Récit de la course : Courmayeur - Champex - Chamonix 2013, par Sabzaina

L'auteur : Sabzaina

La course : Courmayeur - Champex - Chamonix

Date : 30/8/2013

Lieu : Courmayeur (Italie)

Affichage : 2623 vues

Distance : 101km

Matos : Sac Olmo Raidlight 12 litres
Adidas Riot 5

Objectif : Pas d'objectif

80 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

133 autres récits :

Il faut que je vous raconte.

Je suis allongée sous la couette. Des douleurs partout, des jambes comme des poteaux qui refusent que je leur inflige le moindre mouvement et qui me le font savoir. 

Je n’ai jamais eu d’ampoules aussi impressionnantes : la CCC a vaincu la NOK.

 

Arnaud m’accompagne en voiture jusquà Chamonix (3km depuis l’hôtel, j’avais pas trop envie de les faire à pied).
Un bus parti de Chamonix à 6h45. Passage par le tunnel du Mont Blanc et nous voici en Italie. Il fait jour . Nous sommes au complexe sportif de Courmayeur (belle patinoire d’ailleurs). Beaucoup sont allongés, certains dorment. Probable qu’ils aient pris les bus de 5h30 et qu’ils finissent leur nuit. Dans mon cas, j’ai envie de tout sauf de dormir… Je m’assois et j’attends. Et c’est long.

A 8h je décide de quitter le centre sportif et de me rendre sur la ligne de départ.
J’enlève le survêt, la veste chaude, tout dans le sac d’allègement que je retrouverai à Chamonix.

Jupe, tshirt manches courtes, il ne fait pas froid, une chance inouïe pour la météo prévue. Je me place dans ma vague de départ, la seconde (sur 3). Je tue le temps en écoutant les conversations des uns et des autres ; cette course-là, je la ferai seule, ça va faire bizarre, je n’en ai plus l’habitude.
Je troque le bandana pour une casquette.

Mon sac est lourd, j’ai déjà mal aux épaules, ça promet. Je ne comprends pas comment font les autres pour avoir des sacs aussi petits avec tout le matériel obligatoire… Un truc à améliorer sans doute.
Question eau j’ai mes 2 bidons de 750 ml chacun, l’un rempli d’eau l’autre de boisson énergétique (Effinov goût menthe pour les pointilleux).
En raison de la chaleur annoncée, j’ai préféré également prendre 1,5 litre d’eau dans ma poche à eau, en réserve car il y aura parfois plus de 3h entre 2 ravitos. Ce fut une erreur, je n’y ai pas bu de toute la course : j’ai donc porté 1,5 kg inutilement pendant 100 bornes…

Il est 9h00. La première vague s’élance, mon cœur se serre un peu en attendant la célèbre musique du départ. J’en ai tellement regardé des vidéos youtube du départ, cette fois c’est à mon tour.

Courmayeur

9h15. C’est parti pour la 2ème vague, j’essaie de ne pas me faire embarquer par l’euphorie du départ.
Nous sommes sur du bitume mais ça monte déjà, je regarde autour de moi : personne ne marche… Hum… J’hésite, pas longtemps, je me mets sur le côté et commence la marche rapide ; je crois qu’à ce stade, avec le public autour et tout, les coureurs n’ont pas osé se mettre à marcher. Genre « oh l’autre, il reste encore 100 bornes et elle marche déjà ». Ouais ouais, bah moi j’ai osé. En plus un kikou m’avait dit : « dès que ça monte, tu marches ». Pis moi, j’écoute les kikous.

Bref, on entre dans la forêt et c’est parti pour la grimpette. Je me sens bien, c’est mon truc les montées, enfin ça c’est ce que je crois à ce moment-là…

Mais bon 10 km de montée, c’est long quand même. Evidemment, là, tout le monde marche, je double un peu mais pas trop, ce n’est que le début, il faut se préserver.
Un type devant moi ne sait pas se servir de ses bâtons, ils passe son temps à les balancer vers l’arrière. Je lui demande gentiment (vraiment très gentiment avec les formules de politesse et tout) de faire attention, il s’excuse puis recommence de plus belle 100m plus loin. Ok, je me laisse doubler pour ne pas finir embrochée comme une poulette.

J’arrive à donner quelques nouvelles à Christian et Arnaud mais le tel est vraiment pourri.

L’ascension se poursuit. C’est magnifique cette ribambelle de coureurs en lacets. Il ne faut pas regarder en haut car on voit tout ce qu’il reste à faire pour atteindre le sommet.
Mais une fois arrivée au premier Check Point, quel bonheur de regarder en bas et de constater le chemin parcouru (et accessoirement de voir tous ceux qui sont encore en bas…)

Tête de la Tronche (alt. 2548 m) . Classement : 806ème. Chrono : 2h30
Distance depuis le départ : 10,4 km
Dénivelé positif depuis le départ : 1435 m

Enfin, nous pouvons courir, ça fait du bien de dérouler un peu, d’autant que la descente n’est ni raide, ni technique. Je checke un peu mes sms avec mon petit portable qui déconne grave (obligée d’enlever/remettre la batterie sans cesse). Très émue par le soutien de tous et toutes

Refuge Bertone (alt. 1970m). Classement : 830ème. Chrono : 3h12
Distance depuis le départ : 14,7 km
Dénivelé positif depuis le départ : 1460 m

Premier ravitaillement. Je remplis mes 2 bidons, je verse ma poudre magique dans un des 2 et je repars. Ce geste, je le ferai à chaque ravito.
Je croise une femme qui abandonne, j’apprendrai par la suite que c’est Agnès Hervé (qui a déjà  gagné la TDS) : elle a eu le courage de prendre le départ malgré une TFL… Bon courage Agnès pour la suite.
Le chemin jusqu’à Bonatti est très agréable, les paysages à couper le souffle, j’en ai le vertige et je suis obligée de m’arrêter pour regarder. Je discute un peu avec un coureur très sympa et qui a le même but que moi : juste finir avant les BH.


Christian qui continue à assurer le suivi sur le forum et sur FB.
Manon et Esteban qui essaient de me parler malgré un téléphone déficient (j’ai bien failli le balancer tellement j’en avais marre)
Même si je n’ai pas personne autour de moi, on peut vraiment dire que je ne cours pas seule.

Refuge Bonatti (alt. 2015 m) . Classement : 815ème. Chrono : 4h23
Distance depuis le départ : 22,1 km
Dénivelé positif depuis le départ : 1746 m

Bidons/ Effinov, rebelote. Je ne perds pas de temps.  Je mets mes lunettes de soleil car ça commence à bien taper.
22 km en 4h23… Cela me paraît tellement lent. En montagne, on perd tous ses repères, il ne faut bien sûr pas se fier aux entraînements qu’on fait à Chevreuse, et encore moins en Vendée où le D+ est inexistant. N’empêche, 22 km en 4h23… J’suis pas arrivée.
Ma mère au téléphone. Morceaux choisis : « Bah là on peut pas dire que t’en es à la moitié » (euh nan, on peut pas le dire, j’ai un peu l’impression que je viens de partir) , « Ils te prévoyaient d’arriver à 10h19 à la Tête de la Tronche » (Pas trop au point leurs prévisions de passage)

Tranquillement, j’arrive à Arnuva.  Christian au tel me rassure en me disant que j’ai fait la plus dure montée au début et que celle du Grand Col Ferret ne devrait pas être trop difficile. Confiante, je le crois.

Arnuva (alt. 1771 m) . Classement : 782ème. Chrono : 5h17
Distance depuis le départ : 27,4 km
Dénivelé positif depuis le départ : 1851 m

Encore une étape de franchie. Je procède ainsi depuis le départ : par étape. J’ai mon roadbook sous la main et à chaque ravito, je ne regarde que la ligne d’après, pas plus loin, afin que cela paraisse plus... faisable, moins… déjanté.
Là je vois que la prochaine étape c’est une montée de 750 m en seulement 4km pour atteindre le point culminant du parcours : le Grand Col Ferret à 2527m d’altitude.
Personne ne parle, on souffle, pratiquement tout le monde a des bâtons. Moi, fidèle à mes habitudes, je place mes mains sur mes cuisses et j’essaie de ne pas penser à ce qu’il reste. Pas à pas. Toujours. Ne pas s’arrêter, avancer, toujours. Pas vite, mais ne jamais s’arrêter.
Le coureur devant moi se retourne pour regarder mon dossard, voit mon prénom et me demande : « T’es une kikou, non ? 
- Oui !!! »
C’est Jean-Baptiste, alias Blaireau59. Il me précise qu’il a des énormes ampoules aux talons et que, pour le moment, les médecins n’ont rien pu faire, cela lui fait très mal, surtout en descente (« Talons en feu » me dit-il). Je compatis en lui disant que j’ai la chance de ne jamais avoir d’ampoules. (Là, j’aurais mieux fait de me la boucler…)
Il s’arrête un moment pour faire une pause, je lui souhaite « bon courage » et continue, inlassablement.
Conformément à ce qu’avait dit Christian (et Japhy également), cette montée se fait bien, je n’en garde pas du tout un souvenir de souffrance. Je remonte les manchettes car un bon vent bien frais s’est levé là-haut. Mais rien de terrible. Je n’ai mal nulle part, je profite. Du plaisir.
Je repense à l’édition de l’année dernière et je me demande comment tous ces coureurs ont pu finir dans ces conditions (vent, neige, brouillard, grêle…)

Grand Col Ferret (alt. 2527 m) . Classement : 712ème. Chrono : 6h39
Distance depuis le départ : 31,8 km
Dénivelé positif depuis le départ : 2605 m

70 places de gagnées depuis le dernier ravito. Certes j’ai doublé quelques personnes mais pas 70.
 En fait, c’est aux ravitos que je gagne du temps, je ne m’y attarde pas du tout alors que j’en vois beaucoup s’asseoir.

31 km, donc il en reste 80. Alors 80 km, c’est un Ecotrail, tu l’as déjà fait Sab. Ouais ok mais en région parisienne, y a pas de montagne donc on peut pas comparer. Ouais bon ok, j’ai rien dit, c’était idiot la comparaison avec l’Ecotrail. Fin de la discussion intérieure.


Sur FB, Christian écrira : « Sab a passé le Grand Col Ferret! 1h22 pour monter les 750 mètres de dénivelée, c'est très très bien. Elle est dans son tableau de marche. 37ème senior féminine »

J’ai oublié de vous dire que je bois toutes les 8 minutes, en alternant eau pure et Effinov.
2 ou 3 gorgées à chaque fois.
Mes bidons commencent à me sembler plutôt légers, il va peut-être falloir que je puise dans ma réserve de secours, la fameuse poche à eau d’1,5kg. D’un côté, j’ai envie de l’alléger, mais d’un autre, l’idée de devoir poser le sac, sortir la poche à eau, la remplir au prochain ravito, la remettre dans le sac , pffff, ça me saoûle d’avance.
Coup de chance, au détour d’un sentier, nous voyons une espèce de tuyau avec de la bonne eau bien fraiche : parfait pour remplir les bidons. J’imagine qu’on doit être à La Peule mais je n’en suis pas sûre du tout.
La descente est tranquille, pas trop technique d’après mes souvenirs. Et c’est dans un état plutôt bon que j’arrive à La Fouly. Moral au top.

La Fouly (alt. 1603 m) . Classement : 730ème. Chrono : 8h07
Distance depuis le départ : 41,9 km
Dénivelé positif depuis le départ : 2803 m


Des sourires, des paroles d’encouragements, des applaudissements, beaucoup de gens sur le chemin qui mène à ce ravito, ça fait du bien.
En revanche, le speaker qui est à l’entrée a l’air complètement allumé, il dit n’importe quoi, je comprends rien. Pourtant on est en Suisse, plus en Italie, je devrais comprendre !
Peu importe. Rituel des bidons. Je mange quelques trucs salés qui me font envie  (Tucs, du saucisson, du fromage) et j’en ajoute dans les poches de mon sac pour avoir une bonne réserve lors des fringales éventuelles.
Là encore, je ne perds pas de temps. J’embarque un café et je le bois en marchant en sortant du ravito. Les bénévoles toujours aux petits soins.
Je sors mon petit papier pour avoir une idée de la prochaine étape : c’est Champex, là où l’on nous promet un repas chaud, des pâtes, là où il faudra commencer à penser à la nuit.

Juste après le départ de La Fouly, ma montre GPS tombe en rade. Elle avait tenu plus de 11h à la Saintélyon et là, au bout de 8, silence radio… Bon… Je ne panique pas pour si peu, j’ai la montre de ma sœur pour faire le relais mais bon, ça fait un peu tôt 8h quand même…
Je m’arrête pour sortir l’autre Garmin, mes épaules commencent à me faire vraiment souffrir et poser/remettre le sac est une véritable épreuve.
Au bout de 2 km, la montre N°2 perd les satellites et ne les retrouvera pas. C’est pas un drame pour le moment mais ne pas connaître le nombre de km restants ne m’arrangera pas pour la suite…

 
Je repars en courant, étonnée de ne pas avoir encore subi le mur, le coup de moins bien, vraiment je me sens bien.
C’est même carrément l’euphorie, je cours à une bonne vitesse, c’est plat donc j’en profite. Je traverse un endroit que je trouve paradisiaque : les chalets suisses… Magnifiques.

Dans les petites rues vers Praz le Fort, les habitants ont organisé un ravito sauvage, je m’arrête pour boire un verre (d’eau !) et je les remercie.
Nous passons par Orcières  puis c’est la montée vers Champex.
Je double pas mal de coureurs lors de cette montée mais la fin est difficile, l’organisme commence à râler.
Je réussis à appeler Manon pour lui dire où je suis.
L’ambiance juste avant Champex est hallucinante : beaucoup beaucoup de monde. J’avais oublié que c’est un ravitaillement où l’assistance est autorisée. Les familles de coureurs ont droit ici de les aider en leur apportant de quoi se changer, en faisant le plein de leurs bidons etc…
Ce n’est pas mon cas, Arnaud ayant déjà fort à faire avec les enfants.

En entrant dans la tente surchauffée, je me dis que si mère m’appelait maintenant, je pourrais lui répondre :  « Cette fois, on peut dire que j’ai fait la moitié »

Champex-Lac (alt. 1481 m). Classement : 654ème. Chrono : 10h27
Distance depuis le départ : 55,9 km
Dénivelé positif depuis le départ : 3370 m

Il est 19h43. Je m’accorde 30 min, pas plus. Il serait aisé de se laisser aller à la chaleur ambiante, d’engager la conversation et de prendre le temps de s’faire un dîner entre coureurs. Oui mais nan, il ne faut pas. Je ne vais pas assez vite pour me permettre cela.

Je prends une assiette, me fait servir une assiette de pâtes (Japhy, pas eu besoin de coup de bâtons, il n’y avait pas du tout la queue !), j’accepte le parmesan au-dessus (si y a bien un jour où je peux me permettre du parmesan dans mes pâtes c’est aujourd’hui ! ) et je vais m’asseoir, non sans avoir ajouté au bord de l’assiette 3 quartiers d’orange (j’ai toujours des envie de jus d’orange quand je cours longtemps), morceaux de bananes et chocolat. Ah et aussi un p’tit café s’il vous plaît. Voilà mon plateau télé est prêt. Je m’installe et je mange tranquillement en réfléchissant à ce que j’ai besoin de sortir du sac : alors le bonnet Saintélyon, la frontale n°1, le Tshirt manche-longues.
Je zieute un peu autour pour voir si y a des endroits pour se changer mais là encore, je me souviens du CR de Japhy qui précisait que tout le monde se changeait n’importe où. Exit la pudeur.
Je finis donc mes pâtes et me transforme en coureuse de nuit. J’hésite un peu pour le collant mais
1) je ne pense pas qu’il fasse suffisamment froid pour troquer la jupe
2) changer de tshirt devant tout le monde ok, mais me mettre en culotte en plein milieu de cette zone emplie de coureurs, non merci., faut pas abuser non plus.
Au pire, je me changerai sur le bord du chemin, dans la nuit, ni vu ni connu j’t’embrouille. (Finalement, ce ne sera pas nécessaire, on a vraiment eu du bol avec le temps)
Le sac est refermé, cri de douleur étouffé en le remettant sur mes épaules, je chope mon café et je repars en marchant.
25 minutes d’arrêt en tout. Nickel.

Prochaine étape : Bovine.
Alors qu’est ce que je sais sur Bovine : ça ressemble à bovin donc doit y avoir des vaches. Je sais aussi qu’il devait y avoir un ravito mais qu’ils l’ont supprimé. Et enfin que l’année dernière, là-haut, c’était la cour des Miracles. Bon bon, super réjouissant tout ça, ça fait drôlement envie !
A part ça, question chiffres, il y a 9 km et 500m de D+ à courir/marcher/ramper.

J’ai fini mon café, autour de moi, tout le monde marche donc, sans réfléchir je marche aussi.
Puis tout d’un coup, discussion intérieure : mais au fait pourquoi on marche là c’est tout plat ? Bah, si tout le monde marche, c’est qu’il faut marcher, non ? ça va sûrement monter juste après là. Ah.. mais si je me sens bien pour courir, j’peux courir ? Bah ouais essaie.
J’essaie et… assez miraculeusement, ça passe, je cours youhouuuuuuuu !
Un passage sympa dans la forêt entourée de papillons de nuit qui virevoltent autour de la frontale.
Et puis ça commence à monter donc là, évidemment, on repasse à la marche rapide.
J’aime bien les panneaux de l’UTMB : « Attention, troupeaux de vache en liberté » Ben ouais mais c’est quoi les consignes si on croise des vaches pas contentes qu’on les envahisse ? J’sais pas moi, y a une procédure, un moyen d’engager la conversation sans les froisser ? Ils pourraient être plus précis dans leur panneau.
L’avantage c’est qu’on les entend de loin avec leur cloche, ça permet de préparer une stratégie.
Pour ma part, j’ai adopté celle de l’indifférence, ça a plutôt bien marché.

J’ai encore oublié de vous dire un truc. Mon ipod. Je l’ai allumé au km10.
Et là dans la nuit, c’était magique. Mes musiques préférées : Les Cowboys Fringants, Cali, Goldman, Dire Straits, Queen … (oui je sais, je suis assez moderne dans mes goûts musicaux, hyper djeune :p ) et parsemés ça et là, des chapitres d’un livre de Fred Vargas, magnifiquement lu. Du vrai bonheur.

Et toujours toutes les 8 min, hop 2/3 gorgées. Faut pas perdre le rythme.

Je commence à avoir froid, je sors donc ma 2ème couche manche-longues ainsi que mes gants. Toujours en jupe en revanche.

Au bout d’11h20 de course, j’ai une pensée pour la Saintélyon : je viens de battre mon record de temps en course.

J’arrive enfin à Bovine, j’ai encore grillé du monde. Normal, ça montait.

Bovine (alt. 1898 m) . Classement : 559ème. Chrono : 12h42
Distance depuis le départ : 65 km
Dénivelé positif depuis le départ : 4061 m

La descente sur Trient (que je ne sais pas prononcer d’ailleurs) est plus difficile. Je n’ai pas de souvenirs précis mais vu que j’ai perdu 53 places, ça a dû être compliqué pour moi, toujours autant paralysée dans les descentes, dès qu’il y a 2 ou 3 caillasses mal placées.
600 m de D- en 7 km, ce n’est pas rien et ça fait mal aux cuisses…
C’est énervant, j’entends des gens derrière moi, je ne veux surtout pas les gêner alors je me place sur le côté pour qu’ils me doublent et là y a une horde qui me dépasse, me laissant là, pitoyable devant mon incapacité à descendre correctement une pente…

Trient (alt. 1303 m) . Classement : 613ème. Chrono : 14h19
Distance depuis le départ : 72 km
Dénivelé positif depuis le départ : 4284 m

Je cours depuis plus de 14h et à aucun moment je n’ai eu envie d’abandonner. Je trouve que c’est bon signe et j’y crois de plus en plus.
Rituel des bidons. Je remplis mon sac avec des barres et du fromage.
8 min d’arrêt et fidèle à mon habitude, je prends un café pour sortir dans la nuit (le café, pour ne pas avoir l’idée saugrenue de m’assoupir) et je regarde mon p’tit papier pour voir ce qui m’attend : 826m de D+ en 5,5 km. WHAT ! Mais c’est pire que le premier truc du début ça !!!!

Bon ok j’aime bien les montées mais Catogne… Elle est rude quand même ; ça tourne dans tous les sens, et ça grimpe pas à moitié.
Ce ne sont plus les cuisses qui tirent mais les mollets qui crient : « STOP ! Nan mais t’es pas nette de nous infliger ça, on ne le mérite pas !!! »

La douleur n’est qu’une information, c’est Kilian qui l’a dit. Donc c’est vrai. CQFD.

Franchement, c’était dur, et j’ai vu beaucoup de participants qui s’arrêtaient le long du chemin pour reprendre leur souffle. Chose que j’ai préféré, encore une fois, ne pas faire, pas peur de me refroidir et surtout de ne pas avoir le courage de repartir.

Catogne (alt. 2009 m) . Classement : 524ème. Chrono : 15h57
Distance depuis le départ : 77,4 km
Dénivelé positif depuis le départ : 5110 m

A Catogne, pas de ravito mais une petite tente. Certains coureurs sont assis sur un banc. J’en entends un dire : « Haaaaaaan comment elle fait pour pas avoir froid en jupe ! Allez viens Seb, on va la suivre ça va nous motiver »
Suivre est un bien grand mot. Evidemment, ils m’ont doublée vu qu’après Catogne c’est 800 m de D- en 5km qu’il faut se taper, avec bien sûr des rochers, des racines (sinon c’est pas marrant, surtout la nuit). Le calvaire, vraiment, j’ai cru ne jamais réussir à attendre Vallorcine (en même temps, j’avais pas le choix, y a pas de bus de rapatriement en pleine montagne hein…)

Durant cette descente, j’ai commencé à ressentir de fortes douleurs aux talons,  je me doute qu’il s’agit de grosses ampoules qui se sont formées et je suis obligée de placer le pied un peu différemment pour ne pas trop souffrir.

Mais un événement m’a redonné la pêche et m’a bien boostée: le retour sur le réseau français et donc la possibilité d’utiliser mon téléphone habituel, celui qui fonctionne quoi. Un sms multiple pour dire où j’en suis, au risque d’en réveiller certains (désolée…).

Après donc cette descente interminable, c’est l’arrivée à Vallorcine. Je pourrai aller faire soigner mes ampoules mais j’ai tellement peur de découvrir ce qu’il y a sous les chaussettes que je fais la sourde oreille à la douleur lancinante qui s’installe.

Vallorcine (alt. 1263 m) . Classement : 578ème. Chrono : 17h18
Distance depuis le départ : 82,5 km
Dénivelé positif depuis le départ : 5143m

Un énorme feu brûle dehors c’est grandiose. C’est une chose de le voir en photo ou en vidéo mais c’en est une autre de sentir sa chaleur à 50m.
Bidons/ café.
J’entends un bénévole dire « Après la Tête aux Vents c’est tranquille, c’est que de la descente sur Cham’ ». Il fait exprès parce qu’il sait que je hais les descentes ou quoi, lui ? Il veut mon bidon dans la tronche ??? Namého !

Je ne m’arrête que 3 min chrono et je repars sur un large chemin qui monte tranquillement jusqu’au Col des Montets. La veille, avec Arnaud et les enfants, nous avons randonné par là et j’avais dit : « Quand j’en serai là, ce sera super, j’aurai bien avancé, faudra que je m’en rappelle et tout et tout ». Donc là, je m’en rappelle et je souris.

La  2ème montre s’arrête… Bon, c’est un peu énervant toute cette technologie qui ne tient pas la route. C’est vrai quoi, moi est-ce que  je m’arrête au bout de 17h18 de course, hein ? Nan !!!
Donc là pour mes gorgées toutes les 8 min, c’est compliqué, j’ai un peu peur de ne pas boire assez si je fais au feeling car on m’a appris quand j’étais petite qu’il ne faut pas attendre d’avoir soif pour boire. Alors là j’ai l’idée du siècle (oui au bout de 17h de course, on se contente de peu comme idée du siècle), j’me dis qu’une chanson ça dure environ 4 minutes donc je vais boire toutes les 2 chansons. Pas con, hein ? :p

Il va falloir parcourir 6km et 900 m de D+ pour accéder à la Tête aux Vents.
Je n’ai pas bien mesuré l’ampleur de la difficulté là. Ce fut pour moi l’ascension la plus difficile car parsemée d’énormes rochers qui font monter les genoux bien trop haut. Après 82 km, ça coince pas mal…
Coup de fil de Christian qui, suite à cet appel, écrit sur FB : Mal partout, surtout au dos. Aux pieds aussi (ampoules?). Elle appréhende la descente vers Flégère puis Chamonix ( "je me refais passer par toutes les filles en descente" ) mais elle sait qu'elle va finir.

Changement de frontale.

Puis Arnaud appelle et là je m’effondre : larmes de douleur. Je m’apitoie sur mon sort : « Je vais jamais y arriver, c’est jamais fini cette montée »
Aranud m’encourage en me disant que j’ai fait le plus dur. De toute façon, là encore, je ne peux pas abandonner maintenant, c’est pas prévu par l’orga (heureusement…).
C’est l’enfer cette montée : les rares fois où je regarde plus haut je vois des frontales à une altitude qui me paraît complètement inaccessible, je peux pas,  je peux plus avancer, jamais je pourrai monter si haut, c’est pas possible, ils sont malades de nous faire faire ça, c’est pas humain, plus jamais, plus jamais... Et patati et patata… Fallait bien que je l’ai à un moment mon coup de moins bien…
Après coup je me rends compte que je n’ai mis 2h20 pour monter ces 900m de D+ ce qui n’est pas si mal,  mais sur le moment, j’ai vraiment eu l’impression de ne plus avancer. Des Italiens qui m’avaient entendu pleurer au téléphone n’osaient plus me lâcher de peur que je m’écroule sur un rocher et que je reste là, à attendre. Mais attendre quoi… La barrière horaire qui me laminerait ? Certainement pas.
La pente s’infléchit un peu, j’ose regarder vers le haut et je vois 4 points lumineux encore plus haut, je suis prête à hurler de désespoir (réellement, c’est pas une image) quand je me rends compte avec un immense soulagement que ce ne sont pas des frontales mais.. des étoiles !!! Ce sont des étoiles, j’en danserais de joie tellement je suis contente. Superbe ciel étoilé avec la lune et tout d’ailleurs mais bon, on va pas se leurrer, je m’en fous complètement du ciel, ce qui m’importe c’est qu’il n’y ait pas de frontales au-dessus de moi. Tête aux Vents : CHECK !!!

La Tête aux Vents (alt. 2116 m) . Classement : 513ème. Chrono : 19h38
Distance depuis le départ : 90,3 km
Dénivelé positif depuis le départ : 6000 m

Ben y avait pas du tout de vent là haut, c’est du pipeau leur truc.
Là je peux vous dire que je ne vois qu’une chose dans ma tête : la ligne d’arrivée. Je me vois donnant la main aux enfants et passant la ligne. Je ne vois que ça. C’est cela qui me guidera jusqu’au bout.
Et là… mon ipod s’arrête. NAN MAIS ALLO !!! Ils sont tous contre moi, je suis seule !!!!!!!!!!
Bon le coup de boire toutes les 2 chansons ça a pas marché car je n’étais tellement plus lucide que je savais jamais si c’était la 1ère ou la 2ème que j’écoutais mais quand même, ça me faisait une compagnie, même je fredonnais des fois (quand j’étais vraiment seule pour pas qu’on se moque de moi).
Donc l’hydratation devient à ce stade complètement anarchique mais pas grave parce que vous savez quoi : JE VAIS FINIR LA CCC. Même en marchant, je serai dans les temps.

N’empêche, je m’emballe un peu vite car la descente sur la Flégère est pas sympa du tout, rebelote, les hordes qui me dépassent, les endroits où je dois carrément m’asseoir pour descendre les rochers sur les fesses, les cuisses et le dos qui hurlent, etc etc.

Christian a bien senti au téléphone que c’est très dur pour moi puisqu’il poste ceci :
« Nouveau coup de fil avec Sab : dans la descente entre Tête aux Vents (2120m) et La Flégère (1850). Ensuite, il lui restera la descente sur Chamonix (850m dénivelée et 7km). Elle galère, le plaisir n'est plus trop là.....mais la voix reste volontaire. Il est prévu qu'Arnaud la retrouve à l'arrivée. Elle est toujours dans les 530 et 29e SEF. »

La voix reste volontaire. Ah ouais ? Volontaire ? Volontaire pour qu’on déblaie toutes ces grosses pierres qui servent à rien ouais !!!
T’aurais pas oublié d’écrire que j’avais aussi dit : « J’ai trouvé mes limites, c’est trop dur, jamais je ne ferai l’UTMB » ;)
Tout le monde pense que je vais changer d’avis sur ce sujet . A J+1, je reste sur ma position. :p

Revenons à la course, j’arrive à la Flégère .

La Flégère (alt. 2116 m) . Classement : 523ème. Chrono : 20h34
Distance depuis le départ : 93,48 km
Dénivelé positif depuis le départ : 6046 m

C’est en titubant que j’entre dans la tente.
Une personne de la Croix Rouge (ou autre, je sais pas) me demande de m’asseoir.
Ouh là, ils me font quoi là ? Ils vont quand même pas m’arrêter maintenant alors qu’il reste 8 bornes. C’est pas nouveau que je titube, c’est normal à ce stade non ? Je me relève pour prendre un café mais surtout montrer que TOUT VA BIEN, je suis fraîche comme un gardon, vous pouvez me laisser repartir, voili voilà.
J’en profite pour demander si la descente vers Chamonix n’est pas trop technique. La gentille Madame me précise que c’est moins difficile que ce que je viens de faire mais qu’il faut tout de même faire attention aux cailloux.
Promis je ferai attention, je descendrai pas comme une bombe (mouhahah).
Je sors du ravito à 6h pile, j’appelle Arnaud pour lui dire que je serai à Cham d’ici 1h30.

Evidemment, la descente vers est longue mais, conformément à ce qu’on m’a dit, beaucoup moins complexe à gérer que ce qui a été fait auparavant. Cela serpente tranquille. J’alterne course et marche.

Le jour se lève. J’éteins la frontale.
Dans mes rêves les plus fous, je me voyais arriver avant le lever du jour à Chamonix mais je me console en me disant qu’ainsi, les enfants et Arnaud seront là et c’est bien l’essentiel.

Une route. Je n’ai jamais été si heureuse de retrouver du bitume (un comble !)
Je reconnais des rues de Chamonix, on passe le petit pont au-dessus de l’Arve et ça y est, je les vois : Manon et Esteban sont là, je les prends par la main et nous courons ensemble. Je pense à l’émotion que j’ai ressentie en voyant des mères arriver avec leurs enfants à la fin de la TDS. C’est moi, c’est nous qui sommes aujourd’hui applaudi.


Un peu plus loin, je vois Arnaud et je récupère Timéo que je suis obligée de freiner car il court bien trop vite pour mes jambes usées.

Je retiens mes larmes (seules quelques une perleront après l’arrivée) pour ne pas faire peur aux enfants. Toute l’émotion ressortira plus tard, à Montigny.

Le speaker dit mon nom  et mon prénom. Les enfants sont ravis. Et moi je savoure l’un des plus beaux moments de ma vie. Voilà pourquoi je cours.

J’ai terminé la CCC.

Chamonix (alt. 1036 m) . Classement : 570ème sur 1320 arrivants (1900 inscrits) Chrono : 22h19
59ème femme sur 161 arrivantes

Distance depuis le départ : 101 km
Dénivelé positif depuis le départ : 6109 m

 


 

80 commentaires

Commentaire de bubulle posté le 01-09-2013 à 19:06:15

Ce coup là, j'aurai le premier commentaire, na! ÉNORME!

Commentaire de Sabzaina posté le 01-09-2013 à 19:14:11

Ah nan mais t'as pas le droit de commenter tant que t'as pas tout lu

Commentaire de Rudyan posté le 01-09-2013 à 19:10:40

C'est tout simplement beau...
Bravo!

Commentaire de Sabzaina posté le 01-09-2013 à 19:14:51

Merci Rudyan

Commentaire de MiniFranck posté le 01-09-2013 à 19:20:38

Si c'est comme ça, moi aussi je commente sans avoir tout lu !!! FANTASTIQUE :-D
mais promis je le lis dans la semaine... ;-)

Commentaire de Jean-Phi posté le 01-09-2013 à 19:24:29

Bravo Sab, tu en avais rêvé, tu l'as fait ! Belle course, bien gérée même dans les descentes ! Récupère bien et prend le temps des décisions. Elles t'appartiennent. A bientôt.

Commentaire de bubulle posté le 01-09-2013 à 19:42:34

Bon, j'ai tout lu, là, ça y est, je peux commenter pour de vrai?

Déjà, je sais pas qui c'est, ce Christian, qui fait rien que de téléphoner, mais il exagère, hein. En plus, il raconte n'importe quoi sur les montées qui montent pas trop, toussa.

En plus, mon petit doigt me dit que tu as oublié de mentionner les 2492 appels qu'il a passés pour tomber sur un répondeur, ou les 394 SMS envoyés pour donner la couleur du ciel, de l'herbe, la pente moyenne, la durée entre les ravitos, l'arrivée des copains (pas les abandons).

Ou encore les hurlements de Sioux qu'il poussait dès que le live signalait ton arrivée à un point de passage de plus. Juste parce qu'il voulait trop que tu la finisses, cette fichue course, et pouvoir avoir ce moment irréel d'arrivée avec tes loustics.

Y'en a un auquel je pense plus particulièrement, c'est le saint qui, pendant que tu faisais la fofolle sur les cailloux italo-suisses, gérait lesdits loustics en se faisant sûrement un sang d'encre tout en rassurant maman. Alors, comme je peux pas lui faire la bise, tu t'en occupes, OK?

Bon, la course, alors, la course. Eh bien, énorme, encore. Pour une première sur une pareille distance avec une pareille difficulté, je sais pas si tu te rends compte que ce n'est pas "juste finir". Il est donc probable que l'envie de recommencer reviendra, mais comme dit Jean-Phi, ça t'appartient. Peut-être pas tout de suite sur 160 kilomètres, allez, sur du plus court, peut-être?

En attendant, soigne bien tout ça, répare les ampoules, les courbatures (allez, je prends les paris : mercredi y'en a plus et les jambes vont te démanger)....et y'a encore du taf pour finir l'année, on a un rendez-vous le 8 décembre, faut pas te reposer sur tes lauriers chamoniards, faut aller tâter du caillou stéphanois.

Bises, bonne rentrée.....et bon aterrissage!

PS : j'ai pas encore trouvé de faute d'orthographe...

Commentaire de mazbert posté le 01-09-2013 à 19:52:56

Bravo, beau récit et belle course. Je t'ai tout juste passé dans la dernière descente que j'ai faite entièrement en courant. Et je comprends ce que tu as vécu dans la tête au vent, c'est un truc indescriptible cette montée.

Commentaire de RVLF posté le 01-09-2013 à 19:55:09

Un récit comme je les aime.
L'émotion est au rendez-vous !

De ces récits qui donnent envie d'y aller ... Mais sans doute trop dur pour moi...

Bravo !!!

Commentaire de Arcelle posté le 01-09-2013 à 19:58:03

Jusqu'à La Fouly, j'aurai écrit la même chose mais mon coup de moins bien est arrivé plus tôt, et je n'ai pas eu cette énorme volonté que tu as affiché.
La fin, remplie d'émotion est magnifique et me fait que regretter un peu plus d'avoir lâché, mais ça donne aussi des sources de motivation !

Franchement un immense bravo pour ta course, bravo pour ce CR !

Commentaire de la panthère posté le 01-09-2013 à 19:58:24

superbe! j'ai même tremblé pour toi à retardement, en lisant ton récit..... pourvu qu'elle tienne jusqu'au bout!
chapeau, bravo, bonne récup!

Commentaire de idec59 posté le 01-09-2013 à 19:58:39

Bravo !!!

Commentaire de Japhy posté le 01-09-2013 à 19:59:09

Je reviendrai plus tard, mais juste un petit mot pour dire que 1°) tu es très belle sur les photos, une jupette, c'est quand même autre chose qu'un collant et un gros anorak et des gants. 2°), je ne sais pas si tu le réalises, mais le ton de ton CR est très différent des autres. A la fois + d'humour mais aussi + de force, comme un genre de bulldozer que rien ne pourra arreter. Tu sais quoi, j'ai l'impression que cette CCC t'a transformée, tu es devenue une vraie vraie dure Sab. :D

Commentaire de RVLF posté le 01-09-2013 à 19:59:55

Un récit comme je les aime.
L'émotion est au rendez-vous !

De ces récits qui donnent envie d'y aller ... Mais sans doute trop dur pour moi...

Bravo !!!

Commentaire de Guénaël posté le 01-09-2013 à 20:06:27

Un super récit pour une superbe course. Bravo à toi pour une gestion au top et pour la gniak qu'il t'a fallu sur la fin.

PS : Et bonne rentrée collègue ;-)

Commentaire de Arclusaz posté le 01-09-2013 à 20:09:45

bon, j'ai rien suivi en direct mais j'suis content, j'ai versé ma larme en voyant les photos de la fin.
J'ai tout bien lu et je suis admiratif. Quelle course !
Surtout n'oublie pas de remettre la même jupe pour la STL, elle te porte visiblement bonheur...

Commentaire de jack91290 posté le 01-09-2013 à 20:11:56

Encore une fois un cr qui donne envie de faire la ccc, car tu m as fait rever.
La gestion de ta course a ete parfaite, avec le 2eme role qui revient a christian.quel duo de choc.
Encore bravo sabine. T es impressionnante.

Jack

Commentaire de Philkikou posté le 01-09-2013 à 20:18:19

A peine fini cette course de ouf déjà un récit long comme le bras !!! Tu l'as écrit pendant la course c'est pas possible ???

Respect pour ta course , ton entrainement , ton récit que je vais lire plus en détail dés que j'aurais suffisamment de temps . Bonne récup. physique et mental .. SAVOURE

Commentaire de Byzance posté le 01-09-2013 à 20:25:15

Tu écris presque aussi vite que tu ne courre ! Juste Bravo à toi et la prochaine STL se fera bcp mais bcp plus vite ...

Commentaire de jack91290 posté le 01-09-2013 à 20:29:34

Encore une fois un cr qui donne envie de faire la ccc, car tu m as fait rever.
La gestion de ta course a ete parfaite, avec le 2eme role qui revient a christian.quel duo de choc.
Encore bravo sabine. T es impressionnante.

Jack

Commentaire de RayaRun posté le 01-09-2013 à 20:39:58

Bravo, je t'ai suivi grâce au live mené tambour battant par notre ami Bubulle, qui vivait autant qu'il commentait ta course ! J'ai revu les lieux par tes yeux, superbe performance et beau récit ! A bientôt à la Sainté !

Commentaire de ejouvin posté le 01-09-2013 à 20:48:06

Tu nous as fais partagé ton inscription (et nous avons bien rigolé), ta préparation (et nous avons été admiratifs) et ta course via ce CR. Beaucoup te suivaient sur le live et nous avons vibré à chacun de tes passages.

Félicitations à toi. Tu te construits de beaux souvenirs, de belles émotions partagées avec ta famille. C'est juste beau.

Nous allons maintenant suivre ta récupération. Elle est nécessaire, et comme tu dis que tu écouté les kikous (et ne soit pas sélective) prend du temps pour laisser ton corps récupérer de cet effort.

Commentaire de Caro74 posté le 01-09-2013 à 20:50:54

Bravo! Chouette récit. En te lisant, je me dis qu'on galère tous à notre façon sur ces longues courses! Je crois que je t'ai croisée lorsque tu arrivais et que je marchais un peu hagarde, mais je ne t'ai pas reconnue. Bon repos!

Commentaire de freddo90 posté le 01-09-2013 à 20:55:29

Merci pour ce récit, et un grand bravo pour ta course, visiblement très bien gérée, ta motivation constante, la gestion des ravitos, du road book, pour une 1ère sur une aussi longue distance tu as superbement réussi !

Commentaire de Benman posté le 01-09-2013 à 21:04:42

On a suivi a distance ton exploit, grace à Christian. Mais c'est encore mieux quand c'est toi qui raconte. Si tu as gardé ta petite larme de pudeur pour chez toi, eh bien nous la partageons depuis chez nous. Bravissimo et un grand merci. "C'est pour ça que tu cours" et c'est pour ça qu'on kicourt, nous.

Commentaire de tidgi posté le 01-09-2013 à 21:15:40

Bravo à toi et merci pour ton récit.
Je vais faire comme tout le monde. Le MB, on peut en faire le tour complet aussi ;-)

Commentaire de cloclo posté le 01-09-2013 à 21:55:34

Ah bon, tu t'écoutes du Fred Vargas pendant la CCC ? Si c'était "L'homme à l'envers", ça a bien du te booster par une nuit de pleine lune ;-) En tout cas, tu as rondement mené ta course, le jour où tu saura vraiment descendre, ça va dépoter !

Commentaire de patfinisher posté le 01-09-2013 à 22:25:07

Quelle expérience !!!!!!! une de plus.....ce genre derécit qui vous donne l'envie, d'avoir envie....Bravo Sab ! à très vite en OFF ! ;-)

Commentaire de keaky posté le 01-09-2013 à 22:44:01

Quel magnifique récit rempli d'émotions. J'ai cru au milieu que tu allais faire la course parfaite, sans pépins, sans coup de mou.. Soit, la fin a été plus dure mais le plaisir certainement encore plus grand. Félicitation !!!

Commentaire de kalou94 posté le 01-09-2013 à 22:51:51

Respect!!! Bravo à toi

Commentaire de Insomniac Trailer posté le 01-09-2013 à 23:35:20

Je suis admiratif : quelle volonté, quelle belle gestion de course et quelle émotion !
Je te souhaite une bonne récupération.

Commentaire de Jay posté le 02-09-2013 à 00:59:38

Génial , you did it !
Bravo,et surtout , prends bien le temps de récupérer de tous ces efforts de courses et des mois de préparation :-)
Bises, Jay

Commentaire de Tbc01 posté le 02-09-2013 à 01:30:45

Bravo à toi!!!! Superbe course et très beau réçit!!
Maintenant cap sur la récup et sois fière de ce que tu as fait... ;-)

Commentaire de jepipote posté le 02-09-2013 à 06:39:28

j'ai commencé à lire ton récit hier soir, la fatigue a eu raison de moi... je me suis endormis sur les chemins du mont blanc.... et ce matin, je termine avec toi cette semaine chamoiniarde avant de reprendre le boulot. bonne rentrée maitresse finisher!!

Commentaire de Aurely42r posté le 02-09-2013 à 09:24:33

Mille bravo Sab, tu as fait une super course, avec une classement de dingue. Ton CR est superbe, j'ai eu envie de verser ma petite larme à la fin :-)
BRAVO!!

Commentaire de Zorglub74 posté le 02-09-2013 à 09:30:41

Bravo pour la course et merci pour le récit plein d'émotion. Une belle gestion de course malgré un gros supplément de poids dans le sac....

Commentaire de PtitLudo posté le 02-09-2013 à 09:34:17

Bravo sab ! Une course magnifiquement gérée. Et puis tu verras tu changera d'avis concernant les fameuses limites :)

Commentaire de Arclusaz posté le 02-09-2013 à 09:43:19

désolé de plomber l'ambiance mais je viens de m'apercevoir qu'il y a eu triche....

le 29 août, c'était la Sainte Sabine (peut être indiqué dans le live mais il faut que je trouve 3 jours de libre pour le lire !). Sab bénéficiait donc d'un indéniable avantage par rapport aux autres concurrents. Du coup, avec la pénalité de 14h prévue par le règlement, elle n'a pas franchi les barrières horaires. L'année prochaine peut être.....

Commentaire de Mamanpat posté le 02-09-2013 à 10:20:37

Presque parfait sauf que... T'AS PAS CHOUIGNE SUR LA TVLIVE ! Ca va pas du tout !
Tu es donc priée de le faire doublement le 8 décembre !

Bravo Sab et comme Japhy, tu es trop belle avec ta jupette (mais énervante avec tes grandes jambes toutes fines !!!)

Commentaire de Sabzaina posté le 02-09-2013 à 10:27:21

Très très touchée par vos commentaires qui prolongent mon émotion

Commentaire de Louol posté le 02-09-2013 à 11:03:21

Super CR !!!
Félicitations pour ta course et ta gestion au millimètre.
ET bon UTMB 2014 ;)

Commentaire de laurent05 posté le 02-09-2013 à 21:45:01

merci pour ce beau récit
bravo pour ta course une belle maitrise
bonne récup

Commentaire de vinch64 posté le 03-09-2013 à 13:44:00

Bravo Sab pour ta course ultra bien gérée et pour ce superbe CR!
Ca donnerait presque envie d'y aller. Sauf que je sais que je ne suis qu'un montagnard du dimanche et que je n'aime la montagne que quand il fait beau!
Sinon, tes progrès depuis l'Ecotrail sont vraiment impressionnants. En 6 mois, tu as pris énormément d'assurance et de confiance et à mon avis ce n'est qu'un début.
En tout cas encore bravo pour ta course et bon courage pour les reprises (CAP et travail)!
Bonne récup! ;-)

Commentaire de blaireau59 posté le 03-09-2013 à 20:05:26

Bravo pour cette course très bien gérée, malgré les difficultés en descentes ! Ravi de t'avoir croisé dans le Grand Col Ferret, où ce n'était pas la joie pour moi ...
Très beau récit, ca fait remonter quelques souvenirs ! Merci de partager tout ca !
Peut-être à une prochaine sur la STL par exemple.

Commentaire de bledrunner posté le 03-09-2013 à 22:57:49

Récit très touchant. Merci. C'était mon premier ultra cette CCC 2013 et ça restera un grand moment pour moi aussi.

Commentaire de JLW posté le 03-09-2013 à 23:24:04

Très beau récit qui me donne envie d'y retourner.

Commentaire de MiniFranck posté le 04-09-2013 à 16:20:21

Voilà c'est lu, c'était super bien !!! Merci pour ton récit, tes émotions et toutes ces petites touches d'humour. Je t'attribue un 10/10 :-) Moi j'ai aucun doute sur la suite.... BRAVO SABINE !!
Une bien belle saison loin d'être finie... ;-)

Commentaire de bubulle posté le 04-09-2013 à 21:05:46

"allez, je prends les paris : mercredi y'en a plus et les jambes vont te démanger". J'AVAIS RAISON, J'AVAIS RAISON.

Commentaire de Sabzaina posté le 04-09-2013 à 21:08:41

J'ai juste fait du gainage là pour l'instant hein

Commentaire de PhilippeG-569 posté le 04-09-2013 à 21:52:41

Bravo Sabine, excellent ton récit, on en rigole (au moins moi) !
Il fallait terminer, tu l'as fait, c'est vrai qu'elle n'a rien à voir avec une course de région parisienne...
Récupère bien et j'espère que cela te donnera l'envie de poursuivre avec les trails "montagneux" ?
Qu'est-ce que c'est bien la montagne ! ;-)

Commentaire de lauhxc posté le 04-09-2013 à 22:00:44

bravo a toi, super cr pour une très belle course, si tu bosses un peu ta descente tu vas en gratter des places c'est sur! si je puis me permettre, la douleur n'est qu'une information ce n'est pas de killian, c'est de schwarzy dans terminator 2 ;-)

Commentaire de djlaulau1 posté le 04-09-2013 à 23:37:13

alors là, je dis bravo.... tu as lu mon Cr en me disant que tu as eu l'impression de vivre ta course, et je te dis la même chose... tes jambes te parlent, les étoiles, les grosses pierres, les enfants à l'arrivée, le feu à Vallorcine, les chalets suisse, vraiment on a vécu cette course de la même manière, et aussi son interminable descente.
c'est vrai que l'on a jamais été très loin l'un de l'autre, mais tu as toujours été devant moi par contre !!!!!!!!!!!!
je te redis bravo, tu écris super bien, et j'ai encore une fois vécu ma course !!!

MERCI

Commentaire de VV35 posté le 05-09-2013 à 07:41:47

Cette jupe me disait quelque chose...mais pas sur la CCC 2012, un coup de google et oui ça y est ! trail du bout du monde 2012, où on a fait un bout de chemin ensemble en début de parcours...enfin surtout moi derrière toi car tu avais une bonne allure que je n'avais pas pu suivre sur la 2eme partie après les 35 km (le conquet etc..). ! bravo, belle course pour la CCC, belle émotion. je viens aussi de terminer la CCC et d'en faire un récit, je me suis bien régalé. A bientôt peut être sur d'autres courses. encore bravo . Y.

Commentaire de Sabzaina posté le 07-09-2013 à 17:15:03

Je vais enfin pouvoir vous répondre un peu plus personnellement à chacun.
Donc déjà un « merci » commun à tous/toutes et …

@ Jean-Phi: Oui, les décisions m’appartiennent. Là, ça fait une semaine, je ne suis pas redescendue et j’espère rester encore longtemps là-haut mais déjà je me vois bien revenir pour une vengeance : monter la Tête aux Vents avec un meilleur moral. Alors… on verra…On se voit à la Sainté
@ Bubulle : que dire…. Je crois que l’essentiel, tu le sais déjà.
« je sais pas si tu te rends compte que ce n'est pas "juste finir". » Oui, ça je commence à en avoir conscience lorsque je me rends compte que j’ai 4h d’avance sur la BH à l’arrivée.
(allez, je prends les paris : mercredi y'en a plus et les jambes vont te démanger) : t’avais presque raison, ça a commencé à me démanger jeudi
@mazbert : voilà donc le « copain qui fait aussi la CCC » dont me parlait Chloé dans ses mails. Ravie de te retrouver ici. Tu m’étonnes que tu m’aies doublée dans la dernière descente, j’étais dans un état…
@RVLF : Tu sais, on m’aurait dit y a 5 ans que je courrai la CCC, je l’aurais jamais cru alors…
@Arcelle : Je regrette qu’on n’ait pas pu se croise rà Courmayeur et faire un bout de chemin ensemble. A 2, on est indéniablement plus forts… Comment te remets tu ? As-tu bien récupéré ?
@La panthère : Un récit empreint de suspense, alors : )
@Japhy : Japhy, Japhy, je l’ai écrit dans ce CR mais j’aimerais ajouter ici qu’à de nombreuses reprises j’ai pensé à toi durant cette course. Parce que tes CR (et celui de la CCC, je l’ai tellement lu et relu) me font tellement rire qu’ils restent gravés et certaines phrases ressortent à des moments improbables : Bovine, Champex… Je n’y étais jamais venue mais grâce à toi, j’en avais tout de même déjà une image. Je ne sais pas si j’aurais réussi avec un temps pourri, je ne sais pas… J’ai eu de la chance.
Autre chose : quelle belle analyse tu fais. Oui cette course m’a changée, je sais de mieux en mieux ce dont je suis capable, la confiance gagne du terrain même si je sais qu’il faut toujours rester humble et prudente.
Je n’ai qu’une envie : te retrouver sur une course pour pouvoir papoter. Viens-tu à la Sainté cette année ?
(Tu sais quoi, encore une fois, j’ai jeté mes quelques barres AR que j’avais emportées (2 ou 3 seulement cette fois) pour me jeter sur d’autres trucs qui me faisaient davantage envie. Et, quand j’ai jeté ces barres, encore une fois, j’ai pensé à toi avec un large sourire.
@Guénaël : merci collègue, bonne rentrée à toi aussi ; )
@Arclusaz : Ce sera soit la jupette soit les Yatrax !
@PhilKiKou : TU ne crois pas si bien dire. Pour me donner du courage, il y a des moments, pendant la course, où je me disais : ça tu l’écriras dans ton CR de finisher.
@Byzance : Je ne sais pas si j’irai plus vite mais je pense que savourerai davantage la course.
@Jack : Tant mieux si ça t’a donné envie, hâte de te suivre sur une telle course. Et encore bravo pour ton GRP.
@Raya : C’est vrai que Christian a été au top sur le live, j’ai pu le constater à mon retour en lisant les multiples messages disséminés un peu partout. On se voit à la Sainté et peut être avant sur un Off
@Etienne : Oui, tu as bien résumé, cette aventure a commencé y a un moment ; l’inscription, le tirage au sort, quelle rigolade ;)
Pour la reprise... Certes j’écoute les kikous mais surtout mon corps qui sait parfaitement bien me parler.
@Caro : Oui, on galère mais pas forcément aux mêmes endroits, les coups de moins bien vont et viennent.
@Freddo90 : Fred, ton retour sur triathlon en juin nous montre que toi aussi, question motivation, t’es un bel exemple ;)
@Benman : Oui, à un moment donné, la question de « Pourquoi on court ? » trouve une réponse naturelle et évidente
@Tidgi : 2 nuits sans dormir… Mais comment vous faites ?
@cloclo : Saurais-je un jour vraiment descendre… Pas certaine que je puisse apprendre, sauf peut-être en déménageant en Haute Savoie…
Pour Fred Vargas, c’était : Dans les Bois éternels. Une ambiance à couper le souffle car ultra bien raconté, c’est aussi pour cela que j’ai vite repris l’entraînement : avoir la suite !
@Pat : Alors, on te voit quand sur une course e Cham ?
@Flack : moi aussi j’y ai cru, j’étais étonnée de ne pas se voir dresser de mur devant moi et puis… il est arrivé.
@Insmniac : Récup ok
@Jay : bises Jay et à très bientôt
@Tbc01 : Oui je suis fière, d’ailleurs, j’ai eu du mal à quitter la polaire de finisher
@jepipote : T’es en train de dire que mon récit t’endort !! Ben mince alors !!!! ;)
@Aurely42r : Tant mieux, c’est que j’ai à peu près réussi à transmettre mon émotion
@Zorglub74 : Oui, une erreur que je vais tenter de ne pas réitérer…
@Ludo : Ouais, j’suis déjà limite de dire ok à Bubulle pour la TDS…pffff
@Arclusaz BIS : J’avoue, j’ai triché, j’espérais que ce fait passerait inaperçu…
@Mamanpat : T’inquiète je me suis bien rattrapée après sur les larmes…
@Louol : Voir la réponse faite à Tidgi !!!! Malade !!!
@Vinch : Tu sais, ce n’était que ma 2ème course de montagne alors tu vois, tout est possible..
@blaireau59 : Tu as été bien courageux de terminer malgré ces ampoules survenues si tôt. Contente également de t’avoir croisé : enfin un kikou !
@bledrunner : 20h30 pour toi. Chapeau bas et à bientôt à la Sainté
@JLW : Deal !
@MiniFranck : Merci Franck, vraiment. Vivement qu’on se revoit sur des trails franciliens, un p’tit after autour d’un cake et d’un verre ;)
@philippe94 : Oui, la montagne m’a conquise. J’apprécie que mon CR fasse rire autant qu’il fasse pleurer ;)
@lauhxc : !!!! Kilian ne serait qu’un usurpateur alors ! On m’aurait menti ;)
Pour les descentes, je ne sais pas comment les travailler
@djlaulau1 : Oui, quelle similitude entre nos CR, ça me fait chaud au cœur de me rendre compte que d’autres avaient les mêmes pensées (notamment le coup des étoiles/frontales)
@VV35 : Je n’ai pas encore eu le temps de lire ton CR mais je vais vite y remédier, au calme, tranquillement, car un CR, ça se déguste, ce n’est pas qqch qu’on lit à la va vite. Déjà je vois que tu as mis 20h50… Waouh…
Le trail du bout du monde… C’était la première fois que je dépassais la distance du marathon.
A bientôt sans doute


Commentaire de ilgigrad posté le 07-09-2013 à 18:59:50

J'ai attendu d'avoir trouvé le courage d'écrire mon propre récit avant de me plonger dans celui des autres. Le tien devrait encourager tous ceux qui hésiteraient à s'aventurer sur les chemins de la CCC. Avec toi tout semble facile; on cours tranquillement, on monte et on descend des bosses de huit-cents mètres de dénivelé. Tu améliores ton classement à chaque étape. C'est un rêve de course. Il y a bien-sûr la Tête-aux-vents sur l'ascension de laquelle tu sembles avoir souffert, mais tu l'abordes avec pragmatisme, comme le reste. Tu as réalisé là une très belle course que beaucoup de kikourous doivent t'envier. Moi, en tout cas, je te l'envie.
bien à toi.

Commentaire de Sabzaina posté le 08-09-2013 à 13:02:18

Merci Ilgigrad,
je comprends tout à fait que tu aies eu besoin de te recentrer après ta course.
Ne compare pas nos 2 CCC, tu n'avais pas du tout le même objectif et, surtout, n'oublie que tu as pris le départ en étant blessé...
Bises

Commentaire de franck de Brignais posté le 08-09-2013 à 12:57:15

Que rajouter ? J'ai le souvenir d'une jeune femme qui venait timidement savoir de quoi est faite la Saintelyon... et te voilà à l'aise sur une CCC. Prends le temps de savourer ces jours de "retour". Pense à te reposer surtout. Et j'espère bien te croiser à St Etienne par une jolie nuit de décembre...

Commentaire de Sabzaina posté le 08-09-2013 à 13:03:27

Merci Franck,
Enfin, "à l'aise", n'exagérons rien ;)
Evidemment qu'on va se croiser à Sainté, avec grand plaisir :)

Commentaire de valdes posté le 09-09-2013 à 07:28:45

Waouh, quel beau récit. Je l'ai lu comme un roman et je suis admirative ... Je le conseille à toute personne qui pourrait peut-être se mettre à rêver qu'un jour peut-être oui pourquoi pas ... il/elle pourrait faire la CCC ... Ouais ouais, attendons attendons encore un peu (beaucoup même) car c'est aussi dur que c'est beau et des fois encore plus même (quand il pleut/grêle/neige). Bravo, en jupette et ... sans bâton ! J'ai mal aux cuisses et aux talons rien que d'y penser.

Merci. Merci encore pour ce beau récit. La CCC ? Ouais, on va attendre encore un peu peut-être même jamais car après tout, le rêve aussi c'est beau (et surtout beaucoup moins dur) ...

M'enfin là, l'arrivée, je pensais que ça valait bien toutes les souffrances endurées. Encore une fois : BRAVO.

Commentaire de Sabzaina posté le 09-09-2013 à 20:20:33

:) Merci pour ce gentil et touchant commentaire.
Oui l'arrivée vaut tout.
C'est vrai que je commence à me poser sérieusement la question des bâtons tant j'ai eu l'impression d'être une intruse sur la CCC.
Encore une fois: MERCI ;)

Commentaire de gj4807 posté le 09-09-2013 à 23:52:39

C'est terrible ces compte-rendus qui donnent envie d''y retourner alors même qu'on a promis de ne pas s'y laisser reprendre il y a quelques jours à peine... Bravo! Et merci

Commentaire de Sabzaina posté le 14-09-2013 à 13:39:23

Alors... il faut y retourner ! ;)

Commentaire de Happy Lactique posté le 14-09-2013 à 10:50:18

Wahou, je ne peux dire que BRAVO pour ta performance et ton récit. J'imagine comme tu dois être fière aujourd'hui d'être alléé au bout et de l'avoir fait ;-)
Moi qui hésitais, me voici convaincu à mon tour de devoir tenter ma chance peut-être l'année prochaine ...
Bonne récup et bonne prépa pour la Sainté, tu as mis la barre haute, le prochain défi devrait être énormissime !

Commentaire de Sabzaina posté le 14-09-2013 à 13:41:03

Merci Happy !
Tu as raison, il faut tenter sa chance, en plus, on est tellement entouré ici qu'on ne fait jamais la course tout seul :)
Je te souhaite un bon TAR

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 15-09-2013 à 19:52:37

Bravo ! C'est énorme ce que tu fais vu de la hauteur d'un lutin ...
Belle arrivée avec les gamins, ça m’attendrirait presque.

Commentaire de Sabzaina posté le 12-01-2014 à 15:01:41

Merci Lutin et désolée pour la réponse tardive ;)

Commentaire de Bert' posté le 22-09-2013 à 18:13:46

A défaut d'avoir encore terminé mon récit... il me tardait de lire le tien attentivement !!

Et c'est tellement magnifique :-)))

Pour moi, le partage de toutes ces émotions et concentrés de vie, sont vraiment ce qu'il y a de plus beau dans ces périples... et tu le fais si admirablement !

Le final (avec la video ;-) est sublime :-)

Tout simplement, MERCI !

Commentaire de Sabzaina posté le 12-01-2014 à 15:04:44

Merci Bert', hâte de partager la prochaine avec toi.
(Et j'attends toujours ton récit sur l'UTMB ;) )

Commentaire de David30650 posté le 11-04-2014 à 14:08:25

E.N.O.R.M.E...B.R.A.V.O.

Commentaire de bubulle posté le 26-04-2014 à 08:05:21

"Tout le monde pense que je vais changer d’avis sur ce sujet . A J+1, je reste sur ma position. :p"

Mouhahahahahahahahaha...;-)

Commentaire de Bert' posté le 28-04-2014 à 10:07:51

A J+1 c'est normal !!
Ben moi encore à J+100, pareil...
À moins d'être inscrit à l'insu de mon plein gré ;-)

Commentaire de Bert' posté le 28-04-2014 à 10:08:02

A J+1 c'est normal !!
Ben moi encore à J+100, pareil...
À moins d'être inscrit à l'insu de mon plein gré ;-)

Commentaire de Sabzaina posté le 26-04-2014 à 08:06:52

LOL
Ça va, ça va hein!

Commentaire de Bérénice posté le 27-04-2014 à 16:02:41

Je découvre ton CR et j'ai adoré ! C'est vivant, plein d'humour, courageux, bluffant, admirable... BRAVO ! Je me souviens quand on échangeait sur Facebook à la fin de la course de Bert' et que tu parlais de la fin de course en connaisseuse, je comprends...!
A défaut d'avoir le niveau cela donne envie d'encourager les personnes comme toi en se plaçant au bord de la "route".
Dernier détail: ta jupe est ravissante et fait pâlir de jalousie !
Amicalement.

Commentaire de Sabzaina posté le 27-04-2014 à 16:16:30

Merci grande soeur de Bert ;)
Ces compliments me touchent

Commentaire de Bérénice posté le 27-04-2014 à 18:48:46

Rectificatif: PETITE soeur de Bert'!!!! Il a tout de même 2 ans et 5 mois de plus le frangin ! Bises

Commentaire de Sabzaina posté le 27-04-2014 à 18:56:24

Oui mais comme il les fait pas ;)

Commentaire de Bert' posté le 28-04-2014 à 09:42:54

Merci Sab ! Mais ma petite sœur non plus ;-))

Commentaire de paulotrail posté le 22-08-2016 à 11:31:43

Hello Sab, il parait (c'est BuBulle qui le dit sur mon compte rendu CCC 2013) que je t'ai doublé dans la descente de la Flegère...
Cette année, on se retrouve au départ de l'utmb...j'espère te doubler à nouveau à cet endroit ;)
Je ne suis pas très physionomiste mais je vais essayer de te reconnaitre cette année.
Bonne course

Commentaire de Sabzaina posté le 22-08-2016 à 21:03:14

J'étais tellement mal dans cette descente après avoir survécu à La Tête aux Vents !!!
Mais c'est un formidable souvenir pour moi, mon meilleur ultra assurément pour le moment.
Je signe tout de suite pour que tu me redoubles au même endroit, ce sera extrêmmement bon signe.
Bonne chance à toi et à vendredi :D

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.17 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !