Récit de la course : Ultra Trail du Mont Blanc 2009, par llouan

L'auteur : llouan

La course : Ultra Trail du Mont Blanc

Date : 28/8/2009

Lieu : Chamonix Mont Blanc (Haute-Savoie)

Affichage : 1214 vues

Distance : 166km

Objectif : Pas d'objectif

11 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

238 autres récits :

Le récit

 

 

FINIR L’UTMB DANS LES TEMPS

Lundi 24 août et mardi 25 aout

Enfin les bagages fait le départ sur CHAMONIX via paris en train débute et je ne sais pas si mon sac va tenir le choc vu la lourdeur

Je prend le train de nuit de 23h et dans le compartiment déjà 2 coureurs de la région de l’essone vont faire le trajet avec moi et participer a l’utmb,nous commencons a discuter de la course, c’est le deuxième utmb pour eux en 2008 ils ont fait 33h je leur dis que si je termine dans les temps je serais déjà heureux ,à peine parti nous sommes dans la course et je m’endors assez vite et au petit matin nous arrivons a ST GERVAIS et déjà la vue sur les montagnes

Nous prenons un autre train qui nous emmenes a CHAMONIX.

Je prend la direction des HOUCHES et descend a TACONNAZ pour arriver au chalet de l’aiguille, déjà 3 coureurs pour la ccc sont là.

La chambre me convient simple , je range mon barda.mardi je pars sur Chamonix faire un tour cool je vais dans les magasins de sports ou il ya tout pour le trail.

Je rentre au chalet ,je me couche et je m’endors très facilement.

MERCREDI 26 AOUT

Mercredi matin je me ballade au HOUCHES que je connaissais ayant participer aux aiguilles rouges en 2008.

L’apres midi je pars chercher mon dossard sur CHAMONIX etdejà une petite file d’attente et on voit des tetes très concentrés.

On me donne un bracelet rouge serti au poignet pour pas le perdre ( la puce )

Je sors en me faisant prendre en photo , une personne me dit que c’est à la fin qu’on doit la prendre,je lui répond je préfère maintenant car pas sur d’arriver dimanche.

Je vais faire un tour au furum, il fait chaud, je fais rentrer le tracé sur mon gps .

JEUDI 27 AOUT

Je vais refaire un tour sur Chamonix et l’après midi je me relaxe en ecoutant de la musique.

Le soir au dîner je discute avec les coureurs qui vont participer à la ccc( discusion sur la lourdeurs des sacs)et déjà le stress qui habite tout le monde .

VENDREDI 28 AOUT

Après une bonne nuit je me lève très decontractré, je pense déjà à ma préparation finale.Il fait chaud, je prend la décision de rester le plus longtemps a l’ombre.

Je me prépare pour la grande bagarre,je par du gîte vers 13h45 pour prendre le train vers14h pour chamonix.

J’ai 800 metres pour prendre le train ,sur la route des gens me font déjà des signes d’encouragements.

J’arrive sur Chamonix et je vais déposer mon sac plastique avec mes affaires de rechange pour GOURMAYEUR et je vais manger un petit peu .Je rejoins Patrick et nous partons vers l’église de Chamonix rejoindre les deux copains a patrick.Pour moi on n’est déjà trop loin du départ

La musique retentit annoncant bientôt le départ.

18h30 c’est parti avec une ambiance indescriptible,on perd déjà beaucoup de temps pour s’éloigner de CHAMONIX .Je pense qu’on n’a perdu au moins 15 minutes avant de pouvoir s’élancer

Enfin on prend le rythme de la course déjà 5 km , je regarde mon gps 11kmh trop rapide pour moi je décide de ralentir et il fait chaud je laisse partir Patrick et ses copains car je ne veut pas suivre ce rythme

J’arrive au HOUCHES je prend de l’eau avant de monter la CHARME, la montée commence je suis bien et je blague avec les gens si je pouvais encore rattraper SHERPA.

Le sommet arrive ,j’enfile mon maillot long et coupe vent il fait frais plus ma lampe frontale.

La descente sur ST GERVAIS se passe bien et je trouve que j’ai de nouveau chaud ,je retire mon coupe vent.

J’arrive a ST GERVAIS a 22h08 sur des bases 44et 46h j’ai déjà peur, je sais que je vais vivre encore avec les barrières horaires.

J’essai de repartir assez vite pour le premier temps de passage au CONTAMINES 00h03 toujours entre 44et 46h et mon portable commence vraiment a me taner,je décide de le couper sachant que ma famille me suit sur internet.

Je pars vers la balme en esperant reprendre du temps 2h01 à la balme et toujours sur des bases de 44 a 46 h je sais que la bataille va etre rude pour reprendre du temps.

Dejà beaucoup parle de barrières horaires et la monter vers le refuge croix du bonhomme arrive,le brouillard,le froid je n’y vois plus rien, on entend siffler des coureurs perdus et là j’ai eu vraiment peur et ne pouvant rien faire pour eux.Sommet 4h07 sur des bases de 44 a 46 h.

Et a mon tour je me trouve isolè dans la descente je me tourne le genou droit a ce moment j’ai une pensée pour les coureurs du MECANTOUR.

J’ai peur plus personne devant et derrière ,je prends la décision d’attendre des coureurs et enfin je vois de la lumierre plusieurs coureurs arrivent et un connaissant la descente nous a guidé, j’ai eu vraiment peur.

Je descends sur chapieux avec plus de confiance 5h36et toujours sur des bases de 44 a 46h dur dur et seulement 50km de fait.

Le jour va se lever et je pars de chapieux sans perdre de temps.

Je monte le col de seigne en esperant regagner du temps ,au temps de passage du lac combot 9h13 sur des bases de 44 a 46h.

C’est dur je sais que je serai toujours a me ravitaillée a la va vite,et je repars direction arrête du mon favre, là je fais la connaissance d’un coureur il me tire jusqu’au sommet et dans la descente c’est a mon tour de l’aidé je suis mieux pensant nous refaire une santé a GOURMAYEUR,il me dit j’ai mon genou qui lache,je me retourne de temps en temps pour essayais le ramener à GOURMAYEUR. A GOURMAYEUR c’est la panique même pas le temps de changé d’affaire je prend mon sac de change je met tout qui ne sert a rien dans le sac gps,chargeur, je veut plus me prendre la tete avec tout ça .

Je mange en cinq minutes et je repart sans avoir changé d’affaire c’est horrible.le courreur qui etait avec moi a abandonné,c’est la merde.

Je repars avec un moral atteint et la chaleur et là.

Je m’arrete et je me mets la tete sous une fontaine.

La montée de bertone est dure mais je suis dans la deuxième partie de course. Je pense a ma famille qui doivent se dire que ça va etre dur que j’arrive a Chamonix dans les temps.

LE TOURNENT DE LA COURSE

 

 

J’arrive au refuge bonati km 90 la montée très dure,je descend sur ARNUVAou le tournent de ma course sera là.Il me reste 10minutespour arriver ,le moral est très bas,je rejoint un groupe qui etaient mal en point aussi,je leur dis qu’on n’etaient plus dans les temps ils fauts se bouger je passe devant un courreur me marche sur mon pied et j’ai vraiment mal,moralement c’est fini je veux abandonner.

Les larmes me montent j’ai trop mal et tout d’un coupje sens une chaleur dans mon pied , je n’ai plus mal,une poulette vient de percer quelle chance a ce momment de la course.

J’arrive a ARNUVAet je vais rendre mon dossard et puis j’ai fait volte face et je je me suis dit j’ai voulu venir et d’abandonner sans avoir passé la deuxième nuit , j’ai pas le droit,je remet mon dossard et je repart km 94

Le plus grand momment au niveau mental.Sans grande conviction mais je suis reparti ,C’etais vraiment le tournent, bien sur le col ferret qui me faisait peur etait là,il fallait le passer au moral

Le col ferret une montée difficile dans le froid mais je voulais arriver avant la nuit au sommet.

Brouillard et froid je demande au sommet si je suis dans les temps et ils me disent oui mais il faut pas traîner car il fait froid km 99 20h13 sur des bases de 44 a 46 h.je fais une bonne descente avec un espagnol, je retrouve de la chaleur et plus de vent.

Je regagne un peu de temps

J’arrive a FOULY a 22h 28 barrière 23h km 108,j’en ai vraiment marre mais je suis toujours dans le coup.

Je perd pas detemps,un groupe etau se forme,jusqu’à champex lac je suis bien ayant pris la tete du groupe ça me fait du bienCHAMPEX a 2h12 barrière 3h00 km122.8

Je prend 15 minutes pour me ravitailler et je ne m’assois pas , il fait chaud et j’ai peur d’avoir un coup de pompe.

Direction BOVINE je me retrouve tout seul.

J’attend un peu pou refaire un groupe plus sympas et sécurisant dans la nuit .

J’emmene le groupe dans le debut de l’ascencion ,je suis bien et j’ai coup de moins bien dans la deuxième partie,je recule derrière le groupe

Et là luc reste avec moi pour le reste de l’ascension.

 

La descente vers TRIENT est difficile et dangereuse mais je suis bien,je repars de trient a 7h21 pour barrière a 8h00. Km138.2

Je dis à luc notre seul chance d’arriver a CHAMONIX c’est de passer CATOGNE sans grand ravitaillement, enfin comme depuis le debut.LUC et d’accord le moral a ce momment est bon ,la montée de catogne est très difficile on rejoint un goupe qui nous pas attendu dans la montée de bovine.

LUC me le fait rappeler , je réponds pas dans ma tete je veux qu’on arrivent assez vite à Vallorcine, mais je passe devant les coureurs avec un regard noir.

A CATOGNE LUC a mal au pied , je lui dit desolé , il faut faire avec, plus le temps de s’arreter pour te soigner, il a compris le message.

On prend de l’eau et de la banane,j’appelle luc assez fort pour repartir , je voulais qu’on arrivent enssemble . CATOGNE 9H19

La descente vers Vallorcine se passent bien, je connais bien la derniere partie ayant fait le marathon du mont blanc.

Reste un col à monter la peur de la desydratation et de la blessure me chagrine,des larmes d’emotions me montent , je repense a ARNUVA.

J’arrive a Vallorcinej’ai perdu luc dans le descente ça m’embete, je sais plus ou j’habite, j’attend si luc arrivait ,il faut que je reparte pas le choix.

Je pars de Vallorcine à 10h35pour 11h 15 de barrières. Km147.7

Avec 40 minutes d’avance sur les barrières horaires ,sachant que j’allais perdre beaucoup dans la montée de la FLEGERE,avec un cagnar

Col des MONTET facile et je vois la TETE AU VENT ça me fait peur,je me retourne voir si LUC et derrière.

J’allume mon portable,je téléphone a ma femme,elle me dit ça va le faire,je lui répond je ne sais pas peur de la desydratation et de la blessure.

Je perd beaucoup de temps dans la montée interminable , les gens nous encouragent.Je connaissais pas la tête au vent la galère j’arrive à13h37 km155,j’ai peur de coincé la défaillance d’annecime revient, j’avance plus il fait trop chaud.

Je prend la décision de prendre un petit peu de gel , ça passe

Enfin la flégere 14h26 barrierre 15h15

 

 

 

 

Dernier ravitaillement je reprend de l’eau gazeuse, je m’arrose la tete je veux en finir de l’utmb, j’ai envie de gerber,j’ai peur,JEROME accroche toi maintenant.

La descente et pour moi une grosse galére et avec la chaleur je sens que je m’endort, j’allucine c’est pas possible ,fait pas le con attention a la chute.

J’ai des envies de pleurer, l’emotion revient,j’arrive a CHAMONIX a 2 km de l’arrivée,je pense a ma famille et enfin centre de CHAMONIX c’est du délire je sens plus mes jambes,je serre mon poing rageur vers les spectateurs,un bain de foule enorme ,des gens avec des sourires .

Je sais plus quoi faire , et j’arrive complètement surpris de mon exploit personnel.

J’ai une pensée pour luc en esperant qu’il finisse et il a fini

Que du bonheur.

 

 

 

 

 

11 commentaires

Commentaire de Epytafe posté le 04-09-2009 à 12:11:00

Salut Elouan !

Je vois que tu as mieux géré que moi la stress de la barrière horaire, BRAVO !

Cette barrière a été un énorme stress pour toi, au point de ne plus te ravitailler...

Bravo encore, et bienvenu dans le club des amateurs de CR !

Epitaphe

Commentaire de Rag' posté le 04-09-2009 à 16:04:00

Bravo.
T'as géré le stress comme il le fallait et c'est passé. Encore une leçon à retenir pour ma pomme!
Merci.

Commentaire de Epytafe posté le 04-09-2009 à 18:25:00

Ben j'ai relu encore une fois avec la nouvelle mise en page...

Encore Bravo, les vrais héros c'est ceux qui terminent à n'importe quel prix !

L'année prochaine je te rejoins au club des héros.

Commentaire de shunga posté le 04-09-2009 à 18:27:00

bravo elouan. La barrière c'est la galère mais t'as parfaitement démontré que tant qu'elle est derrière rien n'est perdu peu importe le nombre de km. Il fa

Commentaire de shunga posté le 04-09-2009 à 18:28:00

il faut tenir et tu as tenu. Belle victoire !

Commentaire de shunga posté le 04-09-2009 à 18:38:00

il faut tenir et tu as tenu. Belle victoire !

Commentaire de Kevin99 posté le 04-09-2009 à 18:53:00

Bravo Elouan
Une victoire bien merité

Commentaire de vinzz posté le 04-09-2009 à 20:46:00

Quel exploit cette lutte, de chaque instant ! Vraiment félicitations !

Commentaire de ptijean posté le 18-09-2009 à 18:43:00

Bravo , tu as fini dans les temps. Quel moral. J'ai du te voir passer à courmayeur.

Commentaire de loicm posté le 04-12-2009 à 10:14:00

Bravo !! t'as serré les dents jusqu'au bout et c'est passé. Belle perf

Commentaire de Fredy posté le 09-08-2010 à 22:09:00

Bravo pour ta course. Tu est allé chercher TA victoire au plus profond de toi. Respect.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.16 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !