Récit de la course : Marathon de Paris 2015, par BouBou27

L'auteur : BouBou27

La course : Marathon de Paris

Date : 12/4/2015

Lieu : Paris 16 (Paris)

Affichage : 547 vues

Distance : 42.195km

Matos : Asics Nimbus

Objectif : Faire un temps

2 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

199 autres récits :

Objectif reussi !

(je viens de m'inscrire sur le site, et j'avais écrit un CR pour la famille et les amis qui me suivent)

Le temps était vraiment idéal. Pas trop froid au départ ce qui permettait de n'avoir que maillot et short (et casquette, le soleil ayant été présent du début à la fin). Mais pour ceux qui ont fini en 4h30, avec un départ 30min après moi, ca tapait fort à 14h00).

Le départ des elites était à 8h45. Ensuite le sas des 3h à 8h47, 3h15 à 8h50 et le miens, 3h30 à 9h00. Comme j'était en fond de sas, j'ai passé la ligne à 9h09.

Les 5 premiers km, je ne les pas vu passer. Du monde partout au bord de la route. Je check dans les mains tendues des enfants. Je les fais en 4'45" de moyenne, 5" trop vite par rapport à mon plan de course. 
J'ai dépassé les 2 meneurs d’allure du 3h30, le premier dès le 1er kilomètre (il était juste devant moi), le second, il me semble que c'est au 5ème km (il est parti quelques minutes avant). Ce sont des gars bien au dessus du niveau requis qui courent avec un drapeau pour que ceux qui veulent faire l'objectif, le réussissent en le suivant. Ils encouragent et maîtrisent le rythme. Je n’ai pas voulu les suivre, pensant être au dessus, et voulant faire MA course et ne pas courir en groupe.

Il est conseillé de boire à tous les ravitaillements, alors que je bois quelques gorgés au premier ravitaillement (5ème km).

Au 6ème km, un "grosse" côte que je fais sans forcer (5'07").

Au 9ème km, on rentre dans le bois de Vincennes.

C'est toujours en légère monté du 7ème au 16ème kilomètre, et je tiens mon rythme de course de 4'50"/km. Je suis vraiment bien, observe le paysage, les spectateurs et les autres coureurs. Tous les km j'ai un encouragement envoyé sur runtastic et qui fait plaisir. Que du bonheur...
Du km 17 au 20, toujours dans le bois de Vincennes, ça descend pas mal. Je relâche la foulée pour profiter de la pente, sans forcer. Moyenne de 4'43"/km. Cool, les jambes sont toujours là, mal nul part, un moral en béton armé comme ma terrasse.

On retourne dans Paris, les spectateurs, rare dans le bois, deviennent plus nombreux.

Je passe la moitié de la course en 1h41'21". 4'48"/km, un peu trop rapide sur l’objectif (2"/km, ca compte). Il me reste 1h48 pour le 2nd pour finir avant 3h30.

Je prends de l'eau à tous les ravitaillements (tous les 5km) avec parfois 1/2 banane sans s’arrêter et en essayant de ne pas trop perdre de temps dans les bousculades occasionnées par les chassés croisés.

Je vois Anne au km 22. Coucou sans s’arrêter… C'est une promenade de santé.

Au km 24, on passe la Cathédrale Notre Dame, et je commence à avoir sérieusement mal au ventre. Il reste 18km à faire. Je ralenti un peu le rythme pour voir si ça passe. J’ai trop bu ? Pas assez ? Trop mangé ? Trop tard ? Le stress ? Impossible de le savoir…
Jusqu'au km 28, sur les quais de Seine, je passe en 5'01"/km. Je suis donc mon programme. C'est dur (surtout du fait du mal au ventre), mais c'est normal...

Au 29ème km, on entre dans le premier des 3 tunnels, le plus long (1 km). Dedans, il y a un boucan d’enfer, entre des coureurs qui crient, un stand de musique techno au milieu et la résonance de tout cela. Ma seule envie est de remonter à l'air libre le plus vite possible. De plus le GPS qui m'indiquait à l’oreille mon rythme tout les km est complètement perdu et me sort des trucs farfelus (heureusement, il me reste la montre que je déclenche manuellement tous les km).
A gauche, j’entre-aperçois la tour Eiffel, mais pas trop le courage de la regarder vraiment... Idem pour le Trocadero…

Le 30ème: Ça va de plus en plus mal... le rythme ralenti... J'essaye de me concentrer sur ma respiration : 5'14/km si je continue comme cela ca va passer tout juste, mais j'ai peur de ne pas pouvoir continuer à ce rythme encore 1 heure. 
Je commence à cogiter sec, à compter les kilomètres dans un sens, dans l'autre. A calculer les temps (et c’est dur les multiplications de minutes avec 30km dans les pattes).

km 31 : il faut que je fasse quelque chose... je décide de faire un arrêt au stand (pause pipi dans le jargon). Je mets quelques centaines de mètres avant de trouver un endroit propice. 6'00" pour le km 31. 1 minute de perdu. J'espère que ca va améliorer les choses, mais en fait, non. Toujours aussi mal au ventre.

km 32 : 5'11" dans les temps, mais avec l'escale technique, la marge se réduit de plus en plus. En fait, il n'y en a plus : je dois faire 5'10" sur les 10 dernier km pour finir avant 3h30.
On rentre dans le bois de Boulogne avec quelques bonnes côtes. Il faut tenir coûte que coûte. Il reste 10km soit 50 minutes à tenir.

km 33: 5'09". ca va, tout va bien, je suis le meilleur... non, bon, la méthode Coué ne fonctionne pas trop... Les encouragements de runtastic ne font plus trop leurs effets (merci quand même !): j’enlève l'écouteur pour me concentrer en mode introspection. Pour l’instant aucune vrai douleur autre que le ventre. C’est déjà bien.

Au 33ème km, il y a de symboliser le fameux « mur » physiologique qu’il est difficile de franchir. Je me demande si je suis en plein dedans (où est la sortie ?) ou si je n’y suis pas encore (et là, ça serait le drame…).

km 34: 5'28". Merde pas bon ça (le mur ?). Le moral au fond des chaussettes (pourtant Schneider Electric Marathon Paris...). Je me relance un peu...

km 35: 5’19". Mieux, mais 27s de perdu en 2km. Et il en reste 7… à faire en 5’07" pour réussir… impossible...

Juste après le ravitaillement, j'entends une voix dernière moi qui se rapproche : le 1er meneur d'allure à 3h30, suivi par un bon groupe d’environ 50 coureurs. Si il me dépasse maintenant, c'est mort... Je vais chercher et trouve les ressources pour prendre sa trace. Purée, il court vite... mais je m'accroche à ses chaussures.

Pendant 5 interminables kilomètres je vais le suivre. Littéralement m'accrocher à son short. Ne surtout pas le lâcher d’une semelle. Le coller aux basques. Bref, vous m’avez compris. 
J’écoute ses encouragements. Il parle tout le temps... pour que ceux qui comme moi se font rattraper pour qu’ils se raccrochent au train et pour ceux qui sont derrière lui pour continuer à le suivre. Il dit que nous avons plus de ressources que l'on croit. Comme j'arrive à le suivre, il doit avoir raison. Mais purée que c’est dur. J’ai l’impression de faire du 4’15", comme pour faire un 10km à fond la caisse. Il me (nous...) fait passer une grosse bosse km 36 ("allez, on faiblit pas", "collez à mes fesses", "un dernier effort"…).
Sur ces 5km, il nous entraîne à un rythme très régulier de 4'53". 30" plus vite que si j'étais resté tout seul !!
De plus en plus de coureurs marchent ou ralentissent au milieu. Avec la chaussé étroite, il est vraiment difficile de garder la lucidité pour naviguer et ne pas se faire mettre en boite. Ça se bouscule un peu pour rester derrière le meneur d'allure qui lui se faufile dans chaque intervalle.

Au 40ème, le meneur ne ralenti pas pour le ravitaillement. Je sens que les 2,2 derniers km ne pourront pas se faire sans boire. Je décide de le lâcher sachant que maintenant, j'ai de la marge (je lui ferais bien un bisous…). Avec l’avance pris durant ces 5 derniers km, ca passera encore si je fais 5'40"/km. Largement dans mes cordes.

km 41: 5'24". Pas trop mal surtout avec le ravito et ça grimpe jusqu'à la fin (pas très sympa). C'est dur, je relance tout le temps. Je vois la flamme du meneur d'allure 100m devant moi. Concentration sur la respiration pour ne pas trop faire monter la cardio, sur le balancier des bras pour aider, sur le coup de pied pour pousser en fin de foulée.

km 42: 5'13". Pas mal. Je vérifie le temps a la montre : 3h28'10". Il reste 200m à faire, mais pas d’euphorie…
On sort du bois. La route s’élargie.
Au rond point de la porte Dauphine une bonne crampe se déclenche à une cuisse (gauche, je crois). Pas question de s’arrêter maintenant. Je cours dessus en boitillant un peu, mais sans réduire l'allure.
Enfin la ligne d'arrivée.

Je n'ai même pas la lucidité de lever les bras ou la tête pour la photo finish. Juste pour arrêter la montre (3h29 ! YES) et l'iPhone.
Une fois la ligne passé, on me donne un poncho, le t-shirt du finisher (d’un joli orange fluo) et la médaille, mais tout ce que je veux, c'est de l'eau... J'arrive à avancer pour récupérer une bouteille, l'avale. Emilie me félicite au téléphone. Ma vue commence à se brouiller. Tout devient surexposé... La tête qui tourne. Je m'accroupi quelques instants, mais mes jambes se rappellent à moi. Pas la bonne position. J'avance encore un peu en attrapant une nouvelle bouteille pour prendre un peu de solide (une banane) et pars sur le coté pour ne pas gêner. Je vois plein de monde assis, allonger, sur le dos, sur le ventre, ... Ayant toujours la tête qui tourne, je les imite. En m'asseyant, de grosses crampes un peu partout (surtout aux adducteurs). J'enfile le poncho remis à l'arrivée pour ne pas avoir froid, m'allonge pour trouver une position ou j'ai moins mal (sur le coté) et attends que ça passe (pas possible de s'étirer sans que d'autres crampes apparaissent...), en commençant à lire les commentaires (merci Merci MERCI) et envoyer des photos sur FB...
Je reste là bien 10 min sans bouger. 2/3 personnes me demandent si ça va. Ça va !

Le rythme réalisé km par km:

Une fois les crampes et l'étourdissement passés, je m’assois et discute avec mon voisin. J'arrive à me relever et à marcher sans trop de problème.

Je vais au stand Schneider pour récupérer mon sac et quelques forces. Je suis accueilli par des applaudissements de l'équipe du stand (merci a eux). Je reprends quelques trucs à manger, m'assois par terre à coté d'un Anglais qui en ait à son 28ème marathon. Ce qui est sympa, c'est que tout le monde se parle (mais avec un seul sujet de conversation !).
Voilà... c'est ça un marathon, MON marathon. Je ne me souvenais plus (le cerveau est bien fait !) que c'était aussi dur physiquement et surtout mentalement. J’avais posté trop de truc sur Facebook pour pouvoir abandonner incognito.

Je suis super content d'avoir réussi mon objectif. Heureusement que le meneur d’allure était là au bon endroit au bon moment. Il m’a bien aidé, mais c’est quand même avec mes jambes que j’ai couru ! Pour faire mieux, il aurait fallu beaucoup plus d’entrainement…

De plus aucun bobo. Pas même une ampoule. Juste un ongle et le tendon d’Achille gauche un peu douloureux. Et un léger coup de soleil dans la nuque (heureusement que j'avais pris la casquette).

Ce matin pas trop de courbatures, mais demain risque d’être plus difficile.

2 commentaires

Commentaire de Laurent V posté le 01-04-2016 à 14:17:15

Bravo pour ta course et pour ce superbe texte. A J-2 de mon premier Marathon de Paris (et le 2ème de ma vie), il me donne plein de motivation (et réveille certaines craintes aussi).

Commentaire de BouBou27 posté le 01-04-2016 à 14:30:47

Merci Laurent ! Cela me permet a moi aussi de me replonger dans mon récit et me rappeler mes moments de doute... Je suis aussi au MdP dans 2 jours !
Il faut juste savoir que nous en avons plus sous la semelle que l'on croit !

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.16 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !