Récit de la course : Marathon de Paris 2013, par kikourkool

L'auteur : kikourkool

La course : Marathon de Paris

Date : 7/4/2013

Lieu : Paris 16 (Paris)

Affichage : 699 vues

Distance : 42.195km

Matos : Asics
BUFF KIKOU
Casquette KIKOU
Echarpe EQUIPE DE FRANCE CONTRE LE CANCER

Objectif : Terminer

20 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

201 autres récits :

JAMAIS DEUX SANS TROIS ?

Depuis mon enfance, j’ai toujours admiré (le mot n’est pas trop fort) les coureurs de Marathon. Pour leur dépassement d’eux-mêmes. Personnellement, je ne savais pas courir.

Mi 2010 ma balance commençant à souffrir lorsque je la croise, je décide de (re)faire du sport. Début JUIN 2010, j’attaque donc ma première sortie d’entraînement : 35 mn sans marcher ! Rapidement, je perds 8 kilos et je me décide à me préparer pour le semi Lourdes-Tarbes en Novembre 2010 avec un objectif de moins de 2 Heures. Objectif rempli avec 1 h 59mn 29 s.

Donc « logiquement » je pense Marathon. Pour joindre l’agréable à l’agréable, je choisis un marathon dans une capitale européenne et en Octobre 2011 pour me laisser le temps de me bien préparer. Las, 3 jours avant le départ pour BUDAPEST mon beau père décède et le marathon se courra sans moi. PREMIER ECHEC

Afin de rebondir, je m’inscris en suivant pour le Marathon de Rome en Mars 2012. Je coupe quelques semaines, le temps d’une curiethérapie pour soigner un cancer de la prostate qui ne me laissera aucune autre trace que celle de l’intervention. Je reprends mon entraînement fin Décembre et par un temps froid (jusqu’à – 12°, je cours le matin à jeun). Tout va bien mais un testicule me gêne et le verdict  tombe fin Février : CANCER ! Orchidectomie  (en Français : ablation) obligatoire ! Je demande au chirurgien si cela peut attendre après le 18 Mars et le Marathon de ROME. Il ne me croit pas sérieux sur le moment et très vite me fixe la date de l’intervention au 5 Mars ! J’irai à ROME quand même (mais pas pour courir le Marathon) nous faisons du tourisme, je mets le dossard,

                       

 Je me rends sur la ligne de départ et cours 4 kilomètres (ne le dites pas à mon médecin !) avant de rebrousser chemin afin de rejoindre mon épouse et nos amis comme convenu. DEUXIEME ECHEC

S’en suivra la nécessité de suivre une chimiothérapie de 2 fois 21 jours dont 5 en hospi. Chimio qui se terminera sur un choc septique sévère consécutif à une septicémie fin Juin. Pendant cette période je suis un assidu de KIKOUROU. Je m’étais imaginé qu’en fin d’année je pourrai courir un Marathon et j’hésitais même entre LE MANS (mes racines) et DRESDE (prétention ou méthode Coué ?). Je me contenterai de courir le semi Lourdes-Tarbes en battant (de plus d’une minute et demi) mon temps de 2010.

Mais c’est décidé, je m’inscris pour le Marathon de PARIS (mes enfants habitent la région Parisienne et si la malédiction se poursuit nous aurons, au moins, le plaisir de passer un week-end en famille).

Je suis mon plan d’entraînement à la lettre (juste une sortie ratée et une sortie remplacée par 1 heure de brasse !) trois trails en guise de sorties longues . Pourtant je sens que je ne suis pas aussi en forme qu’avant, la chimio est passée par là ! Je sais que mon objectif de moins de 4 heures ne sera pas au Rendez Vous, pire, j’envisage – pour la première fois – de ne pas voir l’arrivée, cette pensée ne m’avait jamais effleurée pour mes deux « premiers » Marathons.

Les dernières sorties sont pénibles, j’ai mal partout et l’idée de l’échec me taraude.

Vendredi, envol de Lourdes pour Paris, passage à Suresnes pour une visite privée puis ma fille nous emmène à Running Expo. Peu de monde et le dossard est récupéré rapidement, un petit tour des stands au cours duquel je salue Dominique CHAUVELIER  (Sarthois comme moi) avec de tels encouragements je vais péter le feu.

 

Vendredi soir, c’est la fête (sauf pour moi) à Argenteuil à l’occasion de l’anniversaire de ma fille (ma deuxième fille nous a rejoint et tous mes proches sont là).

Petite sortie Samedi matin avec mon gendre et balade l’après-midi puis direction l’hôtel que nous avons réservé près de l’Arc pour éviter un lever trop matinal dimanche. Dernier verre pour ne pas se coucher trop tôt.

Lever vers 6 heures un bol de café avec du Gatosport et direction l’Arc pour le rendez-vous des Kikous ou mon épouse m’a accompagné. Je vais pouvoir mettre des visages sur des noms, mais je suis déjà dans ma bulle et ne communique que très peu.

 

Après les photos direction le SAS de départ, j’entre dans le « parc » et décide afin de ne pas me laisser prendre par la gamberge de progresser vers le devant du SAS. Bien m’en a pris car je ne suis pas dans le bon SAS j’entre dans le bon SAS et continue ma progression vers le devant de celui-ci. J’aperçois le tas d’immondices qui jonche le sol devant nous ! Comment font les autres organisateurs de marathons ? Je « profite » des sanisettes pour satisfaire un besoin et constate que nous les hommes sommes privilégiés. Nous arrivons sous l’arche de départ, et je suis du côté droit qui sera le premier à s’élancer. Je serai donc parmi les premiers des 4 heures à partir. Je vérifie que mon écharpe est bien accrochée dans ma ceinture (j’ai peur de prendre froid !).

Bonne allure pour ce départ, puis rapidement je suis surpris de « tomber » si tôt sur les Kikous dont le bagnard que je salue à la Concorde. Déjà le premier ravitaillement s’annonce à la Bastille, j’avale mon premier gel et sans m’arrêter attrape une bouteille que je vide aux 3/4 ce premier ravitaillement se passe plutôt bien car c’est fluide.  J’ai dépassé ma plus longue distance sur un marathon ! ! ! Un coup d’œil sur ma montre et je m’aperçois que je vais trop vite et je me crie dessus de ralentir, je décide donc de lever la tête pour profiter du « paysage » et tempérer ainsi me ardeurs.  

 

Je continue de dérouler en appréciant le nombreux public et les diverses manifestations organisées tout au long du parcours.  J’aperçois une casquette Kikou quelques mètres devant moi, mais il accélère, tant pis, je ne prends pas le risque de le suivre. Voici le bois de Vincennes et son ravitaillement qui se passe comme le premier, découverte du château de Vincennes que je ne connaissais pas. 15ème kilomètres et un ravitaillement pris à la volée malgré que les conditions de glisse au sol soient limites. Et ensuite, une chose que je n’avais pas prévue, une forte émotion m’envahit, je suis au bord des larmes : Je me dis que je dois les garder pour l’arrivée et je vérifie que mon écharpe est toujours là.

Plus loin je rattrape des coureurs portant les couleurs de Laurette, je les félicite pour ce qu’ils font. Plus loin c’est un coureur de 81 ans que je dépasse, je prends le temps de me retourner pour lui faire part de mon admiration. C’est maintenant le ravitaillement des 20 kilomètres qui se profile j’avale mon gel et trouve que ce ravitaillement est bien éloigné et je l’apprécie grandement. Passage au semi en moins de 2 heures, c’est bon ça et même pas mal !

Ravitaillement des 25 kilomètres et je commence à sourire, au prochain ravitaillement la famille m’attend. Dans le tunnel je vise un coureur arborant les couleurs d’Endurance 72, j’échange avec lui de mon pays de naissance puis je cours sur le trottoir pour éviter la cohue et ses ralentissements.

Trocadéro, personne en vue, je me ravitaille et à la fin des tables, mes filles, mon gendre, mon épouse et mes deux petites filles sont là, je leur confie mes BUFF quelques bises et lorsque l’on me demande si ça va aller je réponds en frappant les mains de mes petites filles que ma « dope » est là, ce sera mon arrêt le plus long.

Je reprends ma course  mais ma pensée est bloquée sur ma rencontre furtive avec la famille, je double de nombreux coureurs et je pense donc que je suis bien. 34ème kilomètres, je me rends compte que je n’avais jamais couru autant de kilomètres, première victoire mais à nouveau cette poussée d’émotion que j’ai du mal à contenir. Je continue à découper ma course après le ravitaillement du 35ème et sais que dans 3 kilomètres j’ai rendez-vous avec les Kikous.

38ème je vois les encouragements des Kikous (mais ne peux les lire tous) maintenant direction les 40 kilomètres, je double toujours autant de coureurs (environ 3 000 places de gagnées entre le 25 et l’arrivée). Ravitaillement des 40 kilomètres, je sais désormais que je passerai l’arrivée (même à genou), je vérifie encore que mon écharpe est là.

42ème kilomètres, j’attrape mon écharpe (EQUIPE DE FRANCE CONTRE LE CANCER) et la tend à bout de bras jusqu’à l’arrivée, je coupe ma montre et je deviens un zombie. . .

 

Je viens de finir ce Marathon en 4 h 08 mn 38 s. Je cherche la sortie D où rendez-vous est donné avec ma famille mais   avant je dois récupérer le Poncho, le TeeShirt et la médaille, j’avale un peu d’eau et j’approche de la sortie D, ma famille est là mais la sortie est fermée et je dois aller jusqu’à la sortie G, je me rends compte que je n’ai même pas apprécié ces moments-là !

Je suis près de ma famille qui me demande si ça été dur, je réponds que le plus dur fut de gérer l’émotionnel et là les larmes montent, montent, je suis si heureux.

Je me change comme je peux un coup de lingette pour masquer les odeurs et nous rejoignons le métro pour récupérer la voiture et direction Argenteuil, pas de douche, direct le resto (il est plus que temps pour les petites). Puis ensuite douche et repos. Je ne réalise pas que je l’ai fait.

42 Kilomètres 195 mètres, je réalise enfin le chemin parcouru depuis Juin 2010, je n’ai plus d’admiration pour les marathoniens (ce serait du narcissisme) mais beaucoup de respect pour ce que cela représente.

Récupération et prochaine épreuve, le trail du Barétous chez l’ami LAULAU (un trail de 25 kms) dont tous les bénéfices iront à l'Institut pour le Développement de la Recherche en Pathologie Humaine et Thérapeutique de Talence (Gironde)

20 commentaires

Commentaire de Aiaccinu posté le 12-04-2013 à 14:00:35

Une leçon de vie et de persévérance, bravo marathonien !
Moi aussi de tout petit, je regardais les marathoniens avec admiration.
Jean-Noël

Commentaire de kikourkool posté le 13-04-2013 à 07:43:09

Jean Noël,
Tu as attendu moins longtemps que moi pour passer de l'autre coté de l'admiration.
Quel beau pays que le tien

Commentaire de bubulle posté le 12-04-2013 à 14:12:26

Eh, ça le fait bien, quand même, pour un premier. T'es quasi pile dans les temps de mon premier à moi, tiens. Et je parie que tu n'as qu'un envie : recommencer. Hop, y'a plus qu'à....je sais pas, moi, Toulouse fin octobre? :-)

Commentaire de kikourkool posté le 13-04-2013 à 07:36:43

Bubulle,

Oui, vivement le prochain ! mais ce ne sera pas Toulouse : Je ferai le Tour des Annapurnas au Népal (avec le sac à dos). Peut être une autre fois

Commentaire de diegodelavega posté le 12-04-2013 à 15:03:26

Bravo ... super combat à tous les niveaux. Je t'admire bcp plus que le vainqueur de l'épreuve tu peux me croire !!!

Commentaire de kikourkool posté le 13-04-2013 à 07:45:27

Non, le supplément de l'Equipe titrait :
38 690 vainqueurs
Eux ont raison, pour chacun il s'agit d'une victoire

Commentaire de Françoise 84 posté le 12-04-2013 à 16:58:37

Bravo à toi et merci pour ce récit qui fait plaisir à lire!! Maintenant que la "malédiction" est passée, tu vas pouvoir remettre ça!!

Commentaire de kikourkool posté le 13-04-2013 à 07:50:02

Françoise,
Les êtres humains sont parfois aussi forts que les animaux pour lutter contre le mal !
Sur ma fiche, figure parmi les rêves les plus fous la Diagonale des Fous que tu as déjà faite deux fois (tu ne peux pas m'en donner une - lol)

Commentaire de caro.s91 posté le 12-04-2013 à 18:44:48

Heureuse que tu aies vaincu la maladie et ainsi pu finir ton marathon comme tu l'espérais tant. Contente de t'avoir croisé lors de la photo des Kikous le matin à l'Arc de Triomphe, même si nous n'avons guère eu le temps d'échanger!
Caro

Commentaire de kikourkool posté le 13-04-2013 à 07:38:19

Caro,

Dur de quitter sa bulle en ces moments si importants pour nous.
Une autre fois,j'espère, nous aurons plus le loisir d'échanger.

Commentaire de PtitLudo posté le 12-04-2013 à 19:20:46

Eh bien avec Christelle, vous donnez 2 exemples formidables pour celles et ceux qui pourraient être conduits à perdre espoir avec ce fichu cancer. Bravo !

Sinon j'ai aussi vu Dominique Chauvelier dans le métro dimanche matin, en sortant de la rame à Franklin Roosevelt il a souhaité bon marathon à tout le monde à la cantonnade, très sympa.

Commentaire de kikourkool posté le 13-04-2013 à 07:52:51

J'ai quitté la Sarthe il y a plus de 25 ans mais il y reste encore de bonnes gens !
Sinon, c'est vrai que Dominique CHAUVELIER semble un type sympa

Commentaire de Miss bigorre posté le 12-04-2013 à 20:06:44

T'es au top mon papa.

Un warrior. Je t'aime

Commentaire de kikourkool posté le 13-04-2013 à 07:56:18

Bisous,
Bisous,
et
MERCI de votre soutien à tous les 4

Commentaire de RayaRun posté le 12-04-2013 à 21:44:02

Bravo, je me demande si le gars d endurance 72 que tu as rencontré, n est pas Arnaud du Mans qui logeais chez moi ce WE là. eh bien il est arrivé 20 mn après toi ! Merci pour ton CR !

Commentaire de kikourkool posté le 13-04-2013 à 07:54:52

Rayarun,
Je ne sais pas, un coureur plutôt trapu avec une chevelure qui ressemblait à la mienne après ma chimio !
Si c'est lui adresse lui mes amitiés mancelles et sportives

Commentaire de freddo90 posté le 13-04-2013 à 00:23:05

Bravo pour ce 1er marathon, et merci pour ce récit très touchant. J'espère aussi que maintenant tu apprécieras l'arrivée de ton prochain marathon ;-)

Commentaire de kikourkool posté le 13-04-2013 à 07:40:04

Freddo90,
Merci de ton message, j'ai "suivi" sur Kikourou ton rétablissement suite à ton accident.
Là aussi, un témoignage de courage.
Vive la CAP

Commentaire de desprez posté le 13-04-2013 à 08:59:40

Bravo pour ce récit plein d'émotions et bravo pour ta course et ta leçon de courage et de volonté !

Commentaire de Arclusaz posté le 11-05-2013 à 09:14:58

j'avais loupé ce CR: je le découvre seulement aujourd'hui.

Je ne peux que t'écrire toute mon admiration : la vie nous fait parfois des misères mais notre capacité de rebond est stupéfiante.
Bravo et merci.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.18 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !