Récit de la course : Marathon de Paris 2005, par Éric63

L'auteur : Éric63

La course : Marathon de Paris

Date : 10/4/2005

Lieu : Paris (Paris)

Affichage : 2789 vues

Distance : 42.195km

Objectif : Faire un temps

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

201 autres récits :

Le récit

Fin de semaine à Paris pour mon 1er marathon 10 avril 2005.

Samedi vers 10h00 retrait de mon dossard, visite des stands. Pas trop de monde c’est très bien.
Je retourne au marathon expo vers 15h30 pour retrouver Riri06 devant le stand marathon de Chicago « GO ! GO ! Chicago ». Récupération du corsaire , essayage et photo.

Dimanche 6h20 réveil après 6h30 d’un bon sommeil. Petit déjeuner, je teste 1/3 Gatosport chocolat pépites plus boisson d’attente, c’est tout, rien de plus. Météo très douce mais pas froide, avec un peu de vent quand même.

7h30 rendez vous des CLM’s (forum courir le monde) devant le vestiaire des 10 000, nous nous préparons pour la course, un peu de crème chauffante sur les gambettes, corsaire sur la tête photo de groupe devant les stands puis à 8h00 sous l’arc de triomphe avec d'autres assoces. Après une dislocation chacun se dirige vers son sas. J’embrasse mon épouse qui se dirige place de la Concorde pour la photo du 2e kil. Je trouve mes ballons bleus est là au milieu de 15 000 coureurs de ce sas je crois, j’attends 40 mn en prenant soin d’éviter les lancers de sacs, tee shirt , voire bouteilles. Dans 5 mn le départ, 1 petit gel antioxydant.

8h45 go le départ, ça piétine, ça trépigne aussi, très important regarder où l’on pose les pieds cela serait dommage de chuter, je passe sous le boudin top chrono. Ça descend tranquilou (au 1500 saut de barrière pause pipi). J’ai les ballons bleus en point de mire à 50m, la famille est au 2 kil pause photo et vidéo, elle me vois arriver de loin, corsaire jaune oblige. L’allure est prise 10’51’’ au 2000, au 5000 en 24’45’’ idéal, j’avale l’energix du 5 kil. Je dois mal remettre en place mes petites doses sur la ceinture chutes d’une topette et deux energix, et il faut mieux pas s’arrêter, pour les ramasser, sinon tu fais partie des faits divers du MDP « le concurrent 15093 c’est fait écraser par 2081 paires d’asics, 1253 paires d’adiddas 1038 paires de mizuno et autres paires de nike, new balance etc. C’est un troupeau qui te suis, une migration de gnous en plein galop, alors ta topette de gel, rien à topette. Je ferais donc avec ce qui me reste.

10 Km boulevard Soult en 48’39’’ [12,33 Km/h 4’51 au mil] toujours les ballons à portée de mains.

15 Km route de la pyramide 1h13’10’’ [12,30 Km/h 4’52 au mil] ça va, je suis. Ravitaillement du bois de Vincennes, toujours quelques bousculades et un peu de patinage sur peau de banane et d’orange « c’est un marathon Candeloro ». Je prends mon dernier energix.

Semi (un SMS de gaz de France pour mon épouse, 1h46’50’’ je suis 8085ème) réellement je passe en 1h43’16’’ [12,25 KM/h 4’53 au mil] dire que j’ai finis le semi de Nuits-St-Georges en 1h47’10’’ le 19 mars, cela me réconforte.

Il commence à faire plus chaud et le tunnel des tuileries arrive, là tu sais qu’il y a du monde qui courre est qu’ils sont motivés les runners, des sifflets, des applaudissements, des cris, des « On n’est pas fatigué… » Repris en chœur, une folie douce. Bien content dans sortir aussi, il fait chaud là-dessous, l’air sain est plus rare. J’en ai profité pour une pause pipi. La famille est au 28ème quai des Tuileries.

30 Km (2ème SMS de gaz de France 2h32’00’’ 8376ème) Moi je suis en 2h30’15’’ [11,98 Km/h 5’ au mil]. Le ravito en flotte. Je m’arrose comme il faut, le corsaire prends l’eau, à l’abordage des 12 derniers kil, je suis bien mais je ralenti quand même. Je galope 3 bornes avec un CLM (pas son pseudo, un breton) il part au 35ème j’y suis en 2h56’08’’ [11,92 Km/h 5’1 au mil] c’est à ce moment là que je prends la super topette coup de fouet (même pas mal), un coup de flotte aussi (même pas peur). Les deux derniers ballons passent à côté de moi, je n’arrive pas à prendre leurs cadences, je ne préfère pas trop forcer tout de suite encore 7 kil.

40ème 3h22’54’’ [11,82 Km/h 5’4 au mil] c’est dur, dur j’ai le dessus du pied gauche qui me relance, ce n’est pas un laçage trop fort, bizarre et je sens que je ralentis, mais je double quelques coureurs ce qui me file la pêche pour ne pas faiblir de trop. 42ème 3h34’ un petit sprint histoire de, 195 m en 49’’ quelle santé ?

Je finis Mon premier Paris en 3h34’47’’ au-delà des 3h30 des dossards bleus, mais je pensais vraiment pas a cette exploit vu mon dernier chrono sur semi, je viens de faire exactement mes deux courses de mars à la suite, je suis ravi.

Magnifique journée ou j’aurais pu finir vu mon accoutrement, comme paillasson au seuil d’une boîte de techno si j’avais tenté ramasser des fortifiants

Paris en 2006 pour la trentième éric63 sera présent.



Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.17 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !