Récit de la course : Marathon de Paris 2014, par bubulle

L'auteur : bubulle

La course : Marathon de Paris

Date : 6/4/2014

Lieu : Paris 16 (Paris)

Affichage : 1303 vues

Distance : 42.195km

Objectif : Pas d'objectif

21 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

201 autres récits :

Negative Bob

Courir le marathon de Paris déguisé en Bob l'Éponge. Comment est venue cette idée ? Je ne sais plus trop en fait.

De mémoire, il me titillait de faire une nouvelle fois ce marathon "à domicile" : celui qui avait vu mes débuts sur la distance, en 2009, celui qui est quand même, malgré tous ses défauts, avec quelques autres, LE marathon à courir au moins une fois. Je ne suis pas "parisien" dans l'âme, mais j'aime Paris, j'aime cette ville, son fleuve, ses monuments et....son marathon. En fait, si, je suis parisien, finalement.

Le problème c'est que j'aime aussi courir l'Ecotrail et que, cette année...il a lieu une semaine avant le marathon. Certes, je suis un peu un habitué des enchaînements plus ou moins raisonnables....mais il semble exclu de faire ce marathon sérieusement. Et comme RayaRun prévoit le même enchaînement, nous voilà à nous lancer dans le pari fou d'un marathon déguisé.

D'où Bob. SpongeBob Squarepants.
b
Pourquoi Bob ? Eh bien, c'est, depuis 2002, un peu une icône familiale, Bob. Et la famille Bubulle a construit toute une mythologie autour de la sympathique éponge, donc s'il faut faire une course déguisé, c'est en Bob que je dois le faire.

(un de nos innombrables Bob, dans une des coupes de Le Puy-Firminy, trônant à côté de mon ordinateur portable)

Le costume, c'est facile, on a tout à la maison (quand on vout dit que nous sommes un peu dingues de Bob, je n'exagère même pas !). Je peaufine juste les détails un peu avant le jour fatidique : collant noir, parce que Bob n'est jamais jambes nues, manchettes et gants car les mains de Bob sont noirs, serre-tête pour tenir le costume.

Résultat :

Y compris la gestion des détails :


Par contre, Raya aura du mal à trouver un costume de Patrick et se rabat donc vers une incarnation de pingouin. Un fort seyant costume de pingouin, avec option palmes et toutefois un petit détail croustillant : il semble relativement chaud.

Et chaud, cela s'annonce ! La météo évolue toute la semaine pour ne plus avoir de risques de pluie et même, surprise le jour même, un magnifique soleil. Pauvre Pingouino qui va regretter sa banquise.

Arrivés près de la place de l'Etoile, Elisabeth (qui va une fois de plus se taper un marathon entier à suivre) trouve une magnifique place pour notre titine, j'embarque le costume et, arrivé place de l'Etoile....je ne résiste pas à le mettre. Succès immédiat pour traverser au milieu des voitures et arriver au rendez-vous des Kikous.



Assez étrangement, nous trouvons sans problèmes Le Bagnard, Caro (qui, une semaine après l'Ecotrail, a finalement décidé de se ménager...elle...et a cédé son dossard....à une certaine Caroline Forestieri, qui état inconnu(e) de nous jusque là mais semble a priori avoir bien la forme (mais par contre, pas les formes car cette Caroline-là est tout de même étrangement dotée d'une pilosité étonnante)...et tous les autres (content de revoir Japhy, plus particulièrement, ainsi que l'infatigable Pat).



Raya arrive enfin et Pingouino peut donc retrouver son Bob pour un bon gros hug des familles.




Pendant 20 minutes, vont s'enchaîner les visites de kikous qui, bizarrement n'ont aucun mal à nous trouver...



et les innombrables photos avec à peu près tous les touristes de passage.



Nous confirmons là que Bob l'Éponge est particulièrement bien connu en Asie. Mais c'est également l'occasion de faire quelques mémorables photos avec les quelques fêlés de passage :



Voire d'autres que nous ne verrons pas, mais qui sont bien gratinés :



Nous pensons enfin à faire une photo de groupe des kikous, malheureusement pendant que Raya est allé déposer son sac (imaginez la tête des coureurs croisant un pingouin avenue Foch).



Et puis, enfin, tout le monde se dirige vers son sas, surtout les plus sérieux que nous, qui ne sont pas là pour amuser la galerie. Nous....eh bien, on se fait déjà un petit tour d'échauffement en mode "bon gros délire" à saluer les automobilistes en tournant autour de la place de l'Étoile, ce qui permet de confirmer le gros succès de Bob et Pingouino. Et puis, finalement, on y va tranquillement pour entrer dans le sas....à peu près à l'heure où le départ officiel est donné, 500 mètres devant.

Nous sommes dans le sas 4h30 où l'ambiance est allègrement plus détendue que dans les sas des warriors où la moitié des coureurs ont l'allure générale certes très aérodynamique et profilée d'un Dominique Chauvelier....mais clairement pas le côté parfois fort agréable à cotoyer de nos innombrables voisin(e)s. Cela d'autant que Bob et Pingouino ont un succès fou et que nous devrions nous retrouver normalement dans à peu près 592 albums photos du monde entier et au moins 342 en Asie du Sud-Est. Il faut dire qu'en plus nous nous sommes fort judicieusement placés à hauteur d'une des rares toilettes "filles" présentes dans le sas et qu'avec l'aide de la musique, Bob et Pingouino mettent le feu dans le sas rose.....

Pas de problèmes, côté convivialité, le sas rose enfonce totalement les sas 3h15-3h30 avec leurs obsédés du chrono. Essayez une fois, vous verrez et, comme cela a été signalé à Etienne, c'est quand même drôlement plus facile de "pécho du 06" dans le sas 4h30 avec un déguisement de Bob qui masque la déliquescence naturelle du V2, que dans le sas 3h15 (alors, pour ma chérie et ma maman qui liront peut-être ce compte-rendu, je signale que je brode quand même un petit peu, là....c'est surtout Pingouino qui a pécho du 06).



En passant, notre photo se retrouvera assez rapidement sur Twitter, Instagram et finira même sur TF1 News.



Dans tout cela, quand même, il y a un léger détail : c'est bien de faire les clowns....mais il y a comme qui dirait un marathon à courir. Et, tout le monde le sait, un marathon, ça reste 42 fichus kilomètres et des choses et un autre détail s'impose : il fait grand soleil, donc CHAUD. De mon côté, ça va à peu près, mais Pingouino commence allègrement à fondre sous le déguisement.

Plus de 1h10 après le départ des premiers, donc au moment où ils passent à la Bastille au retour.....nous franchissons enfin la ligne de départ....et c'est parti pour....eh bien courir tout ça en regardant devant soi avec une ouverture de 5cm de diamètre devant les yeux, un costume qui se plaque parfois totalement sur ma tête et ne laisse dépasser que l'appendice nasal bubullien, que j'ai par contre oublié de peindre en jaune.



Au bas des Champs-Elysées, Elisabeth a été un temps rejointe par Le Bagnard, et a eu TRES largement le temps de faire des tas de photos originales.



Comme quoi nous ne sommes pas les seuls timbrés....et je décerne ma palme personnelle au flamant rose.

Elle ne nous rate évidemment pas et ce seront les premières d'une longue série de photos. Elisabeth, c'est maintenant une pro du suivi de marathon...on se demande



Comme nous sommes assez repérables, nous retrouvons assez rapidement Mickey49 qui s'est lancé dans son deuxième marathon et vise à améliorer son premier temps de 5h.

Justement, avons-nous un objectif ? Evidemment non...du moins pas d'objectif très sérieux. J'ai toutefois dit "entre 4h30 et 5h"...et je surveille quand même la Suntoo du coin de l'oeil. C'est que c'est un peu inhabituel pour nous de prendre un rythme relativement lent....heureusement que les moments de déconnade avec les spectateurs font vite oublier le chrono.

En cela, la rue de Rivoli, c'est un grand moment. Bob, visible de fort loin, a pas mal de succès et je passe mon temps à taper des mains le long des trottoirs....ou à échanger 2-3 mots avec les coureurs dépassés.

Car, partis fort fort loin, nous dépassons quand même beaucoup (d'ailleurs le Pingouin a du s'amuser à compter puisqu'il m'annoncera le nombre de coureurs dépassés à la fin de la course...:-). Cela fait toujours son petit effet quand on est dépassé par un grand carré jaune à pois.

Je noterai en passant que les très nombreux pompiers présents au long du parcours ont adoré les passages de Bob et comme le pompier a l'intéressante caractéristique de ne pas hésiter à faire BEAUCOUP de bruit, nous mettons l'ambiance. Mais bon, qu'une éponge soit une vedette chez nos amis pompiers n'est pas sans surprise ! En tout cas, je peux retourner quand je veux dans chaque caserne parisienne...si je n'oublie pas le costume.

Le Marais, haut lieu du Paris Gay......ne pouvait ignorer Bob qui se trouve être une icône dans le petit monde LGBT (en gros parce qu'aux USA, les conservateurs et autres coincés du Tea Party trouvent que "SpongeBob is being used as an advocate for homosexuality" en raison de son amitié affichée avec son ami Patrick). Donc, là aussi, gros succès, finalement : j'aurais du prendre un drapeau arc-en-ciel avec moi....

Bastille, place Daumesnil : ça monte, l'air de rien et, l'air de rien, nous courons quand même environ à 9 km/h donc il commence à faire diablement chaud ! Heureusement, on a beau être en mode déconne, j'ai pris la ceinture, la gourde avec 800ml et je n'oublie pas l'hydratation de l'éponge. C'est juste un peu acrobatique de boire *sous* le déguisement.

Mickey49 est toujours avec nous. Il trouve que le rythme lui convient (en gros nous commes proches d'un des meneurs d'allure de 4h30), en gros sur le rythme (en fait, a posteriori, assez régulier) de 4h40-4h45.

Porte Dorée, grosse ambiance, comme souvent...mais c'est le prélude à un Bois de Vincennes qui nous rappelle en fait assez rapidement que : 1) nous avons déjà une course de 80km dans les jambes 2) ça monte 3) il fait chaud. Les allées sont longues jusqu'au chateau de Vincennes....et même après. Heureusement qu'il y a les animations pour alelr faire les clowns et recevoir les encouragements de la foule en délire. Parce que, sinon, eh bien, je sens que les guibolles pèsent un peu !

Le ravito du 15ème kilomètre annonce toutefois la redescente vers la porte de Charenton et, en prime, le soleil se cache un peu, ce qui n'est pas pour nous déplaire, notamment au Pingouin qui commençait à se liquéfier quelque peu.

Et Charenton, chic, nous retrouvons Elisabeth, ce qui est plutôt bien pour retrouver un peu de peps et, accessoirement, constater a posteriori sur les photos que nous avons effectivement bien chaud :

Plus de gants et de manchettes pour Bob. C'est moins classe mais plus confort !

Rue de Charenton, ça descend.....et ça remonte. Les jambes sont quand même diablement lourdes et on arrive au stade où on se demande vraiment comment on peut arriver à finir alors qu'on passe à peine la mi-course. Déguisé ou pas, d'ailleurs, car autour l'ambiance devient moins festive...:-).

Depuis 2-3 ravitos, d'ailleurs, Pingouino a trouvé sa stratégie de rafraîchissement : il enlève carrément le bonnet de pingouin, le trempe dans les bassines et se le remet sur la tête. Cela a juste le défaut que, les costumes de pingouin n'étaient pas encore en tissue technique, il va finir par être trempé......sur les pieds! De mon côté, je me renverse des bouteilles sur le dessus du "crâne" mais l'eau a du mal à traverser la planche de bois qui est le garant de la forme carrée de l'ami Bob. Donc, je cuis dans l'espèce de bandeau repose-tête qui me sert à porter le tout.

La Bastille est franchie dans un concert d'encouragements : je fais même le tour sur l'extérieur pour taper des centaines de mains et faire faire du bruit au public. Bon, on fait le malin, mais quand même, je me demande un peu comment vont se passer les quais.

Bob ou pas, déconne ou pas, je me retrouve progressivement un peu dans le dur. Comme quoi on peut être autant dans le dur à 9km/h qu'à 12, ou 13, ou 11, ou 10. En fait, c'est un marathon : du km 25 au km 30, l'arrivée paraît TRES TRES loin et on se demande comment on va faire. D'ailleurs, autour, ça marche assez largement et nous continuons toujours une partie de PacMan géant.

Et puis, chaque pont est l'occasion de déclencher encore l'enthousiasme du très très nombreux public (je ne me rappelais pas d'avoir vu autant de spectateurs les autres fois).

Nouveauté dans le tunnel du Louvre : animations musicales façon boîte de nuit, jeux de lumière. Cela rend ce passage un peu moins insupportable même s'il fait diablement chaud....et la rampe à la sortie "pique" toujours autant.

Les souterrains de l'Alma sont pour moi un genre de calvaire. Si ce n'est pas un mur, cela y ressemble drôlement, et je vois mon Pingouino, et Mickey49, toujours plutôt devant que derrière moi. Il faut diablement s'accrocher et j'engloutis des litres d'eau car je crains quand même les crampes. Et puis, j'ai aussi mes chères Pom'Potes qui sont précieuses pour retrouver un peu d'allant.

Passage du Trocadéro : je propose à Pingouino d'aller se refaire l'arrivée de l'Ecotrail, mais, étonnamment, il ne semble pas plus enthousiaste que cela pour faire le détour. L'avantage, c'est que ça annonce le km 30 et, surprise des surprises, une troisième apparition d'Elisabeth au bord du parcours.



Elle en aura vu passer des coureurs, depuis le pont de Bir-Hakeim qui, la semaine dernière voyait passer les zombies de l'Ecotrail :


Elles auront rythmé notre courses, ses apparitions, ainsi que celles de Caro et son fils, qui suivent Mickey49, notre compagnon de route. Lequel Mickey49 est toujours bien dans son objectif, d'ailleurs : qui l'aurait cru : voilà Bob et Pingouino reconvertis en meneurs d'allure.



Tout cela me rebooste un petit peu, et Raya doit le sentir car il accélère insensiblement dans la rue d'Auteuil. Le rythme remonte au dessus de 10km/h et, même si les jambes commencent à être dures, il est bien tenu. Le jeu de PacMan s'accélère.

Porte d'Auteuil, passage du dessus du périph....et Bob ne resiste pas à aller faire le clown sur le pont, au dessus des voitures, en imaginant la tête des passagers devant ce grand machin carré qui agite les bras au dessus de leurs têtes.

Rolland-Garros puis retour Porte d'Auteuil. C'est un peu l'hécatombe autour. Il y a beaucoup de primo-marathoniens et ce passage est très difficile en général. Nous continuons donc à dépasser en nous relayant bien. Même la côte des fortifications sera prise à la course.

Cela fait plusieurs kilomètres que je regarde ma montre et que je vois en fait que nous nous rapprochons peu à peu d'un objectif 4h30. Et, du coup, malgré toute la déconnade (qui continue allègrement : Pingouino va saluer tous les groupes qui font des animations), nous avançons de plus en plus vite. D'ailleurs, à ce petit jeu, nous avons perdu Mickey49 sans nous en rendre compte, vers le km 32.



Comme pour tout le monde, les allées du Bois de Boulogne n'en finissent pas mais elles n'en finissent pas à 10, voire 10,5 à l'heure, on a vu pire.

Surprise tout à coup : Bert' est là, au bord de la route, avec son vélo...et il nous fait un bout d'accompagnement.



(ouah, l'ôt, eh, comment il se la pète avec sa polaire de finisher du rayon saucisson de chez Auchan !)

Bob a beau avoir un peu le costume carré plaqué sur la tronche, il est à fond dedans. Tellement à fond que je ne reconnaîtrai pas Arcelle qui nous interpelle au bord de la route (désolé !).



Par contre, nous ne manquons pas de saluer une princesse dans une joëlette, emmenée par un Bagnard hilare qui n'est jamais tant à son aise que lorsqu'il faut accompagner des groupes qui courent pour les autres. Bravo, Laurent !




Les deux comiques ont maintenant mal partout mais, silencieusement (ou presque!) le jeu est d'accélérer en permanence....et ça continue donc à avionner allègrement jusqu'à une Porte Dauphine quasi triomphale que nous prenons au sprint en slalomant entre les autres coureurs (moment immortalisé par mon infatigable Elisabeth qui a su très judicieusement se palcer là).

Raya s'accroche bien, quoiqu'à peine en recherche d'oxygène (n'oublions pas le costume trop chaud et les litres de flotte qui lui ont coulé sur les jambes). et dans un dernier rush...



....nous franchissons la ligne d'arrivée en.....4h29'47". Negative split, je suis abonné. Bon, comme "mode déconne" on a vu pire et c'est bien ce que nous nous disons....tout en faisant de grands signes à Elisabeth de l'autre côté de la barrière.



L'autre avantage, finalement, c'est que c'est assez facile de se retrouver vu qu'on peut difficilement rater une éponge au milieu de milliers de petis hommes (et femmes) verts. Du coup, je garderai d'ailleurs le costume jusqu'à la voiture, ce qui fait un peu sensation aux terrasses des cafés.

Voilà, ça c'est fait. Encore un enchaînement de zinzin et un grand moment de convivialité qui se prolongera un bon moment avec la récupération de dizaines de photo du grand carré jaune et de son Pingouino. Je ne sais pas si on recommencera (mais, bon, c'est facile de trouver une occasion) mais on en a profité du début à la fin et ce sera un grand souvenir.

PS une semaine après : par contre, je confirme qu'un marathon "en mode déconne" ça reste quand même pas simple. Et mon genou me rappelle que je vais difficilement passer à travers une phase de récup un peu compliquée.... Cela n'empêche pas, toutefois, que je ne regrette pas une seule seconde cette idée de folie...:-)

Et, selon nos calculs, nous avons dépassé.....8000 coureurs tout au long de ces 42 kilomètres. Je finis donc 26380ème, 3263ème V2H, 3875ème féminine et....1ère éponge.

21 commentaires

Commentaire de Bert' posté le 13-04-2014 à 18:24:05

Trop bien ce récit !! :-)
Vous avez fait sacrément fort :
Enchaîner après l'Eco-trail 80 + tenir un bon rythme malgré le déguisement + un récit reportage complet et bien documenté, à classer dans les annales !
Je me demande enfin, s'il ne s'agit pas du nouveau record du monde en version Bob ?!!

Commentaire de Sabzaina posté le 13-04-2014 à 19:55:16

J'adore !

Commentaire de Arcelle posté le 13-04-2014 à 20:05:20

Génial ce récit :-) ! Et puis quel enchainement quand-même !!??
Soit-disant en mode déconne, quand je t'ai croisé vers le 37, tu allais bien vite, 11 km/h au moins je pense.
Et bravo à Elisabeth pour les photos, ça illustre bien votre délire ;-)

Commentaire de lapuce92 posté le 13-04-2014 à 20:31:04

Génial ce CR et les photos! Vous m'avez doublé vers le 37ème km je crois. (une parmi les 8000)

Commentaire de Caro74 posté le 13-04-2014 à 21:13:29

Super, Bubulle. C'est un exploit que de courir un marathon par forte chaleur avec un tel déguisement, et dans un temps vraiment correct!

Commentaire de dg2 posté le 13-04-2014 à 22:12:29

Suggestion pour l'année prochaine : courir déguisé en carotte en compagnie des Lapins Runners.

Commentaire de Arclusaz posté le 13-04-2014 à 23:48:23

courir tout nu peint en vert au marathon de Lyon, ça aurait de la gueule aussi !!!

bravo pour cet exploit que le côté "déconne" masque un peu : mais, vous avez fat un sacré truc les deux fous !

Commentaire de Jean-Phi posté le 14-04-2014 à 09:12:44

Je note que raya est aussi un adepte de la désormais très célèbre foulée croisée Arcluzienne, bien ça !
Bravo pour votre perf de fou (enchaînement). Bubulle, tu fais tout de même un peu peur sous ton déguisement !!

Commentaire de Jean-Phi posté le 14-04-2014 à 09:29:05

Je note que raya est aussi un adepte de la désormais très célèbre foulée croisée Arcluzienne, bien ça !
Bravo pour votre perf de fou (enchaînement). Bubulle, tu fais tout de même un peu peur sous ton déguisement !!

Commentaire de Prokofiev posté le 14-04-2014 à 09:46:59

Bravo pour ce récit et ces photos super ! Sur les videos proposées par l'organisation je me suis rendu compte que j'ai franchi la ligne d'arrivée en même temps que vous. Comment ai-je pu ne pas vous remarquer ? Je devais être sacrément épuisé. :-)

Commentaire de caro.s91 posté le 14-04-2014 à 11:18:46

Toujours un récit à la Bubulle, bien agréable à lire. Un gros délire de Pinguino et de Bob, délire que j'ai eu le bonheur de suivre pour une fois depuis le bord de la route.

Bonne récup et à bientôt,
Caro

Commentaire de Japhy posté le 14-04-2014 à 12:56:24

Bon, c'est définitif, vous êtes complètement timbrés, mais c'est pour ça qu'on vous aime!
J'aurais mieux fait de rester avec vous tiens (même si je n'aurais jamais pu vous suivre sur le final, mais au moins, j'aurais rigolé au début!)
Par contre, pas taper, mais j'ai comme un doute: le pingouin c'est un personnage de Bob l'éponge ou pas, en fait?

Commentaire de Bacchus posté le 14-04-2014 à 14:17:58

Merci pour ce CR magnifique !!
Vous êtes de grands malades.

Commentaire de Papakipik posté le 14-04-2014 à 16:29:01

Bravo les gars ! Enorme délire et certains passages sont vraiment hilarants !
Et mine de rien Bubulle, on ne peut t'empêcher de rester précis sur la description du parcours. Je pense que s'il existait un concours du meilleur CR de l'année, celui-ci aurait une bonne place.

Commentaire de Françoise 84 posté le 14-04-2014 à 16:52:06

Excellent!!!! Je me suis régalée à te lire! Bravo le duo, reposez-vous un peu maintenant...??!!

Commentaire de RayaRun posté le 15-04-2014 à 00:16:41

Salut Bubulle, bravo pour ce CR qui me rappelle bien notre équipée ! J avoue que j en garde un vraiment bon souvenir ! @Japhy, non le pingouin n à qu une relation économique avec Bob : trouver un personnage ami de Bob et suffie ment marquant comme Patrick , l etoile de mer coûte très cher ! En tout cas, malgré mes frayeurs liés au soleil, j ai passé un excellent moment avec Bubulle. PS : pour ma chère et tendre quand tu liras cette prose, sache que l affaire des 06 est une pure légende, Bob étant la seule star internationale reconnue par des groupies en délire !

Commentaire de RayaRun posté le 15-04-2014 à 00:17:59

Salut Bubulle, bravo pour ce CR qui me rappelle bien notre équipée ! J avoue que j en garde un vraiment bon souvenir ! @Japhy, non le pingouin n à qu une relation économique avec Bob : trouver un personnage ami de Bob et suffie ment marquant comme Patrick , l etoile de mer coûte très cher ! En tout cas, malgré mes frayeurs liés au soleil, j ai passé un excellent moment avec Bubulle. PS : pour ma chère et tendre quand tu liras cette prose, sache que l affaire des 06 est une pure légende, Bob étant la seule star internationale reconnue par des groupies en délire !

Commentaire de RayaRun posté le 15-04-2014 à 00:18:46

Et merci Elisabeth pour toutes ces photos !

Commentaire de LongJohnSilver posté le 15-04-2014 à 11:45:34

Je l'ai déjà précisé sur le fil de discussion, mais je n'ai toujours pas bien saisi le mode pure déconne du kivaou initial?! :) Félicitations à toi et Raya pour avoir mis l'ambiance! L'Union Jack Guy n'en menait pas large au 41ème lui...

Commentaire de tortue01 posté le 19-04-2014 à 22:16:47

trop dla balle ton CR...felicitation pour ta perf et celle de ton cher pingouin:)...merci pour les photos, ce delire....j adore!! je n'ai fait qu'un marathon: celui du Beaujolais et deguisee....les 42km sont plus vivants ..mais font aussi mal aux jambes....

Commentaire de flyingkitty posté le 10-04-2015 à 20:57:12

A la veille de mon premier marathon, ton cr m'a bien fait rire!
J'espère prendre autant de plaisir dimanche.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.17 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !