Récit de la course : Ultra Trail du Mont Blanc 2007, par stef73

L'auteur : stef73

La course : Ultra Trail du Mont Blanc

Date : 24/8/2007

Lieu : Chamonix Mont Blanc (Haute-Savoie)

Affichage : 2227 vues

Distance : 163km

Objectif : Pas d'objectif

8 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

238 autres récits :

UTMB 2007 : Le Bonheur est le long et au bout du chemin !

Difficile de commencer un CR après une telle course....

Pour rappel, il s'agit de faire le tour du Mont Blanc non stop, ce qui représente un parcours de 163km et 8835m de dénivelé positif.
La course a eu lieu du 24 au 26 Aout, et le temps limite était de 46 heures.
Tous les détails, sur le site Internet de la course

Déroulement de la course :

Je suis au départ, et je n'arrive pas à me calmer.
Nous sommes vendredi soir à 18h30, et mon coeur bat à 120 pul/min alors que cela fait 30 min que je suis immobile à attendre le départ.
Je regarde le coureur à côté de moi, il est à 80 pul/min. Merde !
"Allez courage Stef, quand le départ sera donné, ce sera fini le stress et à toi de jouer"

En fait, j'ai du mal à réaliser que je suis au départ d'une course de 163 km.
Même si je l'ai bouclé l'année dernière, je trouve encore cela démentiel de pouvoir tenir sur une telle distance.
Je me sens moins motivé qu'en 2006, est ce parce que je l'ai déjà terminé ?
Et pourtant :
- Je suis plus entrainé avec de grandes distances sur du plat, contrairement à l'année dernière
- Plus de courses au compteur avec une belle performance au Mercantour (102km, 6500m D+ et une place de 25ème/650 partants)
- Et toujours, mon équipe de supporteurs/accompagnateurs au top !
Mais voilà, je suis dans le doute.
Est ce la peur de revivre la même souffrance physique que l'année dernière ?

Dernières instructions par l'organisation, musique à fond et Top départ !
Toujours aussi impressionnant et émouvant.


Etant assez bien placé au départ (6ème rang), j'arrive à courir dès le début contrairement à l'année dernière.
L'ambiance est folle dans Chamonix avec une masse impressionnante de spectateurs qui sont le long de la rue que nous empruntons.
Christilla et mes 2 grandes filles (7 et 5 ans) avec Benoit mon frère, sont devant le snack Bélouga (bien connu des snowboarders) pour m'encourager.
Dernier regard, dernier sourire avant demain.

Les 1ers kilomètres jusqu'aux Houches sont faciles, et je constate que la course est partie vraiment très vite.
Des coureurs qui finissent à chaque fois derrière moi lors d'autres courses me doublent ...
Hop ! Je m'isole mentalement et m'efforce de ne pas suivre leur rythme.
Je me cale sur mon Cardio afin de ne pas dépasser les 165, et maintient rapidement 158-160 pul/min.
Rencontre de pas mal d'UFO

La montée vers le col de Voza se passe bien et je suis content de parvenir à garder mon rythme sans me laisser influencer par les coureurs plus rapides que moi.
Passage à la Charme et descente facile puis très raide sur St Gervais (nouveauté 2007 +5km/2006).
Je connaissais les derniers km sur St Gervais (21km) par cette route goudronnée horriblement raide,... mais cela n'empêche pas d'être vraiment affreux pour les cuisses !
Rencontre de Marc sur le parcours, bien sympa.
Le passage par St Gervais est digne du tour de France avec une foule très nombreuse, ça donne bien la pêche ! Cependant, même si le ventre est toujours noué par le stress, je n'arrive pas à me détendre.

Puis long chemin par une succession de montées/descentes et long plat jusqu'aux Contamines (30km). Je fais quelques mètres avec Philippe (spectateur cette année) et prends des nouvelles de la tête de la course.
Toujours une ambiance de fête, même si nous passons plus tard cette année.

Je repars tranquille pour les quelques kilomètres de plat avant la montée de la Balme et le Col du Bonhomme.
Je suis inquiet, en effet je commence à sentir les cuisses lourdes et douloureuses comme l'année dernière !
Aïe, je panique un peu !
Cela me stresse, je redoute de revivre la même souffrance que l'année dernière. Moi qui avais tellement imaginé et rêvé un UTMB aussi réussi que le Mercantour et sans réelle souffrance physique.

Je commence à douter, et l'idée de l'abandon arrive, avec de nombreuses interrogations dans mon esprit :
"A quel endroit vais-je abandonner ?", "Est ce que j'ai vraiment envie de souffrir autant ?", "A quoi bon, j'ai déjà réussi l'année dernière", ...

Je décide de ménager la machine et monte cool, même si je double autant que je me fais doubler.
Passage au Col et au refuge de Bonhomme sous une magnifique lune et descente sur les Chapieux.

Cette descente est bien technique et particulièrement glissante, ce qui me fera gouter le sol à trois reprises !

Benoit est là et m'attend au ravitaillement des Chapieux (49km). Merci Ben, un plaisir de te voir !
Je lui livre que je suis bien entamé des cuisses et que je vais me masser.
Je repars avec lui sur les 200 mètres après le ravitaillement et passe le Col de la Seigne (59km), toujours avec la hantise que les cuisses deviennent des blocs de béton, comme l'année dernière.
La montée, même si je ne suis pas très rapide, se passera cependant mieux et je n'hésite pas à prendre le temps de me couvrir pour faire face à ce vent bien froid qui nous accueille.

Je suis également un peu rassuré par la descente sur Elisabetta (63km) et le long plat jusqu'à la remontée de l'arête du Mont Favre où j'arrive à courir contrairement à l'année dernière.
Je fais la montée de l'arrête avec un 100 bornard de 30 ans, et cela me fait du bien de discuter après ce long moment de solitude.
Tous les indicateurs sont au vert, sauf les cuisses (mais je commence à voir que c'est finalement mieux que l'année dernière).
Puis j'avale la descente sur le Col Checrouit (72km). Le jour se lève. J'arrive à relancer et doubler encore des coureurs. Je me fais redoubler sur la partie raide juste avant Courmayeur (77km).

1er Bilan
La 1ere partie "facile" de la course a été faite !
Je m'éloigne de mon objectif de 30h, puisque j'arrive avec 15mn de retard sur mon temps prévisionnel, et je vais rester au ravitaillement de Courmayeur 35mn au lieu des 20mn que j'avais prévus.
Massage rapide et je prends le temps de manger puisque l'hypo était limite (tête qui tourne lors du massage ...)
Le doute s'empare à nouveau de moi : je sens que je ne tiendrai pas mon objectif et pense encore que l'abandon est bien probable ... mais quand, je ne sais pas encore.
J'espère que la montée de Bertone me permettra de me relancer, et me remotiver.

Que cela va être dur de Courmayeur au Grand Col Ferret (98km)

Heureusement que Ben me fait la surprise d'être là au ravitaillement de Arnuva (93km), cela m'aide un peu.
Les jambes sont vraiment douloureuses et je n'ai plus aucun jus.
La montée du Grand Col Ferret sera un enfer, avec l'impression de faire du sur-place, d'être scotché à la pente.
Maintenant c'est décidé: je vais abandonner.
A la descente du Grand Col Ferret, j'essaye d'envoyer un sms à Christilla qui m'attend avec les filles et mon beau père : "Possible abandon La Fouly", mais le réseau ne marche pas et le message ne part pas !
Est ce un signe ???
J'arrive enfin à recourir un peu dans cette descente, avec toujours la peur de bloquer les cuisses qui sont bien douloureuses et raides.

Puis je rencontre UltraSteph, un UFO.
Désolé, Stéphane, mais cela me réconforte de te trouver ici !
Je l'avais vu partir comme une fusée sur les 1ers kilomètres de la course et le revoir ici me rassure un peu sur ma course.
Et puis, j'arrive à la Fouly (107km) et là, tout bascule dans ma tête : l'accueil extraordinaire de Christilla, de mes filles et d'Alain mon beau père, avec une superbe pancarte "Allez Papa. Bravo ! Courage !" me remotive à fond.

Je ne parle pas de mon désir d'abandonner, il est loin dans ma tête maintenant.
Je pars vite me faire masser, mange un peu et reprends la route sous les encouragements de ma Dream Team.
Que de bonheur !
Merci à vous.

Le re-démarrage est dur. L'arrêt a été long (20mn) et les jambes sont froides.
Mais j'arrive à relancer et cours avec un coureur de Quechua (Olivier) avec qui je vais rester jusqu'à la montée de Champex.

Je repasse UltraSteph qui semble bien entamé et arrive à Champex (122km)
Et toujours ma Dream Team !
Je suis tellement heureux de les retrouver.
Re-massage très efficace, puis pâtes, ... Bisous aux filles "à demain papa, à Chamonix".
Je repars plus léger; il ne reste plus que 41 kilomètres. Je rencontre Olivier91 (UFO) qui arrive.
Je suis loin de mes objectifs (plutôt sur 33 heures), mais ça y est ! Je le sais ! Je le veux ! Je vais terminer ! Rien ne pourra m'arrêter !
Je me détends enfin. Après 22h30 de course, il était temps !

Je repars avec Jean Christophe A. (encore un UFO) avec qui je vais aller jusqu'à Trient en passant la montée terrible de Bertone.
Cela va bien m'aider !
Je l'écoute parler (il est bien bavard ;- ) ) et ça me change bien les idées.
La descente sur Trient sera magnifique sous le coucher du soleil, avec une température bien agréable.
Benoit m'accueille au Col de Forclaz et puis à Trient (137km)

Je rencontre Sandrine, qui me dit que Manu vient de partir il y a 5 minutes !
"Tiens voilà un bon objectif !"
Je pars immédiatement au massage, et là je tombe sur le kiné Italien qui m'avait bien reparé les cuisses à Courmayeur l'année dernière.
Ils sont 2 à me masser, et je suis littéralement scotché sur la table et mort de douleur, tellement leur massage est profond !
Ils me rassurent en me disant qu'il n'y a aucune contracture, juste de la fatigue musculaire !
Je suis enfin soulagé et décidé à finir en donnant tout ce qu'il me reste !

Je mets la frontale (la 2ème nuit commence) et le lecteur MP3 à fond, et me voilà reparti seul dans cette montée bien raide jusqu'à Catogne.
Je double 3 coureurs mais me fais aussi redoubler par 3 autres, Grhh !
Enfin, la descente sur Vallorcine !
Et là je vais doubler !
Les coureurs descendent presque en marchant alors que je me force à trottiner.
Et juste avant Vallorcine (147km), je redouble Jean Christophe A. et Manu.

Je m'arrête 30 secondes au ravitaillement, juste le temps de prendre un coca et de dire à Ben que cela va mieux, et que maintenant, je vais lâcher les chevaux !

Je repars avec un coureur de Argentière sur un bon rythme jusqu'à Argentière (153km) où il est acclamé dès que l'on rencontre un bénévole.
Benoit est toujours là (merci Ben !), je prends juste un coca et repars aussitôt 30 secondes après mon arrivée.
J'ai la hargne de finir et de donner tout ce qu'il me reste !
Il est 0h55 et je dis à Ben, d'appeler Christilla et les filles pour leur annoncer mon arrivée entre 1h50 et 2h20. Je suis un peu optimiste sur le coup !

En effet, les 10 dernières kilomètres sont longs et interminables et il me faudra bien encore 1h40 malgré pas mal de course à pied pour arriver.
Je relance sans cesse et double des coureurs qui n'arrivent plus à courir, je suis pressé d'arriver ....
Enfin, me voilà dans la vallée... que c'est long... je n'en peux plus ...
J'aperçois Ben qui m'attend à 1Km de l'arrivée.
Il m'encourage et nous finissons ensemble ces 400 mètres avant l'arrivée.
Dans Chamonix les filles sont là avec Christilla, ... Margot dans une main, Chloé dans l'autre... elles sont radieuses ... Christilla m'encourage et prend des photos ... leurs visages rayonnants me donne la chair de poule... je suis fier .. heureux ... je suis ému ... les yeux se mouillent ... plus que 200 mètres ... 100 mètres ... top !

JE SUIS FINISHER !

Catherine Poletti, Présidente de l'UTMB, m'accueille (super sympa), me félicite, me donne ma polaire "Finisher".

Je m'assois.

Je suis vidé, mais tellement heureux ...
Je suis parti de loin dans ma tête, et grâce à Ben, Christilla, mes filles et mon beau-père, j'ai réussi à retrouver la force de terminer...

On m'annonce que j'ai mis 32 heures pile, et que je suis 193ème !
Bon ce n'est pas mon objectif de temps, mais j'ai réalisé celui de re-boucler ce tour magnifique et grandiose; et c'est là l'essentiel !
De revivre cette aventure sur soi, avec soi, contre soi, ... qui permet de découvrir que l'esprit dirige tout et que le corps est vraiment une machine extraordinaire capable de vous amener bien plus loin que ce que l'on peut imaginer ...



MERCI !!!
Merci à Christilla pour ta patience lors de mes nombreux entrainements, interrogations, .... pour ton soutien sans faille, .... (la liste est longue ;-) )
Merci à mes filles pour leurs encouragements et leur fierté dans leurs yeux, qui m'a donné l'envie et la volonté
Merci à toi, Ben, pour ton aide tout au long de la course et pour cette complicité qui me fait plaisir
Merci à vous Tous : Famille, Amis, copains, collègues de boulot, pour vos encouragements, vos sms, vos messages ...
Merci aussi à Allibert, pour son soutien et son aide
Merci à tous les bénévoles de cette course unique et extraordinaire pour leur gentillesse et leur aide
Merci à l'organisation sans faille qui nous permet de vivre tout cela

A l'année prochaine ?

8 commentaires

Commentaire de agnès78 posté le 31-08-2007 à 07:04:00

Merci pour ce beau récit très émouvant stef!
Bravo pour ta course
Bonne récup et à très bientôt
gros poutoux
agnès

Commentaire de rapace74 posté le 31-08-2007 à 07:07:00

bravo pour ton recit et ta course
ton temps laisse vraiment reveur....

manu

Commentaire de titifb posté le 31-08-2007 à 08:32:00

BRAVO steph73 je comprends bien les doutes que tu as eu au départ, et je crois que tu en as fait une bonne analyse. Finalement, tu repars, et tu arrives !!! Deux fois finisher, top !

Commentaire de jerome_I posté le 31-08-2007 à 14:53:00

Bravo stef,

tu vois qu'a la fin notre abandon au gran trail valdigne nous a aidé ce weekend (préparation + motivation à terminer)...

Bonne récup maintenant.

Jérome

Commentaire de calimero posté le 31-08-2007 à 23:06:00

Bravo!!

Quel courage et quelle abnégation devant les terribles souffrances de la fin!
Chapeau bas comme à tous les autres, finishers ou pas.

Commentaire de JLW posté le 01-09-2007 à 00:09:00

Bravo stef, 2 x finishers c'est top. Ton temps me parait super moi qui n'ose pas envisager une telle épreuve bien qu'elle me fasse de plus en plus envie.
Repose toi bien.

Commentaire de maï74 posté le 01-09-2007 à 13:48:00

Bravo Stef, ton récit est très émouvant, ça doit être super de franchir la ligne avec ses enfants... Tu as su surmonter tes moins bonnes sensations de début de course pour renverser la tendance, ça force l'admiration ! Bonne récup

Commentaire de Riad38 posté le 02-09-2007 à 18:12:00

Bravo Steph,
Tu as super bien géré.
Bonne recup pour la Reunion.
Je devait y retourné mais pas possible cette année, pour moi se serat les Templiers
A+
Riad

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.16 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !