Récit de la course : 100 km de Millau 2006, par patate

L'auteur : patate

La course : 100 km de Millau

Date : 23/9/2006

Lieu : Millau (Aveyron)

Affichage : 2017 vues

Distance : 100km

Objectif : Pas d'objectif

3 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

126 autres récits :

Ma victoire

Bonjour à tous
Attention c'est long.
Vendredi 22, j’arrive enfin à MILLAU, sur le lieu de mon plus beau souvenir sportif, l’endroit ou j’ai bouclé mon premier 100 kms. Ce moment restera sans doute gravé toute ma vie, dans ma mémoire. J’appelle Dominique (le marmotton) que je retrouve à GEANT pour déjeuner et faire les courses pour le barbecue du dimanche. J’ai également la joie de faire la connaissance de Roudai rencontré par le plus grand des hasards
Après un repas avec le Marmotton, Eric et son épouse, Daniel et son suiveur , nous allons au camping retrouver une belle brochette de forummers (Théo, Vincent G , Stéphane, Domi et Taz etc.….).
Je prends congé de mes amis pour retrouver Bruno et Vincent B chez les parents de ce dernier qui ont eu la gentillesse de m’héberger ainsi que ma tite patate. Nous nous rendons au parc de la Victoire, retirer nos dossards mais aussi recevoir nos belles tuniques de meneur d’allure. Habillé de la sorte , nous répondons à quelques questions que nos futurs « menés » se posent , nous rencontrons également tous les autres membres du forum ADDM ou CLM ou de celui des 100 Kms de MILLAU ; c’est déjà un grand moment, enfin mettre un visage sur un pseudo même si pour ma part pour la plupart d’entre eux c’est déjà fait.
Nous prenons congés ensuite pour faire une pasta chez Vincent.
Après une nuit plutôt agitée, il est temps d’aller pointer au parc de la victoire, et je retrouve Roudai , toto38, Charlie etc.… des personnes qui doivent me suivre dans le tempo des 11H00, ainsi que Domi mon suiveur a qui je remets mes ravitos et quelques consignes.
Après une longue procession qui nous amène sur la ligne de départ, ou nous sommes (les meneurs) pris en photo en tête du cortège, le compte à rebours est lancé et le coup de feu retentit.
Je décide (ce n’est pas la meilleure idée du siècle je l’avoue) de rester sur le coté et de laisser passer une partie des coureurs pour me retrouver au cœur du peloton pour que tout le monde me vois bien ; je pars donc mais je m’aperçois rapidement que je suis parti un peu tard. J’accélère , je rattrape les meneurs 14H00, 13H00, puis Phil meneur en 12H00 et enfin (mais au bout de 5kms tout de même) le premier des membres du forum voulant m’accompagner, en l’occurrence le petit scarabée. Je retrouve mon suiveur Domi à AGUESSAC et je prends vite le bon tempo bien appris à l’entraînement et au bout de quelques temps, je récupère Charlie, puis Jean marc et enfin théo. D’autres bien sur sont venus avec moi, des gens que je connais pas encore mais pour certains, qui vont rester jusqu’au bout de l’aventure en ma compagnie.
Tout se déroule bien, la température est clémente bien qu’assez lourde et au bout de 20 Kms, la pluie va venir nous rendre visite, ce qui ne déplait pas à Roudai (habitué à de telles conditions dans son nord natal) enfin pas au début en tout cas, et je dois le rappeler de temps a autres pour qu’il ralentisse un peu. Je veux essayer d’amener un maximum de personnes au bout de cette aventure et une erreur fréquente commise sur un 100 Kms est un départ trop rapide. La pluie est vraiment violente, le rythme est un peu plus rapide que prévu et je vois que toto préfère reprendre un tempo légèrement en dessous de nous (le voilà prudent, ce chien fou, il me surprendra toujours).
Arrivée au 35ème kilomètre, roudai s’envole mais maintenant je ne suis plus inquiet, et je le laisse partir (il n’a pas accéléré franchement mais tout doucement), il prend son rythme de croisière.
Nous arrivons au marathon avec environ 8 mn d’avance sur le tempo, mais étant donné la difficulté de la deuxième boucle, c’est un bonus intéressant.
Nous arrivons sur la première grosse difficulté (la cote de CREISSELS) que nous montons en courant en grande partie , mais en finissant de la gravir en marchant pour s’économiser. La descente se passe sans gros problème et notre groupe est bien formé avec Jean marc à mes cotés et Domi me ravitaillant très régulièrement tel un métronome.
La partie entre St Georges et St Rome en faux plat légèrement montant est interminable mais nous maintenons la cadence malgré les averses de pluie qui nous inondent régulièrement.
Enfin nous arrivons sur TIERGUES et la également je choisis de monter la première partie en courant et la deuxième en marchant et heureusement que Domi et Jean marc sont la, pour me calmer, sinon j’allais faire exploser le groupe.
Enfin nous arrivons en haut de cette deuxième difficulté et nous retrouvons à l’amorce de la descente au ravitaillement, taz attendant Vincent G le meneur en 10H00 (il lui a fait économiser de l’énergie en lui épargnant la descente et la montée de ST AFFRIQUE) ; moi je n’ai pas de cœur et Domi, lui viendra avec nous.
Je croise tout d’abord Vincent T, meneur en 9H00 qui remonte, ensuite Anne Cécile, Stéphane H. puis Vincent G et c’est toujours des cris de joie et une tape amicale dans la main.
Un peu plus loin, je retrouve mon ami Rudy (je suis content qu’il soit encore frais et dans un super tempo), Bernard, Tot, et bien d’autres.
Au ravitaillement en bas, nous retrouvons le marmotton et Katia et ça fait vraiment chaud au cœur de les retrouver.
Nous remontons la partie la plus pentue en marchant puis à l’initiative de Domi (encore une fois) nous repartons en courant et je suis heureux de retrouver mon ami Théodore qui descend la cote mais finalement pas très loin de nous.
La descente de Tiergues se fait plus doucement et le long faux plat descendant reste toujours aussi monotone. Nous commençons à perdre un peu de temps sur le tempo prévu mais je décide de ne plus vraiment tenir compte de ma fiche. Nous sommes arrivés au 85ème kilomètre et je préfère terminer avec ma « troupe » en 11H00 passé plutôt qu’en 11H00 pile poile mais seul.
Nous arrivons à St Georges et nous montons la dernière difficulté dès le début en marchant, mais nous finissons tout de même par recourir un peu pour basculer dans la dernière descente avec une fusée appelée (guy13) nous gratifiant d’une foulée magistrale et nous déposant littéralement.
Nous nous rejoignons tous dans la descente et nous décidons de finir tous ensemble bien groupé ce que nous faisons en franchissant la ligne d’arrivée en un peu plus de 11H07. Nous sommes accueilli par Bruno (encore une preuve s’il en fallait une, que c’est un grand champion), et par quelques membres du forum.
Après une bonne bière, j’attends à mon tour Phil (meneur en12H00) , puis je vais me doucher et je me restaure enfin avec Vincent.
Le lendemain, nous nous retrouvons pour le BBQ qui restera un grand moment.
Je viens de vivre un grand moment riche en émotion avec des coureurs venant me remercier pour les avoir guider pendant ces 100 Kms, d’autres qui ont essayé de nous suivre mais qui ont lâché prise .
Ce rôle de meneur d’allure, je l’adore vraiment (j’étais peut être St Bernard dans une autre vie) et si je dois garder une image, je garderais celle de mon ami Rudy franchissant la ligne d’arrivée les bras levés (j’ai vu ces images le lendemain grâce à Daniel L), et si j’ai pu contribué par une manière ou une autre à lui procurer cette joie, je peux dire que j’ai gagné et que j’ai bien travaillé.
Le titre de mon CR , ne fait que reflèter toute mon émotion et toute la joie que vous m'avez tous procurer en finissant ou pas cette édition dantesque et qui restera comme un grand moment dans ma vie sportive.
On recommence quand alors

3 commentaires

Commentaire de runner14 posté le 02-10-2006 à 19:45:00

Salut Patate!Que d'émotions tu as véçu sur ce 100bornes ;la façon dont-tu as su gérer ton rôle de meneur d'allure t'honores ,tu as fais plaisir à beaucoup d'entre eux quel régal!

J'admires ta façon de faire ne penser qu'à autrui est un privilège et il est d'une grande simplicité c'est celà aussi le sport d'ailleurs c'est comme celà que je le vit aussi avec passion sans demi-mesure ,restes tel quel le fruit de ton labeur
vaut plus que n'importes quelle performance!

Commentaire de roudaï posté le 04-10-2006 à 11:11:00

Noël,

Merci à toi pour cette course et pour m'avoir lancé sur de si bonnes bases. Que ce soit avant la course ou lors de ces 35 premiers km ensemble.
Comme je te l'ai dit, je sais que je te dois pour beaucoup mon chrono mais aussi le plaisir que j'ai pris dans cette course.
La façon dont tu as mené ta course, en veillant sur chacune des personnes qui voulaient te suivre ou que tu rattrapais, montre bien quel personnage tu es. Et que s'il fallait donner l'exemple d'un meneur tu en serais l'illustration parfaite.

Commentaire de jsm0256 posté le 22-11-2006 à 21:40:00

On s'est croisé vers St Rome vu que moi j'ai mis 17h.
Mais l'important c'est qu'"on soit bien" et pour moi, le souvenir sera surtout : la flotte, la drache comme on dit en Belgique.
Les orages cévenoles j'ai donné merci.
Mais ça n'empêche que c'est un fabuleux souvenir comme tu dis...
Johnny le Walker (voir sur le web "les courreurs célestes")

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.15 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !