Récit de la course : Marathon de Paris 2008, par hellaumax

L'auteur : hellaumax

La course : Marathon de Paris

Date : 6/4/2008

Lieu : Paris 16 (Paris)

Affichage : 1208 vues

Distance : 42.195km

Objectif : Pas d'objectif

20 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

201 autres récits :

Avec une pensée chaleuresue pour Nassim

Ca fait un peu bizarre de vouloir résumer ce marathon de Paris 2008 en me limitant à cette seule journée du 6 Avril.
Parce que ce marathon occupe ma vie depuis un petit bout de temps. Parce que c’est devenu un but réel depuis Caen, l’an dernier, le jour où j’ai su que je pouvais finir un marathon. Parce que je l’ai en tête, en fait, depuis que j’ai senti qu’il me serait nécessaire de m’imposer ce type d’effort.
Parce que depuis 2004, Avril à Paris ne sera rien d’autre que l’anniversaire de mon éphémère petite fée, Clémence, enfant née sans vie pour reprendre la terminologie administrative, parce qu’une histoire de chromosomes pas bien ordonnés a décidé qu’elle ne pourrait pas survivre et que, d’une certaine façon, le marathon me permet de le supporter.

 Il m’a fallu du temps pour comprendre tout ça ; en fait, cela m’est devenu évident quand j’ai réalisé que, de façon tout à fait impulsive, je m’étais engagé à courir ce marathon pour l’association Laurette Fugain, qui œuvre elle contre les leucémies, et associe le temps de certaines courses, enfants malades et coureurs. Je porterai donc fièrement sur mon T Shirt « Laurent pour Nassim », Nassim, que je ne connais pas, étant un de ces trop nombreux enfants atteints de leucémie.

Mais ce marathon, c’est aussi toute la préparation, douze semaines, à courir le plus souvent seul, souvent dans des conditions météo pas franchement clémentes. C’est cette tendinite du genou gauche qui va m’obliger à deux semaines d’arrêt total, et me privera des quelques sorties longues qui m’auraient certainement bien aidé à partir du 25ème kilomètres.

Mais ce sont aussi les conseils de Kikival, les encouragements de nombreux kikous, la rencontre avec Viktor, le kikoureur suédois au Marathon Expo, le resto à Sceaux avec Taz, Domi, Nono, Coli, Astra Wally, Laurent05, La Souris, Moumie, Ced C bien, Mathias, l’Castor Junior, Le Bagnard, Ch’tiGrincheux , Ch’ti Grincheuse et leur fille. Elle est belle, la vie, quand on rencontre des gens aussi sympas que vous !

Il y a bien sûr Hélène et mes deux gars, qui ont supporté mes absences, mes angoisses et mon « marathon-centrisme » depuis le mois de janvier !

Et puis, je ne peux pas faire ce CR sans parler de mon pote Laurent, mon pote de vingt ans, celui avec qui j’écoutais Led Zep et King Crimson en fumant des cigarettes et en buvant du café froid et de la bière tiède à l’internat du Lycée Malherbe, celui avec qui j’ai joué à la pétanque dans la cour de ce même lycée sous les yeux médusés et goguenards des sports-études Canoë-Kayak. Laurent qui fait maintenant du triathlon, et qui a récupéré un dossard in extremis pour le MDP et qui, sans préparation spécifique, est venu jouer mon meneur d’allure personnel à moi ! Ceci étant dit, nous voilà donc au matin de ce 6 Avril tant attendu.

 La nuit a été un peu agitée et le réveil matinal. 6h15, la levée du corps est faite, le petit déjeuner avalé tranquillement, et l’équipement, préparé la veille, enfilé méthodiquement. 6h45, départ de la maison, il ne fait pas chaud à Barbès et le métro se fait attendre… 7h15 : arrivée à l’angle de l’avenue Kléber où se trouve le point de rencontre des quelques deux cents coureurs qui vont courir pour l’association Laurette Fugain. Je laisse mon sac, j’enfile ma chasuble et je discute à gauche et à droite, histoire de contrôler l’anxiété qui précède le départ.
A huit heures, Laurent arrive et nous rejoignons les sas de départ. Petit problème, je suis dans le sas violet, mais le dossard que Laurent a récupéré est dans le sas vert, et les cerbères aux contrôles lui refusent l’entrée, malgré mes vaines tentatives pour les apitoyer (pourtant je tiens bien le regard qui fait fondre, type Chat Botté dans Shrek2). Qu’à cela ne tienne, je me glisse vers le fond du sas violet, Laurent vers l’avant du sas vert, et une fois la barrière enjambée, on se retrouve dans le même sas.L’attente est assez longue, il ne fait quand même pas bien chaud, mais Bernard Laporte nous fait bien rigoler avec son intervention absolument inaudible. Le départ est donné, et la masse de coureur commence a lentement s’élancer. Je profite de la présence d’urinoir à proximité pour une dernière vidange (je ne vaux pas revivre l’arrêt piteux au bout de 500m du Semi marathon de Paris, surtout que les Champs n’offrent pas la même tranquillité que les arbres du Bois de Vincennes).
Nous passons finalement l’arche de départ environ 6 minutes après les premiers et à nous Paris.L’objectif, c’est de passer sous les 3h45, en s’approchant le plus possible de 3h30. Les premiers kilomètres se passent véritablement très bien. C’est très dense, mais je suis néanmoins surpris de la facilité avec laquelle il est possible de courir, et nous arrivons au premier ravitaillement en 25’10’’. On laisse Bastille derrière nous, et on se dirige vers le Bois de Vincennes. Il y a beaucoup de monde le long des rues, l’ambiance est vraiment très bonne. Les jambes répondent très bien, la fréquence cardiaque peut-être un peu trop élevée, mais comme les sensations sont bonnes, on continue sur un rythme qui oscille entre 4’50 et 5’00 du kilomètre.  49’44 au 10km et une petite banane pour recharger les accus. On passe devant la troupe d’Ariane Mouchkine dans le bois, puis on se dirige vers la Porte de Charenton.
Le 15ème kilomètre est passé en 1h14’15’’, avec toujours de très bonnes sensations. Je commence à me dire que les 3h30 sont peut-être finalement envisageables, mais je crains quand même mon manque de sorties longues sur la fin du parcours.  On a toujours 1’ d’avance au 20ème kilomètre, et le semi est passé aux alentours de 1h45, alors que l’on se dirige maintenant vers les quais.Un peu après le 26ème, juste avant le tunnel, on retrouve nos petites familles sur le bord de la chaussée. Il ne manque que Maxime, mon grand, qui est en classe verte quelque part dans le Limousin (mais j’ai pris un photomaton de lui, agrafé à mon dossard.  Ca coutait rien, et j’avais besoin de l’associer à cette course).
Je commence à avoir du mal à tenir le rythme de 5’ au kilo, et les descentes et montées des sous-terrains n’arrangent rien.  On est pourtant toujours dans les temps au 30ème :2h29’. Mais ça devient de plus en plus dur. Je me rassure en me disant que je connais très bien le parcours après la porte d’Auteuil et que ça sera sans doute une aide précieuse. Et puis l’association Laurette Fugain est également sur le bord de la route et ça fait chaud au cœur de se sentir soutenu.  Mais au 32ème, j’ai du mal à tenir les 5’30, et je tourne ensuite aux alentours de 5’15.
Mon pote sollicite les encouragements du public qui répond au quart de tour, c’est super sympa, mais j’ai de plus en plus hâte de voir le ravitaillement de Roland-Garros. On y arrive au bout de 2h56, les 3h30 sont en train de s’éloigner. Petite pause pipi devant les serres d’Auteuil (dire que j’y ai bossé pendant trois ans !) et on entame la remontée vers la Porte Dauphine. L’allée des fortifications est un calvaire, Laurent ma lâche tous les 10m et m’attend, mais j’ai de plus en plus de mal à recoller. On arrive autour des Lacs, et je courre maintenant au radar. Je n’arrive plus à penser à rien.
Je pourrais faire du style, vous dire que je pense à Nassim, à Clémence, que je puise au plus profond de moi pour continuer. Eh, bien non, en fait ; je ne pense à rien, si ce n’est au fait que j’ai envie que ça s’arrête, et je continue à courir parce que j’ai rien de mieux à faire à ce moment là. Les foulées se suivent, je ne sais plus vraiment où je suis, je découvre tout d’un coup une place que l’on contourne par la droite ; Laurent me montre l’arche d’arrivée en m’assurant qu’elle est plus près qu’elle n’y parait !  Et c’est vrai, on se retrouve dessous, j’arrête mon chrono qui indique 3h37, je n’arrive plus à aligner deux pas car j’ai les jambes tétanisées !
Laurent me pousse vers la tente des secouristes qui me passent une couverture et un peu d’eau sucrée. Ils s’inquiètent mais je leur indique que je vais bien, que j’ai juste mal aux jambes et que j’ai juste besoin de m’allonger quelques instants. D’ailleurs les constantes sont bonnes (je crois que c’est comme ça qu’ils disent dans Dr House), juste une légère hypothermie.
Je rejoins la tente de l’association Laurette Fugain, pour une petite photo souvenir. Je passe quelques petits coups de fil et j’apprends par Domi que Taz est en train de faire un carton et qu’un rendez-vous après la course se fera sous le repère K, pour tous les kikourous. Il fait beau sur l’avenue Foch, j’ai récupéré la pêche, je viens de mettre une claque de plus de 20 minutes à mon unique temps sur marathon, je resterai bien pour voir tout le monde, mais j’ai vachement envie de retrouver ma petite famille. Alors je rentre par le métro qui est plein de coureurs.

J’espère que la longueur de ce compte-rendu ne vous aura pas trop rebuté mais j’ai une famille est merveilleuse, un pote extraordinaire et les kikourous sont des gens formidables. Fallait que ça se sache!

20 commentaires

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 07-04-2008 à 20:13:00

Super chrono, super course, bravo Max !

Commentaire de Jipé posté le 07-04-2008 à 20:24:00

Bravo, belle course.

Commentaire de moumie posté le 07-04-2008 à 20:41:00

Merci Laurent pour ce récit émouvant et plein d'humour en même temps.

Bravo pour ton temps, 3h37 c'est super. Je suis certaine que ce sont les raviolis du Samedi midi qui t'ont permis de faire ce temps :-)

Bonne récupération
Moumie

Commentaire de laurent05 posté le 07-04-2008 à 20:42:00

bravo laurent pour ta course et ton chrono
merci pour ton récit mais non il n'est pas trop long
ça m'a fait plaisir faire ta connaissance
a+
laurent

Commentaire de fanfan59 posté le 07-04-2008 à 20:57:00

Merci Laurent pour ce super CR. Tu n'as pas été comme les pates au resto, tu ne t'es pas fait désiré par le chrono. C'est tout à ton honneur.
Merci à ta famille également de t'avoir laissé te préparer (ce sont probablement tes premiers fans).
Au plaisir de te revoir.

Commentaire de KIKIVAL posté le 07-04-2008 à 21:18:00

je t'assure Laurent qu'il n'est pas trop long ton recit, je l'ai dévoré des yeux, il est tellement vrai, en tout cas chapeau pour ton courage et bravo pour ta perf champion , au plaisir de te revoir
bonne recup
kiki

Commentaire de taz28 posté le 07-04-2008 à 21:24:00

Ton récit n'est surtout pas trop long, il est surtout teinté de beaucoup d'émotions !!!
Merci Laurent pour ce récit, bravo pour ta belle course, ce fût surtout un plaisir de te rencontrer enfin !!!

Bonne récupération, au plaisir de te revoir !

Taz

Commentaire de loicm posté le 07-04-2008 à 21:59:00

Hello,

sincèrement bravo pour ton marathon et ton explosion de ton record personnel ... chapeau.

On s'est loupé avant et après, car avons loupé les 2 rdv kikou .. une autre fois peut etre.

Loic

Commentaire de calou posté le 07-04-2008 à 23:11:00

Superbe récit !!
Bravo...

Commentaire de astra wally posté le 07-04-2008 à 23:33:00

Salut Laurent, merci pour ton beau récit et bienvenu dans les clubs des tartineurs de récits professionnels lol. Beaucoup courent ce genre de marathon pour leur plaisir, par défi, par amour du sport mais aussi pour des choses plus profondes, plus intimes et j'ai vraiment été touché par ta motivation. Ravi de t'avoir croisé au restaurant et peut-être à bientôt
L'un des 4 Laurent présent à ce rendez-vous.

Commentaire de Jerome_I posté le 08-04-2008 à 10:21:00

bravo pour ta course, ton record et ce récit remplit d'emotions. On court tous pour quelque chose, c'est fort aussi de pouvoir le partager.

Bonne récup maintenant.

Jérome

Commentaire de brague spirit posté le 08-04-2008 à 11:43:00

Super récit,plein d'émotions.bonne récup.
Ps:Laporte a t il déjà tenu des propos audibles

Commentaire de Céd C' Bien posté le 08-04-2008 à 21:08:00

Bravo, Bravo et encore Bravo Laurent pour ce Chrono et pour ta couse, ce fût un plaisir de te rencontre.

A la prochaine champion

Céd

Commentaire de calimero posté le 08-04-2008 à 21:16:00

Que de courage et de volonté dans ce récit et dans ta course!
Ceux que tu aime peuvent être fier de toi!
Bravo tu es magnifique, respect!!

Commentaire de chris78 posté le 09-04-2008 à 19:45:00

3h37 c'est super !! c'est vrai que la préparation au marathon et longue et moi aussi on m'a souvent reproché mon marathoncentrisme !! Mais c'est une aventure tellemnt super ! Bravo encore

Commentaire de _azerty posté le 10-04-2008 à 08:26:00

Hello Max

(Ah ah on ne te l'avais jamais faite celle là ...)

Tu as rencontré les kikouroux dans ce qu'ils savent faire le mieux , Aller au restau, et raconter des choses sérieuses !!!!

Si ce genre de RDV te tente, il y en aura d'autres bientôt, j'aperçois déjà les courses d'orientation du moins juin qui se profilent et les RDV qui vont avec.

Très heureux de t'avoir rencontré, et bravo pour ton marathon

Domi

Commentaire de NoNo l'esc@rgot posté le 10-04-2008 à 18:55:00

Joli récit, jolie course, joli chrono ...
Merci pour l'émotion que tu as bien voulu partager
avec nous. Je regrette tout à coup de ne pas avoir
plus discuter au resto avec toi, trop nombreux...
A une prochaine rencontre, sûrement

Bises - L'escargot

Commentaire de bigout66 posté le 14-04-2008 à 18:51:00

Bravo Hellaumax,

à la lecture de ton cr, j'imagine tout ce que pouvait représenter ce marathon.
Beaucoup d'émotions en lisant le début de ton cr et finalement le bonheur de l'avoir fini même dans la souffrance.
Comme quoi chacun court le marathon pour des raisons propres et personnelles, la tienne est vraiment très belle, merci de nous l'avoir fait partager.
Bravo pour ton temps et ton mental qui t'a permit de venir à bout de ton 2nd marathon et d'exploser ton record!!!

Au plaisir de te croiser ;-)

Commentaire de romano76 posté le 15-04-2008 à 18:01:00

Bravo, Max, ton récit est très touchant, c'est super d'avoir courru pour l'assoc, a 1de c4 peut etre avec les kikoureurs.

Commentaire de hagendaz posté le 15-04-2008 à 18:35:00

j' ai longtemps eu la même motivation, et puis...le temps passe.
tu as fais une très belle course apparemment bravo.
peut être à dimanche

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.17 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !