Récit de la course : 100 km de Millau 2006, par eric41

L'auteur : eric41

La course : 100 km de Millau

Date : 23/9/2006

Lieu : Millau (Aveyron)

Affichage : 2319 vues

Distance : 100km

Objectif : Pas d'objectif

4 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

126 autres récits :

Le récit

Millau sera mon deuxième 100 km. J’ai fait le saut en 2005 à Chavagnes, sur un circuit roulant, pour connaître mon potentiel sur cette distance et Millau pour moi n’a pas un grand intérêt chronométrique. Je veux simplement participer à cette course mythique en prenant le maximum de plaisir.
Je me fixe quand même un objectif raisonnable de 10h15 (9h35 sur 100 km plat + 40 mn pour les côtes de Millau) et de suivre le meneur d’allure des 10 heures le plus loin possible.

Un petit mot d’abord sur la prépa.
Je l’ai commencé début Juillet soit 12 semaines avant la course.
10 semaines à 4 séances sauf une à 5 pour une moyenne de 70 km/sem.
Habitant le Val de Loire, pas de belles cotes à ma disposition. Pour la prépa spécifique j’ai trouvé un circuit bosselé de 250 m sur la levée de la Loire avec des montées et des descentes très courtes mais avec un pourcentage très important (15 à 20%),20 minutes chaque semaine et j’ai inclus dans ma sortie longue hebdomadaire 50 minutes d’une portion de route en toboggan de 300 mètres.
Quelques renforcements musculaires journaliers au niveau des cuisses et deux semaines allégées pour faire un maximum de jus.

Après un tel régime me voilà parti en famille vers la Mecque du 100 km, Millau. Je suis confiant mais je n’ai aucunes idées de ce que peut-être les difficultés du parcours et si ma préparation sera suffisante pour les surmonter.

Je revois et rencontre avec plaisir plein de coureurs des forums ADDM et CLM lors du briefing des meneurs d’allure.
Pasta en famille dans Millau, nuit agitée, bon petit déjeuner et départ vers le parc de la Victoire en compagnie d’Eric63 qui loge dans le même hôtel.

Le parc est en effervescence avec tous les participants qui viennent se faire pointer. Nous nous retrouvons pour faire les photos de groupe (ADDM et CLM) et à ce moment là Charlie me dit : « toi tu es bien aujourd’hui, cela se voit dans tes yeux ».Bien vu Charlie la suite te donnera raison.
Puis nous nous dirigeons vers le départ en une longue procession dans les rues de Millau.

Les meneurs sont aux avants postes et je me faufile vers le haut du départ pour ne pas avoir à faire de gros efforts pour emboîter le pas de Confetti le meneur en 10 heures que j’ai l’intention de suivre le plus loin possible.

Bang le départ est donné. Petite allure tranquille pour se mettre en jambe et je rattrape bientôt mon guide.
Pas de vélos pour l’instant ce qui permet de discuter tranquillement avec les coureurs de passage. A cet occasion je salue Gégé, le génial dessinateur et Emmanuel le mari d’Anne Cécile, la meneuse en 10 heures.

Après avoir rejoint les suiveurs vers Aguessac ou Confetti retrouve Taz les kilomètres vont défiler paisiblement au gré des ravitaillements jusqu’au Rozier, où l’on fait demi-tour pour passer sur l’autre rive du Tarn et revenir sur Millau. Première petite difficulté que je passe sans encombre. Le temps est menaçant mais la pluie n’a pas fait son apparition. Mais au 25 iéme changement de temps. Des trombes d’eau s’abattent sur la course. Celles-ci vont durer pour moi jusqu’au 40 ième. Nous sommes une dizaine à atteindre la salle des fêtes, au marathon, avec Confetti en 3h45.

Je ne m’attarde pas à ce ravitaillement car je dois rejoindre mon fils qui m’attend à la sortie du parc pour m’accompagner sur les 58 kilomètres restants. Je le retrouve facilement, petit bisou à ma femme et nous voilà parti vers le mythe de Millau, l’aller-retour de St Affrique avec ses deux juges de paix, la côte de Creissel et la montée de Tiergues. Après une sortie un peu périlleuse de Millau (la circulation n’étant pas interdite) nous arrivons au pied de Creissel avec le beau viaduc en ligne de mire.

2 kilomètre à 7% que je monte en courant. Un peu avant le sommet je rattrape Bernard Le Pirate. Il marche et j’en fait autant. Mais quelle marche .J’ai du mal à le suivre et je repars en courant. Je reverrai Bernard 3 ou 4 fois pendant 15 kilomètres. Mon fils n’a pas suivi car il a déraillé et en repartant les fixations du panier se sont cassées. En haut de la côte je l’attend et je repositionne comme je peux le panier. Notre aventure commence bien.
Descente vers St Georges tranquillement.

Suit le long faux plat montant vers St Rome puis la montée de Tiergues. Je suis toujours très bien. Mais pour m’économiser je vais marcher sur quelques portions de la montée. Avant le sommet nous croisons les premiers qui reviennent déjà. Je ne rate pas Bruno H. et au sommet j’ai une pensée pour Vincent T. en embrasant la vue magnifique que l’on découvre en ce lieu. La descente va me paraître longue et la vue de St Affrique fait du bien au moral car après le passage au pointage il ne reste plus que 28 kilomètres.
Merci Marmotte pour la photo avec mon fils car avec le pépin du panier on avait raté la photo officielle au km50. La sortie de la ville est très raide et toujours par souci d’économie j’alterne marche et course.

Dans cette longue remontée je vais croiser pas mal de potes des forums.Tot,Chou2,Patate,Grelots,Phil,Electron,Eric63,Cagouille41 et d’autres dont je n’ai plus souvenir. Confetti va me rattraper aussi. Taz ne l’a pas suivi jusqu’à St Affrique et à ce moment là il n’est pas au mieux. Pourquoi n’ai je pas pris sa foulée à ce moment là pour l’aider, lui qui m’avait emmener jusqu’au marathon dans un fauteuil ? Par pur égoïsme certainement. J’étais dans ma course et je ne pensais qu’à m’économiser. C’est le seul regret que j’ai de cette course.

La descente de Tiergues se fera sans encombre et la portion St Rome-St Georges bien monotone sous les averses de pluie et les bourrasques de vent.

Au pied de la dernière difficulté, la remontée de Creissel, je décide de faire ses deux kilomètres en marchant. Toujours par économie et pour ne pas être foudroyé par une crampe. Cela va me prendre un certain temps mais à la bascule vers Millau je sais que c’est gagné. Il est 19h30 et il reste huit kilométres. C’est la seule fois de la course que je vais faire un calcul par rapport à l’arrivée.

Rassuré sur le timing je fond sur Millau. Je m’arrête même au dernier ravitaillement pour me relâcher un peu. Il n’y a plus de coureurs ni devant, ni derrière depuis pas mal de temps. Nous sommes seul avec mon fils et on a pas l’impression d’être sur une course dans la pénombre des rues et dans le flot automobile. On atteint le pont sur le Tarn au km98 et là je suis contrains de marcher une dernière fois sous la puissance du vent. Mon fils en perd même sa casquette qui finit dans la rivière.

Ca y est, nous sommes sur les boulevards de Millau. Place des Cantalous puis Avenue de la République. Nous sommes encouragés par les spectateurs et les nombreux bénévoles qui font la circulation. Dernier kilomètre j’ai toujours fière allure et le parc est en vue. Dernière remontée dans celui-ci, je prend mon fils par les épaules, je suis fier de lui. Dernière rampe et c’est l’estrade dans la salle des fêtes. Levée des bras, annonce de mon arrivée par le speaker, descente de l’escalier, diplôme dans les mains, le rêve se termine en 10h15'06".

J’ai vécu ma plus belle course. Je n’ai jamais subi la course. Peut-être un peu sage, mais je voulais tellement prendre du plaisir sur cette course que je ne regrette rien.

Special thanks à mon fils et à ma femme et à tous les forumeurs (ADDM et CLM) pour vos conseils et à ce merveilleux weekend que j’ai vécu en vous rencontrant.

4 commentaires

Commentaire de fredcvc41 posté le 29-09-2006 à 16:05:00

Félicitations à toi, et oui ça donne envie,bonne récup...
Fredcvc41 (nous nous sommes vu au marathon de chateauvieux )

Commentaire de L'Castor Junior posté le 29-09-2006 à 17:45:00

Beau récit, course magnifique et bien gérée (quelle précision par rapport à l'objectif !!!).
Pas de doute, tu es un grand coureur, Eric, et je te retrouverai avec plaisir sur d'autres courses à l'avenir (on se "kivaoute" ! ;-)) )

Commentaire de _azerty posté le 29-09-2006 à 20:38:00

Bravo Eric

Tu t'entraines avec rigueur et tu en récoltes les fruits.
Une belle performance et un plaisir immense à participer à cet événement, que demander de plus ???

Heuuu ??? Que ça continue le plus longtemps possible !!!

Bravo et à bientôt
Domi

Commentaire de taz28 posté le 01-10-2006 à 21:48:00

Eric,
J'ai été sincèrement ravie que tu nous accompagnes durant les 40 premiers kilomètres, tu as fait une très belle course, en gardant ton sourire jusqu'au bout...
Encore une fois bravo !
Bisous

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.18 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !