Récit de la course : Courmayeur - Champex - Chamonix 2017, par hippodu74

L'auteur : hippodu74

La course : Courmayeur - Champex - Chamonix

Date : 1/9/2017

Lieu : Courmayeur (Italie)

Affichage : 712 vues

Distance : 101km

Objectif : Terminer

4 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

133 autres récits :

Comme C'est Chouette

er récit ; 1er ultra…

Les Houches : 5h00 j’enlève l’alarme de mon réveil… Je me pointe dans la partie petit déjeuner de l’hôtel en essayant de ne pas trop faire de bruit. Mange mon plat de pâtes, salade de fruits et autres, mais l’esprit est déjà ailleurs… Hop j’enfile mes affaires avec un peu de pression et la banane, tellement content d’être là, à ce moment-là ; après tant d’entrainement et de sacrifices…

Je grimpe dans une navette à 6h45, ça parle un peu dans toutes les langues dans le bus… C’est cool, sauf le temps côté Chamonix, nous passons le tunnel, et là surprise, ciel bleu. J’arrive et me cale tranquillement dans un gymnase et essaye de me poser, mais trop envie d’être sur la ligne, et d’en découdre. Je file vers la ligne et discute avec mon anglais plus qu’approximatif, avec un vénézuélien.

Je pars dans la 3ème vague, et je me retrouve quant même un peu en fin de peloton. Mon objectif ; la finir, et dans un deuxième temps, je voulais essayer moins de 23h ; mais n’ayant aucun outil de comparaison avec un ultra, le but est vraiment de la finir.

 

Les deux premières vagues partent… Bientôt la nôtre. J’ai oublié d’allumer ma montre… Ou-ai’ je la tête, la musique retentie, la chair de poule, l’émotion est là… Et hop nous partons.

 

 

Courmayeur – tête de la tronche : 3h18 – 2058ème  (10.27 km et 1430m d+)

Je pars tranquillement dans les rues de la ville, et savoure avec  tout ce public… Les cloches sonnent, les premières pente sont là sur le bitume, et je me mets à marcher… Arrivent les premiers bouchons, du coup je profite du panorama sur le val d’aoste… là un bon arrêt vers le milieu de la montée, et là surprise, je vois un serre fille derrière moi ! Il voit ma stupeur et on discute un peu ensemble, et me dit que je n’ai pas de soucis à me faire la course est longue. Je lui dis ouais quand même, je préfère vous voir loin derrière moiJ. Et là, je fulmine contre moi, et me dis et ouais, tu es pas dans ta course, tu discutes avec tout le monde prends des photos, tu te traines… Du coup, à la moindre occasion je double qques personnes, et encore des bouchons jusqu’au sommet…

 

 

Bref arrivé au sommet je regarde ma montre et je vois que j’ai déjà 28 min de retard sur mon plan grrr !!!! Mais je me dis, au moins tu es parti tranquille et tu t’es pas grillé dans cette première montée et ne t’énerve pas, et essaye de pas partir comme un fou après ce sommet …

 

Tête de la tronche – refuge Bertone 3h54 1991ème (-67 places) (14.5 km et 1460 d+)

Hop, le sommet passé, je ne m’attarde pas au sommet, et prends les jambes à mon cou, et voilà je file, je cours, là je prends plaisir, regarde à droite et à gauche, profite du panorama, qu’est-ce que c’est beau, je suis comme un enfant devant une idole, émerveillé … je double quelques personnes et nous arrivons vite au refuge. Je m’y arrête 2min pour remplir mes flasques, un tuc et qques fruits, et ça repart…

 

Refuge Bertone – refuge Bonatti 5h10 1863ème (- 128 places) (22km et 1795 d+)

 

J’ai adoré cette portion entre les deux refuges, j’ai bien pu courir et doublé des personnes qui marchait déjà sur certaines portions qui me semble roulantes. Et là je me dis merci les bouchons, je me sens bien, profite du paysage… discute avec qques traileurs. Je suis bien…

Refuge bonatti – Arnouvaz 6h07 1778ème (-85 places) (27 km et 1850 d+)

Pareil, bonne portion, avec un peu de descente sur la fin, le terrain est plutôt sec et en profites pour descendre à fond, arrivé au ravito, j’en profite pour prendre une petite soupe qui fait du bien, remplis mes flasques et repart à l’assaut du grand col ferret… j’ai dû m’arrêter 7-8 min.

 

Arnouvaz-Grand col ferret 7h35 1651 (-127 places) (31.4 km et 2605 d+)

J’attaque ce col confiant, et en pleine forme et j’y vais. Je ne suis pas un grand grimpeur mais j’y vais… je double sur le plat au début, et suis le rythme du gars devant qui monte bien. Il s’arrête pour mettre sa veste. C’est vrai qu’au fil de la montée le brouillard s’intensifie et le vent et le froid aussi, je m’arrête aussi sur le côté et enfile ma veste. Du coup je monte à fond car je commence à avoir froid et me dis plus vite je serais en haut, plus vite je redescends et j’aurais moins froid. Du coup j’y vais vraiment à fond, un peu trop…

 

 

Grand col ferret – La Fouly 8h59 1632ème (-19 places) (41 km et 2803 d+)

Je bascule de l’autre côté du col et entame la descente comme j’ai finis le col ; à fond… Sur mon profil, j’ai vu que c’était une longue descente jusqu’à la fouly, du coup je ne me pose pas de question. Là un petit coup de cul, et encore un, et là coup de mou, bien fait pour moi grrr, j’ai du mal dans les petites bosses, et sur les quelques plats jusqu’au ravito, ou je dois croiser mon bof et mon frère pour l’assistance… je les vois à l’entrée du ravito, leur donne les pass pour l’assistance. Il m’explique qu’ils se sont trompés de « fouly » lol, je mange un bon bol de soupe, un deuxième et ça repart. Avec quelques petits morceaux de pain et de fromage… ça m’a fait du bien au moral de les voir, ça ma regonflé à bloc…

 

Je repars avec eux sur le bitume, ils sont garés un peu plus loin, on discute, ça fait du bien…

La fouly – Champex lac 11h10 1440 ème (-192 places) (55 km et 3300 d+)

On m’avait prévenu, essayer d’arriver encore frais à champex ; la course commence à Champex… sur les cr des kikous que j’ai lu et relu aussi. Je cours, je suis bien, je profite de la descente pour doubler des gens, j’allume la frontale dans les bois, ça commence à faire sombre. J’arrive à la fin de la route, on prend un chemin sur la gauche, et ça monte, ça monte jusqu’au ravito en fait, mais je ne la voyais pas aussi dur cette petite bosse. J’attaque la montée « à fond » genre 4-5 km/hJ. Je vois qqun dans le noir, ah mon frangin, on fait la montée ensemble et croise mon bo frère un peu plus haut, mon frère s’en ai mis une dans la descente lol. On rigole, on plaisante. Dès que je double qqun, il double aussi, et m’escorte, on dirait des gardes du corp… trop la classe. J’arrive au ravito, que de mondes, que de bruits …. Berk quelle horeure. Je trouve un banc, m’assieds, voit mon frangin, et je lui demande s’il peut me prendre de la soupe, et de quoi manger… j’en profite, je me sèche, Me change entièrement pour la nuit. Mon frere arrive, je mange et plaisante avec eux. J’ai ma femme au téléphone (elle a pas pu m’accompagner, enceinte au 8ème mois) elle est contente que tt se passe bien, me dit que notre fille n’arrête pas de lui taper le ventre, comme pour m’encourager J.

Je repars du ravito bien changer, il pleut averse, le coup au moral... Pas grave, je fais demi-tour enfile mon pantalon imperméable, et repars d’ici, je ne voulais pas m’éterniser ici, mais que le temps passe vite 40 min d’arrêt…

 

 

Champex lac – la giète 14h30 1321ème (-119 places) (66.4km et 4220 d+)

Je sors du ravito, fais tomber mon gobelet, un passant me le remet et me dit bon courage avec un regard un peu inquiet. Je lui remercie, et lui dit, ça va le faire !!! je me sent bien… nous longeons le lac, et me dit que ça doit être sympa là en été avec du soleil, là je vois rien il fait noir. Nous attaquons une petite descente, je lève la tête et voit des frontales sur ma droite, ah ouais !!! Petit coup au moral, vas à ton rythme… je monte et discute avec un mec du salève trail, un voisin, on papote, on se trempe les pieds, un ruisseau est sorti de son lit. Pas grave, certaines portions sont durs, et du coup il avance mieux que moi, je le laisse partir, je ne vais pas me griller. Je le recroise dans la montée avec un sandwich, je ne l’attend pas, je me dis qu’il me reprendra dans la côte. Au final la montée se passe bien, la descente un peu moins.

 

La giète – Trient 15h41 1296ème (-25 places) (71km et 4296 d+)

Je sors du ravito, j’oublie d’allumer ma frontale, la descente est bien grasse. Je ne prends pas de plaisir dans cette descente, dans aucune en fait à partir de la Fouly… des gens tombent devant, derrière, je me dis, fais gaffe, tu es bien, ça serait con d’abandonner car tu es tombé et tu t’es fait mal… je vois Trient d’en haut, cool, ça va être vite là. Nous finissons par un champ à vache, enfin un champ de bataille… Je manque de tomber à chaque foulée … j’arrive au ravito ou je vois mes acolytes. Je croise un supporter à fond dans la course qui fait signe que c’est dans la tête, je le regarde et lui fais signe oui de la tête, je suis ok avec lui… ça va se jouer au mental. Petite soupe et qques morceaux de fromages avec mes suiveurs, je suis bien. Il me dise tu n’arrêtes pas de reprendre du monde, il me montre, mais je ne pensais pas autant, ça me galvaniseJ.

 

Trient – Les Tseppes 17h13 1195ème (- 101places) (74,6 km et 4976 d+)

 

Pareil, je ressors du ravito et coup au moral en voyant les frontales, on se croirait à la saintélyon. Je me en mode zombie, je monte, ne pense à rien. Je croise un Brésilien, assis sur un rocher les mains sur sa tête, l’air cuit. Je lui pose des questions, si ça va, aucune réponse à toutes mes sollicitations, je lui fais une petite tape sur l’épaule, et je repars. Je me dis que c’est fini pour lui. J’entends au loin des gens poser les mêmes questions, et aucune réponses… ça continue de monter, ça commence à piquer les jambes, mais ça va. Je m’étonne à doubler autant… je ne suis pas  un super grimpeur.

 

Les tseppes – Vallorcine 19h05 1218ème (+ 23 places) (82km et 5143 d+)

La descente, quelle horreur, en file indienne, impossible de doubler, enfin j’en ai pas l’intention, tellement c’est casse gueule, ça tombe devant et derrière moi… Je ne prends aucun risque. Aucun plaisir dans cette descente… j’arrive à Vallorcine un peu cuit, mais content, je me dis que c’est gagné, je serais finisher !!!! je revois mes suiveurs, petites soupes, et ca repart…

 

 

Vallorcine – col des montets 1095ème 20h14 (-123 places) (85 km et 5332d+)

Je sors du ravito, j’arrive à bien courir sur cette portion, et dès que ça monte un peu, je marche à bonne allure, et je suis bien, j’avance bien et je double pas mal de monde… je me dis aller plus que 700d+ ça va aller vite…

 

Col des montets – La Flégère 1142ème 22h28 ( +47 places) (93km et 6100d+)

 

Quelle horreur cette montée… je monte à un bon rythme au début, vois un panneau flegere 1h00. Je me dis allez cool en gros dans 40-45 min, je suis en haut… je monte à un bon rythme, et emmène avec moi 5-6 gars. Le rythme semble leur allé, alors j’y vais. 1 ou 2 personnes n’ont pas suivi le rythme endiablé (lol). Je prends un coup au moral quand on redescend, du coup je laisse passer le groupe, aucun merci, double coup au moral, grrr et là je vois un panneau flegere 1h40- boum troisième coup de couteau … Bon bah de toute façon je n’ai pas le choix, je monte pas au même rythme, je suis cuit moralement, et physiquement. Nous sortons du bois, et aperçois la flegere, et hop ça va mieux, je monte mieux et double 3-4 personnes…

 

La flégère- Chamonix 1096ème 23h34 (- 46 places) (101 km et 6100 d+)

 

Je passe le ravito, un bénévole me dit thé, café ? Non je prends un sucre et lui dit avec un large sourire, Non l’arrivée Mr, il me dit bonne descente, mais je suis déjà parti et j’attaque la descente… on passe dans le sous-bois, je double encore, je manque de m’en prendre une à cause d’une bonne souche, et elle m’a bien fait mal, je redescends sur terre, et je prends plus mon temps, et je fais un peu plus attention… j’arrive sur du bitume, croise mes acolytes, et on fait le dernier km ensemble, on discute, je savoure, les remercie et leur dis que sans eux, je ne pense pas que je serais allé au bout… on arrive dans chamonix, je leur demande s’il y a qqun derrière, il me dise oui, j’accélère et je finis par garder ma place. Je savoure ces derniers instants, un peu tristes que ça soit finis, mais tellement fiers et contents d’en finir, je passe sous l’arche. Ma femme me saute dessus, fière de moi, la pauvre, elle a les traits fatigué aussi, à passer la nuit sur son téléphone pour voir mes passages…

Je suis finisher de mon 1er ultra, et pas le dernier.

 

 

 

 

 

 

 

4 commentaires

Commentaire de runner74 posté le 12-09-2017 à 11:20:02

Félicitation à toi quel joli récit!! C'est toujours impressionnant pour les débutant comme moi de lire des récit d'ultra.

J'adore le passage à la sortie de Vallorcine "Je sors du ravito, j’arrive à bien courir sur cette portion, et dès que ça monte un peu, je marche à bonne allure, et je suis bien, j’avance bien et je double pas mal de monde"
Après 85 km il faut me porter et toi tu repars facile bravo!

Commentaire de hippodu74 posté le 12-09-2017 à 18:04:55

Merci beaucoup. j'ai essayé de retranscrire au mieux mon état pendant la course. Après coup, je me demande si je suis pas parti trop vite de vallorcine, car j'ai vraiment galérer dans la dernière bosse... Ça me servira de leçon pour les prochaines :-)

Commentaire de Caudey74 posté le 16-09-2017 à 10:36:28

Merci pour ce récit ; le termine pour ma part en 24h00 ! C'est amusant de lire tes impressions sachant que nous étions pas loin l'un de l'autre !
La dernière montée est en effet pénible et personne ne l'avait sur sa RoadMap ; le parcours ayant été détourné... au final j'avais 104 km à ma montre !

Commentaire de Shoto posté le 15-01-2018 à 18:58:47

Sympa ton récit. Le tirage au sort me permet d être sur la ligne de depart de la CCC 2018. Merci pour ton ressenti et tes précisions qui vont me permettre de bien preparer cette belle course. :-)

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.19 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !