Récit de la course : Ultra Trail du Mont Blanc 2006, par FOREST Alex

L'auteur : FOREST Alex

La course : Ultra Trail du Mont Blanc

Date : 25/8/2006

Lieu : Chamonix Mont Blanc (Haute-Savoie)

Affichage : 2836 vues

Distance : 158.1km

Objectif : Terminer

1 commentaire

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

239 autres récits :

UTMB 2006

Vendredi 25 Aout. 19 heures.

Je suis au départ de mon 2ème UTMB. L' an dernier, j'avais terminé en 41h12mn. Comme l'an dernier, mon objectif est avant tout de terminer la course. J'ai 24ans, je suis encore jeune, et meme si d'ici quelques années, je pense pouvoir faire le tour en moins de 30h, je préfère ne pas me fixer d'objectif chronométrique cette année, car je sais que je n'ai pas encore retrouvé mon meilleur niveau depuis les 575kms que j'ai réalisé aux 6 jours d'Antibes debut Mai, et puis je ne voudrai pas trop me fatiguer car je souhaiterai réaliser une bonne performance lors des championnats de France de 24h à St Doulchard, à la mi-octobre.

Cette année, je prend le départ avec mon ami Thibaud qui participe lui à son 1er UTMB.
Le départ se fait tranquillement, nous sommes au milieu du peloton de 2500coureurs et ça bouchonne pas mal pour sortir de Chamonix.Nous passons aux Houches en 55mn puis nous attaquons la montée du col de Voza. Nous arrivons a ce col en 1h53mn. Nous sortons les frontales puis nous repartons direction les Contamines.

Nous arrivons aux Contamines à 22h30, soit 3h30mn de course. Tout va bien. Nous nous ravitaillons 5mn puis nous repartons pour attaquer la montée du col du Bonhomme. Nous passons à la Balme en 5h07mn. Nous nous couvrons un peu car il commence à faire froid puis nous repartons. Nous passons le col du Bonhomme puis la croix du Bonhomme et nous descendons vers les Chapieux. Je n'apprécie guère cette descente, mais elle passe bien quand meme.

Nous arrivons aux Chapieux à 2h42, soit 7h41mn de course. Je propose à Thibaud de s'arrèter 15mn afin de prendre le temps de bien se ravitailler. Mais voilà que les problèmes commencent. Je suis incapable de manger quoi que ce soit. Je me force à manger du pain et du saucisson, mais impossible, y a rien qui passe. De plus, je ressens une forte douleur dans le bas du dos dont j'ignore l'origine. Nous quittons donc les Chapieux après 8h de course mais désormais je ne suis vraiment pas bien. Nous marchons péniblement jusqu'à la ville des glaciers et je décide de m'arrèter quelques minutes en attendant que mon état s'améliore. Je dis alors à Thibaud de continuer sa course sans moi et c'est avec regrets qu'il me laisse seul. Après etre rester assis 15mn au bord du chemin, je décide de repartir mais voilà que je me mets à vomir plusieurs fois. Désormais, pendant toute la montée du col de Seigne, je vais alterner 5mn de marche et 5mn de pause. Plus de 700 coureurs vont me dépasser pendant cette ascension.

J'atteins finalement le sommet du col de Seigne à 6h41, après 11h41mn de course. Le jour se lève et je me sens mieux. Je déroule jusqu'à Elisabetta où j'arrive en 12h23mn. Je m'arrete 5mn. Je ne veux toujours rien manger, mais la douleur au bas du dos est en train de disparaitre. Par contre, je commence à m'inquiéter des barrières horaires. Je repars en direction de l' arete mont Favre. Cette année, cette montée passe bien. Il fait jour, le ciel est dégagé, et je peux apprécier les magnifiques paysages. Je passe l'arete mont Favre en 13h57mn et je descends au col Checrouit où j'arrive après 14h47mn de course. Je m'arrete 10mn, je profite du soleil (ça va pas durer!) et je repars jusqu'à Courmayeur.

J'arrive à Courmayeur à 10h45, soit 15h45mn de course. Je me fais pointer par un bénévole qui nous pointait aussi aux 6 jours d'Antibes. Je prends une douche, puis je vais me ravitailler. Je vais enfin pouvoir me ravitailler normalement, pour la première fois depuis le départ de la course. Je repart de Courmayeur à 11h45, soit 1h15 avant la barrière horaire. La montée sur Bertone se passe tranquillement. Le soleil est encore présent, et je double pas mal de monde. J'arrive à Bertone en 18h30mn, je m'arrete 5mn puis je repars direction Bonnati. Sur cette partie plutot roulante, j'alterne marche et course. J'arrive à Bonatti en 20h15mn. Je m'arrète 5mn, je constate que le ciel devient de plus en plus sombre, et je repars jusqu'a Arnuva. 1km avant d'arriver sur Arnuva, je double un coureur qui m'appelle, je me retourne, c'est Sylvain un trailer varois. Il m'annonce qu'il est blessé et que pour lui la course s'arrète à Arnuva. J'essaye de le pousser à continuer, mais il me dit qu'il a trop mal et qu'il ne pourra pas aller jusqu'à l'arrivée.

Je continue et j'arrive à Arnuva à 16h30, soit 21h30mn de course. Je me repose 15mn. La pluie commence à tomber. Je sors mon K-way, puis j'attaque l'ascension du Grand col Ferret. Au fur et à mesure de l'ascension, le sol devient de plus en plus glissant. Je fais la course sans batons, alors je prends soin de marcher dans l'herbe sur les bords du sentier pour ne pas glisser. J'arrive au sommet du Grand col Ferret en 23h25mn. J'attaque aussitot la descente, qui est toujours aussi glissante à cause de la pluie qui continue à tomber. J'arrive à la Peulaz, où je m'arréte 5mn dans ce chalet fort sympathique, mais rempli de monde. Je repars car je veux faire un maximum de distance avant la nuit. Les 2kms de descente qui suivent la Peulaz sont très raides et toujours aussi glissant, et je n'apprécie guère. J'arrive enfin en bas, sur la route goudronnée. Plus que 3kms et je suis à la Fouly.

J'arrive à la Fouly à 20h30, soit 25h30mn de course. Je m'arrete 10mn. Il pleut toujours et la nuit tombe. Je sors ma frontale et je repars direction Praz de fort. J'y arrive en 27h30mn. 5mn de pause puis je repars jusqu'à Champex.

J'arrive à Champex à 00h15, soit 29h15mn de course. Je prends une douche, puis je vais manger. Ensuite, je traine une bonne heure assis à table à rien faire. Je me décide enfin à repartir 45mn avant la barrière horaire. Je quitte Champex vers 2h15. Pendant plus d'une heure, j'alterne marche/course jusqu'au pied de Bovine. Puis je monte tranquillement dans les rochers qui mènent à Bovine. J'atteins le sommet, 500m de plat et j'arrive à Bovine en 33h56mn. Il y a beaucoup de monde, je préfère ne pas m'arreter et repartir aussitot. Encore une petite montée puis on descend sur Trient. J'attaque la descente mais très vite je commence à m'endormir. Je ne souvient absolument pas de la fin de cette descente, qui m'avait pourtant paru très glissante l'année passée. Beaucoup de coureurs me doublent, ça me réveille quelques secondes, puis je me rendort aussitot.

J'arrive finalement à Trient à 7h15, soit 36h15mn de course. Je rentre dans une salle, je m'assois sur une chaise, je ne prends meme pas la peine de poser mon sac, et je m'endors aussitot. Soudain, j'entends quelqu'un qui me demande si je compte repartir. Je me réveille brusquement, je demande où je dois partir, on m'explique qu'il me reste moins de 5mn pour quitter Trient avant la barrière horaire fixée à 8h15. Je mets 5mn pour me réveiller complètement, je me lève pour quitter Trient et là, on m'annonce qu'il est 8h16mn, la barrière horaire est dépassée et je ne peux donc plus partir. Heureusement, la bénévole qui m'a réveillé me dit qu'on aperçoit encore le serre-file qui ferme la course 100m devant nous, et si je suis capable de faire un petit sprint, on doit pouvoir le rattrapper rapidement. Nous partons en courant, et après une minute de sprint, nous rejoignons le serre-file. Ouf, je peux continuer la course !
Je monte tranquillement jusqu'au Tseppes, je double une dizaine de coureurs. J'arrive aux Tseppes en 38h28mn. Je m'arrete 5mn, les 10 derniers coureurs ainsi que le serre-file arrivent à leur tour. Je sais maintenant qu'on a passé la dernière grosse montée et que tout le monde pourra rentrer dans les délais. Je repart, encore un peu de montée puis on descend sur Vallorcine. La descente est très boueuse, mais cette année, je la passe de jour donc tout va bien.

J'arrive à Vallorcine à 11h20, soit 40h20mn de course. Je m'arrete 15mn. Je quitte Vallorcine 10mn avant cette dernière barrière horaire. C'est bon. Maintenant, je vais pouvoir profiter des 15 derniers kilomètres assez roulants qui mènent à Chamonix, et dont je me souviens très peu car je les avais faits en dormant l'année passée. J'alterne marche et course. Je double beaucoup de monde (je gagne plus de 100 places entre Vallorcine et Chamonix). Je passe Argentière en 41h51mn. Je continue. Je marche un peu et j'en profite pour appeler Thibaud qui m'annonce qu'il a terminé la course en 41h. Je repart en courant. Je passe aisément la dernière montée en marchant et en arrivant au sommet, j'aperçois devant moi un coureur dont l'allure me semble familière. Je l'appelle, il se retourne. Oui, c'est bien Francis qui est en train de boucler son 3ème UTMB, et qui est tout étonné de me voir arriver derrière lui. Je lui raconte brièvement ma course, et nous décidons de terminer ensemble les 3 derniers kilomètres. Nous entrons dans Chamonix, nous nous mettons à courir, nous saluons la foule et nous franchissons la ligne d'arrivée en 43h36mn14s.

Voilà, la boucle est bouclée et je suis désormais double finisher de l'UTMB.
A l'année prochaine

1 commentaire

Commentaire de joy posté le 19-12-2006 à 19:20:00

Tu vas pas me dire que mon temp est meilleur que le tiens??????????????????a ba ça alors????????????????????????lol grand champion a + mon poto des 24 heures

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.16 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !