Récit de la course : Marathon de Paris 2009, par catherine82

L'auteur : catherine82

La course : Marathon de Paris

Date : 5/4/2009

Lieu : Paris 16 (Paris)

Affichage : 1049 vues

Distance : 42.195km

Objectif : Pas d'objectif

6 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

208 autres récits :

Mon marathon de Paris

J-7, grande forme. Petite séance d'entraînement de 30 min; 30 min, ça me paraît trop court, mais bon, je respecte à la lettre le plan d'entraînement comme depuis le début. Je me sens bien, prête. J'ai hâte d'y être, vraiment. J'espère y rencontrer des personnes que je connait à travers le site Kikourou, certains seront dans le même sas de départ que moi, ça me rassure, je ne sais pas bien pourquoi.

Côté alimentation, je fais attention à l'équilibre, à manger assez de glucides.

Les enfants sont aussi impatients de partir; pour eux c'est aussi un événement, ils vont à Paris pour la première fois et en train en plus !


Mardi :

bien dormi, j'ai prévu une matinée tranquille à la maison et un footing en bord de mer l'après midi.


Jeudi : journée détente, avec une superbe balade sur la presqu'ile de Rhuys, seule avec ma motivation, mon envie d'y être. Sur la plage, j'écoute les musiques de mon MP3, pour voir si elles me conviennent bien quand j'en aurai besoin dimanche... car je le sais déjà, sans doute qu'après une trentaine de kilomètres que je pourrai avoir besoin d'un peu de poprock pour me booster !


Vendredi, J-2

aie, aie !!! on y est presque ! Toute la semaine, j'avais hate d'y être; mais là, j'aimerai que le temps ralentisse!

C'est l'effervescence à la maison, le départ pour PARIS !

Les bagages sont prêts, nous partons à midi pour la gare, direction PARIS !

Nous prenons le train à Rennes à 15h. Les enfants sont très excités, c'est leur premier voyage vers la capitale. Je sais qu'ils sont bien plus excités à l'idée d'aller à disney land qu'au marathon, mais bon, suis heureuse qu'on soit tous ensemble pour ce moment que j'attend depuis des mois.

Arrivés à Paris à 17h15, on prend possession de l'appartement qu'on a réservé,  situé rue de la Boëtie, pour visiter Paris c'est idéal. On mange vite un morceau et on file au théatre Mogador pour assister au spectacle Le Roi Lion. Un mot : superbe !

On traine pas pour rentrer mais il sera tout de même minuit et demi quand je me couche : pas sérieux.

 

J-1

Je me lève  à 7h pour participer à la course du petit déjeuner orgnanisée par l'UNESCO. Un parcours de 5 kms (petit échauffement) dans Paris, ambiance conviviale. Beaucoup de marathoniens accompagnés de leur famille. En tête de course, des porteurs de drapeau de tous les pays. C'est vraiment sympa. A l'arrivée, un petit déjeuner nous ai servi.

Je rejoins ensuite ma petite famille et nous filons au marathon expo pour le retrait de mon dossart. Y a du monde, mais c'est pas la cohue comme on le craignait. Les enfants sont contents, ya distribution de barbe à papa !

 photo devant le compte à rebours :

plus que 20h

je commence à réaliser...

Nous avons prévu de nous balader l'après midi. Il fait beau; la balade est sympa, mais je ne me sens pas très bien. J'ai mal partout, surtout mal aux jambes et je me sens anormalement fatiguée. Sylvain me dit que c'est psychosomatique; je le crois car jusqu'à présent j'avais vraiment la pêche, mais tout de même, j'ai les boules. Et je gamberge... et si je galerrai demain? on rentre tôt à l'appart, je m'allonge et je m'endors ! ça ne me ressemble pas du tout. Encore plus les boules.

Les enfants me réveille à 19h, c'est l'heure de l'apéro. Jus d'orange pour moi, et je les regarde manger le saucisson, je resterai fidèle au régime jusqu'au bout ! On sort sur les champs elysées pour manger. ya du monde ! Le plat de pâtes n'est pas donné ! J'essaie de penser à autre chose qu'au lendemain, mais je ne me sens toujours pas mieux, en plus j'ai froid.

non vraiment ça promet !

Je me couche à 22h,  pour les folles nuits parisiennes on verra une autre fois.

Sylvain me rassure. ça ira mieux demain...

 

Dimanche 5 avril 2009

Réveil à 6h00. Je ne repense pas à mon état de la veille.

Je vais courir le marathon, je me suis préparée pour ça, je suis venue pour le courir, ya pas d'embrouille, tout va bien se passer.

Je quitte l'appart à 7h15 et me rend tranquillement à pied sur les Champs Elysée. Il fait frais en short ! Je croise des jeunes qui sortent de boite.

Je veux repérer mon sas de départ puis aller sous l'Arc de Triomphe où un rendez vous des kikoureurs est prévu. Y a déjà pas mal de monde. Je passe devant les toilettes et vu la file d'attente je me dis que ce serait une bonne idée d'y aller tout de suite. J'ai eu raison. Une demi heure de queue ! Je papotte gentillement avec deux femmes pour patienter.

A mon grand regret je rate le rendez vous des Kikoureurs, c'était l'occasion de rencontrer Gilles avec qui je communique depuis plus d'un an sur le net.

Vu la foule, je préfère rejoindre le sas de départ. Il est 8H15. Je n'ai pas très chaud malgré le beau puncho qu'on nous a distribué ! Je sautille sur place et écoute les commentaires du speaker. Peu à peu, je me rend compte où je me suis; la pression monte un peu, mais surtout le plaisir, le plaisir d'être là.

On est 40000, mais pour le coup, je me sens un peu seule. J'aurai bien aimé avoir une connaissance pour discuter et patienter ! Y a bien Cédric, quelque part...mais il est deux sas devant moi, pas de chance de le voir!


8H45, Le speaker annonce le départ. Nous mettrons 10 min à marcher pour rejoindre la ligne de départ. Du coup, je prend le temps de répondre à quelques textos d'encouragements (encore merci à tous!)

En passant la ligne, je met mon GPS en route.

Ça y est, j'y suis, c'est parti. Même pas peur, je suis super contente.

Malgré la foule, on prend le rythme rapidement, à l'unissons.

Paris est à nous, c'est génial. On est parti pour une grande balade, sous le soleil, dans une ville superbe !

J'ai prévu mes premiers ravitaillements afin d'éviter les ravitos du 5è et 10ème kms car on m'a dit que ça bouchonnait dur.

En effet! je suis de toute façon obligée de m'arreter, comme tout le monde. Un vrai embouteillage. Décidément, même en courant il est difficile de circuler dans paris ! Ça redémarre au bout de 2min.


L'allure est ensuite difficile à tenir à cause de la foule des coureurs.

On est tout de même dans les temps, j'aperçois au loin devant le meneur d'allure, je lui fais confiance.

Je voudrai me détendre, mais je n'y arrive pas. Les 15 premiers kms vont être perturvés par des doutes, des douleurs qui apparaissent puis disparaissent. Ça m'agace; Faut que j'arrête de cogiter, faut que je pense à autre chose qu'à ce mollet gauche, ce tibia droit, cet échauffement à l'orteil gauche.... allez Catherine, réalise où tu es, toi qui n'est pas douillette, tu ne vas pas t'arrêter là dessus ! Tu es à Paris, 3 mois d'entraînements, 4 séances par semaine, tous les apéros que tu n'as pas bu...

Au 18ème, je prend un tube énergétique, ça me donne un coup de fouet.

Puis, c'est l'état de grâce, une pêche d'enfer.

Je me sens super bien,

J'arrive à la hauteur du meneur d'allure. Je décide de le passer, de courir au feeling; On verra bien. Je passe plein de coureurs, je me sens vraiment bien et les kms défilent. Bon sens, que c'est bon d'être là !

Vers le 21ème j'appelle Sylvain pour le rassurer. Il m'informe qu'ils seront au 30ème pour m'encourager; chouette !

En attendant, je prend pour moi tous les encouragements des spectateurs. Merci l'organisatation d'avoir inscrit nos prénoms sur nos dossarts. Certains scandent ainsi mon prénom. Allez Catherine, Allez Catherine, C'est génial. J'ai la banane!

 

 


Sous le tunnel, je lis mes textos, ça me fait du bien.

Bientôt le 30ème et toujours la pêche. Attention tout de même, je sais que je peux avoir un coup de barre comme certains que je double. Je les encourage.

La petite famille est bien là. Quel plaisir de les voir. (Sylvain regrette que je sois passée trop vite pour la photo!)


En attendant le départ, je m'étais dit un instant que j'enviais presque ceux pour qui c'était le premier marathon, car on dit que le premier est très spécial.

 Non, chaque marathon est unique, et je suis pleinement heureuse de vivre des sensations comme celles ci. Je ne suis pas sure de pouvoir faire partager tout ça.

Après le 35ème, je sens mes genoux, enfin, je sens bien que les jambes n'ont plus la même fraicheur. Mais il ne reste plus que 7 kms après tout. Je vais y arriver, j'en suis sure.

Et je me dis, que même si des crampes me forçaient à m'arrêter, dans mon esprit je l'aurai fait mon marathon, oui c'est ça, je ne le vivrai pas comme un échec.

Avec toujours le sourire, le plaisir d'être là, je passe devant tous ces spectateurs qui encouragent encore et encore.

Km 40, yes ! J'accélère un peu. Je ne regarde pas le chrono, je pense être dans mon timing, mais je m'en fou presque car les sensations que j'étais venue chercher à Paris, je les ai bel et bien trouvées.

Le dernier km, j'ai l'impression de survoler l'asphalte, portée par la foule de spectateurs; je l'ai dit, j'ai pris tous les encouragements pour moi. La ligne d'arrivée, j'arrête mon chrono : 3H56min37sec. Yes !

J'aimerai vite retrouver la famille et les prendre dans mes bras!

Pour ça il va falloir attendre... quelle foule ! J'avais presque oublié qu'on étais si nombreux.

Je reçois ma médaille au passage, je prend mon ravitaillement, puis je piétine vers la sortie.

Je mettrai bien 30 min avant de les retrouver.

30 min, c'est le temps qu'il faut pour redescendre.

Et voilà, ça fait 3 mois que je me prépare et c'est fini. Déjà. Personne ne me croira, mais j'aurai bien aimé que le dernier kilomètre dure un peu plus longtemps. Non, vaut mieux pas que je le dise ça, personne ne me croira.

L'arrivée, c'est un grand soulagement biensûr, un délicieux moment qui valide l'objectif. C'est aussi, après quelques secondes, la sensation d'un vide naissant.

Ce marathon fini appelle déjà un autre challenge.



Merci encore à Sylvain, toujours là pour me soutenir. Merci à tous ceux qui savent combien courir est important pour moi et qui m'ont envoyé leurs encouragements. Et merci à tous les marathoniens pour ces beaux moments partagés.


6 commentaires

Commentaire de hagendaz posté le 24-04-2009 à 07:39:00

bravo à toi, bonne récup
quel est ton "nouveau challenge"?

Commentaire de Francois dArras posté le 24-04-2009 à 08:32:00

Bravo.
Même si tous les Cr se ressemblent un peu, chacun apporte son émotion. Merci de partager cela.

Commentaire de Astro(phytum) posté le 24-04-2009 à 08:54:00


bravo pour ton marathon , malgré les sensations de veille tu t'en tire très bien

dommage que tu ai loupé le RdV de kikous pour la photo

Commentaire de Le kenyan blanc posté le 24-04-2009 à 13:46:00

Félicitation pour ton second marathon! Prochain objectif?
Beau cr, ca m' a rappelé mon 1er marathon.
Repose toi bien!

Commentaire de domdom g posté le 24-04-2009 à 14:55:00

bravo!catherine pour ton marathon

Commentaire de JLW posté le 24-04-2009 à 21:53:00

"Au 18ème, je prend un tube énergétique, ça me donne un coup de fouet."

C'était quelle marque ce coup de fouet ? Il avait l'air magique !

Bravo pour ton marathon et toute l'ambiance autour que tu décris si bien.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.18 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !