Récit de la course : Marathon de Paris 2004, par lezebre

L'auteur : lezebre

La course : Marathon de Paris

Date : 4/4/2004

Lieu : Paris (Paris)

Affichage : 2463 vues

Distance : 42km

Objectif : Pas d'objectif

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

201 autres récits :

Le récit

Les amis,

je vois le km 35, j'en peux plus, j'ai mal partout, je suis épuisé, je n'arrête pas de me faire doublé, j'ai vraiment envie d'abandonner : voila cette fois je sais ce que c'est que taper dans le mur, et c'est terrible.

Tout ceci pour commencer à raconter un bien beau week-end.

Tout a commencé à 20 h à l'AAB dans le 17e avec la bande joyeux lurons. En arrivant, je salue le mouton, la panthère (c'est pas ca ton nouveau surnom mon bon Seb. ), le fluet, et j'embrasse la bien charmante fluette, et la linotte. quelques minutes plus tard arrive les troubadours, c'est à dire le bourrin, le toutou, la Langouste et la biopuce. Et là, c'était fini, plus possible d'en placer une. Mais quand tu les met à coté le bourrin et le toutou, c'est pas possible. et encore heureusement que la linotte n'était pas à coté, car avec son sacré tempérament du sud-ouest....

et après avoir arpenté Paris de long en large arrive le buffle à l'agonie....

nous avons donc 3 nouveaux : le mouton, la panthère et le buffle. Comme cela, à la base, ils ont l'air encore un peu timide, mais on va bien arriver à les décoincés. Il faut pas hésiter à leur couper la parole. De toutes façons ils disent n'importe quoi. ce sont encore de maudits bretons. On se dmande des fois s'ils veulent envahir la France entiere ces bretons ?

le fluet fait pas trop le malin devant sa belle. Ila de + un gros complexe avec son matelas pneumatique qu'il emmène de partout avec lui. je pense qu'il te faut faire un peu de sport. T'es-tu deja essayé à la course à pied ?

Avec la linotte, on a eu de la chance qu'il soit le seul bavard de son coinde table, sinon aie aie aie.....C'est un peu du sud-ouest. deja ils parle autant avec les mains qu'avec la langue. Les idées fusent, les blagues s'enchainent. je te voyais pas comme ca !!!!! des fois des Cr ne traduisent pas l'esprit déchainé de certains.

La langouste n'a pas bcp changé depuis l'AAB de la sainté 2003. tranquille, piano, sympa.

Le bourrin, de toutes facons tout le monde le connait. toujours le même. Il parait qu'il va se faire en intégral l'UTMB. Chapeau mon gars si tu y arrives. ils ont essayé avec le toutou de me provoquer afin que je me lance dans cette aventure de malades du cerveau. il faut arrêter la boisson les gars. Vopus avez vu comme je suis fait!

la biopuce a l'air toute douce. On l'entend pas trop, mais avec le bourrin c'est pas facile d'en caser une

le toutou, il se dit qu'il est de la Bridoire, mais un vrai savoyard est pas aussi bavard. un vrai savoyard, c'est un bon gars bien bourru. et oi tu nous la joue "à la bourrin" par moment...et c'est pas peu dire.
par contre, je suis content que tu nous accompagnes sur le grand duc. C'est vraiment sympa.

le buffle, arrivé essouflé, est un vrai coureur. Il a donc fait 2 marathons en 2 jours. Le premier, un marathon dans paris, entre la gare, marathon expo et le 17 eme pour l'AAB, et le 2ème le vrai le lendemain.

Tout ceci pour dire que l'AAB était comme d'habitude bien sympa.

apres qq rigolades, on se sépare afin d'aller dormir quelques heures.

le fait, on se leve et ca pleut par seau entier. super, on va s'éclater. Je mange mon délicieux petit dejeuner et je pars direction les champs...
Apres dépos du sac, apres avoir enfilé ma tenue de coureur, je me dirige vers le mac'do, je retrouve l'équipe EDM. Et la je remercie tout ceux avec qui j'ai discuté, et en particulier le toutou .Ca m'a en effet libéré. je me suis completement détendu. j'étais pret à mordre dans la course

je me dirige 10 mn avant le début dans le sas "préférentiel". Pan, c'est le départ. je passe la ligne 17 s apres le départ. apres 300 m de naviguation entre les coureurs, je prends mon rythme de croisiere. Premier km, 4'06, 2ème 3'57, 3ème 4'02, 4ème 3'58, 5ème 4'00. les 5 premiers km sont faits en 4'03, soit pres de 15 km/h. un peu vite , mais sans plus. Un petite cotellette (plustot un faux plat avec la remontée vers nation, les 5 suivants en 4'01. toujours à la m^me vitesse. pour l'instant, je suis pas facile facile, mais ca va. je me dis que ce sera difficile. je trouve le temps long, je m'enmerde un peu. j'essaye de discuter un peu pour me changer les idées, mais je trouve pas trop de volontaires. A 15 km/h, il faut dire que....

Je continue sur ma lancée, et je passe la petite cote du parc de vincennes tranquille (4'17 au km), puis repars dans la descente. je passe le 20ème en 1h20mn15 , puis le semi en 1h21mn45. je me sens bien, voir très bien. Je suis même euphorique. ce moment fut ma perte. je fais les 5 km en 19mn 47.

Les tunnels sont terribles. je force pour rester dans l'allure. ces maudites bosses font mal aux cannes. je passe le 30 ème en 2h00mn45s. Je commence à baisser de rythme. 32ème, 33 ème la calvaire commence. je suis aux alentours de 4'10 au km plutot que je devais 4'03 comme objectif. 34ème, puis 35 ème.

et la je suis scotché sur la route....4'28 au km sur les 4 prochains kms. je me sens partir. je me demande même si je vais passer sous les 3 h. je prends un geal au début du 40 ème. je me dis que j'ai pas fait tout ca pour ca. Je dois être completement à la dérive. Un gars qui passe me dit que je vais pas "sombrer" apres 3 mois d'entrainement dur de dur. et je repars, je redouble encore et encore sur le dernier km, et je finis en trombe sur les derniers 200 m pour passer sous les 2 h53 : 2 h 52 mn 45 s.

vraiment content. je bats mon meilleur temops de 3 mn 15 s. je n'ai aucun regret. je suis surement aller un peu trop vite entre le 20 et le 25 ème, mais sans plus. Si c'était à refaire, ce serait pareil.

je sens que j'arrive à mes limites. si je veux vraiment progresser, je sens qu'il faut que je fasse de la muscu. j'ai des limites au niveau musculaire.

La marathon de paris est limite au niveau du parcours. même s'il reste relativement plat, les bosses font vraiment mal aux pattes. par contre, l'ambiance est vraiment sympa.

la bonne conclusion, c'est qu'il me semble que je récupere de mieux en mieux apres marathon

caloreen à 80g/l + 7-9 sporteneine = pas de crampes, mais un peu de besoin energetique évident. faut-il concenter encore plus le calorren ?

merci à tous qui m'ont soutenu, et bien sur à mon ami Alain (le milepattes) , mon pere de la CAP pour tout ce que tu fais pour moi

le zebre

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.32 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !