Récit de la course : Marathon de Paris 2009, par mysterjoe

L'auteur : mysterjoe

La course : Marathon de Paris

Date : 5/4/2009

Lieu : Paris 16 (Paris)

Affichage : 2966 vues

Distance : 42.195km

Objectif : Pas d'objectif

13 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

201 autres récits :

Le récit

MARATHON DE PARIS

Et de trois :                  

 -3eme marathon (Lyon, Nice-cannes, paris)                   

-3eme record de l’année (semi -08’52, 10km -02’55, marathon -00’19 J )                   

-3eme course parisienne effectuée (20km, semi, marathon)

Pour ma 31eme course, le plus grand événement français était un bien bel engagement pour marquer ma 3eme année de course à pied, un objectif que j’avais voulu ambitieux en me préparant pour le faire en 03h30, plan d’entrainement peaufiné avec beaucoup de peine (travail décalé en 5x8 matin midi et nuit sur 1cycle) mélange de trois plans tirés du web et des magazines en fonction de mes possibilités et de ma connaissance des difficultés à faire certaines séances de fractionné, j’aurais beaucoup de mal à le suivre (dégâts important fêtes de fin d’année [ inactivité, surpoids 6kg, démotivation] puis temps inadéquate[froid, neige, pluie, vent] puis manque de temps [ travail, permis moto, moto, famille])

Je parviendrais quand même à assurer une forme suffisante pour progresser et envisager à j-7, après les 10km de Roanne de faire sans trop de souci les 03h45.

Fier et motivé par ma réussite sur 10km, alors que ma dernière semaine est prévue sur une base de 2 séances légères mardi et mercredi puis une remise en jambes samedi  et un max de repos.

Mais je vais voir ma semaine tourner à la catastrophe et envisager l’abandon jusqu’a la ligne de départ, la douleur rotulienne (voir CR toutroannecourt) se fait chaque jour plus marquée et je vais passer la semaine avec le genou quasiment verrouillé, je vais procéder à des glaçages réguliers, essayer toutes mes pommades anti-inflammatoires, porté une genouillère et des strapping, rechercher à identifier le mal, la cause et le remède (en vain), en plus refusant de signer un papier qui me priverais de mes jours compensatoire suite à la pose forcée de mes CA (vacances) par mon employeur je me suis vu refuser par mon chef les jours de congé que j’avais réservé pour l’occasion et me suis retrouvé obligé de travailler dans des conditions extrêmes avec un genou blessé ce qui ne lui à pas fait du bien.

C’est ne pouvant pas marcher que j’ai rongé mon frein la journée de vendredi, faisant tous mes derniers préparatifs, mais comme le voyage, l’hôtel, la course tout est programmé, puis toute cette prépa, ces investissements matériels et physique, je me dis qu’il faut que j’essaye, c’est la capitale, c’est un super week-end même pour les accompagnants alors je rentabiliserais au pire avec une escapade parisienne et un méga reportage photo, de plus plein de rencontre, de conseils, d’anecdotes et même qui sait un médecin miracle.J’y vais, je verrai, j’essayerai et qui sait ?

Donc après une bonne nuit de repos ,nous quittons Parigny (Cécile mon épouse, chauffeur et photographe) vers 5h, laissant les gamins seuls pour le week-end (j’ose pas imaginer la fiesta à la maison) en route pour notre 5eme aller-retour Parigny-paris, la route se passe bien.

L’équipe étant bien rodé avec un échange de conducteur toutes les 1h30 à 2h, nous arriverons sur marathon expo vers 10h15, ne trouvant pas le bon parking nous nous garons sur celui du bâtiment n°7 et alors que nous admirons la tour Eiffel au loin,  surprise !!

 C’est bien un n°5 que l’on aperçoit au loin, la on se dit cool y en a pour un moment pour rejoindre l’expo, c’est sans compter avec les tapis roulants dont on ignorait l’existence.

 

 vvrrrouuuuup ! Cinq minutes plus tard on est devant l’entrée.

 

 On prend la file d’attente, on se croirait à Eurodisney avant l’ouverture au public.

 

 On s’attendait à trouver des milliers de personnes, et ben personne !

Tant mieux, je récupère rapidement mon dossard, le tee-shirt.

 

 

 trop pressé, je rate le sac jogging pour se couvrir avant la course (dommage il en jetait bien intitulé MDP) et nous filons au marathon-expo que nous traverserons d’un trait direction ……………les toilettes )

Ensuite nous commencerons tranquillement notre tour.

 

Nous visiterons les stands découvrant ou envisageant, sans réel besoin.

 nous envisageons plusieurs achats mais pas de coup de foudre ni de chose méconnue, nous passerons par le stand raidlight, j’aurai bien aimé rencontrer BENOIT LAVAL mais ce sera pour une autre fois, puis nous continuerons et rencontrerons notre premier kikou  en la personne du BAGNARD

On s’était croisé à l’arrivée de la saintélyon mais c’est toujours plus agréable d’avoir le temps de discuter un peu.

 

Le tour continue Cécile s’affiche avec un écureuil

 

 Avant de se trouver deux tee-shirts souvenirs

Puis nous retrouverons avec toujours autant de plaisir LOICM et CHRISTELLEM devant le stand des 20km de paris avec  HARRY91 

et OSTEO94

Bientôt rejoint par ASTROPHYTUM et son épouse  

Nous ferons la connaissance de MANU l’échassier.(DUPCH)

Qui malheureusement ne connaitra pas le marathon qu’il envisageait mais qui j’espère ne gardera pas un trop mauvais souvenir de celui-ci.  

Rencontre furtive avec un kikou discret, j’ai oublié ton pseudo (excuse-moi!)

Il est maintenant 13h, nous sommes attendus pour la récupération de la chambre d’hôtel, c’est dans un quartier que nous ne connaissons pas de paris, aussi nous ne trainons pas trop, repas sandwich sur le pouce et petite surprise en quittant le parking de l’expo (14,90 euros c’est un peu cher pour 2h de stationnement, m’enfin !)

Malgré le fait que j’avais imprimé l’itinéraire ça ne m’empêchera pas de me planter et nous ferons un petit tour par Versailles avant de rejoindre l’hôtel à Levallois-Perret MDR

Encore une surprise en arrivant à l’hôtel pas une place de stationnement à 1km à la ronde, sympa pour les bagages, ça !

A l’hôtel réception et chambre correcte, le temps de s’installer et nous repartons déplacer la voiture qui est en stationnement interdit jusqu’a un garage souterrain, puis nous allons repérer les lieux du départ et calculer le temps nécessaire pour s’y rendre à pied, pas trop confiance dans le métro surtout que ce n’est pas direct, et puis comme je n’ai presque pas fait travailler mon genou de la semaine ,je pense que la marche est le meilleur truc pour le remettre dans le bain, plus efficace et moins risqué que le footing de trente minutes.

Il nous faudra moins d’un quart d’heure à vitesse lente pour y parvenir, l’arc de triomphe est toujours la, cool on pourra s’en servir pour ce retrouver, lol !

Visite, photos, puis on repère la rue hoche ou les tentes sont déjà montées et des bénévoles s’actives déjà, puis on fait le tour jusqu’au Champs-Elysées ou là, on ne ressent pas encore que 33000 coureurs vont les envahir et prendre le départ ensemble.

Puis nous rentrerons sur l’hôtel en recherchant une pizzeria pour manger un dernier plat de pates (enfin moi, Cécile engloutissant une escalope milanaise, suivie d’une méga mousse au chocolat, grrrrr !! ) d’ailleurs toutes nos excuses aux cuistots et serveurs des cinq pizzerias que l’on a choquées en demandant à être servi entre 18h30 et 19h15 , mais pas de regret, le service et certainement la qualité des plats était meilleurs chez notre bienfaiteur, de plus c’est quelque peu valorisant de manger à une table entouré de photo de celle-ci utilisé par des stars.

Repu, nous regagnerons la chambre pour les derniers préparatifs et une bonne nuit de sommeil, mon genou tire beaucoup, je me fais pas d’espoir mais la hargne et le plaisir d’y être sont la, je me répète méthode Coué/Rocky : « j’ai pas mal ! »

Ceinture (1 : gels antioxydant, coup de fouet, red tonic, ac+,2 bouteille d’Evian 25cl et 2 : energix sachetx4, téléphone/mp3, mouchoirs)  ok

 tenue (buff, tee-shirt kikou, cuissard, chaussette run900 neuve, chaussure asic speedstar 3) ok

 tenue de trajet : coupe-vent, 2eme couche temps frais, bas de survêt’, sac jogging du semi parisien, ok

Gatosport, boisson d’attente, sportenine, ok

GPS chargé et cardio désactivé, cela ne m’avais rien apporté sur les dernières courses et cela est même souvent gêné finalement, super utile sur les entrainements mais j’ai progressé depuis que je ‘compète plus’ avec, ok 

Téléphone chargé, casque main libre prêt, une réserve de mp3 pour un tiers puisé dans les rubriques kikou (un sujet qui fait du bruit et vos musique spéciale chair de poule) et un accès direct à mon amour pour obtenir son réconfort, sic ! ok

Appareils photo n°1 et 2 chargé, cartes vides et fonctionnelles, réglages effectués au mieux,  ok

Reste plus qu’a bouclé le max des valises et planifier au mieux chaque minutes du réveil au départ, pas besoin de dévoiler le scénario, à un détail prêt c’est le récit du lendemain,

On s’endormira vers 21h30 facilement grâce à cette journée remplie.

DIMANCHE 5 AVRIL 2009 5H00 :

C’est le 14ème anniversaire de l’ainé de mes fils et le troisième de mes enfants JOHAN, bon anniversaire gamin, je t’aime très fort sauf quand tu me nargues avec tes podiums 

Les réveils sonnent les uns après les autres, pour rien déjà réveillé, j’ai bien dormi, je suis bien, pas de stress juste un peu d’impatience, un coup de rasoir, une p’tite toilette, j’attaque les hostilités par le gatosport, ma chérie me l’a mis en entier, je me contenterai d’avaler le max soit environ un tiers puis c’est la crème anti-frottement,  j’enfile la tenue, j’épingle  enfin mon dossard, accroche la puce, noue les lacets, tel un rituel guerrier.

Je suis un ordre strict et préparé pour ne rien oublier, préparation du sac de secours que Cécile garde avec elle, vérification des ceintures, rappel des utilités de chaque choses, vérif’ du GPS, du téléphone/mp3 et son casque, préparation de la boisson d’attente et mise en route des deux appareils photos , j’enfile le survêt’ et je fais une première série d’étirements léger des ischios et mollets pour préparer mon genou droit, la douleur est là, bien présente et je commence à en faire ma compagne , il n’y a qu’elle qui feras les 42km avec moi, relation privilégiée, je lui en veut, mais en même temps elle donne une telle saveur à ce jour, un peu comme ces grains de poivre qui cache le gout de ma viande mais dont j’ai beaucoup de mal à me passer tellement cela sublime la recette.

On boucle les valises et on file au p’tit déj’, l’hôtelier à l’amabilité de faire l’effort de servir les déjeuners dés 6h, là nous y retrouvons de nombreux marathoniens, et voyons partir d’autre sans déjeuner n’étant pas au vraisemblablement courant , je sais que c’est pas conseillé, mais comme je ne vise plus le chrono absolu ce sera café/tartine beurre confiture.

 Régime qui ne me posera aucun problème d’ailleurs, il faudra que j’approfondisse , puis le chrono se met en route organisation oblige !

6h30 retour à la chambre, re-vérif’  et fin du bouclage des valises, secondes séries d’étirements avec un petit échauffement des jambes, rien oublié dans la chambre.

 matériel ok

 Cécile ok

 mysterjoe ok          GO ! GO ! GO !

On rend les clefs de la chambre et l’on fonce au garage déposé les valises dans la voiture, puis nous prenons le chemin du départ, là comme d’hab’ je suis au top !!!

Malgré l’insistance de ma chère et tendre, je nous fais prendre la mauvaise rue et nous voila non pas perdu  mais dans la mauvaise direction, heureusement nous croiserons un coureurs bien renseigné qui partagera sympathiquement son itinéraire avec nous, j’espère qu’il a fait une bonne course, j’aime ces rencontres ou l’on constate que l’on a suivi un même chemin, (prépa, organisation ,ambition, difficulté et courage ) et ou le partager est une récompense.

Nous arrivons vers l’arc de triomphe et il me semble que certaines affiches flèchent  notre chemin.

A peine sous l’arc Cécile est abordée pour servir de photographe !?

 

Et à ce moment là mon téléphone sonne, c’est Laurent(HELLAUMAX) qui me signale qu’il est en face de moi à quelques mètres, nous le rejoignons de suite, c’est notre premier kikou de la journée et sa joie et son enthousiasme  ensoleillerons notre marathon bien avant l’astre du jour.

 

 

Merci laurent pour celle-ci :

S’en suivra l’arrivée de nombreux kikous que nous aurons plaisir à rencontrer et découvrir.

Arrivera ASTROPHYTUM qui doit en compagnie de FRANCOIS D'ARRAS ouvrir la route à MANU l’échassier

Puis DOMDOMG, RABE, CLO

Puis LOICM, CHRISTELLEM et OSTEO94 suivi de CANOECL et XINE

Présentation, discutions puis les photos de groupe avec FRANCOISE84, XAVHIE, FRANCOIS D'ARRAS, SAM67, LOOPING01, JLHAIBETTE

 

 

Alors qu’au loin le speaker comme à égrener les minutes, que les sas se remplissent, nous nous séparons pour prendre part à l’événement.

 

Je rejoins mon sas (le 3h45 violet) m'enfermant dans la foule pour un minimum de 4h30.

 

La tension monte on le ressent bien, nous nous encourageons une dernière fois avant de se séparer (sic trop dur mon amour ) Cécile craint de ne pouvoir approcher pour les photos

 

 ni reconnaitre de kikous, ni me voir  et nous encourager.

Moi c’est le doute complet

 

Je souffre du genou et je n’ai pas essayer de m’échauffer de peur de ne plus pouvoir prendre le départ, seulement quelques étirements statiques qui ont peut être fait du bien au muscle mais dont la difficulté m’a plombé le moral, dans le sas je recherche désespérément la présence de buff ou casquettes kikou, mais je ne les voit pas, alors je prends des photos.

 

 

 je récite ma liste( tempo/prise de gel/heure des coup de fil/ objectif si je cours /objectif si je dois marcher(pas glop !) ) j’essaie de trouver quelqu’un qui ai envie de discuter, de partager cet instant mais ceux qui ne sont pas en groupe sont concentré sur leur départ, certain sont si tendu qu’on dirait qu’on est plein à avoir mal avant de courir, MDR !

Les départs se succèdent et nous commençons à avancer vers la ligne, le murmure des coureurs s’affaiblit en même temps que la musique de Vangelis se fait plus forte, j’échappe mes premières larmes c’est toujours magique, l’arrivée on est seul, mais ces départ c’est la communion d’un groupe de 30 000 personnes, une aura d’émotions !

08 :53 :16  je passe la ligne, c’est parti !Premiers pas de course, ça va ! 

Premier 100m, c’est supportable, 500m je cours !!  Je vais boucler mon 1er km en 5’38

 la douleur est supportable, elle ne m’empêche pas de conserver une bonne foulée, je sais que plus les km passerons plus ce seras dur, mais je veux tenter ma chance de le courir, donc j’essaie de trouver un rythme.

Ma chérie est là pour imortaliser mon départ, ci !   je te z'aime (elle trouve son homme au milieu de 32 000 personnes?)

Elle appréciera le passage de MANU, ASTROPHYTUM, FRANCOIS D'ARRAS et JILLES

elle constatera aussi que ce n'est pas une sortie anodine et qu'il y a une sacré logistique derriere tout ça.

Km2 : 5’21   km3 : 5’20    km4 : 5’22   km5 : 5’25

 

 A l'americaine!

 

 il est plus que difficile de pouvoir garder l’allure on est constamment à la relance, pas d’ouverture, pas de régularité, rappel des dernières courses (20km et semi) gérer ce trop de monde est une épreuve dans l’épreuve, au vu de mon temps au 5eme je décide de tenter ma chance à 5’20/km et qui sait pourquoi pas moins de 4h à l’arrivée( lol, j’y croyais pas )

Entre le 4 et le 5eme km je vois me rejoindre 3J 

kikou avec qui j’avais partagé un « boutderoute » lors de Marvejols-Mende et avec qui l’on papote un peu.

Donc passage au 5eme en 27’32, je cours maintenant mon marathon.

C’est photos et grand sourire, trop trop cool !

D’autant que les monuments, les animations se succèdent et l’ambiance est vraiment présente.

Arrive le ravitaillement et puis …… comment dire……..l’aberration !

C’est l’ARRET total, pas un ralentissement, NON !

 

L’arrêt de la course pur et simple, dans nos rangs c’est l’incompréhension, ça va de l’étonnement, à la colère ou au dégout !

Certain on l’air de dire que c’est un goulot connu, moi ça me laisse dubitatif, combien de temps va-t-on rester là ?

Faut reprendre du début ?

C’est un marathon par étapes on reprend demain ???

Bon, je ne resterai que 1’30 dans ce goulot, mais j’ai lu des GPS ou certains on perdu jusqu’a 3’40 (c’est énorme !)

Donc km6 : (je vous le donne dans le mille) 6’46 et de rage, je m’accrocherai sur les suivants :      km7 : 5’06   km8 :5’08     km9 :5’06

Je retrouverai   JLHAIBETTE vers le 9ème km.

 

Avec qui nous discuterons un peu nous retrouvant régulièrement sur le parcours (j’te rattrape, tu me rattrapes, MDR ! )

Petit jeu que je pratiquerai également avec MURIELLE un peu plus tard)

 

Km10 :4’55 

 je le passe en 55’14 ce qui est plus qu’encourageant vu mon départ prudent, mes douleurs, le temps perdu au cinquième et le plaisir que je prends à papoter et prendre des photos

Passage devant la foire du trône

km11 :5’20  km12 :4’53  km13 :5’16

On passe Vincennes à l’envers souvenir du semi, il fait quand même meilleur aujourd’hui, même les chameaux sont de sorti (dommage pour la photo pas eu le temps de dégainer)

 

Puis on continue sur des allées larges.

 

C’est la partie ou je me sentirai vraiment à l’aise pour courir.

Je retrouverai MURIELLE que j’avais rencontrée avec son époux à Marvejols-Mende (comme 3J) mais qui n’est pas kikou seulement très friande de nos récits.

Puis JLHAIBETTE repassera me voir avant de prendre un peu d’avance, lol !

Km14 :5’16  km15 :5’18  

Je passe le quinzième en 1h20’27, c’est râpé pour les 3h30 mais comme mon genou commence à se faire oublié et que je suis pilepoil dans les 3h45 je décide de faire le test de maintenir jusqu’au semi voir si je peux espérer accrocher ces 3h45.

 

Km16 :5’37  normal ravitaillement inclus   

km17 :5’36  oups ! Faudrait que je me bouge un peu    

km18 :5’11   km19 :5’01   km20 :5’03   km21 :5’11

Passage au semi en 1h52’14, 15 secondes du temps référence, c’est une première arrivée dans la course, dommage personne avec qui partager à ce moment, trop content et en plus mon genou ne me gène plus, je n’ai encore aucune fatigue, il fait beau, plein de supporters, je suis aux anges.

Km22:5’12   km23 :5’03   km24 :5’22   km25 :5’20   km26 : 5’13

 

Passage du 25ème en 2h14’50, je vais bien, seule difficulté la densité de la foule et les relances constants, on va attaquer les quais de seine, rappel des 20km ça devrait m’encourager, je suis toujours bon pour 3h45 surtout que je me sens suffisamment bien pour donner un coup de cravache si nécessaire.

On attaque la première descente en bord de seine, pavé et ambiance, les quais sont superbe avec les bâtiments de l’autre rives.

 

 tous les ponts sont bondés (un peu silencieux à mon gout mais c’est normal personne ne les a prévenus de mon arrivée)

 

Puis s’en vient le souterrain.

 

 un peu long on ressent le manque d’air mais ce n’est pas gênant juste anecdotique puis la sortie, ……….la sortie.

Cette sortie à été le premier coup dur de ma course, le soleil et la chaleur ont semblés figer les coureurs dans la remontée.

 

On aurait dit que tous le monde remontait avec un sac de plomb sur les épaules, la relance a été pénible mais bon elle c’est faite, la présence de la tour Eiffel occupe un peu l’esprit. 

 

km27 :5’21    km28 :5’46   km29 :5’16   km30 :5’44

Les descentes se succèdent et mon genou ne les supporte plus, la douleur  est forte.

 

 les montées au contraire me soulagent un peu mais sont trop courte.

 

 Sur le plat je ressens des douleurs d’un déséquilibre crée par mon genou, mon moral en prend un coup, les relances dues à la foule sont toujours aussi présentes, malgré cela je ne ressens pas de fatigue importante et je passe le trentième en 2h40’23 encore dans les temps pour 3h45.

 Au ravitaillement je prends le temps de m’arrêter, et en mangeant  un bout je fais le point et me remémore mes objectifs de départ, prendre du plaisir et passer la ligne d’arrivée de la meilleure façon possible. Je range l’appareil photo le reportage photo reprendra après l’arrivée car malheureusement je peux plus lever le bras j’ai des crampes terribles dans les intercostaux gauches quand j’essaie, pas-glop !

Le genou lui je peux le gérer (souvenir du dernier marathon de Lyon, sic !) les descentes devrait être finies.

Et je repars   km31 :6’17  

Avec mon carton rouge sur les prochains kilomètres, des rues resserrées ou les spectateurs envahissent la chaussée, on se monte dessus, certains passages nous sommes limite de la marche et une ligne bleue qui disparait carrément derrière la ligne de spectateurs, pas normal .

On n’est pas à l’arrivée et personnes pour faire respecter un passage correct pour les coureurs.

Les km se suivent et je fais le nécessaire pour garder le moral, je sais que mon chrono n’est plus. Malgré une relative fraicheur musculaire,  les douleurs s’accumulent (le dos, les reins, les fessiers me tirent, ma chevilles gauches aussi devient très raides) ma chérie m’appelle, elle est vers le km40 et m’attend pour la photo, alors je continue mes relances  dans cette troupe de coureurs toujours aussi dense pour la rejoindre bientôt.

Km32 :5’46   km33 :5’47   km34 :5’39    km35 :5’33    km36 :8’07

Passage au km35 en 3h10’31, 5 minutes de perdues ça fait 3h50, je garde le sourire, toujours frais,  je crois encore en l’exploit de reprendre des minutes sur les derniers kilomètres.

Ravitaillement trankil’,  relance douce c’est dur alors assurer cette relance, LJHAIBETTE est repassé devant je ne le rattraperais plus 

Km37 :6’19   km38 :6’11    km39 :5’52   km40 :5’48     km41 :6’36

Passage au km40 en 3h42’01  encore 4 minutes de perdues sur le temps de référence, arrêt ravitaillement puis je relance pour trouver l’amour de ma vie et l’arrivée de ce fameux marathon, je m’éloigne de 3h45 mais moins de 4h est encore possible, ne pas faiblir, ne pas craquer, ne pas y croire, le faire c’est tout !

Je passe les 1500 prochains mètres à scruter les bords pour ne pas rater Cécile qui des 3km qu’elle disait avoir fait depuis l’arrivée ce sont transformer en 1500m, lol !

M’enfin elle m’offrira de beaux clichés d’un MYSTERJOE encore prêt à en découdre et qui a commencé a réaccélérer 

 

Km42 :5’37   km43 :5’ 07

Cécile a également réussi à photographier OSTEO94 superbe sur ce marathon (manque juste un peu de rouge à sa tenue 

Donc c’est gonflé à bloc que j’enquille ces derniers km, puis arrive le km42 plus que 200m le passage du rond-point, je sais que derrière c’est l’arrivée je prends à droite et là !!!!!!!!!

Une douleur vive me poignarde, une crampe à l’abducteur gauche, aie aie aie !

Je sursaute comme le danseur dans le bêtisier à Arthur.

Mais comme je comprend pas vite je continue puis enchaine le virage à gauche et la!

c’est l’inverse, c’est le droit  qui me fais grincer des dents, le gauche ayant disparu je prie vite fait saint phidippidès pour que le droit fasse pareil des que je serai sorti de ce maudit rond-point et que d’autre crampe ne viennent pas me coucher si prés de la ligne (trois avé et pater ) et j’entame l’avenue Foch ……

……..Ici c’est point de suspension parce que ces derniers mètres je les connais maintenant un peu.

BADGONE et MARTINEV m’y avait accompagné la première fois.

 Ils étaient sur tapis rouge la seconde.  

Je sais toute leur importance et ce qu’il peuvent représenter, j’essaie d’en profiter un maximum comme quelqu’un qui voudrais aspirer tout l’air qui l’entoure, je sais que le marathon est déjà fini, mais pourtant j’y suis, je veux de l’émotion et je regrette de ne pas trouver l’écho à cette demande, pas de musique, pas de speaker, pas d’encouragements, je vais passer heureux la ligne en 3h58’10, parmi cette foule  qui comme moi arrive dans l’anonymat et le silence.

Je ne comprends pas,  pourquoi je ressens si fortement ce vide, je me retourne,  et tous les regards que je croise partage ce vide, sensation qui se rajoute à la déception d’avoir terminé ce challenge qu’est un marathon et sa préparation.

Heureusement on zappe vite tout cela et on repense aux choses sérieuses, pour ma part c’est : excusez-moi vous parler français ?

do you speak french ?

parlo franchese ?

« Oui, je parle français. »

"Cool pouvez me faire une photo SVP ?"

Oups presque, encore une ?

Merci, super sympa.

Prochaine étape rejoindre l’arc-de-triomphe.

Bof ! Tant qui faut pas monter en haut !

On nous retire les puces.

Oh ! Une kikoureuse, charmante mais discutions brève ça pousse derrière, grrr !

Tiens un autre kikou, CEDCBIEN qui m’avait l’air satisfait de son marathon.

Bientôt fait 25m

 

On est bientôt rejoints par FRANCOISE84 qui partage avec nous la joie de ce marathon et son bonheur de se réorienter plutôt trail.

Presque 50m, ce qui fait plaisir c’est que c’est aussi difficile d’avancer que de reculer.

Ça fait doublon mais entre ça et ça !

 

Il y a eu la distribution de poncho, MDR !

L’arc-de-triomphe n’a pas l’air plus prêt.

On rejoint XAVHIE

Puis c’est le ravitaillement, et je retrouve MURIELLE(qui attend le récit et les photos, désolé !)

 

superbe finisseuse, ferais une belle kikoureuse (à quand tes récits ??)

L’arc-de-triomphe se rapproche, enfin il me semble et ma chérie m’appelle pour me dire qu’elle m’y attend  juste avant.

Quand je me retourne, l’arrivée du MDP n’est déjà plus qu’un souvenir

J’aperçois un kikou

Puis DOMDOMG

Suit julien, 3J

Content de son marathon

En dehors de la perf’ la capitale est quand même un lieu magique

On y est presque!

Moi j’ai repéré une casquette kikou, et vous ?

Et je croise son objectif

Petit striptease pour faire admirer la médaille, LOL! 

MYSTERJOE FINISHER PARIS, je t’es vécu !

Le temps de se décider avec Cécile et nous reprenons le chemin de Levallois-Perret pour récupérer la voiture et rentrer.

Le quart d’heure de marche ce passe bien, mon genou ne me fait plus mal du tout, c’est cool !

Donc on reprend la route jusqu'à Parigny, voyage sans encombre, pas de radar ni de panne, presque anormal ???

On arrive sur Roanne vers 20h, on décide de se payer un p’tit Buffalo, enfin un vrai repas bien mérité.

Puis viens la nuit et le temps du bilan, un marathon fabuleux, ou il faut se frayer un chemin pour avancer, une blessure présente mais qui ne m’a pas obligé l’arrêt, ni l’annulation, des kikous super que l’on a toujours plus de plaisir à rencontrer, un temps clément pendant les deux jours, des souvenirs plein les valises, et en prime un nouveau record sur marathon certes modeste mais bien réel.

 si j’ai douté du bienfondé de ma présence sur le départ, j’étais vraiment à coté de la plaque. Bon après c’est plus la même.

Lundi matin au lever, surprise, le genou verrouillé et qui a triplé de volume, vraiment je m’y attendais pas 

Direction le médecin qui n’y connait rien et m’envoie prendre rendez-vous chez un rhumatologue pour consultation et ponction qu’elle ne veut pas pratiquer elle-même, donc je rentre et bigophone au rhumatologue avec qui j’obtiens rendez-vous, je vous le donne dans le mille:

 "le 23 avril", super 17jours d’attente et en plus il me dit pour la ponction :débrouillez-vous, changer de médecin ou allez emmerder les urgences, tip-top la médecine aujourd’hui, non !

Ben, du coup c’est, on plonge dans le web et on en ressort une tentative d’évitement de ponction façon MysterJoe :Toutes les deux heures, j’alterne la poche de glace, l’argile verte et les compresses d’eau tiède plus un rendez-vous fin de semaine chez une nouvelle ostéopathe qui avait fait les vacances scolaires chez bib.

Donc c’est genou verrouillé avec genouillère rotulienne et ce traitement de choc que mon genou va dégonfler et ce malgré une semaine de boulot rude, puis vendredi c’est ostéo, une rencontre inattendue avec quelqu’un qui m’a pris en main, remis en place et surtout bien conseillé, pour le genou pas identifié la blessure mais plusieurs causes possible extrême raideur, chevilles bloquées vraisemblablement suite petites entorses, problème lombaire et vertébral, après un drainage de la jambes elle m’a également retaper le foie et l’estomac et la 20 jours après j’en ressent toujours les bienfaits, j’en avais besoin, c’est sur !

Pour en revenir à ma blessure le rhumatologue lui a donné un nom, enfin !!(17 jours plus tard) c’est chondropathie rotulienne et ça ce n’est vraiment pas cool, tout d’abord traitement et arrêt total de la course à pied pour un minimum de 4 semaine puis sur le net j’ai vu que peu n’avais vraiment réussi à ce débarrasser de ce problème, la douleur et toujours les 21 jours après et je désespère devant mes affaires et les dates de toutes les belles courses régionales qui arrivent.

Voila, le marathon, ni sa prépa ne sont pas forcement en cause et je projette de reprendre des que possible avec deux objectifs majeurs :La saintélyon par défi personnel et un petit marathon roulant pour exploser enfin ce foutu chrono et accrocher les 3h30 cette fois.

Le boulot, ma blessure, le retard accumulé sur les dernières semaines de prépa sont autant de raison d’avoir trainé à faire ce récit, il en existe une dernière, j’ai comme certains autre gagné ma une de l’équipe et après un montage mouvementée qui m’a pris beaucoup de temps, ça donne ça :

 

Et ça c’était la première ébauche qui m’a couté quelques cheveux, quelques heures de tâtonnements, rien que pour trouver le format adéquate et le rendu de l’idée et hop-là ! 

Écran figé, plantage du logiciel, et un MysterJoe qui avais pas fais une seule sauvegarde, ça fait des années que je n’avais pas connu de bug du système, GRRRR !!         MDR !!!!   

Merci de m’avoir lu.

13 commentaires

Commentaire de Astro(phytum) posté le 29-04-2009 à 23:53:00


Houlala! , un récit d'une précision chirurgicale.
Es tu sur de n'avoir rien avoir oublié ,lol ;)

Bravo pour ton nouveau record ,sans un genoux blessé au prochain marathon tu explosera le chrono.
Félicites aussi ton reporter photographe.

Au plaisir de te revoir à la saintélyon.

Astrophytum


Commentaire de hagendaz posté le 30-04-2009 à 06:55:00

avec toutes ces photos on dirait des japonais à Paris lol!!! de vrais paparazi!
toujours aussi content de vous rencontrer

à très bientôt

Commentaire de Cyrille posté le 30-04-2009 à 10:24:00

Pfiou, les photos m'impressionnent. Ce monde, bon sang ! Payé si cher pour se faire étouffer, c'est du masochisme :)
Sinon j'espère que, depuis 3 semaines, tu as été bien sage pour que l'on se retrouve (avec un dossard) à St Alban.
A plus.

Commentaire de CROCS-MAN posté le 30-04-2009 à 13:54:00

Excellent ton récit, BRAVO. Le ciel était plus bleu qu'à AJACCIO ou MARSEILLE, un comble.
Et que de rencontres......
Le must du top cette première page de L'Equipe, c'est la concécration du marathonien lol.
Bises à Madame toujours là, bravo à elle aussi.

Commentaire de domdom g posté le 30-04-2009 à 14:03:00

alors la supert le reportage photos,merci ! et se fut un plaisir de t'avoir rencontrer, jespere sur une prochaine course.

dominique

Commentaire de Françoise 84 posté le 30-04-2009 à 16:20:00

Et bien, ça valait la peine de l'attendre un peu, ton récit!! Super avec toutes ces photos! Bien contente de t'avoir vu, même brièvement. Au fait, l'état de la maison laissée aux "d'jeunes"?!! Bises!

Commentaire de JLW posté le 30-04-2009 à 22:09:00

Sacré reportage, tout y est, j'ai l'impression que tu as photographié tous les coureurs, non ?
Bravo pour ton courage malgré ton genou récalcitrant, bonne récup maintenant.

Commentaire de marioune posté le 01-05-2009 à 07:30:00

bravo à toi, sous les 4h avec ce genou, et cette FOULE....Bisous à vous deux et sois prudent quand même avec ta jambe. Moi aussi j'aime la méthode coué /rocky!!

Commentaire de hellaumax posté le 01-05-2009 à 11:56:00

Super récit Joël! Je ne savais pas que tu avais connu tous ces déboires avant la course: ça ne rend ta performance que plus admirable.
Au plaisir de te revoir (peut-être à la Sainté...)

Commentaire de chrystellem posté le 01-05-2009 à 18:33:00

Wouahhh , toujours un plaisir de te lire .
Bravo pour ta course et puis bravo à ta plus grande fan Cecile qui te supporte toutes ces semaines sans courir lol
Sympa de vous avoir revu tous les deux .
Bises et bon courage pour la suite .

Commentaire de le Styx posté le 02-05-2009 à 09:27:00

Super ! A la pose (photographique), tu ajoutes la prose... Bravo... J'ai retrouvé des impressions en lisant ton récit (tiendra? tiendra-pas?)... Bonne récup du genou.

Commentaire de 3j posté le 04-05-2009 à 20:16:00

Salut MisterJoe,

Merci pour ce CR qui me rappelle d'excellents souvenirs. Encore déçu d'avoir loupé la photo de groupe :-(.

Rdv a Marvejols.

A+
3J

Commentaire de Le CAGOU posté le 05-05-2009 à 19:07:00

Bonjour mysterjoe,
Longin de longine très beau CR et merci encore pour ses magnifiques photos Toute mes félicitations pour ton marathon en - de 4hoo.
SPORTIVEMENT LE CAGOU

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.2 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !