Récit de la course : Courmayeur - Champex - Chamonix 2010, par Land Kikour

L'auteur : Land Kikour

La course : Courmayeur - Champex - Chamonix

Date : 27/8/2010

Lieu : Courmayeur (Italie)

Affichage : 1155 vues

Distance : 97km

Objectif : Pas d'objectif

7 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

133 autres récits :

C.C.C ou C.C.V 2010 ......

    COURMAYEUR - CHAMPEX - CHAMONIX .... Vallorcine

 

 

Jeudi 26 août 2010, le temps est superbe à Chamonix, chaud pas un nuage bref que du bonheur pour la CCC qui s'annonce dans moins de 24h et cependant les prévisions annoncent une légère dégradation.... légère, on ne doit pas avoir la même notion de la légèreté avec météo France.

Vendredi 27 août 2010, 4 heures du matin, le sms de l'organisation sera mon réveil matin,  je suis debout et déjà sous la douche, 1ère de la journée :)). Je n'avais pas encore pointé le ciel du regard, il fait encore nuit noire et l'air est humide, le temps a vraiment changé... en lisant le sms, cela se confirme "Mauvais temps annonçé etc..., en gros, ça disait sortez couvert, ca va cailler ! " Allez hop, on branche le mental  sur la fonction "Ca va être compliqué mais ça fait parti du jeu, alors on y go" :))

Je retrouve Astro et Sophie au petit dèj. de l'hotel, il est 6 heures et la nuit semble se prolonger sous la menace de gros nuages orageux qui assombrissent la vallée de Cham'. En sortant, on prends vraiment la mesure des conditions climatiques qui vont à coup sûr endurcir la course.

L'arrivée sur Courmayeur se fait en bus avec Loic, Blob et Astro. le calme prédomine ce court voyage, une forme d'anxieté nous gagne à la sortie du tunnel du Mont-Blanc, les conditions météos sont pires, le ciel est très bas, bientôt, je n'aurai qu'a tendre les bras pour toucher les nuages....

 

Quelques minutes avant un départ bien humide....

La dépose des coureurs se situe à 2 km de la ligne de départ, nous retrouvons de nombreux Kikoureurs dont Tontontrailer, Stephanos et Séverine qui se lance aussi sur son 1er grand trail de montagne, puis arrivent Béné et les fbb&g, une belle brochette de kikoureur se dirige vers la ligne de départ, étonnant, il commence à pleuvoir.

Béné prête à en découdre et moi avec mes chaussettes blanches....lol.

Courmayeur km 0, il est 10H00, le départ est donné après avoir attendu sous une pluie que l'on éspère tous ponctuelle. Les 24h qui suivront nous prouveront avec regret le contraire.

Ce départ restera un grand moment de franche solidarité entre coureurs et kikoureurs, regards complices et tape sur l'épaule bref des encouragements qui font du  bien et qui désacralise un peu l'évènement. Je me souviens avoir relativisé la ccc quand je discutais avec Alex Forrest qui m'annonce vouloir  faire l'Utmb en off en préparation du Tor des géants dans 15 jours !!!

 

Nous voila parti dans les rues de Courmayeur, le public présent en grand nombre salue avec enthousiasme notre passage malgrè la pluie. Le départ me semble bien rapide, je m'en étonne très vite auprès d'Astro avec qui je vais tracer la route jusqu'à la bascule de la tête de la Tronche. J'avais prèvu de partir "piano piano", je laisse donc partir Loic qui semble avoir pris son envol dés Courmayeur. Je retrouverai Blob au 1er Ravito de Bertone à 12h14, 12km. Cette 1ère partie entre Courmayeur et Bertone me fait prendre la mesure du grand nombre de coureurs présents sur cette épreuve. Ca double à la verticale pour gagner 50 places, ça gueule, ça freine net, ça bouchonne plus que ça ne marche bref l'esprit trail nature comme je l'apprecie est mis à mal... En général, on retrouve cette ambiance dans le  métro parisien aux heures de pointe..... Heureusement, le paysage finit par capter toute mon attention, je me sens si petit face à l'immensité des lieux même le mauvais temps s'accroche au montagne comme il peut.

 

Entre Bertone et Bonatti, la course se déroulera bien même si la montée de la tête de la Tronche peut laisser des traces, je la gère sans difficulté et ce malgrè un vent froid qui m'oblige à mieux me couvrir. 16 km, il est 13H29, au point de contrôle de la Tronche, la descente se fait sur un terrain roulant ou je me sens à l'aise, les descentes restent mon "point fort", je retrouve d'ailleurs Loic et Blob. l'arrivée sur Bonatti se fait enfin avec le soleil, une fenêtre favorable d'environ 3 heures va nous permettre de courir dans des conditions tellement plus agréables. 

 Arrivée sur Arnuva sous le soleil !!   

 

22 km, arrivée au ravito de Bonatti à 14h22, ravitaillement rapide moins de 10 minutes sur place en repartant, j'apercois Astro tout sourire qui arrive. Entre Bonatti et Arnuva, cette portion m'a semblé presque trop simple, le terrain est très roulant, peu technique et puis je suis surtout bien en forme bref je dois freiner mon enthousiasme, n'oublie pas, la course commence vraiment à Champex.... 27 km, il est 15h18 et le ravitaillement d'Anurva est déjà bondé, je sens que ces ravitos vont très vite me prendre la tête, à ce moment de la course, j'avais encore en tête l'envie de refaire cette course mais en autosuffisance, ces ravitos me gâchent vraiment le plaisir.

 

Entre Anurva et Champex, l'impression d'être un peu moins nombreux se dessine tout de même au file des kilomètres, j'entame l'ascension du grand col Ferret en compagnie de Loic et Blob, ce dernier double très vite et trop vite pour moi, des coureurs moins rapides, je vois Loic revenir sur moi avec son train habituel de chenillard, il me décroche, je n'ai pas encore cette faculté de grimper sans arrèt. Finalement, je passe le point de contrôle de Ferret à 16h41 et 31 km avec 30 secondes de retard sur Loic que je rattrape dans la descente. Il fait encore beau mais frais, l'horizon est sombre, bien trop sombre pour cette heure de la journée. 34km, à la Peule, un petit ravito eau est organisé par le refuge, chouette initiative. La descente que l'on a entamée pour regagner la Fouly est longue et entre-coupée de plusieurs passages sur bitûmes usant après ces heures passées sur sentes et chemins de montagne. Toujours avec Loic, nous atteignons la Fouly en marchant et sous l'oeil du photographe...

 

41 km, La Fouly à 18h07, le ravito de la Fouly est bondé, nous perdons 30 minutes pour remplir nos camel et autres bidons dans une ambiance un peu éléctrique, les bénévoles semblent débordés par l'arrivée de nombreux coureurs. Je repars avec Loic après 2 gorgées de soupe bien trop chaude et salée, (penser toujours à la couper avec de l'eau mais je manque de concentration, tout ce monde me perturbe). Surprise, je croise mes parents au départ de la Fouly et je les recroiserai au départ de Champex, très sympa de les retrouver, ils découvrent que je ne suis vraiment pas le seul "fada" a courir 98 bornes en montagne !!!

La pluie va redoubler d'intensité sur cette portion, ne pas negliger la montée sur Champex courte mais assez casse patte après presque 10  kilomètres sur route. 

               

Un peu de descente bitumée avant la montée à Champex, 

55 km, arrivée sur Champex à 20h23, 1h30 vont s'écouler sur ce ravito hyper bondé, nous sommes vraiment très nombreux sous le chapiteau, coureurs, bénévoles, accompagnateurs, publics se croisent, se bousculent et sont à la limite parfois de l'invéctive voir plus.... du grand n'importe quoi, je prends conscience avec regrets que ces ultras ultra fréquentés ne me correspondent vraiment pas. J'avais été prèvenu....... Je comprends que je ne ferai jamais l'Utmb, à moins d'être dans le top 100 donc je peux faire une croix dessus. C'est avec beaucoup de plaisir cependant que je retrouve Sophie, Chrystelle et Marina, merci les filles et désolé pour ma mauvaise humeur passagère. Delphine au tel a compris très vite que je pouvais être de mauvais poil :))....

Entre Champex et Vallorcine, une fois changé, je repars toujours avec Loic et cette fois, il fait nuit noire, les frontales sont en pleines activités, nous nous lançons à l'assaut de Bovine, son ascension est réputée difficile, ce que je confirme après une 1ère partie montante  assez roulante, le gros pourcentage est assez technique avec des passages de marches naturelles pas simple à cumuler, Loic comme à son habitude me lachera dans la montée mais je le retrouve au mini ravito de Bovine à 23h35 et 64 km,  le café certes très  chaud a une saveur bien particulière.

Une fois reparti, les conditions météos se dégradent sèrieusement, un vent froid avec beaucoup de pluie et la nuit nous contraignent à ralentir la cadence naturellement, je sens que je laisse beaucoup de cartouches depuis Champex. La descente sur Trient se fera sans encombre même si très boueuse, c'est aussi a ce moment ou j'apprends que l'Utmb a été stoppé et la Tds retardée dans un 1er temps pour être annulée. Ca commence a faire beaucoup. La fin de la CCC va être compliquée a gérer pour nous comme pour les organisateurs, je repense à l'Origole, au Raid 28 ou les conditions n'étaient pas simple mais rien de comparable à ces dernieres heures dans les Alpes...

71 km, à Trient, il est 1h15, je retrouve avec plaisir Stephanos, Séverine et biensûr Loic, on se restaure en essayant de ne pas perdre trop de temps, ce ravito est un peu moins bondé mais quand même. On ressent parfois de la lassitude dans les regards de chacun, la fatigue commence a peser sur nos épaules.

Après 20 minutes de repos, Loic et moi repartons toujours sous la pluie direction Catogne, cette avant derniere ascension va me paraitre interminable, gros coup de mou 1 km après Trient, je vais vraiment devoir m'accrocher car à de nombreuses reprises l'envie de redescendre sur Trient me titille. C'est a ce moment que le mental doit faire les preuves de sa force, les jambes sont allourdies par un terrain devenu peu propice à la balade nocturne en montagne. A mi ascension, j'en ai vraiment "ras-le-bol", le plaisir n'est plus là depuis ce ravito de Champex, je dois aller puiser au plus profond de moi pour me relancer. Avec le recul, je pense que je paye aussi mon manque de bonne gestion alimentaire depuis Champex, (ne jamais s'énerver sur un ravito mieux vaut s'alimenter, à méditer ....)

Enfin le passage du point de contrôle de Catogne à 3h11, 76 km après quasi 2 heures d'ascension, un feu de camp nous acceuille, je m'y rechauffe 10 minutes j'apercois une nouvelle fois Stéphane et Séverine et hop c'est repartie direction Vallorcine, la descente sera longue beaucoup plus longue que prèvue a cause d'un terrain devenu parfois impraticable et même dangereux, ça glisse, ça tombe.... je retrouve une nouvelle fois Loic, j'ai même failli me "landiner" sur lui, lolol. Il m'apprends que la course est stoppée à Vallorcine, sur le moment, je lui réponds tant mieux, mon état de fatigue est avançée et je n'envisage pas d'aller plus loin et pourtant une fois arrivée à Vallorcine, l'envie de repartir était là, j'avais connu ça sur l'Origole...

Vallorcine 82km, il est 4h40 soit 18h40 de course pour ma pomme, l'arrêt de la course est confimé pour raison de sécurité, des vents de plus de 130 km/h à la Tête au vent, les derniers coureurs autorisés a passer à 1 heure du mat. mettront plus de 6 heures pour rallier l'arrivée à Chamonix et donc pour faire 17 km....


 

Tableau des passages
PtsHeure pass.Tps courseClasst.
refuge BertoneV-12:0702:07:111071
Tête de la TroncheV-13:1903:18:561133
refuge BonattiV-14:1104:10:521042
ArnuvaV-15:1405:13:221106
Grand Col FerretV-16:3906:39:041109
La FoulyV-17:58
V-18:15
07:58:001043
ChampexV-20:18
V-21:10
10:17:57965
BovineV-23:2713:26:45932
TrientS-01:08
S-01:26
15:07:19948
CatogneS-03:1817:17:38917
VallorcineS-04:4018:40:03918
La tête aux vents   
La Flégère   

L'organisation parfois très critiquée pour sa prudence a opter pour la raison et le bon sens, grâce à sa vigilance, on ne déplore aucun drame. Respect, en revanche, revoyez vos ravitos :((

Le retour sur Cham' se fera donc en bus, je pense souvent à Séverine pour qui c'était le 1er grand trail de montagne et bien respect Madame même si la fin fût difficile.

A Chamonix, on croise des coureurs de la TDS, de l'UTMB, de la CCC.... Il est 6h du mat et il flotte encore et encore, les derniers coureurs de notre CCC franchissent, bien eprouvés, la vraie ligne d'arrivée de Chamonix , un petit pincement de ne pouvoir le faire alors si près du but, il me restait 17 bornes :(

Un peu comme la course, je termine sans grand enthousiasme ce récit, un sentiment d'echec involontaire et de déception en est surement la cause, bref, tournons vite la page, j'aime trop cette activité en montagne pour en rester là.

Voila j'espère ne pas vous avoir trop ennuyé avec les états d'âmes d'un petit trailer amateur.

A bientôt pour d'autres aventures plus sereines ....

Olivier

Ps: merci  pour votre soutien sms, tel et sur place.

 

 

 

 

 

 

 

7 commentaires

Commentaire de LtBlueb posté le 11-10-2010 à 13:27:00

merci d'avoir pris le temps malgré tout de nous faire ce joli récit ! et bravo pour le chemin accompli !
sinon, il y a en aura d'autres...
quelque chose me dit que pour toi Olivier, 2011 sera placé sous le signe de le revanche ? :)

Commentaire de Tonton Traileur posté le 11-10-2010 à 14:30:00

Salut Olivier,

je viens de lire ta prose sur la CCC (CCV !).
Salut Olivier, merci pour ton CR sur cette CCC ... au goût amer ????

Ton récit est à la hauteur de ta frustration, comme pour tous ceux qui ont été arrêtés à 17 bornes de l'arrivée. J'ai également été stoppé à Vallorcine, à 2h du mat' , aprés avoir poiroté 1h15 sur place (ils ont d'abord neutralisé avant d'annoncer l'arrêt total !).
Cette année était une édition trés spéciale et laisse forcément un goût d'inachevé ... il faudra y revenir, sous de meileurs cieux ...
à bientôt.
JL

Commentaire de le_kéké posté le 11-10-2010 à 21:33:00

Si prêt si loin ...
Sentiment mitigé que cette course, impossible de faire du trail avec autant de monde au départ et l'esprit forcément s'en ressent. Enfin c'est quand même dommage de rester à quai si prêt du but, quand on commence le boulot c'est pour le finir.
Pas de soucis pour toi avec tout ce qu'il y a au programme l'année prochaine cette CCC va vite de devenir un presque bon souvenir ;-)

Commentaire de raspoutine 05 posté le 12-10-2010 à 06:41:00

Merci pour ce récit, les coups du sort ne sont pas rares et font partie du jeu. Beaucoup de coureurs au repos de sentaient solidaires et nous étions accrochés à la météo et aux nouvelles de ceux kikouraient.
En définitive, peu importe l'issue, l'important était d'y être et là, FÉLICITATIONS !!!
et puis... Tiens ! On a un point commun. Les parents qui vous prennent pour un fou jusqu'à constater de leurs propres yeux !
Encore merci et il y en aura d'autres ...
Raspa

Commentaire de vogoy' posté le 12-10-2010 à 15:26:00

arf....LA CCV, entre émotion et frustration...
tu as quand même le recul pour ne pas tirer à boulets rouges sur l'organisation. Chapeau,
tu les avait dans les cannes, il y aura d'autres éditions plus ensoleillées:)

en tous les cas, belle CC.V

Commentaire de Delphine posté le 18-10-2010 à 23:01:00

Bravo Olivier. Frustration compréhensible, échec non. Mais ce CR que je lis en retard n'est que l'amorce d'autres "délires" :o)
biz

Delphine

Commentaire de trinouill posté le 06-11-2011 à 12:56:35

on est pas passé loin tout de même.............pour ma part je n'y retournerai pas........je prefere les orga plus intimistes désormais.........au plaisir de se recroiser et de trinquer de nouveau :)

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.17 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !