Récit de la course : 100 km de Millau 2013, par bigbenbtz64

L'auteur : bigbenbtz64

La course : 100 km de Millau

Date : 28/9/2013

Lieu : Millau (Aveyron)

Affichage : 921 vues

Distance : 100km

Objectif : Se défoncer

6 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

126 autres récits :

Millau, quelle aventure !!!

 

Alors commençons par le commencement.
Millau est une course d'ultra que tout coureur, même novice, connait, et bien sur j'ai toujours eu dans un coin de ma tête l'idée qu'un jour, je devrais vivre cette épreuve.
Etant donné que je prépare toujours mes courses en fonction de mon boulot, il s'est avéré cette année que le week end idéal pour me préparer à un challenge tombait le dernier week end de septembre.

Je me mets donc en quête d'un challenge et cherche sur le net ce qui pourrait être sympa à faire et là je tombe sur Millau ! Bingo ! ni une ni deux je me dis c'est bon je la fait !
Mais en y réfléchissant, aller seul à Millau ne m'intéressait pas, de plus un suiveur en vélo me paraissait indispensable pour essayer de faire "une performance" puisque j'aime faire les choses à fond.Du coup je chauffe ma femme Nathalie et j'arrive à la motiver pour qu'elle se prépare en vélo et puisse donc m'accompagner à millau.
Elle est motivée, fait pas mal de "RPM" (cours de vélo en salle, elle fait même l'impasse sur des cours de danse pour aller au RPM ) et pour finir m'a même suivi en vélo sous la pluie lors d'un footing 15 jours avant le départ.
C'est lors de ce test que malgré toute sa bonne volonté, je savais qu'elle n'allait pas pouvoir suivre sur la deuxième boucle de Millau, trop de dénivelé ...

Du coup patratras, j'étais pas encore inscrit et me dis que tant pis ce sera pour une autre fois car y aller seul, non merci.
Et la, mon seul pote qui fait du vélo régulièrement et qui est un fana de sport en tout genre accepta ma demande de m'accompagner sur Millau, la seule condition étant que Nath puisse garder ses enfants. Nath accepta volontiers de garder les enfants et là, c'est donc parti, je m'inscris 10 jours avant le départ !
Je sais que j'ai fait pas mal de grosses sorties montagne donc je me dis que 100 km sur bitume ça devrait passer ! D'ailleurs pour ceux que ça intéresse, mes entrainements c'est ici

J-2 avant le départ : mon accompagnateur Ludo arrive chez moi en vrac, il s'est coincé le dos et arrive à peine à marcher normalement ! Une chute en vélo la veille ... Quelle loose ! Il aurait du garder les roulettes que l'on fixe sur la roue arrière des vélos comme pour les enfants mais il a voulu faire son grand et malgré ses 40 ans il a encore l'équilibre précaire ... ;) enfin il m'assure qu'il va venir, il prend rendez vous avec l'osthéo et il fera tout au mental !

J-1 vendredi matin boulot puis le midi ma charmante femme nous a préparé de succulents spaghettis carbonara, un vrai régal avant de prendre la route. Le dos de Ludo va un petit peu mieux, ouf ! Je tiens encore à remercier Nath (mi amor !) qui m'a super soutenu sachant que je lui laisse nos 2 enfants plus les 2 enfants de Ludo pour le week end alors que moi je pars comme ça ... Merci encore mi amor !
La route se passe très bien nous partons vers 14h et arrivons sur Millau vers 19h30.
Une fois garés, on sent bien qu'un grand évènement va avoir lieu.Plein de sportifs à droite à gauche, avec des vélos sur plein de voitures, ça y est on rentre doucement dans le vif du sujet !
Récupération du dossard avec déjà plein de bénévoles dans la salle, tout est déjà très bien organisé, ça va vite, c'est clair, c'est pro !
Au retour on repasse devant les stands de produits locaux ... hummmmmm je me dis vivement samedi soir que je puisse me lâcher sur toutes ces bonnes choses à manger, saucisson, jambon, pâtisseries, crêpes nutella, ....

Donc retour au camion, diner, puis dodo dans la foulée ! Et oui Ludo avec son mal de dos préfère marcher le moins possible pour être le plus en forme le lendemain car il a la pression le Ludo ! Il sait que les côtes vont être difficiles pour lui comme pour moi et que son rôle est primordial !
On se met au lit dans le camion et là, déception pour moi car Ludo n'a pas mis son super caleçon avec des canards jaunes partout tant apprécié ... ;)
Je ne rentrerai pas non plus sur les détails d'un concerto suivi d'odeurs nauséabondes qui eurent lieu avant le dodo ... lol

 

Jour J ! Enfin ! Depuis le temps, c'est aujourd'hui ! Donc réveil naturel vers 8h, petit déjeuner au gatosport / jus de fruit, puis préparatifs et dernières recommandations à Ludo pour les ravitaillements. Un dernier coup d'oeil a la météo, pas de pluie de prévue ouf ! Car pour tout le monde c'est mieux au sec !
Dernier coup de fil à Nath et direction le départ pour un cortège en ville bien sympathique.
Nous y voilà enfin, sur la ligne de départ, un non voyant bien courageux part quelques minutes avant nous pour ne pas se trouver dans les embouteillages de départ puis ça y est, 10h, départ !!!!

Nous voilà donc dans le vif du sujet, étant donné que c'est mon premier 100 km je pars un peu dans l'inconnu. Ma tactique est de tourner en 4'20 au km le marathon pour un passage aux alentours de 3h03' puis après on verra ! J'espère au fond de moi faire moins de 8h ce qui pour une première me parait déjà très bien.

Dès le départ un groupe de tête se forme avec les favoris au coude à coude tel Ludovic Dilmi, Hervé Seitz, et quelques autres que je ne connais pas.
Pour ma part je reste avec un groupe de poursuivants en tournant en 4'19 au km ce qui est mon rythme de course prévu.
Ça fait bizarre de rester derrière car dans les pelotons du Pays basque je joue régulièrement les premiers rôles donc rester en retrait avec une facilité déconcertante ( comme pour tout le monde au début ! ) me frustre un peu mais je m'oblige à me calmer, la course va être très longue !
Durant les 5 premiers kms, je suis dans un pelotons de 5/6 coureurs qui s'est formé derrière la tête de course. Je discute un peu avec un normand qui est cheminot, tout va pour le mieux et nous voilà au km 7 ou tout les vélos vont rentrer en piste. Nous avons de la chance de passer dans les premiers et donc de voir ce spectacle avec tous les encouragements des cyclistes qui sont aux bords de la route, à attendre leur poulain ! C'est vraiment fantastique de vivre ça !

Et c'est donc la que Ludo rentre en scène, il me raconte qu'il a pas mal discuté avec un belge en m'attendant. Une vraie pipelette celui-là ! J'en profite pour me ravitailler, lait concentré avec boisson énergétique.
Ludo qui croit à fond en moi me fait déjà part que 7 coureurs sont devant moi, je sens qu'il veut que je les rattrape vite mais chaque chose en son temps !

KM 13 : le peloton commence à ralentir l'allure, et malgré ça nous arrivons à rattraper quelques concurrents surtout des marathoniens. Je décide donc de prendre les choses en main et de partir seul, le cheminot restera avec moi jusqu'au semi marathon à peu près.

 

KM 15 : première erreur de ma part, je ne suis pas parti assez couvert.Je sais que je suis très sensible au froid, et ça ne loupe pas je commence à avoir mal au ventre et premier arrêt express sur le bord de route. Je ne vais pas vous faire un dessin donc pas plus de détails.
Je ne vois plus la tête de la course, ça y est il doit y avoir quelques minutes d'écart maintenant. Nous continuons à papoter avec Ludo et d'autres concurrents, nous blaguons, tout roule !
Je vois un château gonflable au bord de la route et pour rigoler je dis à Ludo de ne pas avoir les larmes aux yeux, qu'il pourra aller jouer dans les jeux plus tard mais pas maintenant car j'ai besoin de lui !
Peu après je dépasse un 100 bornard, et dans ma tête je me dis "tiens, il est parti trop vite celui-là", mais savez-vous qui c'était ? Ludovic Dilmi, le futur vainqueur ! Enfin je ne le savais pas, et je ne comprends toujours pas pourquoi il a tant ralenti son allure pour après me dépasser comme un boulet de canon vers le trentième kilomètre.

KM 21 , le semi marathon est fait tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes ! Nous commençons à attaquer une partie de "toboggan" avec des côtes et des descentes successives, je prends du plaisir à courir, les jambes répondent super bien, je dépasse des marathoniens et j'envoie Ludo voir devant comment ça se passe. Il m'indique que le troisième n'est pas loin. Le moral est donc reboosté à bloc, je me dis troisième à Millau c'est énorme, enfin il est encore loin et la course a à peine commencé.
KM 30 , petit à petit j'ai refait mon retard et j'ai rattrapé le troisième. Je suis super content et je décide de rester avec lui, de ne pas prendre le large car j'ai quand même une certaine appréhension de me retrouver seul alors que la course est encore très longue, donc tant que je peux être accompagné j'en profite ! J'essaie de m'abriter derrière lui quand un petit vent de face fait son apparition. Je continue à bien m'alimenter, à chaque ravito je prends du chocolat, tartine de pâté aussi, je mange un mars ( et ça repart !) par contre je bois peu, la boisson énergétique n'étant pas très bonne ... Donc changement de boisson, on va passer au mélange coca/eau ou orangina/eau et là de suite je bois beaucoup plus car j'aime ça ! Entre temps encore un arrêt express, mon ventre me fait quelques caprices. Il y a eu aussi un coup de fil du père qui, comme beaucoup, suivait la course et venait aux nouvelles à travers le téléphone de Ludo.

KM 35 : Ludovic Dilmi nous dépasse comme une fusée ! Un truc de fou ! Il m'a franchement impressionné à la vitesse à laquelle il nous a dépassé. Avec mon compagnon nous nous retrouvons donc en 4ème et 5ème positions.
De plus les jambes commencent à être lourdes,pleins de questions me viennent à l'esprit quand à la suite de la course et je commence à discuter de moins en moins avec Ludo. Nous allons arriver sur Millau donc j'envoie Ludo en avance au camion pour reprendre du ravitaillement, une paire de basket de rechange au cas ou une grosse pluie ferait son apparition et surtout un t-shirt qui colle a la peau pour éviter que mon coup de froid s'aggrave.

KM 42.195 : marathon effectué en 3h04 ou un truc comme ça, c'est à peu près le rythme que je m'étais fixé mais les jambes ne sont pas aussi fraîches que je l'aurais pensé. Le passage est sympa, le speaker commente le franchissement du marathon de chaque concurrent, du monde nous encourage, mais je sais que j'arrive à un moment critique car je vais arriver à un kilométrage que j'ai peu couru avant, j'arrive dans l'inconnu en gros !
Et la arrive un moment mémorable : Ludo arrive comme une flèche, mon t-shirt à la main donc tout en courant dans Millau, je me mets torse nu, donne mon débardeur à Ludo, je mets mon t-shirt tout sec et demande à Ludo de me rendre le débardeur avec lequel je cours depuis le début. Et là, j'ai du mal expliquer la chose, il me rend juste le dossard détaché du débardeur. Je lui dis que ce que je veux c'est le débardeur avec le dossard que je remettrai par dessus le t-shirt propre ! Il était tout confus donc il s'arrête une nouvelle fois au bord de la route, rattache le dossard au débardeur et me redonne le tout. J'essaie d'enfiler le débardeur et là, impossible car il avait attaché le devant et l'arrière du débardeur avec les épingles à nourrice ... Je lui redonne le tout, il s'arrête à nouveau, redémarre et sprinte pour me rejoindre le plus vite possible et me redonne le débardeur et la, c'est le débardeur qui est à l'envers ! Le coureur étant coquet, je me dis que je ne vais quand même pas faire 60 km avec un débardeur mis dans le mauvais sens! Donc je redonne ce fameux débardeur a Ludo pour une énième halte et cette fois après un nouveau sprint il me redonne le débardeur à l'endroit avec le dossard bien attaché, enfin ! En tout cas, ça lui a fait un bon travail de fractionné à l'asticot ! :)

KM 45 : la course devient bizarre, on rattrape le 3ème ,le cheminot me rattrape, un autre coureur me double super vite et s'échappera de suite pour prendre la troisième place. Encore un arrêt express... Et malgré tout ça j'arrive seul au pied de la première difficulté.J'ai le troisième en ligne de mire mais il a l'air vraiment plus frais que moi et à ce moment je n'essaie même pas de revenir sur lui, je me dis la course est encore longue, laisse filer ! Et puis de toute façon je commençais à ne pas avoir de bonnes sensations à ce moment.
Donc je monte à mon rythme, j'aime les côtes et je bascule direction St Georges. Arrivé à St Georges petit ravito express, puis commence pour moi un long calvaire ...

KM 51 à 60 : le calvaire :incompréhension totale, pourquoi ce gros coup de bambou à ce moment de la course ? Je n'avance plus, je dois à peine faire du 10km/h , j'en peux plus, je suis ultra fatigué, trop envie de dormir, trop envie de marcher, je veux échanger ma place avec Ludo, l'idée même d'abandonner me traverse l'esprit mais j'essaie de me motiver en me disant que déjà va falloir finir,c'est la moindre des choses. Mais je doute également d'arriver à finir ce 100 km avant la nuit alors que je n'ai pas prévu de lumière ... En gros je suis au fond du seau, je suis dans le rouge complet et rien ne va plus, ces longues lignes droites me plombent le moral et le troisième va sortir de mon champ de vision ce qui m'enfoncera encore plus. De plus, il me reste les 40km les plus durs à faire ... Catastrophe !!!
Dans tout ça Ludo fait son possible pour me remotiver, me dit que tout le monde passe par là et que le 3ème ne prend pas tant d'avance que ça alors que c'est pas vrai et je le sais ! Enfin il me tarde la côte de Tiergue car j'aime les terrains vallonnés et je me dis que je peux peut-être me refaire à ce moment, enfin j'espère !
En même temps, je n'arrive plus à m'alimenter, rien ne passe, ça me donne direct envie de vomir, j'ai jamais vécu ça, c'est catastrophique ! Heureusement je bois beaucoup de mélange coca/eau ce qui je pense me sauvera par la suite.

KM 60 : la délivrance ! La côte de Tiergue, enfin ! Donc c'est parti, je monte à mon rythme, je retranspire bien et prends du plaisir à monter la côte, j'entends Ludo souffler car il en bave autant que moi dans ces moments et c'est réconfortant ! La montée se passe très bien, et mon coup de bambou a disparu ouf ! Je reprends espoir de finir dans des chronos raisonnables et j'attaque la descente remonté à bloc !
Encore un arrêt express qui sera le dernier, enfin !
Puis à mi descente j'aperçois le 3ème ! Vu la vitesse à laquelle je le rattrape, je me rends compte qu'il a un gros coup de moins bien comme je l'ai eu il y a quelque temps. Je le double donc assez rapidement et là le moral est au grand beau fixe, je suis 3ème de Millau, c'est énorme !!!
Maintenant faut tenir quoi qu'il arrive ! J'espère ne pas attraper un autre coup de moins bien qui me serait fatal ...
Je croise le premier, qui est accompagné de plein de vélo, c'est énorme d'avoir tant d'accompagnateurs, on doit se trouver sur une autre planète !
Puis je croise son poursuivant Hervé que j'encourage pour que la course soit palpitante. Ils ont une avance d'une quinzaine de minutes sur moi.

KM 71 : St Affrique : depuis le temps que j'en ai entendu parler, j'ai pas été déçu de l'accueil : au ravito plein de monde, plein d'encouragements, c'est super, c'est énorme, quel plaisir de passer au milieu de tout ce monde ! C'est l'euphorie, c'est à vivre !!!
Enfin je vais vite revenir à la réalité en attaquant le retour et la côte de Tiergue.
Celle-ci ne me fait pas peur et je l'attaque à un bon rythme, Ludo en bavant pour rester à mon contact surtout au début.
Je croise mes poursuivants qui doivent rêver de me manger tout cru pour prendre ma place mais je ne me laisserai pas faire ! lol
Il y a aussi beaucoup d'encouragements de tout les coureurs croisés, ce qui fait grand plaisir.
J'arrive toujours pas à manger, Ludo me le rappelle mais quand ça veut pas, ça veut pas, et je prie pour ne pas avoir de crampes trop tôt. Après un énième rappel de Ludo pour m'alimenter je cède pour un figolu et des bananes à chaque ravito. Mon ventre va mieux donc je me force à continuer de manger un peu, même si c'est pas assez c'est toujours mieux que rien.
D'ailleurs au ravito au sommet de Tiergue, je vois Ludo à 4 pattes grimaçant et me tendant une gourde mais trop tard j'ai pas réussi à la saisir et après 76 km, hors de question de faire demi-tour, et Ludo après un gros effort pour me rattraper me dit qu'il était pris de crampes en descendant du vélo et qu'il savait pas s'il était capable de continuer mais le bougre il n'avait pas le choix et s'est vite remis en selle, heureusement pour moi.

KM 80 : Dans la descente jusque St Rome je croise tous les concurrents qui m'encouragent à finir sur le podium, et à ce moment on m'avertit qu'un concurrent revient comme une flèche.Ça y est la course contre la montre est lancée !
On m'annonce 6' d'avance sur mon poursuivant au 78ème ce qui est une avance assez confortable si je pète pas une pile.
Je suis donc assez confiant et j'essaie donc d'être concentré au maximum pour finir la course du mieux possible.Il me reste 20 km, le plus dur est passé, ce serait trop bête de craquer maintenant avec cette avance.

KM 83 : Le retour se passe assez vite car je fais sans arrêt un petit signe de la main à tous ceux que je croise et des gens, on en croise sans arrêt sur ces 100 km de Millau !
J'ai même croisé Batman et un gladiateur ! Ces gens là ont du courage de faire 100 km dans cette tenue, chapeau !
On m'annonce 5' d'avance sur mon poursuivant, c'est qu'il envoie la purée derrière moi car j'ai l'impression d'être vraiment bien et malgré ça, je me fais rattraper. Enfin 5' c'est toujours conséquent mais pas de relâchement !
Ludo m'amène toujours des bananes, on parle plus qu'à l'aller, mes jambes tournent bien, pas de crampes à l'horizon, c'est parfait et j'ai même envie d'accélérer !

La dernière difficulté au km 92 se passe bien et en même temps, un rappel à l'ordre a lieu car je sens les crampes arriver derrière les deux cuisses !
Je m'applique donc sur ma foulée pour lever le moins possible les jambes pour éviter la crampe !
Dans la descente un monsieur en vélo se joint à nous et ce qui est bien c'est qu'il connait le parcours par coeur et m'annonce les virages, faux plats, et descentes à venir.Même si la fin est proche, c'est rassurant de savoir ce qu'il nous attends dans les derniers kilomètres.

KM 95 : ça y est, je sais que je serai sur le podium, c'est énorme. Je remercie ludo car sans lui cette place aurait été impensable, et j'essaie de profiter de ces derniers kilomètres.
Je continue à croiser des 100 bornards qui commencent à peine la deuxième boucle, chapeau à eux de continuer même en marchant car ça va être très long pour eux.

KM 99 : J'en profite un max dans les rues de Millau, c'est comme une victoire pour moi de faire troisième, je remercie Ludo et je veux qu'il arrive avec moi à l'arrivée mais le bougre me dira oui mais ira ranger le vélo pendant que je passerai la ligne d'arrivée.
D'ailleurs pour l'anecdote, Ludo trouvera un billet de 5 euros à 800 mètres de l'arrivée, 8h de vélo, 100 km pour 5 euros, je sais pas si le ratio est convenable mais ça fait toujours plaisir !

 

 

A 100 mètres de l'arrivée, je m'arrête presque pour profiter de ces moments, de se dire ça y ai, j'ai fait les mythiques 100 km de Millau, j'y suis arrivé au bout et je suis même troisième, c'est énorme, impensable !!! En moins de 8H00, 7H55 donc objectif atteint !

 

La ligne d'arrivée franchie, j'ai du mal à y croire, le speaker me questionne, la foule sur les gradins m'applaudit, j'en reviens toujours pas, il y a trop de choses qu'il faut que je garde en souvenir et tout le monde qui applaudit, ça fait chaud au coeur !

Même le maire de la ville est présent pour accueillir les finishers, il manque juste Ludo qui est directement parti remettre le vélo dans le camion.
D'ailleurs merci à Jeremy de nous avoir prêté son super vélo, ça a bien aidé le Ludo !
Je redescends de l'estrade puis je vais discuter avec un photographe qui a habité Boucau, et ensuite avec le deuxième de la course, Hervé Seitz qui est très sympathique et qui avait fait un super récit de son 100 km de Millau 2012.
Hervé me conseille d'ailleurs d'aller profiter des masseurs mis à notre disposition, et vu l'état de mes jambes, y a pas photo, je vais y aller mais tout d'abord, une bière !

Ludo n'est toujours pas revenu, mais que fait-il ? je l'attends, puis enfin, au bout de 20 minutes le voilà, il a trop de mal à marcher et est super bloqué du dos. Je lui dis donc de m'accompagner aux soins, vu que l'on a de la chance d'être arrivés dans les premiers, ils ne doivent pas être trop débordés !
Nous allons passer une vingtaine de minutes à se faire masser les jambes pour ma part et se faire légèrement décoincer le dos pour ludo, et que ça fait du bien ! Hervé se trouvait juste à côté de nous et je vous raconte pas l'ampoule qu'il avait en dessous du pied ! J'aurais pas aimé être à sa place !

Après encore une petite bière, en marchant comme deux éclopés, nous nous rendons au camion.j'ai super super super mal aux jambes et rien que de retourner au camion pour prendre les affaires et aller à la douche, nous avons mis un temps fou !
Après la douche, bon petit repas, puis après avoir pris notre temps, nous décidâmes ( punaise, j'utilise une conjugaison de fou ! ) de reprendre la route car on voulait retrouver nos enfants, notre femme, surtout pour moi qui dès le lundi, partais pour 15 jours à l'étranger pour le boulot.

Adieu donc Millau, merci pour tout, et j'espère bien revenir une prochaine fois avec toute la famille !!!

Benoit

 

 

 

 

 

6 commentaires

Commentaire de calou posté le 07-10-2013 à 00:11:34

Si ça c'est pas un chrono de champion ! Bravo pour ta course et merci pour ce CR plein d'humour. Merci aussi pour avoir eu une pensée pour ceux dont je faisais partie qui entamaient leur deuxième boucle quand tu en terminais ;-) Et puis Batman que tu as croisé n'est autre que CROCS-MAN de ce forum, qui pour rajouter à la difficulté du déguisement court... en crocs ! Bravo aussi à ton suiveur : Vous avez formé une bien belle équipe.

Commentaire de bigbenbtz64 posté le 07-10-2013 à 13:09:34

merci pour le renseignement, ce CROCS MAN est énorme ! franchement chapeau à lui c'est un sacré défi de faire ça ... j'oserai jamais courir en crocs !

Commentaire de diegodelavega posté le 07-10-2013 à 15:22:57

Bravo pour ton 1er Millau !! 3eme en moins de 8h .. champion !!

Commentaire de CROCS-MAN posté le 08-10-2013 à 08:08:21

BRAVO Champion, oui c'est super de penser et considérer le reste des coureurs , le peloton ,sans qui il n'y aurait pas de course. BRAVO pour ta super perf, ENORME !!!
Tkt moi non plus je ne me sens pas de prendre ta place sur le podium ;)

Commentaire de Stéphanos posté le 12-10-2013 à 11:39:02

trés trés belle perf ! moins de 8H à Millau, c'est Magnifique!
merci pour ton compte rendu de la tête de course!
Bravo!

Ps : il est probable que j'ai une photo prise sur le retour avant Cernon de Rome, lorsque je t'ai croisé...

Commentaire de poucet posté le 08-09-2014 à 07:37:46

Excellent ... Suis inscrit pour cette année, une découverte pour moi, jamais fait de 100 bornes sur la route. Et voilà que je tombe par hasard sur le récit de Benoit Cori, le gars qui a gagné la Saintélyon ... Vraiment trop bien, un champion "anonyme" qui se la joue pas, j'adore. BRAVO Benoit, MERCI pour ce récit trés sympa, BRAVO pour ton état d'esprit ... Purée, j'ai déjà envie d'être à Millau (avec un objectif chrono plus pépére quadn même) !!!

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.17 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !