Récit de la course : Sur les Traces des Ducs de Savoie 2019, par pinafl

L'auteur : pinafl

La course : Sur les Traces des Ducs de Savoie

Date : 28/8/2019

Lieu : Courmayeur (Italie)

Affichage : 439 vues

Distance : 145km

Objectif : Terminer

5 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

101 autres récits :

TDS 2019 - La revanche

2013, j’abandonne la TDS, mon premier trail en montagne.

Je suis venu, poussé par un collègue (qui finira top 50), inscrit grace à mes deux points de L’Eco-Trail  et sans tirage au sort à l’époque, Eco-Trail dont j’ai gagné le dossard à la tombola d’un 10 kilomètres… La course à pied est pour moi un loisir, qui m’aide surtout à rester performant au tennis. Autant dire j’étais venu avec peu d’ambition, même pas celle de terminer.

Lorsque j’arrive au Cormet de Roselend, avec 1h30 d’avance sur la barrière, le speaker annonce une place restante dans le bus de rapatriement dont le départ est imminent. Je prends la pire des décisions. Le lendemain j’assiste à l’arrivée de coureurs à Chamonix qui étaient derrière moi à la mi-course. La déception est énorme et je mettrai longtemps à digérer cet abandon.

Mais j’ai également chopé le virus. 

3 ans pour me mettre sérieusement à ce sport et me faire une « caisse » sur le long.

3 ans pour réussir à m’inscrire après deux tirages défavorables.

 

2019. J’ai fait une préparation correcte, Je ne suis pas hyper affuté mais pas à la ramasse non plus. Je suis prêt dans la tête même si je me mets beaucoup de pression. Un nouvel échec mettra sans doute fin à ma très modeste carrière de trailer et je passerai à autre chose.

Je pars en me préservant le plus possible, avec l’unique objectif de terminer.

Placé dans le dernier tiers, je n’échappe pas au bouchon de la première montée. Les gens s’inquiètent déjà « Il ne vont pas disqualifier 300 concurrents au premier CP?! » Finalement ça passe, mais avec peu d’avance sur la première BH.

J’arrive à BSM pas trop entamé mais avec une petite heure seulement d’avance sur la barrière. Confortable à condition de ne pas connaître de défaillance dans le mur qui va suivre. Coup d’oeil sur Kikourou, je constate qu’Ilgigrad joue un jeu encore plus dangereux que le mien. Je monte lentement mais sans coup de fatigue. 1h30 d’avance au fort de la platte; je tiens mon cap mais j’arrive subitement sur une grosse file d’attente au moment de basculer sur le passeur. Il fait froid et nous sommes retenus là, il y a environ 60 ou 80 personnes à l’arrêt. L’organisation a décidé de limiter le nombre de coureurs engagés dans cette section devenue glissante et dangereuse. Effectivement les gadins se succèdent les uns après les autres, causant parfois des « sur accidents » pour ceux qui sont tentés de se retourner pendant qu’ils avancent. Tout ça est très lent et j’arrive au Cormet avec seulement 15 minutes d’avance. La rumeur court que les barrière sont rallongées mais la responsable du centre n’est au courant de rien. Le ravito est bondé lorsqu’elle empoigne son micro pour annoncer les 5 minutes avant la barrière. « La barrière est en entrée ou en sortie?? En sortie Monsieur!! Mais y’a pa de pointeuse en sortie! » Je ne cherche pas à comprendre, je fais le plein d’eau et je file. C’est la cohue, je vois des filles se changer dehors au début du sentier, d’autres en redesencendent en criant « course de merde! »; il parait qu’il fallait donner son numéro de dossard pour bénéficier de la rallonge horaire…

 Je continue. Au moins j’ai fait mieux qu’il y a 6 ans. Je serai peut-être hors-délai au prochain ravito mais je n’abandonnerai que sur blessure. J’entame la nuit dans la nouvelle section « beaufortain ». Des gens sont allongés un peu partout pour dormir. Je fais une tentative mais je grelotte. Je repars très vite. Enfin, je repars quoi. Je redoute le 1500D- qui nous amène à la base de vie mais finalement ce n’est pas trop technique mais interminable. 

 A Beaufort je fais un ravito express, toujours pour garder une heure d’avance sur les barrières. Le jour se lève et la montée vers le col du Joly est plutôt agréable. La descente vers notre dame de la Gorge se fait à un petit rythme et on arrive rapidement sur le secteur des contamines. Cette section est plate et roulante mais il reste 4 kilomètres jusqu’au ravito. Je decide de tout courir, je dépasse des concurrents qui papotent en marchant tranquillement, ils ne se rendent pas compte qu’ils vont perdre un temps fou là! Toujours seulement une heure d’avance sur les barrières, damned! Encore un coup de stress en voyant un panneau de rando indiquant le col du tricot à 3h55! je n’avais compté que deux heures sur mon roadbook… Je ne baisse pas les bras, je décide d’accélérer pour la première fois depuis le début. C’est hallucinant comme le cerveau s’adapte, tout à coup je ne sens plus aucune de mes douleurs, je cours dans les descentes, je monte bon train vers le Tricot, et je suis rassuré d’être toujours dans les délais. Je sais maintenant que sauf accident j’ai de bonnes chances de ralier l’arrivée.

Je ne ressens pas le privation de sommeil, par contre les hallus sont très présentes, je vois des visages dans la forêt ou des objets sculptés par terre. 

Le dernier kilomètre dans les rues de Chamonix est incroyable, tout le monde encourage le coureur lambda que je suis, des terrasses entières de restaurants se lèvent à mon passage.  J’avais rêvé cet instant sans vraiment oser m’y projeter mais j’y suis! Comme le criait un concurrente à son téléphone dans la section en forêt après les Houches; « Tu te rends compte, je suis finisher de la TDS 145!! »

A froid, j’ai atteint mon objectif certes mais le chrono est médiocre. Je ne suis pas performant sur  le long et pas à l’aise dans les secteurs techniques. Jamais je n’ai « envoyé », ce qui explique que j’aie pu tenir sans beaucoup m’alimenter, et je n’ai jamais eu de nausées non plus.

A l’avenir, je m’orienterai plus sur des formats courts à faire en mode « course » plutôt que « balade ». Seulement voilà, cette TDS me donne le droit de postuler à l’UTMB l’année prochaine… si l’UTMB est vraiment roulant, pourquoi pas?

5 commentaires

Commentaire de Benman posté le 13-09-2019 à 11:07:38

Oui, c'est roulane l'UTMB !!! #drogue_dure

Commentaire de pinafl posté le 14-09-2019 à 16:36:35

Ah oui, "roulane" pardon!

Commentaire de truklimb posté le 13-09-2019 à 11:26:11

Bravo, belle gestion des BH, surtout avec le bouchon du Passeur et le gros coup de stress qui en découle au Cormet.
Faut pas se mettre une pression pareille pour une course, plaisir avant tout !
;)

Commentaire de pinafl posté le 14-09-2019 à 16:36:11

Ouaip, le plaisir sera sur la prochaine sûrement!

Commentaire de shef posté le 13-09-2019 à 12:25:29

Bravo, belle revanche

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.2 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !