Récit de la course : 100 km de Millau 2009, par Métrolo

L'auteur : Métrolo

La course : 100 km de Millau

Date : 26/9/2009

Lieu : Millau (Aveyron)

Affichage : 1063 vues

Distance : 100km

Objectif : Pas d'objectif

10 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

123 autres récits :

Mon Millau

 

 

Les questions que l’on nous pose lorsque l’on pratique la course à pied de manière passionné sont souvent les mêmes : « après quoi tu cours ?... tu penses à quoi en courant ?....tu t’ennuie jamais ? » puis on entend généralement des phrases du type « t’es fou, ton corps en prend un coup……Faut être barjot pour s’inscrire à cette épreuve……moi, je préfère jouer au tennis ou au football car on sait après quoi on court…. ».

 

C’est pourquoi je pense que nous sommes des incompris. Notre discours ne peut avoir d’écho avec un non coureur. Notre plaisir, nos sensations de bien être sont trop abstraites pour lui. Il aura besoin de voir sa balle de tennis faire mouche le long de la ligne pour prendre du plaisir. Nous, on cherche à avancer selon notre rythme, voir notre foulée dérouler, et surtout ce que l’on aime, c’est se trouver dans l’effort…aller à sa propre rencontre. Si vous tenez ce discours, c’est que je ne suis pas seul.

 

Je pense aussi qu’il faut être honnête sur le fait que nous recherchons une certaine reconnaissance dans nos exploits d’amateurs. Au sein de notre famille, de nos amis, de nos collègues, on passe pour celui qui fait des trucs de dingues. Et ça, ON AIME !!! Faire des choses qui paraissent infaisables pour certains et NOUS, poitrine en avant, caché derrière une pseudo humilité, on leur dit « c’est rien, tu sais… c’est 50 % d’entrainement et 50 % de mental ». On aime impressionner et aujourd’hui avec les courses de dingues qui existent, on peut se vanter le lundi matin au bureau d’avoir des réponses d’un égo terrible à la question du « alors t’as fait quoi ce week end ? » / « Oh ! bein j’ai fait un trail de 70 km avec 5000 mètres de dénivelé positifs »ou encore pour certains « …j’ai juste fait l’UTMB, une promenade de 166 km autour du mont blanc…. ».

 

Ma transition pour vous parler des 100 km de Millau 2009 est tout faite. Mon objectif en m’inscrivant à cette course mythique est de vivre ce formidable challenge…. et d’avoir une nouvelle phrase qui ‘tue’ le lundi 28 septembre au matin….évidemment…..

 

Un grand stress me fait douter sur mon état physique à m’aligner au départ. Je me chope un bon rhume avec mal de gorge le lundi 21. Nez bouché, barre à la tête……Aïe ! Aïe !

Premier défi, se débarrasser de ce nez bouché afin de pouvoir respirer.

Solution miracle : Actifeid, Vitamines, recette de grand-mère bien connue (eau chaude, citron, miel)….sans oublier une prière pour Saint Millau tous les soirs.

Résultat : mon nez s’est dégagé, je me sens mieux. Allez ! c’est bon !

  26 Septembre 2009 – 10h MILLAU - MILLAU 

Les 42 premiers kilomètres ne se déroulent pas trop mal. Une douleur ne me quittera pas durant les 15 premiers kilomètres au niveau des intestins. C’est ennuyeux mais j’arrive à gérer tant bien que mal. Démarrer la course comme cela m’a quand même fait un peu paniqué. Les Km se suivent, je ne ressents pas de fatigue mais une fois rentré à Millau….je suis loin d’être frais, je commence à m’inquiéter.

 CREISSELS – VIADUC  

Une belle montée avec un pourcentage honorable m’amène sous le Viaduc. Un ouvrage impressionnant. Quand tu penses qu’il aura fallu à peine 3 ans pour le construire, c’est incroyable. Cette montée se déroule en mode marche, de toute façon je commence à alterner course et marche car je commence à avoir mal au genou droit et au mollet gauche. Une fois au sommet je me paye un bon verre d’eau au troquet du rond point, m’étire 30 secondes et j’attaque la descente.

 VIADUC – ST ROME  DE CERNON  

C’est à ce moment là que je commence à comprendre que mes douleurs musculaires ne passeront pas. Mon mollet gauche me transmets un message très claire : « Je suis là et je resterai avec toi jusqu’au bout ! ». Bon, et bein va falloir faire avec. La fin de la descente permet aussi à mon genou droit de s’inviter de manière définitive.

 

Et à partir du 55 ième Km, le dilemme s’impose. Je ne peux plus courrir, du moins si j’essaye, on dirait le bossu de notre dame. Que faire ? Abandonner ?.....Alors là NON NON NON. Bon, on va s’essayer à la marche active, on verra bien.

Cette partie qui m’amène jusqu’à ST ROME DE CERNON se ferra péniblement car je trouve le parcours monotone. Mon moral est dans les chaussettes à ce moment là. Entre désir d’aller au bout malgré tout et envie d’arrêter car j’ai vraiment mal.

 ST ROME DE CERNON – SAINT AFRIQUE  

Mon arrêt au ravito de ST ROME me fait du bien, je discute avec quelques gars. Cela me divertis et je sens que le fait d’échanger avec ces passionnés de course à pied me fait du bien. J’essaye d’analyser ma course en lien avec mon objectif : « En soi, je suis venu terminer cette course sans aucune prétention de temps et de places. Alors, ALL BLACK LEVE TOI ET MARCHE ».

C’est reparti avec le sourire ! ….Je rencontre Christian (de Carcassonne), on passera un long moment ensemble à marcher et à échanger sur les trails que l’on a fait. Très sympa ce Christian (si tu lis ce récit, envoye moi un mail !). Puis deuxième rencontre, un vétéran venu de la gironde (tee shirt vert – floqué Rapetou au dos), comme avec Christian, je passerai un bon moment à échanger avec lui. Très cool aussi.

 

La nuit arrive, je mets ma frontale. La descente sur St Afrique me parait longue, très longue. Le fait de voir des coureurs en sens inverse me donne le cafard. J’arrive enfin à St Afrique. Je me change, bonnet et tee shirt long en guise de nouvelle tenue. Et surtout un bon verre de soupe qui me fait un bien fou. Je recroise Christian qui s’apprête à repartir, il vient d’avoir sa fille et sa femme en ligne. Il est redynamisé, prêt à en découdre. Je luis dis que je me prends 10 minutes avant de reprendre la route……..et là l’aventure commence vraiment, je vais comprendre pourquoi sur l’affiche de la course, il est précisé « MILLAU, l’autre dimension ».

 SAINT AFRIQUE – ST ROME DE CERNON  

Je me retrouve seul dans ma bulle, il fait un noir terrible. Cette remontée puis descente vers ST ROME sera incroyable. Imaginez vous, seul en pleine nuit, en train de marcher en suivant les lignes blanches du bitume que vous éclaire votre frontale. De temps en temps, vous croisez des zombies….non, des extraterrestres habillés en jaunes fluo, certains clignotent…bizarre cette planète?!

Une sirène se met en marche, au début je ne l’entends pas ou du moins je n’y crois pas. « ouh ouh ouh »…..mais qu’est ce ? un gars qui se fout de ma gueule en me voyant marcher et tituber ? NON…..ou un Hibou qui m’encourage ? Ces 10 km seront hallucinants, le silence est incroyable. Cependant ce silence sera coupé par un ravitaillement …..le ravito Ibiza dans la descente.

Allez !! c’est partis, david Guetta au platine (tubes des années 80 !?), l’ambiance est chaude, les serveuses vous servent de la soupe à la Vodka. J’y prends deux extasies puis je perds une oreille en buvant mon rhum coca car j’étais trop prés de la sono.

 

Une fois arrivé à ST ROME, j’ai le malheur de regarder le panneau du ‘Bus Balai’. Il part dans 15 minutes et l’idée de jeter l’éponge me traverse l’esprit….mais mon ami hibou me rappelle que la lune m’attend. Une soupe et on y retourne.

 ST ROME DE CERNON – VIADUC  

Le bus balai me dépasse mais moi je suis de nouveau on the road again. Pour rire et souffrir, je me mets de nouveau à alterner course et marche. Mais attention, version All Black….10 mètres de course, 50 mètres de marche…..et même dans la montée du Viaduc !!

Le Viaduc me parait encore plus fantastique de nuit, en tous cas je prends beaucoup de plaisir à le rencontrer de nouveau avec son habit de soirée.

 VIADUC – CRESSELS  

Comme dans toutes des descentes, je souffre. Mon genou me fait mal à chaque pas. Les lumières d’intermarché me font avancer car je sais que le ravito n’est pas loin derrière. Et Cressels signifie… Millau.

 CRESSELS – MILLAU  

Un petit coca pour la route en arrivant à Cressels….et je me remets en marche pour mon histoire, mon Millau. Je deviens de plus en plus affectif avec Millau. Je ne me dis plus que je fais les 100 bornes de Millau mais que je fais mon Millau. Mon truc de ouf, mon challenge, celui d’arriver à mon Millau…sans suiveur mais avec mon hibou ! Les panneaux 96, 97,98 et 99 me sourient. Une forte émotion m’envahit. Je repense à toutes ces heures passées sur la route, je me dis que cette course restera dans ma tête gravé à vie.

Je remonte le parc de la victoire en courant, oui, en courant !!. Je vois la salle des fêtes de mon Millau et je franchis la ligne d’arrivée les bras levés et les poings serrés….en 16h50.

 SALLE DES FETES 

Un bonheur incroyable, une sensation de rêve accompli. Je suis assis avec mon diplôme à la main. Je suis heureux, heureux, fatigué mais heureux d’être arrivé.

 
 

Il restera un défi, celui de faire de l’autostop pour que l’on me ramène au parking où je me suis garé. Car je n’en peux plus, je suis vraiment cassé. En l’espace de 10 minutes, une voiture s’arrête et c’est un jeune d’une vingtaine d’année qui a l’immense gentillesse de me ramener. Je lui dirai milles fois merci, c’était vraiment cool de sa part.

 

Dernière anecdote : Au moment de régler la note de mon hôtel, une personne me demande quel temps j’ai mis pour faire les 100 bornes de Millau. Je lui répondis 16h50, il me rétorqua ‘oh ! vous êtes arrivés  loin des autres’ et retourna à sa voiture.

 

Et bien, je crois que cette personne n’a pas compris que l’essence même de Millau n’est pas dans une performance horaire. Nous avons chacun nos capacités, nos faiblesses. On a tous notre Millau en soi, que ce soit en 7h50 ou en 24h.

 

On écrit tous notre histoire sur cette course légendaire, elle n’appartient qu’à nous et ne peut en aucun cas se résumer à un temps. Cette course, on ne la court pas, on la vit.

  

10 commentaires

Commentaire de xav04 posté le 29-09-2009 à 08:02:00

Bravo pour ce très beau récit dans lequel je me retrouve complètement après ce week-end passé à millau!!
Au plaisir de te croiser au détour d'un chemin pour partager ce plaisir de courir

Commentaire de chanthy posté le 29-09-2009 à 08:51:00

salut all-black le charmant som :)
super récit et très belle course que t'as vécu.
je m'imaginais bien dans ta bulle avec le hibou etc...ça me donne envie de le croiser cet hibou :)
franchement, c'est super ce que tu viens de vivre, j'espère que j'aurai l'occasion de la vivre un jour moi aussi.
bonne récupération et au plaisir de te croiser
a++

Commentaire de macoco junior posté le 29-09-2009 à 12:17:00

bravo pour ta course et merci pour ce récit !!!
effectivement, nous sommes plusieurs à vivre ces moments de pur bonheur et passer pour un barjot pour certains ou pour une idole pour d'autre. dans un cas comme dans l'autre, je ne retiens que ce plaisir égoïste de participer que j'ai partagé avec mon accompagnateur à vélo sur la 2ieme boucle. ce fut pour moi mon premier Millau et j'ai déja la tête à 2011 ! je vais essayer de m'y coller pour aussi faire un récit, car c'était magique !!! tout simplement, le chrono n'est pas la chose la plus importante pour entrer dans l'autre dimension ....

Commentaire de CROCS-MAN posté le 29-09-2009 à 14:55:00

BRAVO, un super récit, une belle aventure, et puis entre kikous on se comprend.
Merci et au plaisir de te croiser.

Commentaire de macoco junior posté le 29-09-2009 à 15:45:00

un petit message supplémentaire pour te donner des nouvelles du fameux Christian (dossard 1073) qui est comme moi de narbonne (c'est pas très loin de carcassonne !!!) et qui a terminé en 18h16. on a fait les 35 premiers km ensemble avant qu'il me dise de partir (je finis en 13h46, dossard 1292). il n'est pas encore sur kikourou, mais qui sait peut être bientôt !!!

http://www.photogaches.com/Photos_100kmdeMillau-2009-70206.html

allez récupères bien et RDV en 2011 !!!

Commentaire de bluesboy posté le 29-09-2009 à 18:53:00

Bravo pour ton récit et tes phrases "on a tous notre Millau en soi" ou "cette course restera gravé à vie dans ma téte" sont une devise pour tous 100 bornard.J'ai rencontré aussi le hibou en 2005 et 2007 et j'espére en étre en 2010

Bonne récup

Commentaire de BENIBENI posté le 29-09-2009 à 21:03:00

Beau récit et belle conclusion.

Commentaire de Marlène/Mô posté le 30-09-2009 à 15:10:00

Merci de ton petit mot encourageant.
Je reviens sur ton anecdote : ce sont toujours les gens qui ne font pas de sport ou qui ne connaissent pas la course à pied qui font ce genre de commentaire. D'ailleurs ces mêmes néophytes te demandent aussi souvent :"alors tu es arrivé combien ?" alors que toi tu t'es battu pour finir ta course de 10 km.
Ces CR nous font partager l'émotion et nous avons beaucoup d'empathie les uns pour les autres. Bravo finisher mais bravo aussi à ceux qui étaient dans le bus !

Commentaire de momoVH3 posté le 30-09-2009 à 22:34:00

BRAVO pour avoir bouclé ton Millau et pour ta ténacité, car bléssé, tu as trouvé la force morale pour aller jusqu'au bout. Comme tu dis, chacun a son Millau en soi. Nous ne sommes pas tous pareils, n'avons pas tous les mêmes conditions pour nous préparer... A Millau, nous disposons de 24 h pour nous réaliser. C'est super. Le tout est d'aller et bout et de laisser braire les imbéciles.

Commentaire de nataubi posté le 22-11-2009 à 20:28:00

bravo all black, c'est super ce que tu as fait et de le partager avec nous encore plus.

je voulais faire millau en 2010 mais avec un ptit reste de doute : grace à toi c'est fini j'y serai et j'espère t'y croiser ou en tout cas que tu me donneras des ptits trucs pour l'apprécier cette course mythique....;-))

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.15 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !