Récit de la course : Sur les Traces des Ducs de Savoie 2014, par Peio

L'auteur : Peio

La course : Sur les Traces des Ducs de Savoie

Date : 27/8/2014

Lieu : Courmayeur (Italie)

Affichage : 669 vues

Distance : 119km

Objectif : Se défoncer

2 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

101 autres récits :

Récit de Pilone Team Marmotak

 part assez vite comme d’habitude, et on déroule dans les rues de Courmayeur. Un peu de public est déjà là pour nous encourager. Très vite on commence à monter par la route qui se transforme en chemin. Ça court pas mal en montée à côté de moi. Je me pose à un rythme qui me laisse bien respirer même si je me fais pas mal doubler. La route est encore longue. Très vite la file de concurrents s’étire dans les lacets menant au Col Checrouit. Nous passons par les pistes de ski et au pied des remontées mécaniques. Plus on s’élève plus le panorama de la vallée s’offre à nous. Le soleil ne tarde pas à faire son apparition. La température est idéale. Quelle chance nous avons d’être ici !


La pente est déjà assez forte et les clic clic des bâtons sur les rochers se mêlent aux conversations des rares groupes qui font la course ensemble. Le point de contrôle arrive assez vite. Je suis frais les jambes vont bien et souvent je me pose la question de savoir si je vais plus vite qu’à Courchevel ou qu’à la Montagn’Hard : non je respire doucement tout va bien. Je n’ai pas envie de me recevoir un message de Peio me disant que je suis parti trop vite !

J’attrape un morceau de pain avec du miel à la volée à ce ravito car évidemment quasi personne ne s’arrête a ce niveau de la course. A ce moment-là de la monté, l’arrête se resserre en un single track plutôt large ou il est encore possible de doubler. Comme je n’ai pas pris de montre pour faire la course au feeling je demande l’heure a un espagnol qui me dit que nous sommes partis depuis 1h01. Je me dis que nous montons rapidement mais me fait absorber par le panorama qui surgit a notre droite. Nous sommes juste sous le Mont Blanc. Tellement près que les arrêtes et pics si reconnaissables de loin nous écrasent complètement. On voit l’arrête sommitale, ventée car de la neige s’y échappe comme soufflée. Tous les 100 mètres je prends une photo tellement j’ai peur que le chemin bascule. Mais plus l’on s’élève, plus le panorama devient grandiose.


La suite ici

2 commentaires

Commentaire de Greg136 posté le 11-09-2014 à 22:34:04

Superbe récit d'une superbe perf!
Bravo

Commentaire de Bert' posté le 11-09-2014 à 23:36:55

Un grand bravo pour une telle perf´ tout en ne négligeant pas le reportage photos ;-)
Surtout sur la partie que la majorité fait de nuit !

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.16 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !