Récit de la course : Courmayeur - Champex - Chamonix 2014, par cbm

L'auteur : cbm

La course : Courmayeur - Champex - Chamonix

Date : 29/8/2014

Lieu : Courmayeur (Italie)

Affichage : 556 vues

Distance : 101km

Objectif : Terminer

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

133 autres récits :

Mon premier Ultra, la CCC

Mercredi 15 janvier, j’apprends que je suis tiré au sort pour participer à la CCC. Un peu de joie et d’appréhension m’envahissent car je ne pensais pas être tiré au sort dès la première année avec une chance sur 3 ou 4. Maintenant place à la préparation pour profiter au maximum de ce beau défi. Pour être finisher, ma préparation s’est déroulée sur 26 semaines avec 4 semaines de remise à niveau, 12 semaines de préparation générale et 10 semaines de préparation spécifique. Tout à commencé début mars avec à mon actif seulement deux trails de 55 km courus en 2013 pour l’obtention des 2 points nécessaires à l’inscription de la CCC, plusieurs courses natures de 20 à 30 km et 3 marathons. J’ai suivi consciencieusement la préparation en ne manquant que 3 sorties. C’est donc bien préparé et avec beaucoup d’appréhension que j’aborde la CCC.

upload_2014-9-20_21-29-52.png
Chamonix, dans quelques jours je passerai sous cette arche !


Vendredi 29 août, réveil à 6h, petit déjeuner et préparation pour la course et un départ en navette à 7h des Houches pour rejoindre Chamonix. Nouvelle navette à 7h30 à Chamonix pour rejoindre Courmayeur, départ de la CCC. Arrivée du bus vers 8h, je rejoins les SAS tranquillement pour un départ à 9h10 (SAS N°2). La tension monte, hymne des 3 pays, compte à rebours et musique de Vangelis pour un départ dans les rues de Courmayeur. Beaucoup de personnes présentes avec des encouragements, applaudissements et le son des cloches secouées sur notre passage. Ca donne le frisson !!! Après quelques kilomètres, la première difficulté de la journée, la Tête de la Tronche, 10 km et 1500 m D+. Après un départ prudent, j’atteins le sommet en 3h et en 1432ème position. Paysage magnifique, nous sommes tous à la queue leu leu jusqu’au sommet.

upload_2014-9-20_21-30-27.png
Sommet de la Tête de la Tronche

Ensuite descente vers le premier ravitaillement au refuge de Bertone, 4.4 km descendus en 37 min, descente super agréable et très roulante. Arrêt pour remplir ma poche à eau et boire une bonne soupe de vermicelles et départ vers le ravitaillement suivant au refuge Bonatti, 7.4 km en 1h11. Paysages magnifiques, chemin en balcon avec une superbe vue sur la chaîne du Mont-Blanc. J’ai pris énormément de plaisir sur cette portion comme sur l’ensemble du parcours d’ailleurs !!

15h, arrivée au ravitaillement Arnuva, 27km de course et 5h50 de course en 1258ème position, ravitaillement copieux avec encore une soupe de vermicelles, du fromage et quelques tranches de saucisson, je me régale. Accueil chaleureux de tous les bénévoles et supporters, il fait beau, nous sommes dans un cadre magnifique, je savoure. Je fais le plein d’eau avant de partir et maintenant place au Grand col Ferret et ses 800 m de D+. Je monte à mon rythme, un bon puisque je gagne 139 places. Je passe le sommet après 7h07 de course et 32 km de course.

Maintenant place à une longue descente jusqu’au prochain ravitaillement à la Fouly, 9.7 km avalés en 1h14, tout est relatif !!! Petit arrêt de 8 min, le temps d’avaler une énième soupe de vermicelles et quelques verres d’eau gazeuse. Prochain arrêt, le ravitaillement de Champex avant de quitter une course de jour pour une course de nuit et une nouvelle ambiance. Il m’a fallu 2h12 pour arriver à Champex et parcourir une distance de 14 km. Je gagne encore 124 places et arrive au km 56 en 10h43 de course. Mes enfants et ma femme me retrouvent, moment de partage exceptionnel et le plaisir de voir et d’entendre l’admiration de mes enfants pour mon « exploit ». Je me sentais tellement bien qu’hormis une blessure, rien ne pourrais m’empêcher de les retrouverer à Chamonix le lendemain matin.

upload_2014-9-20_21-31-1.png upload_2014-9-20_21-31-8.png

Maintenant une nouvelle course commence. Je suis resté 42 min à ce ravitaillement, je me suis bien restauré (plat de pâtes et encore une soupe de vermicelles), me suis changé pour passer en mode nuit et prêt à retrouver ma famille à Chamonix.

  upload_2014-9-20_21-31-30.png

Seul petit bémol à tout cet enthousiasme, des débuts d’ampoules qui se manifestent aux 2 talons.
 
2h23 plus tard j’arrive au point de contrôle de la Giète distant de 11.7 km, je gagne encore 54 places. Il a commencé à pleuvoir entre Praz de Fort et Champex, et avec toute la pluie qui est tombée les jours précédents le sentier devient glissant, les appuis ne sont plus aussi sûrs. Les sentiers en descente se sont transformés en une fine couche de boue. A ce moment de la course, j’ai eu une pensée pour les coureurs de l’UTMB qui allaient suivre nos traces quelques heures après notre passage et le piétinement de 1900 coureurs !!! La descente vers Trient commence à devenir un calvaire, mes ampoules commencent vraiment à me faire souffrir. J’arrive au ravitaillement de Trient en 809ème place et 14h44 de course. J’ai parcouru 72 km, il ne me reste que 30km. Je décide de montrer mes ampoules au poste de secours, un podologue me prend en charge, il me dit que ce sont les 2 plus belles ampoules qu’il a à soigner depuis le début de la course. 37 min plus tard je repars avec mes pieds soignés mais toujours aussi douloureux. Je bois rapidement ma soupe de vermicelles et repars vers Bovine. Mon arrêt m’a fait perdre 107 places mais mon objectif est de finir. L’ascension se passe bien car je n’appuie pas sur mes talons. J’arrive au sommet de Bovine en 807ème position, je me sens bien, je savoure chaque moment. Je parcours les 5.2 km et 800 m D+ en 1h28, avec un moment inoubliable : des vaches noires à grosses cornes sur le sentier avant l’arrivée au sommet de Bovine. Cela fait 16h49 que je suis parti de Courmayeur.

Maintenant grosse descente vers Vallorcine, 6km parcourus en 1h30, comble de la course, je descends aussi vite que je monte !! Mes ampoules me fond horriblement souffrir mais je veux finir. J’arrive au ravitaillement de Vallorcine au bout de 18h20 de course et 83 km. Une soupe de vermicelles et 9 min plus tard départ vers le dernier gros morceau, la Tête au Vent.

J’attends le sommet de la Tête au Vent après 2h25, en 785ème position à 90km de course. Dernière grosse difficulté avec des grandes marches mais même à ce stade de la course j’ai pris du plaisir, sûrement parce que j’étais bien préparé et que j’ai doublé du monde lors de l’ascension ce qui est bon moralement.

Par contre à partir de ce moment les choses se gâtent. Une distance de 3 km sépare la Tête au Vent de la Flégère, parcours très technique avec beaucoup de cailloux en balcon, j’ai mis 1h18 pour les faire. Mes ampoules me faisaient de plus en plus mal sur les parties roulantes, je n’arrivais pas à courir alors que physiquement je pouvais, moralement ça commençait à être dur surtout que beaucoup de coureurs me doublaient.

Arrivée à la Flégère avec un magnifique levé de soleil sur le Mont-Blanc, il ne me restait plus que 8km de descente vers Chamonix. Oui mais moi je voulais monter et ne pas descendre à cause de mes ampoules !!!!

Il m’a fallu 1h52 pour descendre ces 8km, les 4 derniers étaient roulants mais je n’arrivais pas à passer outre la douleur de mes talons pour courir, et je devais donc marcher sur des sentiers forestiers roulants. Moralement c’était dur car je ne pouvais pas courir pas par fatigue mais à cause de mes ampoules. De nombreux coureurs me dépassaient en courant alors que je marchais. Les derniers km dans les rues de Chamonix sur du plat m’ont permis de courir en n’attaquant pas du talon mais de l’avant du pied. Une grande émotion commence à m’envahir. Les passants dans les rues de Chamonix me félicitent et à 200 m de l’arrivée je retrouve ma famille. Je prends mes enfants par la main et nous parcourons les derniers mètres ensemble pour passer sous la fameuse arche.

FINISHER en 24h04, je suis heureux, euphorique et fier de mon exploit. Je n’aurais pas fini sans le soutien de ma famille avec les contraintes liées à la préparation et un peu d’insouciance pour me lancer ce genre de défi.

Un GRAND merci à tous les bénévoles et les supporters tout au long du parcours pour leur soutien.

upload_2014-9-20_21-32-12.png

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.19 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !