l'essentiel du parcours. J'ai enfin utilisé mon pantalon et mes gants étanchent. Et puis les descentes glissantes remplis de traileurs en détresses, ya rien de mieux pour le moral et vous redonner des jambes.

- Les parties du parcours passent finalement assez vite, même les plus initéressantes. Quand j'étais dans le dur, je pensais des vitesses de route de l'ordre de 3-4 km/h à plat (style Belledonne) et ben psychologiquement, c'était top d'arriver toujours bien avant.

- Mon équipe de suivi (surtout le samedi) qui m'a bien reboosté.

- Mon nouveau sac Hoka Evo (pour la premiere fois pas un seul frotement dans le dos) et mes chaussures Asics Endurance (confortables mais déjà mortes avec moins de 200 km) puis Hoka mafate speed à Courmayeur. Pour les frontales, deux stoots Wappi avec 2 batteries 7Wh m'ont suffit pour les 2 nuits complètes : Montée à 50 lm et descente à 400 lm. Par contre le faiseau très diffus n'est pas top dans le brouillard, il faut tenir la lampe à la main ou la fixer à la taille.

- Ma prépa qui était bien et sur laquelle j'ai pris beaucoup de plaisir.

- La gestion de crise qui m'a permis de rejoindre l'arrivée en limitant la casse et en reprenant du plaisir.

5 commentaires

Commentaire de jano posté le 08-09-2017 à 16:45:28

salut, bravo pour la gestion malgré ton pépin. J'avais bien noté que quelque chose n'allait pas car ayant déjà vu ta gestion sur du long, ça n'était pas normal de te voir perdre des places comme ça.

Commentaire de Trimoreo posté le 08-09-2017 à 21:20:08

Merci jano. Je t'ai aussi suivi sur l'EB. Tu as été très fort le (les :) ) jour J : bravo pour ta course.

Commentaire de fildar posté le 08-09-2017 à 17:00:13

Même ressenti que jano par rapport à ta course.
Moins de 36h est un objectif très réaliste, penses tu retenter l'aventure ?

Commentaire de Trimoreo posté le 08-09-2017 à 21:24:34

Un peu frustré mais je garde du positive. Et puis j'avais déjà fait ma course de l'année à l'UBS :P.
Concernant l'envie d'y revenir, peut être pour faire un temps et pour l'ambiance mais dans quelques années. Je ferais la TDS pour le parcours plus sauvage avant ;)

Commentaire de Arclusaz posté le 09-09-2017 à 13:52:32

ça y est on a l'explication ! pas possible de faire remarquer sur le live que tu n'étais pas à ta place habituelle dans le peloton et que surtout tu baissais dans le pantalon.
Une sacrée expérience de "gestion de crise" comme tu le dis si bien.
Bon, faut trouver la raison de cette douleur et après......
bravo

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.16 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !