Récit de la course : Ultra Trail du Mont Blanc 2008, par Philippe8474

L'auteur : Philippe8474

La course : Ultra Trail du Mont Blanc

Date : 29/8/2008

Lieu : Chamonix Mont Blanc (Haute-Savoie)

Affichage : 1366 vues

Distance : 163km

Objectif : Pas d'objectif

11 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

240 autres récits :

Le récit

Dur dur de mettre les mots sur une telle déception… 

Pourtant si je veux que cela me serve, il faut bien en tirer quelque chose… 

Petit retour en arrière… 

Le vendredi 3 août 2008 se termine le Défi de l’Oisans : j’en sors encore une fois complètement ravi et enthousiasmé par cette course… malgré tout au niveau purement résultat je suis un peu déçu : j’ai mis légèrement plus de temps que l’an dernier et surtout les sensations n’ont pas été au rendez vous… 2 premiers jours difficile (crampes) et la suite avec une impression de ne plus savoir monter correctement… 

Je me repose une semaine tranquillement, puis reprend une semaine de congé pendant laquelle j’ai prévu un dernier « cycle » d’entrainement. 5 sorties sur 6 jours, 75 km avec 6975 m de D+/D-. Avec en point d’orgue une sortie avec mes Fredo et Beb dans les Bauges de 22 km pour 2410 m de D+/D-. 

Et cette semaine les sensations sont là, j’ai retrouvé la gnac en montée, ça descend super bien... bref je ressors de cette semaine regonflé à bloc, rassuré et surtout avec l’envie !!! Je me sens prêt, le physique est là… bref ça se présente bien. 

Il reste 2 semaines avant le départ. Je fais encore une sortie vélo, puis une rando course sur la Tournette le dimanche 24…

 Je me sens bien et je ne veux pas couper trop tôt. À la vue des années précédentes, j’avais trouvé que couper 15 jours avant était trop important pour moi. Là j’allège l’avant dernière semaine mais reste actif. Ca me parait nickel. 

Pourtant le lundi matin après la rando course dans la Tournette, je sens presque quelques courbatures ?!? Bizarre l’entraînement est pourtant là, c’est quoi ces petites courbatures ? Je ne veux pas trop y prêter attention et veut rester sur mes sensations de ma dernière grosse semaine d’entraînement. 

Reste à gérer la dernière ligne droite….et là ça ne va pas super… J’ai mal au genou, j’ai l’impression que la douleur de ma tendinite du fascia lata apparut l’an dernier à l’UTMB se réveille…

La semaine se passe en massage, glaçage, étirement…Du coup dans ma tête je me rends compte que je ne suis pas prêt à souffrir comme l’an dernier, je ne supporterais pas de nouveau une telle douleur physique, j’ai toujours peur de cette douleur que je sens sous jacente depuis maintenant un an. 

Nuit de jeudi à vendredi, un petit gars s’amuse à klaxonner dans ma rue à 3H30 du mat ...Sympa je me retrouve à bouquiner pendant 2H avant de retrouver un peu le sommeil.Malgré tout je me réveille à 7H30… Bon ben la dernière nuit avant l’UTMB n’aura pas été exceptionnelle mais l’envie que ça démarre est plus forte… 

Je me lève, m’étire… le genou a l’air bien, il fait beau, Météo Cham prévoit que du beau…  

Derniers préparatifs et départ pour Cham. 

La route se passe bien, j’arrive à Cham sur le coup de midi et surtout retrouve à me garer pile poil au même endroit que l’an dernier J

 Je rejoins vite fait Martine dans le centre ville. Direction le Centre UCPA pour le repas… rencontre avec une partie de l’équipe Quechua + guest…Tout petit le Philou… 

Super rencontre aussi avec Dominique rencontré au TGV 2006, (vraiment sympa de te revoir), malheureusement pas d’UTMB de prévu pour lui à cause d’une opération du genou. On échange quelques nouvelles de Christine (une amie de Dominique rencontré également au TGV et avec qui on s’était croisé plusieurs fois lors de l’UTMB 2006). Et d’ailleurs Christine ne manquera pas de me laisser un message quelques temps plus tard (merci Christine). 

Après le repas, il est temps d’aller chercher mon dossard et là surprise c’est Karine qui m’enregistre, cool J 

Puis il est temps d’aller faire la sieste… Euh, non, faux départ on revient aux enregistrements, j’ai oublié mes sacs et mon gobelet. 

Allez cette fois le deuxième départ est le bon, on file se poser presque 2H00 à l’ombre… tranquille mais sans réussir à dormir.

Pourtant ce moment m’apaise, me fait du bien. 

Puis il va être temps de nous préparer : première phase à la voiture, direction la dépose des sacs, 1 bout de Gatosport, puis direction l’UCPA, 2eme phase d’équipement, 2eme bout de gatosport, et enfin il est l’heure de se diriger vers le départ. 

Je suis Martine et Fanny qui se faufilent juste derrière les premières lignes (hop, à côté de Benoît (Laval) ce qui me permet de faire coucou à Patoche (l’Organisateur du Défi de l’Oisans). 

Je pense qu’on est idéalement placé. Ca va me changer des départs des années précédentes. 

Ca y est, feu, c’est parti…. 

Ca court tout de suite, pas de bouchon J 

Dans Cham, coucou à Danièle (du Défi) puis c’est Jean Louis (toujours du Défi) qui nous fait un petit coucou en nous passant. 

Sortie de Chamonix, on attaque le chemin vers les Houches. Je file à ma main, tout a l’air d’aller bien, un coucou au Castor en passant. 

Passage aux Houches, 2 cocas et ça repart. 

Enfin l’attaque du col de Vorza. Petit coucou à Loïc sur le bord du chemin, sympa de le revoir !

Je commence à me mettre dans ma bulle, j’avance tranquille, les paysages sont toujours d’une beauté à te faire poser le cul par terre… mais on n’est pas là pour ça ! 

Peu avant le col, Fanny me passe 

La Charme V-20:15 01h43mn33s 332 

Et hop il est temps de se remettre dans la pente, je repasse Fanny et continue tranquillement.

Petit à petit le jour s’estompe, et à la faveur de passage en sous bois il est temps d’allumer les frontales. Je suis parti avec une tikka + fixé sur la bretelle de mon sac et une myo xp (que j’utilise pour la première fois… je sais c’est pas bien : du coup je ne sais pas trop ce que ça vaut en autonomie, donc je me force à faire cette descente juste avec la tikka… bon ça passe, je me débrouille pas trop mal mais franchement c’est pas super confort) 

Heureusement arrive les lumières de St Gervais.  

Saint-Gervais V-20:59 02h27mn21s 303

Quelle ambiance de nouveau !!!

Arrêt au stand, je me remet tout de suite dans le rythme, remplissage express de la poche à eau, 2 cocas, bol de soupe et du pain que je finis de mâchouiller en partant. 

Et puis qui voilà : ma soeurette, puis plus loin mon papa et Christine… Trop bon, tout va bien. 

A la sortie de St Gervais, j’enfile mes manchettes et continue tranquillou vers St Gervais…  Bon cette portion n’est toujours pas super fun mais elle passe finalement assez bien. 

Les Contamines V-22:23 03h51mn42s 301 

Ravito express, coucou famille et à la sortie j’enfile mon coupe vent sans manche (aidé par un conçurent qui me tient mon sac … merci vraiment super sympa !!!) 

Repetit coucou famille avant notre Dame de la Gorge et on prend rendez vous pour demain matin à Courmayeur J 

Passage à notre Dame de la Gorge, super sympa, grosse ambiance, c’est génial !! 

Et on attaque la montée…Bon l’adrénaline du départ est retombée, les sensations sont plus laborieuses et je me fais pas mal doubler… pas trop de souci, je suis dans ma bulle, je gère tranquillement… 

La Balme V-23:50 05h18mn01s 262 

Enfin The ravito… ça y est l’UTMB commence 

Ravito express, je rajoute un peu de thé, du sucre dans ma poche à eau.

Ca beau être mon ravito préféré, faut y aller quand même.Tiens, Jean Louis est là, houlà bizarre, il me dit que ça va mais pourtant par rapport à moi il devrait être déjà plus loin. 

Dès la sortie du ravito, je m’arrête de nouveau pour enfiler une petite polaire. Je me retrouve avec 1 Tshirt, les manchettes, une petite polaire et mon coupe vent sans manche... A ce niveau là je me sens super bien. 

Je redémarre… Et ben d’accord ok… je me retrouve avec les jambes comme au Défi… purée je n’avance pas en montée, le cardio fonctionne au ralenti, impossible de faire monter la machine… OK, j’ai appris à gérer cet état là… je gère, pas un grand plaisir mais je gère. En plus, j’ai sommeil et me sens fatigué. 

Pourtant je monte régulièrement et finis par passer le Col du bonhomme.

Je me blinde un peu dans la tête parce que j’ai toujours trouvé longue la portion jusqu’au refuge.Ca sera finalement pas si long mais j’avance pas, j’arrive pas à relancer… Pouuuuu c’est vraiment moyen, puis j’ai l’impression que les jambes sont déjà très entamés.  

Refuge Croix du Bonhomme S-01:12 06h40mn44s 283

 Allez ça bascule, j’espère me refaire un peu la santé dans la descente… pourtant là aussi ça reste moyen... pourtant je gamberge pas, il fait nuit, une bonne soupe m’attend en bas, la course commence. Sur le bas je me force même à relancer pour revenir sur le gars devant, ça m’occupe et permet de faire passer le truc un peu plus rapidement… Du coup j’arrive en bas avec un semblant de patate.  

Les Chapieux CCAS S-01:51 07h19mn51s 253

Ravito un chouia moins express, je mange un peu plus, complète bien ma poche avec du thé chaud et du sucre et croise Baptiste (du Défi J : mais qu’est ce qu’il fait là lui aussi ?). 

Il est temps de repartir.Je devrais détester ce qui m’attend : une longue portion de route… et pourtant j’attend ce moment avec plaisir : c’est ici que je branche le MP3 et surtout c’est ici que j’éteins ma frontale.

La route permet d’avancer sans problème sans lumière et quel plaisir de regarder les étoiles et sentir la nuit. J’adore ce moment… 

Par contre finit par arriver un petit bout de relance et j’ai vraiment du mal. 

Puis on sort de la route, il est temps de rallumer la frontale... c’est parti pour le col de la Seigne !

Je referme un peu plus ma bulle, profite du cordon de frontale dans toute la vallée et avance tranquillement vers le col. 

Col de la Seigne S-04:00 09h28mn53s 242 

Bascule avec un dernier regard derrière et hop c’est parti pour la descente. De nouveau encore moyen en descente, ce n’est pas le grand trip, je trouve qu’il faut que je me fouette un peu trop pour arriver à relancer comme il faut. 

Lac Combal S-04:36 10h04mn42s 227 

Allez ravito express et ça repart le long du Lac Combal… Faut pourtant que je me force un peu plus que l’an dernier pour trottiner… mais par contre il fait encore nuit, alors que l’an dernier le jour se levait. 

Allez c’est l’attaque de la dernière montée avant Courmayeur, je me remets dans mon pas de randonneur (efficace tout de même) et finalement cette montée passe pas mal ! J’arrive au sommet lorsque le jour se lève… c’est somptueux !!! 

Allez c’est parti pour la descente jusqu’au col Chécrouit. 

Col Chécrouit S-06:19 11h47mn43s 218 

Un petit thé, un barre de céréale, un coup de fil à la famille pour les prévenir et j’enclenche la dernière descente ! 

Est-ce que c’est de sentir l’écurie mais j’arrive à bien faire ce bout de descente. Pourtant j’arrive à Courmayeur avec l’impression d’avoir les jambes du lendemain (avec donc 88 km de plus)… bref ce n’est pas très bon signe. 

Heureusement je retrouve ma soeurette, on court un peu ensemble puis avec mes parents jusqu’au centre de Dolonne. 

Courmayeur - Dolonne S-06:55 12h23mn48s 213

 Je m’engouffre dans le centre… mais mes parents ne peuvent pas rentrer… Tant de bornes pour me voir quelques minutes. Merci mille fois de votre soutien. 

Allez je me change, enfile un short, change les piles des frontales, refais mon plein de ravito et avale un anti inflammatoire en prévention. Je sors pour aller manger, et croise Marion (kiné sur le… Défi)

Ni une ni deux j’en profite pour me faire masser un coup… c’est clair que c’est le meilleur de moment de cette course ;-) 

Je refais le plein de ma poche, mange un plat de pâte et croise Etienne avec qui on s’était bien tiré la bourre sur le Défi 07. Sympa de se recroiser ! 

Un petit tour au toilette et il est enfin temps de repartir.45 min d’arrêt : je comptais essayer de mettre moins de temps mais là, j’espère mettre bien requinquer. 

Petit bout de route avec mon Papa et ma sœur… Christine m’attend à une autre porte car il était prévu qu’elle me masse L Petit coup de fil pour lui dire que je me suis débrouillé et que je suis en train de repartir ! Désolé Christine. 

Allez je traverse Courmayeur bien calme de bon matin et j’aperçois 200 m devant moi, Fanny. 

Pour la première fois depuis le départ, je regarde ma feuille de route (tablé sur un parcours en 35H00). C’est cool je repars de Courmayeur avec 1H00 d’avance!Je ne m’étais pas trompé à l’arrête du Mont Favre, j’étais bien en avance ! 

Puis c’est la montée proprement dite, heureusement il est encore tôt et il fait juste bon.

Par contre niveau sensation c’est de nouveau bien bien moyen … Purée ça commence à me gonfler… Pire que ça j’ai un coup de massue et de nouveau bien sommeil (alors que je sais que je ne souffre habituellement pas trop de cela surtout quand le jour s’est levé) 

Bon je gère la montée mais je commence à gamberger. 

Juste avant le refuge je me fais doubler par Fanny ?!? 

Refuge Bertone S-08:56 14h24mn30s 241 

Je m’arrête très peu, 2 verres de coca et je redémarre. Quelques mètres de montée et c’est parti pour le refuge Bonnati. 

Je garde un super souvenir de cette portion l’an dernier, je m’étais régalé à relancer, à courir, à voir le paysage ! 

Là je reste coller au chemin… plus de jus, plus de jambes, plus rien… Et je gamberge... Je suis moins bien qu’après mon arrivée à Courmayeur alors que ce que j’ai fait là bas ce qu’il faut pour me requinquer.

Pourquoi je n’avance plus ?

Pourquoi ces sensations en montée ?

Pourquoi je suis mal chaque fois que j’ai un dossard ?

Pourquoi il ya 15 jours avec Fredo et Beb j’avais une patate d’enfer et maintenant plus rien ?

Depuis combien de temps j’ai ses sensations ? 

Une pensée s’impose en moi… 

Mais mon pauvre, depuis qu’à chaque départ tu prends un anti inflammatoire !!! 

D’un seul coup tout me semble évident, tout s’explique. 

Depuis l’an dernier, l’UTMB 2007 où j’avais contracté une tendinite du fascia lata, je ressens une gêne à mon genou droit.

Pour éviter cette gêne, pour éviter de me refaire mal, par peur je prend un anti inflammatoire à chaque départ.

Les Templiers l’an dernier : grosse fatigue toute la course, crampe dès le 30eme km…

Le Défi : tous les jours un anti inflammatoire : 2 premiers jours à la rue avec des crampes, de grosses courbatures, les jambes flingués, le reste de la semaine sans sensation en montée 

Je tourne, retourne, dissèque cette idée et tout s’emboite… 

Je prends un coup au moral. 

Je continue en me répétant cette idée comme un mantra…  

Pourtant je sais qu’il faut que je continue : le cachet finira bien par ne plus faire effet.

Il faut que je passe le Grand Col Ferret, après ça ira mieux. 

Refuge Bonatti S-10:17 15h45mn55s 239 

Enfin.Un coca, une soupe et je repars. Je marche, arrive à peine à relancer… et pourtant une nouvelle fois il s’agit d’une portion où je m’étais régalé l’an dernier… là rien ! Dernière descente sans plaisir pour arriver enfin à Arnuva. 

Arnuva S-11:14 16h42mn30s 235

 Je mange bien à ce ravito : un gros bout nous attend et il faut que je l’élimine ce cacheton. Il me semble reconnaître un bénévole à ce ravito, lui aussi me reconnaît… mais on sera incapable de dire d’où on se connaît :-s 

Allez je repars. 

Finalement en montée avec mon rythme régulier, avec mon pas de randonneur régulier, je ne suis pas si mal même si j’ai l’impression de ne pas être à 100%. Allez derrière le col, c’est la descente, la machine va repartir. Ca va le faire !!!  

Grand Col Ferret S-12:41 18h09mn50s 233

J’enclenche la descente… Mais rien ne vient... plus rien, j’ai plus rien dans les jambes… Pire elles sont courbaturé…J’arrive plus à relancer… 

Tout le plaisir que j’avais pris l’an dernier à cet endroit là… Aujourd’hui rien… 

Je me force à tenir jusqu’à La Peule. Je me force à être encore en course. 

Après La Peule, le chemin a changé : on chemine à flanc de vallée… 

Je n’arrive plus à courir 

Je marche 

Etienne me passe mais il n’est pas super bien lui non plus 

Je marche, je lâche prise petit à petit 

J’en ai marre, ce n’est pas la course que je veux faire 

Je marche, je suis déjà en train de peser le pour et le contre 

Je marche et je craque 

Je marche et je n’ai pas envie de faire cela en marchant 

Je marche et je sais que cette année je n’ai plus le mordant qu’il faut 

Je marche et je décroche mon téléphone… ma sœur, mes parents ne répondent pas 

Je marche puis m’assoie sur le bord du chemin… C’est la rupture je viens de m’assoir… c’est finie… 

Maintenant va falloir que je l’annonce...

 

Fanny passe... Je reprends la route. 

Je marche. 

Dernière descente sur le fond de vallée…

Mon papa...C’est dur, il me prend en photo et dans ma tête j’ai arrêté. 

Christine, ma sœur je leur explique … 

Bon de toute façon faut continuer jusqu’à la Fouly… 

Je marche. 

Ma sœur essai de me relancer, de me motiver mais j’ai lâché l’affaire… 

Pourtant j’arrive à la Fouly avec toujours 1H00 d’avance sur mon planning, je ne rends pas mon dossard tout de suite, je bois, je mange un peu… J’ai le souvenir de tous ces récits où il est dit qu’il ne faut pas rendre le dossard avant de s’être un peu posé. 

Mais voilà je suis fumé, j’ai plus rien et surtout le sentiment que ça ne va pas revenir… j’ai essayé d’attendre que ça revienne depuis Courmayeur mais là j’ai plus le goût… Je pourrais peut être essayer de boucler en marchant sans me préoccuper du temps… mais j’avoue que j’ai pas le gout, je sais tout ce qui nous attend derrière et je n’ai pas envie de refaire ces km sans plaisir… je l’ai peut être trop fait l’an dernier aussi…J’ai moins faim cette année d’être un finisher (après un résultat l’an dernier qui était pour moi hallucinant), j’avoue que j’avais envie de me battre pour le chrono… et je viens de perdre cette grosse motivation ! 

Je vois Fanny repartir. 

Je vois Etienne abandonné là aussi… 

La Fouly S-14:51 20h19mn10s 289

 Je rends mon dossard. 

C’est fini. 

L’UTMB 2008 est fini pour moi ! 

Je rends mon dossard à l’heure presque prévue sur mon planning pour repartir de la Fouly… 

Pourtant je me sens serein avec ma décision…. sur le coup. 

Petit coup de fil à So qui m’envoie un SMS d’encouragement au moment où je rends mon dossard. 

Voilà il est temps de reprendre la voiture…

Alexandra arrive à ce moment là, c’est dur de dire que j’abandonne tellement elle montre une volonté de finir.

Puis Jean Louis juste derrière victime d’une grosse hypo dans le Grand Col Ferret… 

Allez retour à Cham en voiture. Petit coup de fil à Arno pour lui annoncer mon abandon. Il est avec Jean Marc (toujours du Défi ;-) qui lui n’a pas pu prendre le départ à cause d’une chute en parapente la semaine avant l’UTMB… Bravo Jean Marc !!! 

Arrivée sur Cham, mes parents décident de profiter qu’il n’est pas trop tard pour rentrer directement… Tant de bornes, fatigue pour me voir faire ce résultat… Je peux que vous dire merci… et désolé. 

Direction le centre pour aller boire une bière et manger avec Martine, Marion, Jean Marc et des amis à Martine en regardant les arrivées… La soirée est super agréable, le fait d’être en groupe permet de gérer la déception. 

Puis il est temps d’aller se coucher… sous la tente, à la sauvage, à la sortie de Cham ! 

Petit dej au centre UCPA, douche, sac, on retrouve Marion, Jean Marc et Fred, petit tour à la micro brasserie / rdv Raidlight (félicitation à Alexandra qui le boucle avec sa soeur !!!), repas pasta en regardant les arrivés (j’ai cru que j’allais tombé inanimé avant de réussir à manger ;-) et enfin les podiums. 

Coucou à Pierre qui boucle la PTL avec son équipe. Chapeau bas monsieur… on s’est pas dit au revoir mais bon maintenant on est rodé pour se croiser ;-) 

Petit coucou avec Karine avant son départ. 

Plaisir de revoir Loïc, de croiser Françoise et Xhavié. 

Puis il est temps de rentrer sur Annecy. 

Ranger quelques sacs, une douche, quelques pâtes, et enfin le dodo.  

Epilogue : 

Voilà c’est donc fini et ça n’a pas fait comme voulu… 

Désolé pour l’équipe Kikourou, j’aurais bien aimé aller au bout … 

Bref beaucoup beaucoup de déception…

OK c’est vrai Mais encore aussi tellement de belles choses à vivre dans ce week end. 

Une belle leçon personnelle aussi. 

Et voilà cette course est magnifique, mené de belles manières, avec des bénévoles incroyables et procure tellement d’émotions… 

Alors oui l’année prochaine je serais bien sur de nouveau dans la course (aux inscriptions), j’aimerais valider ce que j’ai entrevu dans mes capacités, j’aimerais faire ce tour une fois totalement serein, faire une fois ma course idéale… 

Pourtant je vais quand même donner le mot de la fin à Alain (merci pour ton message)

« L'abandon est aussi un moyen de relativiser l'importance de nos passions par rapport aux aléas de la vie. » 

C’est vrai… mais p....n que ça fait c...r quand même !!!

11 commentaires

Commentaire de hagendaz posté le 07-09-2008 à 08:25:00

tu fais ce genre de course pour toi avant tout, donc ne t'en veux pas pour les kikoureux.
à bientôt sur une course

Commentaire de langevine posté le 07-09-2008 à 09:06:00

Grosse déception compréhensible Philippe, mais je pense te connaître suffisamment pour savoir que tu n'arrêteras pas sur cet échec! Retrouve le plaisir que tu avais jusqu'à maintenant, retrouve tes sensations et ça va repartir.. tout doucement mais sûrement!!
Bisous et rendez vous en Août 2009! ou peut être avant ;-)
Karine

Commentaire de rapace74 posté le 07-09-2008 à 11:03:00

je suppose que tu as du nous voir a la fouly...
tu aurais p-e du venir avec nous??
merci pour ton récit et bonne chance pour 2009
manu

Commentaire de L'Castor Junior posté le 07-09-2008 à 11:42:00

Yep, Manu a raison : nous étions à La Fouly dans ces eaux-là (moi, une bonne demi-heure à l'infirmerie...).
En tout cas, aucun regret à avoir : l'avenir est plein de bonnes choses, j'en suis sûr.
à+

Commentaire de langevine posté le 07-09-2008 à 12:17:00

PS: Si t'es sage, l'année prochaine, je te donne un dossard gagnant... ça a marché pour certains, alors pourquoi pas pour toi! ;-)

Commentaire de laurent05 posté le 07-09-2008 à 19:19:00

il y a des jours ou le plaisir et les jambes
ne sont pas là mais qui forge le mental
récupère bien et reviens encore plus fort

laurent

Commentaire de defi franck posté le 07-09-2008 à 19:42:00

oui doucement mais sûrement 2009 sera un bon cru a+

Commentaire de Arno_SMAG posté le 07-09-2008 à 20:55:00

mon ptit philou,
faut positiver, tu sais pourquoi les jambes n'étaient pas au rdv !
A bientôt dans les montagnes et sur les chemins que tu me coaches pour l'utmb 2009 !!

Commentaire de Bicshow posté le 08-09-2008 à 10:32:00

L'abandon fait complètement partie de ce genre de course. on doit se préparer à l'affronter. Tu vas débriefer cette course et repartir de plus belle. Bravo et courage. 100 bornes quand même en moins de 20h !!! c'est plus que bien !

Commentaire de Skynew posté le 11-09-2008 à 10:26:00

Tu m'as fait couler ma larmichette Philippe avec ton CR...
T'inquiète mec, t'es le meilleur !
A+
Julien

Commentaire de Génep posté le 17-09-2008 à 21:59:00

Ola Philippe,

je t'ai suivi sur le live et tu m'impressionnais, je t'imaginais sur les chemins !

Bravo à toi malgré l'abandon, tu es lucide sur ta course, ça te servira plus tard.

Puis il a pas tord Alain ;) A bientôt j'espère avec mister skynew !!

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.16 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !